Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Audition de Philippe Mills, Directeur Général de l'agence France Trésor

Imprimer

Cette audition portait sur le financement de la dette de la France.

 

Mr Mills a d’abord abordé l’évolution des conditions de financement de l’Etat, depuis 18 mois.

 

Avant 2007, l’abondance de liquidités et la faible volatilité des marchés permettait des conditions de financement basses.

 

En décembre 2007, par rapport à la moyenne européenne, l’Allemagne se finançait à 13 points de moins que cette moyenne et la Grèce à 17 points de plus que la moyenne. La France se finançait, à l’époque, à 8 points de moins que la moyenne. L’écart entre le meilleur élève et le moins bon était donc de 30 points.

 

En janvier 2009, l’écart entre le meilleur élève (l’Allemagne) qui se finance à 77 points de moins que la moyenne et la Grèce, qui se finance à 175 points de plus que la moyenne … l’écart et donc passé à 252 points (8 fois plus) …

 

La France se situe, en janvier 2009, parmi les pays qui empruntent, juste derrière l’Allemagne, avec 48 points de moins que la moyenne.

 

Pourquoi un tel écart entre les pays de la zone Euro. Tout simplement pour une question de prime de risque crédit et de risque de liquidité.

 

Les conditions de financement de la France (à 10 ans) sont passées de 3,3% à 4,8% en 1 an. Ces conditions seront amenées à évoluer, car la volatilité va perdurer.

 

La France bénéficie toujours d’une note … AAA, du fait :

  • de sa dette publique liquide,
  • de sa gamme diversifiée de titre entre 1 et 50 ans (répartition du risque)
  • dette détenue à 64% par des nons résidents …

Le besoin de financement de la France, pour 2009, est de 200 milliards :

  • 86 milliards pour payer le déficit
  • 116 milliards pour rembourser les emprunts … 

En 2006, le besoin en financement de l’ensemble des pays de la planète sera de 2200 milliards, soit un triplement par rapport à 2008.

 

Des chiffres qui donnent le vertige.

 

De nombreuses questions posées par les députés sur :

  • le rapport dette/déficit
  • la politique des taux de la BCE
  • qui détient notre dette
  • l’évaluation précises des garanties données par l’Etat
  • le tableau emploi/ressource de l’épargne nationale
  • la politique a adopter sur les titres indexés à l’inflation ...

Les commentaires sont fermés.