Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Réunion publique pour les élections européennes à Cluses

Imprimer

Beaucoup de monde hier soir à Cluses pour venir écouter Françoise Grossetête, la tête de liste de la Majorité présidentielle pour la région Sud Est, ainsi que nos deux candidats haut-savoyards : Sonia Lacroix-Chamosset et Loïc Hervé.

A noter également la présence parmi les parlementaires de : Bernard Accoyer, moi-même, Martial Saddier et Jean-Paul Amoudry.

Il a été beaucoup question d'entreprise, de simplification, de proximité entre l'Europe et les citoyens. 

Tout au long des échanges, les différents intervenants se sont efforcés, par l'exemple, de répondre aux 9 principaux griefs attachés à l'image de l'Europe :

  1. L'Europe est technocratique
  2. L'europe n'est pas démocratique
  3. L'Europe est libérale
  4. L'Europe coûte cher
  5. L'Europe n'a pas de frontières
  6. L'Europe ne s'occupe pas de notre quotidien
  7. L'Europe n'a pas d'identité
  8. Les élections européennes sont une élection secondaire et défouloir
  9. l'Europe politique n'est pas possible
P1190513.JPG
n619852752_2064485_5616683.jpg

Commentaires

  • Tout au long des échanges, les différents intervenants se sont efforcés, par l'exemple, de répondre aux 9 principaux griefs attachés à l'image de l'Europe :

    --L'Europe est technocratique : QUI décide en Europe ? Réponse : le Conseil Européen ET le Conseil des Ministres (organe "législatif" (sic!)...Chargé de mettre en oeuvre au niveau national (pouvoir exécutif (sic!) : séparation des pouvoirs ?)

    Evidemment...Il ne faut pas le dire ! Mieux vaut taper sur la Commission, qui depuis DELORS est devenu le petit télégraphe du CONSEIL Européen (du Président du Conseil Européen en particulier) et le bouc émissaire préféré des partis "pro europe" (sic!)...Alors même que BARROSO a un diplôme de courtisanerie toute azimut.

    Le PE ? Il a moins de "pouvoir" que le Parlement de 1788 en France ! Et cela, Lisbonne ou pas. Les Parlements nationaux ? Pas de souci ! Plus on leur enlève des compétences, plus ils crient (comme des cabris ?) "Europe, europe". Il est vrai que l'Europe a un avantage certains pour les élus : subventions (miam !!!) et...Planque dorée pour perdants des élections nationales et locales ! Ou pour Ministres "punis" ! (MME DATI)

    L'Europe n'est pas "technocratique" en soit...Elle est "technocratique" parce que les soient disants partis pro Europe passent leur temps à se cacher derrière elle, pour faire passer les mesures impopulaires. Et...Les parlementaires suivent ! (Hypocrisie ou ignorance...What is the question !)...BREF, les Parlements nationaux font le beurre des Exécutifs nationaux, au lieu de défendre leur Institution. Et l'on s'étonne du rabaissement de la fonction législative...

    L'Europe sera "technocratique" tant que les parlementaires ne comprendront pas qu'ils ont un pouvoir - le Législatif - et qu'ils doivent utiliser ce pouvoir, à bon escient évidemment...Pas pour cautionner des actes idiots, stupides, déprimants, ridicules, etc.

    Les Commissaires européens sont nommés et non élus. Et bien qu'attendent donc les élus du PE pour "auditionner" ces braves Commissaires, et les envoyer sur le terrain ? Ca se fait...Dans les régimes démocratiques !

    Les Ministres signent des accords, soit dans le cadre des compétences "communautaires", soit dans le cadre des compétences "partagées", soit dans le cadre des compétences "nationales" mais liés à des "coopérations renforcées".

    Et bien...Pourquoi le Parlement ne semble t il au courant de l'accord sur le vin rosé...Que plusieurs mois après que M. BARNIER ait signé ce dernier ?

    Et bien...Pourquoi aucun débat, à l'Assemblée au moins, sur la perspective d'un "marché transatlantique" ? L'arrivée massive des OGM prévue après les élections (comme il se doit ?)

    Nos Ministres se défilent trop facilement, en engageant la France...Et en prescrivant des délais qui les mettront hors de tout souci de responsabilité !

    Qu'attend le Législateur - il a son arme : la loi - pour dire que, dès à présent :
    --les Ministres ne pourront pas engager la France au delà du mandat de l'actuelle législature.
    --L'ensemble des parlementaires devront pouvoir consulter, sur le site de l'A.N, l'avancée des "directives" et "règlements".
    --Les directives à transposer, doivent l'être deux ans avant la date d'échéance. Dans le cas contraire, l'amende de la Commission, en direction de la France, est retenue sur le salaire du ou des Ministres responsables.
    --L'urgence ne peut être invoquée, concernant les directives.
    --Tous les trois mois, un Commissaire européen doit venir faire état de l'avancée de ses dossiers, devant le Parlement national. Ceci, bien évidemment, est public. (Sauf questions liées au terrorisme)
    --En cas de problème (grèves, manifestations, réunions, etc.) concernant des questions liées aux compétences communautaires...Le Commissaire européen doit être auditionnée par le Parlement national, lequel doit apporter des réponses claires et précises (voilà, on fait venir un homme ou une femme par avion ou en train...Au lieu d'envoyer nos Ministres, impuissants sur ces questions) : ainsi responsabilité politique devant le Parlement (autonomie ou indépendance ne signifie pas "irresponsabilité")...Et Commissaires sur le charbon (trop facile de dire aux autres de faire le sale boulot. Ils sont commanditaires de la mesure ? Ils l'assument. Ce n'est pas, par ex, M. BARNIER, qui devrait être interrogé sur le lait, ou le poisson...Mais le Commissaire à l'agriculture, qui au lieu de rester pénard, pendant que d'autres se tapent le boulot, devrait venir voir les conséquences de ses politiques, et les assumer)

    --L'europe n'est pas démocratique : exact. Un ex ? Le Conseil des Ministres "vote" des lois qu'il applique ensuite au niveau national. Depuis quand la séparation des pouvoirs n'est elle plus une condition sine qua non d'un régime démocratique ?

    Autre ex : le 7 juin, les députés européens seront élus selon les critères du traité de Nice...Sauf en Espagne (où l'on a décidé de faire voter les citoyens selon les critères de Lisbonne (caduc depuis le 12 juin 2008 (sic !)) et en Angleterre (où l'on a décidé de donner un statut "d'observateurs" à dix huit députés européens en plus (en trop ?)...Ce qui est évidemment très démocratique...Comme chacun sait ! Pourquoi ne pas aussi "anticiper" les révisions constitutionnelles passant le nombre de députés à 800 ? On donnerait un "statut d'observateurs" aux élus (en trop) !? Ridicule ? Alors pourquoi ce silence de la France sur la question ?

    Attendez ! Il y a mieux. Si (éventuellement) le traité de Lisbonne était mis en oeuvre, la France "gagnerait" (en nombre, mais pas en influence) 2 députés. Et que préconise les fantastiques "juristes" ? De faire élire ces deux "députés"...Par l'Assemblée Nationale ! Des élus du Peuple élus sans le consentement du Peuple...Super démocratique !

    Pour continuer ce tableau navrant...Si le traité de Lisbonne était mis en oeuvre, tous les Etats devraient se conformer au traité, et à ses dispositions concernant le nombre de parlementaires. Or...L'Allemagne (c'est bien malheureux!) perd trois députés...

    Qu'à cela ne tienne...On les gardera ! Donc...Violation du traité de Lisbonne par l'Allemagne...Alors que le Parlement national allemand a approuvé le traité ! Vous avez dit...Démocratique ! C'est comme si, après révision de la Constitution, instaurant une limite de deux mandats consécutifs au Président, ledit Président disait "écoutez ! On peut bien s'arranger un peu avec la Constitution. Vous, bêtes citoyens, vous devez en respecter chaque ligne. Mais moi...Je suis au delà des lois, et tant pis si je suis, constitutionnellement, responsable du respect de la Constitution...Qui dénoncera que je fais "preuve de manquements à mes devoirs dans l'exercice de mon mandat"? Personne !!! Hé ! Hé !"

    Je sais, c'est trop simple, mais...Ne pourrait on pas prévoir que :
    --la législature qui sortira des urnes des élections européennes doit être conforme au traité de Nice : pas "d'observateurs" ou autres.
    --le traité de Lisbonne, dans l'éventualité où il serait ratifié par les 27 (ce qui n'est pas le cas) sera mis en vigueur à partir de 2014...Date à laquelle il profitera à la législature élue pour 2014-2019".

    Je n'ai pas souvenir que les députés aient droit de modifier une loi électorale, de manière rétroactive. Ni que les députés aient le droit d'élire les représentants du Peuple...A la place du Peuple. Ou encore que les traités n'engagent que ceux qui y croient.

    Une Europe "démocratique" ce devrait être :
    -un Conseil Européen qui "préside" l'UE, et qui détermine (en fonction des compétences de l'UE) la politique européenne.
    -une Commission Européenne qui "met en oeuvre" la politique européenne.
    -un Parlement Européen composé d'une Assemblée (qui représente de manière égalitaire (un homme = une voix) et non dogmatique (les plus petits avant les grands...Distorsion de l'égalité de représentation des citoyens européens) et d'un Sénat (qui représente les Etats)
    -des Ministres nationaux chargés de mettre en oeuvre la politique "nationale" décidée par le Premier Ministre...Et qui ne s'occupe au niveau européen que des "coopérations renforcées"...Le reste étant géré par les Commissaires européens...Les uns et les autres n'ayant pas le droit de "vote" réservé au Législatif.
    -des parlementaires nationaux qui, lorsqu'ils doivent "transposer" une directive, font appel au Commissaire responsable, pour venir la défendre (Il y a un Commissaire par pays : donc, pendant que l'on "transpose" la directive environnement en Allemagne, on "transpose" la directive commerce en France, etc...Et après le Commissaire passe au pays suivant...Jusqu'à ce que toutes les transpositions soient faites)

    --L'Europe est libérale : si elle ne l'est pas...Ses traités le sont. Son Président à la Commission l'est. Son responsable à l'OMC l'est. Son représentant à l'ONU l'est. Son Commissaire au Commerce Intérieur - Mc Creevy - l'est. Ses "experts" (tous lobbystes !) le sont ! Les partis le sont : PPE, PSE, etc. Il suffit de lire les programmes électoraux !

    --L'Europe coûte cher : le problème n'est pas tant "l'Europe coûte cher" que : y gagnons nous ? Où est ce une vente à perte ? L'UE coûte moins cher qu'un Etat...Cela est certain. En revanche, pourquoi analyse t on les politiques "nationales" mais jamais "européennes" ? Et pourquoi lorsqu'on "transpose" une directive..."Nationalise" t on celle ci, comme pour cacher qu'il s'agit là d'un texte européen ?

    Faisons le point : la France donne 19 milliards à l'UE...Et en reçoit, en retour, 12,3 milliards (source : Commission Européenne)
    S'ajoute à cela que la France paye à l'UE la part que devrait payer les Anglais...Parce que M. Chirac (ou M. SARKOZY ?) a décidé qu'on devait aussi payer le "rabais britannique" ! (Ces Anglais, toujours les plus forts!!!)

    Bon, je ne veux pas dire mais...Si je vais voir mon patron en lui disant "vous m'avez donné 1000 euros, je vous en ramène 500...C'est une affaire sympa" je doute qu'il ait un grand sourire ! Surtout en période d'austérité budgétaire ! De même, je doute que les actionnaires de telle ou telle entreprise quotée en bourse soient contents lorsque son placement s'avère plus coûteux que son bénéfice in fine !

    Mais bon passons...Certaines actions quotées peuvent parfois prendre une pente ascendante qu'on attendait pas !

    J'apprends que la majorité vote - sans sourciller -les crédits de "pré adhésion" à la Turquie. Est ce "cohérent" avec les propos de l'UMP sur le sujet ? Soit on est contre l'entrée de la Turquie, et on ne vote pas ces crédits...Soit on est pour et on les vote !

    Voilà de l'argent, qui pourrait servir à combler le déficit budgétaire, qui est utilisé pour rien...Et alors que 70% des Français sont contre l'entrée de la Turquie dans l'UE, et n'ont dès lors, en toute logique, pas le voeu de voir leurs représentants voter des crédits pour l'adhésion turque ! Idem : M. SARKOZY a dit qu'aucune adhésion ne pourrait être possible avant ratification (éventuelle) du traité de Lisbonne. D'où...En toute logique, gel des financements de pré adhésions. On ne finance pas ce qu'on refuse...En général !

    A cela, il faut rajouter les gaspillages idiots. Savez vous par ex que l'on finance allègrement une piscine pour les élus à Bruxelles ? En plus d'une salle de sport ! Qu'est ce que cela a à voir avec l'activité parlementaire ? Rien ! Mais bon...Continuons comme çà ! Est il normal que la France paye ce genre de dépenses "conforts" pour élus ? Lesquels passent moins de temps à travailler qu'à buller ? Que dire du coût de transport des élus pour les sessions à Strasbourg ? Alors...On va faire simple : soit on "pose" le Parlement à Strasbourg, soit il reste à Bruxelles. Mais pas les deux ! Soit, autre possibilité, chaque année...On change de pays de résidence. Autrement dit, chaque Etat se charge de trouver une salle, pas trop sinistre, pour les députés...Lesquels pourront enfin se faire connaitre à leurs électeurs, hors période électorale.

    http://www.observatoiredeleurope.com/notreargent/9,3-millions-engloutis-dans-un-Spa-pour-eurocrates_a25.html

    Désolé...Mais je trouve un peu "chère" l'UE...Quand elle ne sert pas les citoyens, et permet aux députés européens de se conduire d'une manière pire que celle qui émeut (à juste titre) les Anglais. Je ne suis pas non plus d'accord pour payer les frais de propagande de l'UE, en direction de l'Irlande...Ni à verser des euros aux partis européens pour qu'ils supportent le Fianna Fiail dans sa tentative de faire changer les Irlandais d'avis. Un vote ne s'achète pas...Et je n'apprécie pas non plus l'utilisation des deniers publics pour influencer les citoyens bulgares.

    Sans parler des salaires indécents : http://www.journaldunet.com/economie/dirigeants/salaires-elus/8-depute-europeen.shtml
    7000 euros pour un Parlement qui n'en est pas un, et qui se fait faire une piscine financée par le contribuable ! Cela sans que le Parlement français - qui nous assure de sa probité ? - ne réagisse ! En gelant les financements : des sous ? D'accord...Montrez d'abord les factures. Une piscine ? Pas dans le cadre des dépenses pour les citoyens. Désolé !

    Quand arrêtera t on la "folie" de ces "Marie Antoinette" en puissance ? Et...Pour donner l'ex, quand imposera t on au Parlement national (voilà qui redorerait son image) de mettre sur le Net l'ensemble de ses dépenses, et comment il les utilise ? Ainsi que les contrats de travail des "employés" d'un élu ?

    On connait suffisamment de cas de "cumul des mandats" où les employés de l'élu national gère aussi les soucis de l'élu local, et celui de l'élu ceci ou cela. Cela sans aucune protection juridique, ni moyen de dire "cela n'est pas dans mon contrat, je ne suis pas obligé de le faire" (sauf si rémunération plus importante, par ex)

    --L'Europe n'a pas de frontières : effectivement...Elle n'en a pas, car perpétuellement "en construction". Et ce qui me gène, pour ma part, c'est que l'absence de "frontières" permet de faire tout et n'importe quoi !

    --L'Europe ne s'occupe pas de notre quotidien : le problème n'est pas qu'elle ne s'en occupe pas...Mais qu'elle ne s'en occupe pas comme il conviendrait qu'elle le fasse.

    L'UE se comporte comme un Etat : d'ailleurs, on ne dit pas que l'UE est "fédérale" et tend à l'être encore plus...Mais qu'elle tend à devenir "supranationale".

    Un Etat fédéral, ou une fédération d'Etats...C'est : quelques axes stratégiques pour le "haut" et le reste pour les Etats.

    Un Etat surpranational, c'est le projet centraliste à la française. Avec en bout de parcours...Le mur, appelé "monarchie absolue"...Et encore, Louis XIV était bien plus limitée que l'Etat d'aujourd'hui !

    Un Etat veut toujours se mêler de tout. L'UE aussi. Résultat ? On a une UE efficace, et un Etat qui renonce à faire son job. Au final...Fiasco complet.

    --L'Europe n'a pas d'identité : effectivement, elle passe son temps à rejeter son passé, ses valeurs, et même l'élément déterminant sa naissance : le christianisme ! L'Europe sans le christianisme, ce n'est pas l'Europe. Désolé !

    --Les élections européennes sont une élection secondaire et défouloir : effectivement, il y a de nombreux enjeux. Mais comme le pouvoir n'est pas au PE...Cela ne sert à rien, d'où aspect secondaire des élections.

    --L'Europe politique n'est pas possible : avec les Anglais, effectivement, ce n'est pas possible. Et tant qu'on voudrait faire une Europe "à la française" non plus.

  • Bonsoir Lionel,

    Désolée de ne pas avoir pu assister à cette réunion mais à Annemasse nous avions un Conseil Municipal au cours duquel j'ai dû m'exprimer en réponse à une lettre du Président de l'Agglo Annemassienne lue par la Maire et qui mettait en cause un de mes billets publiés sur mon blog.

    S'agissant des Elections Européennes : un seul message :
    Votez pour la liste UMP - NC
    Soutenez la liste de Françoise GROSSETETE

    Anne MICHEL
    Conseillère Municipale Opposition

Les commentaires sont fermés.