Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Visite du Président de la République à ANNECY

Imprimer

Le Président de la République, en visite ce matin à Annecy-le-Vieux, puis à Argonay lors d'un discours, a mis en avant l’entreprise et l’investissement.

Après avoir visité la société Mecalac, il a participé en compagnie de Christine Lagarde (ministre de l’Economie), d’Hervé Novelli, de Luc Chatel et d’Eric Besson (secrétaires d’Etat) et en présence de Jean-François Roubaud, Président national de la CGPME, à une table ronde au cours de laquelle les chefs d’entreprises l’ont interpellé sur :

  • Le souhait de la mise en place d’un moratoire de 6 mois en cas de dégradation de la côte Banque de France ou SFAC, d’une entreprise
  • Le respect strict de la mise en place des nouveaux délais de paiement début janvier 2009 (pas de dérogation, notamment dans le secteur automobile)
  • La bienveillance de l’Etat et notamment des organismes sociaux, lors de retards de paiement
  • Le niveau des charges sur le travail
  • La réforme de la taxe professionnelle …

Puis lors de son allocution à Argonay, Nicolas Sarkozy a annoncé :

  • L’exonération de la taxe professionnelle pour tout investissement réalisé par les entreprises entre aujourd’hui et le premier janvier 2010.
  • La création d’un poste de médiateur du crédit au niveau national (attribué à René Ricol), avec déclinaison par département, qui sera responsable de s’assurer du bon fonctionnement du financement aux entreprises et aux particuliers.
  • La création d’un fonds public d’intervention avant la fin d’année, destiné à intervenir en prenant des participations auprès d’entreprises stratégiques défaillantes.

Le président de la République s’est exprimé longuement sur le nouveau rôle de l’Europe, sur sa volonté de voir l’Etat miser à fond sur l’investissement (175 milliards sur 3 ans) et sur la nécessaire réforme des différentes couches administratives.

sarko.JPG
P103076711.JPG
P1110140.JPG
P1030785.JPG

Commentaires

  • Mr le député,

    J'ai entendu un chef d'entreprise ce matin dire que pour un investissement de 200 000 € , en 2008 , cela se traduirait en en 2010 par une exonération de 70 € de TP ! Autant dire tout de suite qu'il faut relativiser l'impact de cette mesure .... comme souvent seules les grosses entreprises vont bénéficier de cette mesure .

  • Votre analyse est incomplète.

    Je vais mettre en ligne un article à ce sujet prochainement.

  • Les choses sont plus compliquées que celà.

    Le vrai problème, avant d'investir, c'est déjà de préserver les fonds propres des entreprises.

    Surle moyen et le long terme, il y a beaucoup de réfelexion en cours comme le fléchage de l'IS (Impôt Société) qui serait moins important s'il est réinvesti au lieu d'être distribué.

    Le problème aujourd'hui pour les chefs d'entreprise, c'est comment être capable de régler leurs échéances la semaine prochaine.

Les commentaires sont fermés.