Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

quartier

  • ANNECY : réunion du quartier des Fins, Fier et Brogny ... le "Triangle des Bermudes"

    Imprimer

    J'ai assisté hier soir pendant une heure à la réunion publique organisée par la mairie d'#Annecy concernant les #QuartierDesFins#QuartierDeBrogny et #QuartierDuFier.

    N'ayant pas pu intervenir avant mon départ et bon connaisseur du quartier (j'y suis né), je m'associe aux nombreuses questions concernant les problèmes de stationnement (les habitants présents ont été très gentils, mais n'en pensent pas moins).

    Il fût un temps ou se garer dans le quartier des Fins et de Brogny, et plus particulièrement dans le secteur du Parc des Sports étant très facile.

    A part les désagréments, normaux, liés à l'afflux de voitures lors des matchs du week-end, tout se passait bien.

    Les nombreuses places disponibles en semaine autour du Parc des Sports, en dehors des horaires d'entraînements, permettaient à chacun de trouver une solution de stationnement.

    Depuis la mise en place du "triangle des Bermudes" avec la constructions des écoquartiers des Passerelles et de Vallin Fier ... le remplacement de villas par des immeubles et la mise en en payant du parking place des Romains, plus aucune place de stationnement n'est disponible en journée dans le quartier et ne parlons pas des week-end !!!

    Construire 2 écoquartiers distant d'un kilomètre c'est bien, mais avec une seule place de parking par logement, c'est une catastrophe !

    Les habitants de l'écoquartier des Passerelles vont se garer jusqu'à la Chambre d'Agriculture et ceux de l'écoquartier Vallin Fier doivent se garer sur la parking privé de Carrefour ... et ne comptez plus inviter des amis chez vous, ils devront tourner vingt minutes pour se garer à 2 km !

    Penser que les habitants prendront les transports en commun alors que la plupart des emplois privés sont en dehors de l'agglomération est une hérésie, tout comme croire qu'il y aura moins de véhicules dans l'avenir, : quelle que soit la politique de transports sur Annecy, il n'y en aura pas moins, mais ils seront moins polluants, voire électriques ... la configuration de notre bassin de vie est ainsi faite et elle n'a rien à voir avec des villes de taille équivalente.

    Tout le monde est d'accord pour dire qu'il faut densifier les centre ville afin d'éviter de consommer des terres agricoles ... mais prévoir les parkings gratuits correspondants pour les habitants, c'est pas mal aussi !!!! Gouverner, c'est prévoir.

    La construction hypothétique d'un parking silo de 300 places du côté des tennis couverts n'apportera aucune solution.

    Ce parking, situé en périphérie du quartier et probablement payant, sera trop éloigné des entrées du Parc des Sports, du Stade de Rugby et de la patinoire pour qu'il soit utilisé par le grand public et encore moins par les riverains du chemin des Fins ou de l'avenue de Genève.

    Ce parking servira 20 fois par an pour les seuls spectacles de l'Arcadium !

    Le stationnement, voilà le sujet majeur des habitants du quartier des Fins, Fier et Brogny ... et je ne crois pas beaucoup me tromper en pensant que c'est un des sujets majeurs de TOUS les habitants d'ANNECY ?

    Avis aux candidats aux municipales !

    annecy,quartier,fins,brogny,fier,reunion,mairie,rigaut,lardet

    annecy,quartier,fins,brogny,fier,reunion,mairie,rigaut,lardet

    annecy,quartier,fins,brogny,fier,reunion,mairie,rigaut,lardet

    annecy,quartier,fins,brogny,fier,reunion,mairie,rigaut,lardet

    Dauphiné Libéré du 21 novembre :

    annecy,quartier,fins,brogny,fier,reunion,mairie,rigaut,lardet

  • Assemblées générales du Crédit Agricole et réunion publique du quartier Parmelan à ANNECY

    Imprimer

    Soirée chargée puisque j'ai participé, dès 19 heures 30, à l'assemblée générale de la caisse Annecy Saint-François du Crédit Agricole des Savoie qui se teanait à l'Espace Rencontre d'Annecy-le-Vieux.

    annecy-le-vieux,assemblee generale,annecy,seynod,quartier,parmelan

    Puis direction le gymnase du Parmelan à 20 heures 30 pour assister à la réunion du quartier du Parmelan/Albigny, organisée par la mairie d'Annecy.

    Aucun exposé liminaire sur les chnatiers ou projets en cours dans le quartier : la soirée s'est cantonnée a un jeu de questions/réponses avec la salle ... où les questions ont essemtiellement porté sur la future implantation du Centre de Congrès sur la presqu'île d'Albigny.

    annecy-le-vieux,assemblee generale,annecy,seynod,quartier,parmelan

    A 22 heures, détour par l'Espace Cap Périaz de Seynod pour assister à la fin de l'assemblée générale et au verre de l'amitié de la caisse Seynod du Crédit Agricole des Savoie ...

    annecy-le-vieux,assemblee generale,annecy,seynod,quartier,parmelan

    Dauphiné Libéré du 30 mars

    annecy-le-vieux,assemblee generale,annecy,seynod,quartier,parmelan

  • Politique de la ville et rénovation urbaine

    Imprimer

    François FILLON a réuni le comité interministériel des villes (CIV) en présence de Maurice LEROY, ministre du Logement, afin de définir les orientations politiques qui guident l’action du Gouvernement en faveur des habitants des quartiers prioritaires.

    Maurice LEROY conduira, en lien avec l’ensemble des acteurs concernés, la réflexion sur l’acte II du programme national de rénovation urbaine (PNRU).

    Le PNRU représente près de 43 milliards d'euros d'investissements. A la fin de l’année 2010, quelque 7,3 milliards d'euros ont été engagés et 3,5 milliards d'euros ont été payés. L'objectif est de transformer et de rénover les quartiers difficiles pour donner aux habitants un cadre de vie digne. Ainsi, à la fin de l’année 2010, près de 400 conventions ont permis d'engager 314 294 réhabilitations, 135 291 démolitions et 128 075 constructions de logements sociaux au bénéfice de
    3,3 millions d'habitants.

    En outre, le CIV s’est accordé sur les mesures suivantes :

    • en matière d’emploi, le comité interministériel a décidé de renforcer le contrat d’autonomie et de financer 15 000 contrats en 2011 
    • dans le domaine de l’éducation, il s’agit de renforcer la lutte contre le décrochage scolaire. Une dizaine d’internats d’excellence seront ouverts à la rentrée 2011 (représentant 1500 places nouvelles) et quatre résidences pour la réussite seront construites au bénéfice des étudiants. Au total, entre 3000 et 5000 places nouvelles seront créées. Le Programme de réussite éducative (PRE) est reconduit et sera expérimenté spécifiquement pour les 16-18 ans avec comme priorité la santé, la prévention de l'absentéisme et du décrochage scolaire et le soutien à la parentalité. En outre, 8,6 millions d’euros seront consacrés aux Cordées de la réussite afin d’accompagner les jeunes des quartiers difficiles vers l’enseignement supérieur 
    • en matière d'insécurité, le CIV renforce les moyens d'action de la police nationale avec quatre plans de lutte contre les stupéfiants, la délinquance dans les transports en commun, les bandes violentes et les cambriolages. Pour contrer la récidive, il renforce le Contrat d'insertion de vie sociale (Civis) avec 100 référents "Justice" qui seront mis en place.
    • dans le domaine de la santé, le CIV accélère le soutien à la construction de 60 maisons de santé pluriprofessionnelles et les équipements sportifs font également l’objet d’un rattrapage.

    En Ile-de-France, le CIV a précisé que la politique de la ville doit être mise au coeur du projet du Grand Paris.

    Par ailleurs, une expérimentation sera lancée dans 33 quartiers couverts par des contrats urbains de cohésion sociale (CUCS). Elle comportera des engagements précis et concrets en matière d’emploi, d’éducation et de sécurité. Le CIV a également choisi de valoriser l’action des acteurs de terrain à travers les associations, la reconnaissance des métiers de la médiation sociale, les délégués du préfet, les centres de ressource et les gardiens d’immeubles.

    Enfin, le comité a réaffirmé que la politique de la ville est territorialisée, partenariale et contractualisée, et qu’elle doit orienter et optimiser les moyens publics (nationaux ou européens) sur les quartiers prioritaires.

  • Lutte contre l'insécurité : nouvelles priorités, nouveaux outils

    Imprimer

    LES CHIFFRES :

    • 2 Millions : c’est le nombre de crimes et délits évités entre 2002 et 2009.
    • 39% : c’est le taux d’élucidation des affaires sur les 3 derniers mois.
    • 25 : c’est le nombre de quartiers sur lesquels l’action de la force publique va se concentrer en priorité.
    • 1000 : c’est le nombre d’OPJ supplémentaires qui vont être formés.

    L’ESSENTIEL :

    • Jeudi 28 mai, le Président de la République a été clair : nous ne tolérerons pas les nouvelles formes de violence qui menacent notre pacte social. Face à cette nouvelle criminalité plus violente et plus sophistiquée, il est indispensable d’adapter l’action de tous.
    • Des réformes fondamentales ont déjà été engagées pour transformer profondément les conditions de lutte contre l’insécurité en créant de nouveaux outils d’action pour les forces de l’ordre : LOPPSI 2, rattachement de la gendarmerie au ministère de l’Intérieur…
    • Police et gendarmerie auront ainsi les moyens d’agir efficacement, avec 3 grandes priorités : lutter conte les bandes et les violences urbaines, combattre les trafiquants de drogue et d’armes, participer à la sanctuarisation de l’école.
    • Et parce qu’il faut traiter le mal à la racine, un vaste plan de prévention de la délinquance et d’aide aux victimes sera présenté dès septembre.
    • C’est donc une stratégie globale que nous mettons en oeuvre : nous avons besoin de toutes les volontés car nous ne pourrons garantir la sécurité de chacun que grâce à la mobilisation de tous les acteurs. 

    LA SÉCURITÉ REDEVIENT UNE PRIORITÉ POUR LE GOUVERNEMENT ?

    • Elle n’a jamais cessé de l’être. D’ailleurs, grâce à l’action du Gouvernement et à la mobilisation des forces de l’ordre, des progrès considérables ont été faits depuis 2002 dans la lutte contre la délinquance : le nombre de crimes et délits a diminué de près de 15% entre 2002 et 2009. Le taux d’élucidation des affaires a dépassé les 39% au cours des 3 derniers mois.
    • Pour autant, il faut dire la vérité : depuis deux mois, les résultats sont moins bons. Nos forces de sécurité font face à des formes de criminalité plus violentes et plus sophistiquées :
      • Les phénomènes de bandes. Plus de 200 bandes en région parisienne essaient d’imposer leur loi aux habitants et défient la République en s’en prenant à ses agents.
      • La criminalité liée aux trafics. C’est la première des causes du climat de violence dans nos quartiers.
      • Les violences en milieu scolaire. Dans nos écoles, ces actes, parfois barbares quand un adolescent de 13 ans poignarde son professeur, sont intolérables.
    • En cette période de crise, c’est plus que jamais le devoir du Gouvernement d’assurer la sécurité des Français. C’est tout le sens du discours prononcé par le Président de la République le 28 mai.

    QUELS NOUVEAUX MOYENS D’ACTION POUR LES FORCES DE L’ORDRE ?

    • Parce que la délinquance a évolué, il est impératif que la police s’adapte et se modernise. Trois réformes fondamentales sont en cours, qui vont transformer profondément les conditions de lutte contre l’insécurité en créant de nouveaux outils d’action pour les forces de l’ordre.
      • La LOPPSI II a été approuvée en Conseil des ministres le 27 mai. Grâce à de nouveaux moyens techniques, financiers et juridiques, notre politique de sécurité sera plus performante.
      • Le rattachement de la gendarmerie au ministère de l’Intérieur sera bientôt finalisé pour aboutir à une unité de commandement des forces de sécurité au plan national et local.
      • La création de la police d’agglomération relève de la même logique : il faut en finir avec les cloisonnements qui nuisent à l’efficacité des forces de l’ordre.
    • Nous ne lutterons efficacement contre la délinquance qu’avec la mobilisation de tous : c’est pourquoi dans chaque département, le préfet constituera un état-major de la sécurité. Il regroupera les principales autorités concernées et les réunira chaque mois pour définir la politique publique en matière de sécurité.
    • Et pour plus de transparence, un suivi mensuel des statistiques de la délinquance intégrant les violences scolaires et le suivi judiciaire sera organisé département par département et donnera lieu à l’élaboration d’un rapport annuel au Parlement sur la sécurité.

    LE GOUVERNEMENT BAISSE-T-IL LES BRAS FACE À LA VIOLENCE DANS LES QUARTIERS SENSIBLES ?

    • Nicolas SARKOZY a été clair : la reconquête des quartiers sensibles, c’est une priorité. Nous devons nous concentrer sur les 25 quartiers qui sont rongés par la délinquance, le trafic de drogue et le trafic d’armes. La présence de la force publique doit y être constante, visible et massive.
    • Pour cela, les forces de l’ordre vont multiplier les opérations coup de poing et les fouilles. Ces opérations se prolongeront aussi longtemps qu’il le faudra : la loi doit être appliquée partout sur le territoire !
    • Les effectifs des forces de sécurité dans ces quartiers seront accrus. Le redéploiement des unités mobiles permettra de renforcer les moyens de la police et de la gendarmerie là où on en a le plus besoin : 200 fonctionnaires supplémentaires seront ainsi affectés sans délai en Seine Saint Denis.
    • Enfin, pour lutter contre le phénomène des bandes violentes, une proposition de loi va être votée prochainement : le simple fait d’appartenir à une de ces bandes sera un délit passible de 3 ans de prison.

    QUE FAIRE FACE À L’ESSOR DU TRAFIC D’ARMES ET DE DROGUE ?

    • Le trafic d’armes est une réalité planétaire qui n’épargne pas notre pays. Contre ce phénomène, le Président de la République a demandé à Michèle ALLIOT-MARIE et Rachida DATI de mettre en place des groupes de travail chargés de faire des propositions pour durcir la réglementation et la répression contre ce trafic.
    • Pour mieux lutter contre le trafic de drogue, nous allons impliquer systématiquement les douanes, les services fiscaux et les organismes sociaux, selon la méthode des Groupes d’Intervention Régionaux (GIR). L’objectif est clair : frapper les trafiquants au portefeuille.
    • Par ailleurs, des groupes spécialisés dans la lutte contre ces trafics criminels seront mis en place dans les lieux les plus touchés. Le but est de renforcer les moyens d’investigation pour que les contrôles fiscaux débouchent sur des suites pénales. Pour renforcer la qualité des procédures, 1000 officiers de police judiciaire vont être formés.

    VA-T-ON METTRE UN POLICIER DERRIÈRE CHAQUE ÉLÈVE ?

    • Notre objectif, c’est de sanctuariser les établissements scolaires, parce que la violence est encore plus intolérable quand elle touche les enfants. Sur la base des propositions de Xavier DARCOS, Nicolas SARKOZY a pris plusieurs séries de mesures :
      • En matière de prévention : 184 établissements, jugés les plus sensibles, vont faire l'objet d'un diagnostic de sécurité pour mettre en place des solutions au cas par cas. Et pour s’assurer que les élèves ne transportent pas d’armes, les personnels de direction et d’encadrement des établissements scolaires recevront une habilitation pour faire ouvrir les cartables et les sacs. Ce dispositif sera applicable dès la rentrée prochaine.
      • En matière de répression : l'intrusion dans un établissement scolaire deviendra un délit et les violences contre un agent de l'éducation nationale constitueront à l'avenir des circonstances aggravantes, y compris lorsqu'elles se produisent à l'extérieur de l'établissement.
      • En matière d’accompagnement des personnels : les établissements scolaires sont invités à avoir un « policier référent » dans le commissariat voisin. Chaque recteur disposera d’une équipe mobile d’agents qui viendront épauler, sur un plan pédagogique, les chefs d’établissements en cas de problèmes de discipline.

    LA PRÉVENTION EST-ELLE OUBLIÉE ?

    • Au contraire, la prévention est au coeur de notre action. Nous allons mettre en place une stratégie globale qui mobilise et responsabilise tous les acteurs.
    • Le Président de la République a d’ailleurs demandé à François FILLON de lui présenter dès septembre un plan gouvernemental de prévention de la délinquance et d’aide aux victimes.
  • Réunion de quartier à CRAN-GEVRIER

    Imprimer

    Je profite des "vacances" parlementaires jusqu'au 28 avril pour assister a un maximum de réunions ou d'assemblées générales sur la circonscription.

    Hier soir, j'étais donc à la réunion de quartier des Bressies, sur la commune de CRAN-GEVRIER, qui a rassemblé 18 personnes.

    Je m'attendais à un débat sur le devenir de ce quartier, sur les actions spécifiques de la mairie sur ce secteur ... et bien non, la réunion a porté sur la présentation du budget 2009 de la commune, avec un même message martelé toute la soirée : notre taux d'endettement est de loin inférieur à celui d'autres villes comparables, malgré des recettes faibles ... donc tout baigne.

    Moi qui finalise en ce moment le bilan de ma société, de telles réflexions, ça me fait sourire ...

    Alors voilà quelques chiffres sur le budget 2009 de Cran-Gevrier :

    • Dépenses de fonctionnement : 17 260 000 euros
    • Dépenses d'investissement : 4 360 000 euros
    • Les dépenses représentent un montant de 1019 euros/habitant
    • Les principales dépenses concernent la culture (11,6%), le sport et la jeunesse (10,2%), la petite enfance (10,7%), les écoles (12,8%), l'aménagement urbain (15,5%) et l'administration générale (33%)
    • Les frais de personnel représentent 65 % du budget
    • La commune emplois 319 personnes en equivalent temps plein

    L'orateur nous apprend finalement qu'entre 2002 et 2007, les recettes ont progressé deux fois moins vite que les dépenses ... nous voilà rassuré.

    Pour finir, les besoins de la commune pour les 5 années à venir sont de 2,4 millions d'investissement/an, ce qui necessite une augmentation de la Taxe sur le Foncier Bâti de +5% et une augmentation de la Taxe d'Habitation de +3,8%.

    Voilà, voilà ...

    P1160930.JPG