Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

clses

  • Régionales : réunion publique à CLUSES

    Imprimer

    Après une après-midi dédiée au décolletage et à la sous-traitance (visite du CTDEC et d'une entreprise), Françoise Grossetête, tête de liste Rhône-Alpes pour la majorité présidentielle, a participé ce lundi soir à la réunion publique de Cluses.

    L'occasion de faire le point sur la campagne, de fustiger les engagements en terme de formation et de soutien à l'emploi du président socialiste de la région (plan de soutien régional de 62 millions ... on croit rêver) qui affirme dans son journal de campagne que la région a notamment fortement soutenu la filière du décolletage, tout en s'appropriant pourquoi se gêner la mesure "former plutôt que licencier", mise en place par les parlementaires et Laurent Wauquiez, secrétaire d'Etat.

    La réalité est hélas très différente.

    Pendant que les parlementaires du département faisaient le siège de Bercy et notamment du secrétariat d'Etat à l'Emploi, afin d'obtenir plus de 12 millions d'euros d'aide pour la vallée de l'Arve et la mise en place du CTP (Contrat de Transistion Professionnelle) avec la mise en place de 30 agents dédiés auprès du Pôle Emploi ... la région s'es contenté d'une aumône de ... 600 000 euros !!! ... alors que la formation fait parti des compétences prioritaires des régions.

    Mais il est vrai que Jean-Jacques Queyranne ne siégant jamais à l'Assemblée nationale ah le cumul des mandats (voir sa fiche de député), il n'est pas au courant des mesures et des plans d'aides mis en place par le Gouvernement face à la crise, notamment en Haute-Savoie. C'est toute la différence avec un député qui lui ne cumule pas, vaste débat (voir ma fiche de député).

    A force de saupoudrer, la région ne rempli plus ses compétences de base.

    C'est un des débats de cette élection : que chaque collectivité se recentre sur ses compétences de base, c'est indispensable afin de savoir réellement qui fait quoi, afin de pouvoir demander des comptes et de générer de substancielles économies.

    La réforme des collectivités à venir, tant décriée par l'opposition, permettra d'apporter enfin des réponses concrètes à ces problèmes.

    P1080953.JPG
    P1080952.JPG