Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lamour

  • Jeux Oympiques d'Hiver à ANNECY en 2018

    Imprimer

    Entretien à l'Assemblée nationale, avec Jean-François Lamour, sur la candidature d'ANNECY aux JO de 2018. 

    Ancien ministre de la Jeunesse et des Sports de mai 2002 à mai 2007, Jean-François Lamour a été l'un des piliers de la candidature de PARIS aux JO de 2012, malheureusement décrochés par Londres.

    A ma première question sur la pertinence d'une candidature française aux JO d'hiver de 2018, il m'a répondu qu'il ne croyait pas, cette fois ci, a une concurrence avec l'éventuelle candidature de PARIS aux JO de 2024.

    Il soutient donc une telle initiative et la juge très pertinente.

    Pour lui, PARIS a raté le coche et d'ici 2024, les emprises disponibles ne le seront plus et le Stade de France ne sera plus aux normes pour un tel évènement. Et d'un point de vue politique, les déclarations envers le CIO de Bertrand Delanoé, maire de Paris, ont laissé des traces que seules un changement de maire pourront apaiser.

    Pour lui, les prochaines candidatures aux JO d'été seront plutôt l'oeuvre de villes comme Lyon ou Marseille.

    Sur la candidature de Grenoble, il m'a confirmé que Michel Destot, maire de Grenoble, faisait un gros lobbying, notamment auprès de Jean-Claude Killy, membre du CIO.

    Sur la candidature d'ANNECY ... il était peut optimiste (par rapport à Grenoble), jusqu'à ce que je lui explique que l'ouverture de l'A41 Nord, en fin d'année, allait mettre Genève (et son aéroport) à 15 minutes d'Annecy.

    Le reste de l'entretien sur les tenants et aboutissants d'une candidature aux JO entre pouvoir sportif et politique est confidentiel.

    Ma prochaine rencontre se fera avec Guy Drut, qui a toutes les chances de devenir prochainement le nouveau président du CNOSF, qui est l'organisme qui décidera des candidatures françaises.

    lamour.jpg