Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cgpme - Page 2

  • Réunion entreprises sur le plan PME à BONNEVILLE

    Imprimer

    Face à l'urgence de la situation, et afin de proposer des solutions concrètes en matière de trésorerie, en complément au plan PME annoncé par le Président de la République le 23 octobre à ANNECY, j'invite les chefs d'entreprises, en partenariat avec la CGPME Haute-Savoie, à une réunion :

    le vendredi 21 novembre à 11 H

    à BONNEVILLE

    (Espace Agora)

    Lors de cette réunion, réservée je le rappelle aux PME, nous ferons le point sur les relations PME/banques et recencerons les solutions complémentaires à proposer en ce qui concerne :

    • le poste fournisseur (assurance crédit)
    • les créances dues à l'Etat (TP, dettes sociales ...)
    • la gestion du volet social (chômage partiel ...)

    Ces différentes solutions seront intégrées dans le projet de proposition de loi "mesures d'urgence pour aider les PME face à la crise" que je compte déposer prochainement à l'Assemblée nationale.

  • 8ème convention régionale de la CGPME à LYON

    Imprimer

    Cette 8ème convention était dédiée aux pays du Maghreb : Maroc, Tunisie et Algérie.

    Les différentes tables rondes et le dialogue avec les consuls et représentants de ces 3 pays, ont permis aux 800 chefs d'entreprises présents de prendre conscience de tout l'intérêt qu'ils avaient à investir ou commercer avec le Maghreb.

    La 9ème convention régionale de la CGPME se déroulera ... en Haute-Savoie.

    P1100757.JPG
    P1100763.JPG
  • Dynamique Entreprendre août 2008

    Imprimer

    08 - 29 aout 08 - Dynamique Entreprendre.jpg

  • Point d'étape sur les pôles de compétitivité

    Imprimer

    LES CHIFFRES :

    • 5 000 : c’est le nombre de PME membres de l’un des 71 pôles en 2007
    • 1,7 Md € : c’est le montant des dépenses publiques de recherche & développement dans les pôles entre 2005 et 2007
    • 58 sur 71 : c’est le nombre de pôles dont l’évaluation est positive ou très positive

    L’ESSENTIEL :

    • Les pôles de compétitivité ont été lancés en 2005 : compte tenu des enjeux et des financements dédiés, après 3 ans, une évaluation s’imposait.
    • Le rapport d’évaluation commandé par Luc Chatel et Hubert Falco est clair : c’est une politique industrielle moderne et efficace. Sur les 71 pôles, 58 ont totalement ou partiellement atteint les défis initiaux. C’est plus de 4 sur 5 !
    • Notre prochain défi : développer des « clusters » mondiaux à l’image de la Silicon Valley , capables d’attirer les talents, les idées et les capitaux privés et favoriser le financement des PME innovantes.

    POURQUOI UNE EVALUATION DES POLES DE COMPETITIVITE ?

    • Les pôles de compétitivité ont été lancés en 2005 pour favoriser la capacité d’innovation de la France, facteur clé de la compétitivité. Depuis 3 ans, plus d’1,4 milliard d’euros ont été investis par l’Etat et ses agences (Agence Nationale pour la Recherche , OSEO) dans des projets de recherche et développement, dépassant ainsi l’enveloppe initiale prévue. Les collectivités territoriales ont pour leur part cofinancé des projets pour près de 300 millions d’euros.
    • 4 défis ont été définis initialement pour tous les pôles : un développement cohérent avec le territoire, une visibilité internationale suffisante, un partenariat efficace entre industriels et établissements d’enseignement supérieur et de recherche, et des synergies en matière de recherche et développement.
    • Après 3 ans d’existence, il était impératif de vérifier et de mesurer l’efficacité de l’argent public dépensé. Une évaluation de cette politique s’imposait !
    • Comme l’ont souhaité le Président de la République et le Premier ministre, Luc Chatel et Hubert Falco ont donc demandé à 2 cabinets indépendants une évaluation des mesures de sélection et d’accompagnement des pôles et un bilan pour chacun des 71 pôles labellisés.

    QUELLES SONT LES CONCLUSIONS DE L’EVALUATION ?

    • Première conclusion de l’évaluation : la politique des pôles de compétitivité est un vrai succès.
    • Concrètement, les 71 pôles ont été évalués en détail pendant 6 mois :
      • 36 pôles ont parfaitement relevé les défis initiaux. C’est un motif de satisfaction pour les pouvoirs publics mais surtout pour ces pôles. Les crédits et l’effort seront donc poursuivis par les pouvoirs publics au cours des 3 prochaines années.
      • 22 pôles sont sur la bonne voie pour atteindre les objectifs fixés au départ. Les 18 mois qui viennent leur permettront de travailler leurs points faibles pour assurer leur succès.
      • Seuls 13 pôles ne répondent pas aujourd’hui aux attentes de cette politique. Le Président de la République et le Gouvernement souhaitent leur laisser 1 an de plus pour réussir. La décision d’une éventuelle réorientation les concernant sera prise en 2009.
    • De nombreux projets sont déjà de vraies « success stories ». La société Protein’eXpert est spécialisée dans les protéines recombinantes. Depuis 2005, elle est membre du pôle Lyonbiopôle et son président Tristan Rousselle s’est beaucoup impliqué dans l’animation du pôle. Les résultats sont là : en 2 ans, son chiffre d’affaires a doublé, comme le nombre de ses salariés !

    QUELLE EST LA PROCHAINE ETAPE ?

    • Maintenant nous devons accompagner le développement de « clusters » de niveau mondial. Nous aurons réussi lorsque de véritables écosystèmes de l’innovation, capables d’attirer les talents, les idées et les capitaux privés se seront développés.
    • Notre ambition sera particulièrement forte pour les pôles mondiaux : nous voulons créer des « clusters » aussi puissants que la Silicon Valley , celui de Kijsta en Suède ou d’Osaka-Kobé au Japon.
    • Enfin, il n’y a pas d’écosystème de l’innovation qui fonctionne sans capitaux ! La Caisse des Dépôts et Consignations et le dispositif France Investissement doivent continuer à jouer leur rôle d’apporteur de capitaux privés. Nous voulons aussi que chaque pôle de compétitivité s’associe localement dès cette année à un club local d’investisseurs particuliers, (des « business angels ») pour favoriser le financement de la concrétisation des projets de recherche et développement.

    POURQUOI UNE POLITIQUE DEDIEE AUX POLE DE COMPETITIVITE ?

    • En France, les dépenses publiques et privées de recherche & développement représentent seulement 2,11% du PIB. En Allemagne, elles s’élèvent à 2.52% et en Suède à près de 4% ! Les chiffres sont parlants : la France , et notamment ses entreprises, doivent investir davantage pour gagner la course de l’innovation.
    • Avec la politique des pôles, le Gouvernement poursuit deux objectifs : la création de richesses nouvelles et le développement de l’emploi dans les territoires. C’est une illustration majeure de lambition du Gouvernement pour l’industrie française.
    • Un pôle de compétitivité, c’est le rapprochement, sur un territoire donné, d’entreprises, de centres de recherche et d’organismes de formation, autour d’une filière industrielle et d’un projet commun de développement. Aujourd’hui, les 71 pôles labellisés regroupent plus de 5 000 entreprises et 10 000 chercheurs.
    • Rapprocher les acteurs d’un même territoire, c’est une source d’innovation car la proximité stimule la circulation de l’information et des compétences. C’est aussi une source d’attractivité car la densité augmente la visibilité. C’est enfin un frein aux délocalisations car l’ancrage territorial des entreprises favorise le maintien de l’activité locale.
    • La politique des pôles est une politique industrielle moderne : c’est une politique offensive mais pas interventionniste, nous visons l’excellence. C’est une politique sectorielle qui s’ajoute aux mesures générales prises par le Gouvernement pour améliorer la compétitivité : revalorisation du facteur travail, crédit d’impôt recherche, loi de modernisation de l’économie.
  • Rencontre avec les syndicats

    Imprimer

    Une première à l'Assemblée nationale.

    Le président du groupe UMP, Jean-François Copé, a convié les principaux responsables syndicaux a venir débattre avec plus de 200 députés du groupe UMP (c'est ça le dialogue social). 

    Etaient ansi présents :

    • MEDEF ==> Laurence PARISOT 
    • CGPME ==> Jean-François VEYSSET
    • CFDT ==> François CHEREQUE
    • CGT ==> Bernard THIBAULT

    Tous ont salué cette initiative, qui a pour but de travailler en amont, avec les représentants des syndicats patronaux et salariés, sur les projets de lois à venir. 

    François CHEREQUE a souligné le souhait de sa fédération d'établir des relations sociales constructives et dynamiques et sa volonté de s'engager sur des sujets difficiles.

    Il est pour la transparence du financement des syndicats. 

    Il a souligné l'importance du texte sur la représentativité des syndicats, mais souligne qu'il n'y avait pas urgence de légiférer sur le second volet de ce texte concernant le temps de travail.

    Bernard THIBAULT a lui aussi souligné son impatience quant au changement des règles de la représentativité :

    • depuis plusieurs décennies, les salariés n'ont pas leur mot à dire 
    • le système en vigueur a multiplié le nombre de syndicats et fait baisser le nombre de syndiqués.

    Il est contre le fait d'aborder la problématique du temps de travail dans ce texte.

    Il veut plus de temps de reflexion.

    Si le texte à venir reste en l'état, les syndicats se mobiliseront.

    Laurence PARISOT est d'accord avec les syndicats salariés et ne veut pas que l'on aborde la problématique du temps de travail dans ce texte ... un comble.

    De nombreux députés se sont exprimés contre l'attitude des syndicats patronaux et contre la taxe de 0,15% de la masse salariale, prévue dans le texte et destinée à financer le dialogue social (aucun syndicat n'en veut d'ailleurs).

    Je prépare un amendement visant à la supprimer.

    p1050526.jpg
    p1050524.jpg 
  • Amicale parlementaire des PME à PARIS

    Imprimer

    Première réunion de l'amicale parlementaire des PME, que je préside, à la Maison de la Chimie.

    100 députés et sénateurs présents autour du Président National de la CGPME, Jean-François ROUBAUD.

    Thème de l'amicale,  le commerce de proximité :

    • Comment dynamiser le commerce de proximité ?
    • Le commerce de proximité et la grande distribution 
    • Ouverture le dimanche

    Réunion suivie par une visite de l'Hôtel de Lassay.

    Téléchargez les propositions de la CGPME :

    AP sur commerce de proximité 21 03 2008.pdf

    216720570.JPG
    1334511768.JPG
    313182299.JPG
  • Faucigny du 7 mars 2008

    Imprimer

    03 - 07mars08 Faucigny.jpg

    266240852.jpg
  • Petit déjeuner/débat à l'IPAC sur la gestion des tableaux de bord en entreprise

    Imprimer

    924821196.JPG

  • La Volonté des PME

    Imprimer

    493d6f0b6e7396f34cc7d669b262a8f3.jpg
    3737978c149c58a562f62ee1c458a851.jpg

  • Dynamique du 17 décembre 2007

    Imprimer

    666a1d209670f57b4d249e0e10e66fcd.jpg

  • Faucigny du 31 octobre 2007

    Imprimer

    b3435d5a020151186bcd9536c4264696.jpg
    57005564aadb0eff911d9dfd040312f1.jpg

  • Dauphiné Libéré du 13 octobre 2007

    Imprimer