Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mission d'information relative à l'analyse des causes des accidents de la circulation et à la prévention routière

Imprimer

Poursuite, toute la journée de ce vendredi, des auditions dans le cadre de la mission d'information relative à l'analyse des causes des accidents de la circulation et à la prévention routière.

Les tables rondes de 9 h 30 et de 14 h 30 auront pour objet :

  • le coût économique et social des accidents, leur traitement judiciaire et l'aide aux victimes
  • la fatigue et le défaut d'attention comme facteurs d'accidents

Ces auditions sont ouvertes à la presse et sont accessibles EN DIRECT sur le site de l'Assemblée :

Lien vers la vidéo EN DIRECT (à partir de 9 heures 30)

Je ne fais volontairement pas partie de cette mission d'information,  pour garder ma liberté de parole, mais j'assiste à toutes les auditions ... dommage que beaucoup de députés très revendicatifs sur la réforme du permis à points ne soient pas présents ! Ils auraient appris plein de choses !

Ce jeudi, lors des tables rondes de 9 h 30, de 14 h 30 et de 17 heures, nous avons échangé :

  • sur l'acceptabilité sociale de la politique de sécurité routière
  • sur la sécurité des véhicules
  • sur les addictions et la conduite

 assemblee nationale,mission d'information,audition,accident,securite routiere,lavia,ethylotest 



Commentaires

  • J'ai visionné sur lcp des auditions initiées dans le but de comprendre les causes de la recrudescence du nombre de victimes sur les routes en Avril 2011.

    En voici l'url : http://www.lcp.fr/emissions/travaux-en-commission/vod/16757-audition-de-robert-namias-ancien-president-du-conseil-national-de-la-securite-routiere

    En fait d'essayer d'analyser les causes de la recrudescence des victimes de la route on auditionne un "people" des média, Mr Namias, qui jamais dans son audition ne parlera de manière "circonstanciée" des causes des accidents, ni ne fera mention de la moindre analyse des facteurs, il a juste été question d'une série de mesures, qui sont dans l'air depuis longtemps, alcool zero, zero téléphones etc, et dont Mr Namias ne discute que de l'acceptabilité !

    Il n' y a aucune analyse circonstanciée, étayée.

    La désinvolture avec laquelle on se désintéresse des faits, pour n'envisager des mesures qui ne sont qu'un durcissement de ce qui a été mis en place, indépendamment de toute analyse sérieuse , préparées de longue date, par des gens autorisés qui considèrent les usagers de la route comme des irresponsables contre lesquels il est justifié pour leur propre bien de ne respecter ni la loi ni la constitution, est un déni de démocratie.

    Vous ne voyez pas qu'avec sa répression aveugle, la sécurité routière fabrique un monstre.

    Ceux qui roulent beaucoup n'ont que deux recours, se payer un avocat, qui affichent un taux de succès de 99 % (dans quelle juridiction sérieuse française les avocats peuvent se prévaloir de tels taux de réussite, pas la correctionnelle, pas les assises), soit rouler sans permis avec une fraction de ses personnes qui paniquent lors de contrôle de police et risquent de vouloir fuir à tout prix quitte à mettre en danger la sécurité des personnels des forces de l'ordre.

    Mais ouvrez les yeux !

    Comment voulez vous durablement établir une sécurité routière sans associer les usagers de la routes ?

    En n'étant qu'une force de répression aveugle ?
    Les habitants des zones où la drogue se vend, se plaignent de ce commerce néfaste au vu et au su de tout le monde dans l'inaction de la Police qui se concentre sur plutôt ses proies les plus faciles

    Combien d'usagers de la route font confiance à la sécurité routière, interrogez vous.

    Comment voulez vous que les gens aient confiance quand ils voient l'écart entre les discours pour la sécurité et les actes en repression et en finançant des mesures nouvelles par des radars, ce qui prouve que c'est bien un impot de plus.

    Comment voulez vous que les gens aient confiance quand un rapport de l'administration met en évidence les défaillance d'installation des radars couvert aussitot par un mensonge de plus de Michèle Alliot Marie.

    Comment voulez vous que les usagers aient confiance dans la sécurité routière quand manifeste factuellement un tel mépris pour leur droits de citoyens ?

    Un proverbe dit :
    "quand on tient le fusil entre les mains on ne peut plus le lacher"

    C'est tout l'erreur de la sécurité routière qui s'enfonce dans une escalade pour prendre le contrôle des usagers, parce que toute latitude qui leur est laissée est perçue comme une menace.

    Parce que l'idéologie dominante considère les usagers comme d'irréductibles irresponsables.

    regardez la différence de traitement d'avec les discours sur l'environement qu'il faut préserver, et regardez aussi la différence de réponse de la population.

    Il ne peut y avoir de progrès durable de la sécurité routière sans associer et responsabiliser les usagers.

    Il faut certes une répression, car la confiance n'exclue pas le contrôle, mais une répression intelligente qui discrimine la faute d'inattention sans conséquence, le 1 km /h de plus que la limite, du comportement dangereux d'usagers qui considèrent la route comme un circuit.

    Il faut une dynamique positive et constructive qui aille au dela du code de la route, qui est une base nécessaire, mais qui ne peut se substituer au jugement de l'usager, dans des situations que le code ne peut prévoir exaustivement.

    Pour cela il faut respecter l'usager de la route, pour qu'il soit responsable, il faut le commencer par le considérer comme tel, il faut être transparent dans les mesure pour recueillir son adhésion et sa confiance.

    Pour jouer au chat et à la souris il faut être deux, les conducteurs ne pourrons cesser de jouer à la souris, appels de phare etc. que quand les forces de l'ordre cesseront de jouer au chat (se mettre aux endroits piège et non aux endroits dangereux dans une quête contre productive au chiffre et à la statistique).

    La sécurité routière a fait fausse route, il est temps qu'elle ouvre les yeux

Les commentaires sont fermés.