Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le dispositif national face à la grippe A

Imprimer

LES CHIFFRES :

  • 960 : c’est le nombre de cas confirmés et probables en France (au 27 juillet 2009).
  • 94 millions : c’est le nombre de doses de vaccins commandées par le Gouvernement.
  • 1 milliard : c’est le nombre de masques antiprojections dont la France dispose pour les malades.

L’ESSENTIEL :

  • Trois mois après la première alerte donnée par l’Organisation Mondiale de la Santé, le seuil des 140 000 cas a été franchi au niveau mondial. En France, l’Institut de veille sanitaire (InVS) dénombre, au 27 juillet 2009, 960 cas. A ce stade, dans notre pays, aucun décès lié directement au virus n’a été recensé.
  • L’apparition de foyers de cas groupés sans lien avec un voyage à l’étranger indique un début de circulation active du virus au sein de la population française.
  • Face à cette évolution, Roselyne BACHELOT-NARQUIN a décidé d’adapter la prise en charge des patients : depuis le 23 juillet, les patients présentant des symptômes de la grippe sont invités à contacter de façon prioritaire leur médecin traitant. Parallèlement, le Gouvernement a pris les mesures nécessaires pour être en capacité d’offrir aux Français qui le souhaitent la possibilité de se faire vacciner contre le virus A/H1N1.
  • Face à la grippe A/H1N1, tous les services de l’Etat sont mobilisés et la coordination interministérielle a été renforcée.
  • Durant l’été, le Gouvernement va continuer à préparer notre pays à l’arrivée d’une épidémie de grande ampleur avec un objectif clair : limiter son impact sanitaire et social.

QUELLE EST LA SITUATION ?

  • Trois mois après la première alerte donnée par l’OMS, le seuil des 140 000 cas a été franchi au niveau mondial. Si la grippe A/H1N1 touche fortement l’hémisphère sud qui est en plein hiver austral (13 000 cas en Australie, 11 000 cas au Chili), l’Europe n’est pas épargnée. C’est au Royaume-Uni, que l’on compte le grand nombre decas (100 000 cas confirmés, en augmentation rapide).
  • En France, l’Institut de veille sanitaire (InVS) dénombre 960 cas. Quatre personnes ont été admises en service de réanimation du fait de leur état qui depuis, s’est amélioré. A ce stade, dans notre pays, aucun décès lié directement au virus n’a été recensé.

POURQUOI FAIRE ÉVOLUER LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ?

  • Récemment, l’apparition de foyers de cas groupés sans lien avec un voyage à l’étranger indique que le virus commence à circuler au sein de la population française. C’est pourquoi le Gouvernement a décidé d’adapter le dispositif de prise en charge des patients pour qu’il soit en phase avec l’évolution épidémiologique.
  • Au début de l’épidémie avec l’apparition de quelques cas, nous avions un objectif clair : ralentir au maximum la pénétration du virus sur le territoire, mais aussi mieux le connaître et évaluer sa virulence. C’est pourquoi l’hospitalisation était automatique. Dans un second temps, la plus grande diffusion du virus et sa faible virulence nous ont conduit à augmenter le nombre d’hôpitaux en mesure d’accueillir les malades.
  • A présent que les cas se font plus nombreux, que nous savons que ce virus commence à circuler et que sa virulence est à ce stade modérée, nous adaptons notre dispositif de prise en l’élargissant à la médecine ambulatoire.

EN QUOI CONSISTE LE NOUVEAU DISPOSITIF ?

  • Depuis le 23 juillet, les patients qui présentent des symptômes de la grippe doivent, en priorité, se tourner vers leur médecin traitant. Toutefois, le recours au SAMU et au centre 15 reste activé. Il permettra de prendre en charge les cas graves, et dans tous les cas, les enfants de moins de 1 an qui doivent faire l’objet d’un traitement et d’une surveillance particulière en milieu hospitalier.
  • Ce nouveau dispositif repose sur deux éléments essentiels :
    • Des stocks de produits de santé disponibles sur l’ensemble du territoire pour être accessibles aux professionnels et aux patients. Sur prescription médicale, les pharmacies distribuent ainsi gratuitement des masques anti-projections. Cependant, la prescription d’anti-viraux, remboursés par la sécurité sociale, ne devra pas être systématique.
    • Une large information des professionnels de santé et du grand public. Pour les professionnels, un courrier d’information a été envoyé à plus de 80 000 praticiens de ville ; le grand public peut appeler le 0 825 302 302 (0,15 €/min) ou consulter le site www.pandemie-grippale.gouv.fr pour obtenir toutes les informations utiles. 

LES MÉDECINS SONT-ILS SUFFISAMMENT FORMÉS ?

  • Notre pays se prépare à la pandémie grippale depuis plusieurs années. Les professionnels de santé ont donc été informés et formés. A titre d’exemple, en 2006, 300 000 kits de formation, d’information et de communication et fiches ont été diffusés. Les médecins libéraux ont également participé à des sessions de formation, organisées en 2006 et en 2007 dans toutes les régions.
  • Début juillet, Roselyne BACHELOT-NARQUIN a organisé des réunions avec le conseil de l’Ordre, les unions régionales de médecins libéraux (URML) et les syndicats pour préparer l’évolution du dispositif et l’intégration du secteur ambulatoire. Le dispositif a donc été construit et validé en concertation avec les professionnels de santé.
  • Un site Internet dédié aux professionnels de santé (www.grippe.sante.gouv.fr) est également ouvert depuis le 23 juillet. Ce site permet d’informer en temps réel les praticiens de l’évolution des recommandations de prise en charge des patients. Il met aussi à leur disposition une série de fiches « mémo » pour la pratique quotidienne.

LES SERVICES DE L’ÉTAT SONT-ILS MOBILISÉS ?

  • Pour que ce dispositif soit parfaitement opérationnel, les services de l’Etat sont totalement mobilisés. Sous l’égide du Ministère de l’Intérieur, la coordination interministérielle a d’ailleurs été renforcée :
    • Les réunions du centre interministériel de crise, placé sous l’autorité du Ministre de l’Intérieur, se tiennent désormais toutes les semaines ;
    • Sur l’ensemble du territoire, les préfets ont reçu des instructions pour réussir la prise en charge des malades par les médecins libéraux et faire en sorte que la continuité des services de l’Etat et des collectivités territoriales soit pleinement assurée. Une attention particulière est portée aux activités des services de l’Etat qui accueillent des publics nombreux comme ceux relevant de l’éducation nationale.

QU’EN EST-IL DES VACCINS ?

  • Le Gouvernement a pris les mesures nécessaires pour que tous les Français qui le souhaitent puissent être vaccinés contre la grippe A/H1N1. Trois contrats ont été signés avec les laboratoires GSK, Sanofi-Pasteur et Novartis. Au total, l’Etat a d’ores et déjà commandé 94 millions de doses de vaccin, qui seront disponibles au plus tôt à l’automne.

Y A-T-IL DES RAISONS DE S’INQUIÉTER ?

  • Aujourd’hui, l’OMS considère que le virus de la grippe A/H1N1 est de virulence modérée, mais très contagieux. Les Anglais estiment que 30% de leur population pourrait être atteinte. Il faut donc se préparer à une épidémie, dont la gravité serait moins individuelle que collective. Individuellement, en règle générale, ce ne serait pas beaucoup plus grave qu’une grippe saisonnière, mais c’est le nombre de malades qui serait un problème de santé publique.
  • Comme l’a indiqué Brice HORTEFEUX, « il n’y a pas de raison de s’inquiéter mais il y a des raisons de se préparer ». Et c’est ce que fait le Gouvernement.
  • Parce que notre pays redoutait l’arrivée d’une pandémie grippale, la France a réalisé depuis plusieurs années un effort considérable pour planifier l’organisation les soins, assurer la formation des professionnels de santé et organiser le maintien de l’activité en cas de pandémie.
  • Le résultat de cette préparation, c’est le plan de prévention et de lutte contre la pandémie grippale qui prévoit pour chaque étape des mesures concrètes pour combattre l’épidémie et assurer la continuité de l’activité nationale. Grâce à ce plan, et selon l’OMS, la France est l’un des pays les mieux préparés au monde.
  • Depuis le début de cette épidémie, le Gouvernement a adapté en permanence et de façon pragmatique son action à la situation, tout en préparant l’étape suivante. Si nous observions une poursuite de l’évolution de l’épidémie dans le courant du mois d’août, le passage en phase 6 du plan gouvernemental pourrait être envisagé.

Commentaires

  • Monsieur TARDY,

    Autant je suis favorable à ce que le Gouvernement tienne compte de ce virus H1N1 qui circule dans notre pays, et ailleurs...

    Autant créer une psychose dans le but avéré d'aider l'industrie pharmaceutique à faire des profits records, sur le dos des patients et des contribuables, me semble beaucoup moins digne de respect.

    Le virus H1N1 – que l'on nomme à loisir grippe porcine, grippe nord américaine, grippe mexicaine, etc. – a « tué » 800 – directement ou indirectement : impossible de savoir précisément – et quelques personnes dans le monde (selon le N.Y TIMES) et notre pays, s'il recense plusieurs personnes contaminées, n'a pour l'heure aucun décès à attribuer, formellement, au virus H1N1.

    Le seul cas, très médiatisé, en France, concerne une jeune fille de 14 ans, qui souffrait par ailleurs, et surtout, de tuberculose et de maladies respiratoires.

    Vue la promptitude des Gouvernements à se saisir de tout cas – une épidémie c'est formidable ! Cela permet de faire « oublier » aux médias, et éventuellement aux citoyens, que des textes très importants sont votés ! – Et celui de l'OMS a défendre énergiquement l'industrie pharmaceutique, je me demande sincèrement quelle valeur attribuer aux 800 cas mortels recensés.

    Qui me dit qu'ils ne sont pas semblables à celui de la jeune fille de 14 ans ? Si l'on recense comme cas mortels attribués à la grippe H1N1 tous les cancéreux, les patients en fin de vie, les personnes atteintes de tuberculose et autres maladies graves, les enfants atteints d'une leucémie, etc.

    Je m'étonne presque qu'on n'arrive qu'à 800 morts de la grippe A !

    Avec ce que je sais aujourd'hui sur la vaccination, je regrette infiniment d'avoir fait vacciner mes enfants...Au départ.

    Désormais, mon épouse et moi nous faisons confiance à des solutions plus « naturelles » et...Miracle ! Nos enfants, et nous mêmes, n'avons jamais été aussi bien portants ! (Alors qu'après chaque vaccin, bizarrement (?) mes enfants étaient malades !)

    Il semble qu'un grand nombre d'études ont été faites dont, j'ai l'impression, vous n'avez pas connaissance, sur la nocivité des vaccins. C'est dommage, regrettable car vous ne pouvez finalement que répéter ce qu'on vous a appris...Ou dit.

    Il y a en France une sorte de religion de la vaccination, notre Pays étant le premier fabricant mondial de vaccins. Mais depuis des années, des médecins, chercheurs constatent que le vaccin n'est peut être pas la panacée. Bien au contraire même !

    Le fait que Mme BACHELOT soit très proche de l'industrie pharmaceutique (comme tous les Ministres de la « Santé » d'ailleurs !) n'est d'ailleurs pas pour me rassurer.

    D'autant que, ho bizarre ! La seule « information » sur les vaccins provient...De l'industrie pharmaceutique ! Qui comme l'industrie « culturelle » est d'une impartialité totale, comme chacun sait ! C'est pour le bonheur des internautes que les majors veulent la loi HADOPI.

    C'est pour éradiquer les maladies, sans lesquels ils ne peuvent vivre, et qui sont un vrai marché, très gratifiant, que l'industrie pharmaceutique plébiscite l'usage de vaccins, où elle est seul maître à bord !

    Et l'influence de l'industrie pharmaceutique n'est pas moins puissante, auprès de l'OMS, et du Ministère de la « Santé » que les majors auprès de celui ce la « Culture » !

    1.Le virus H1N1 mutation naturelle ou...Fabriquée par l'Homme ?

    En 2005, dans le magasine "USA TODAY" du 9 octobre 2005 on pouvait lire que "les services de santé européens travaillent à contenir le virus de la grippe aviaire qui, jusqu'à présent, n'a touché personne dans cette région du monde." En dépit de cette « non présence du virus », 140 millions de volatiles furent tués.

    Les pertes financières, pour le secteur de la volaille, représentaient alors déjà plus de dix milliards de dollars. Selon l'OMS, "le virus (alors) actuel, baptisé H5N1, n'a(vait) pas encore muté au point de pouvoir se transmettre facilement d'homme à homme." En 2006, on apprenait dans le même USA TODAY que le virus ne s'était jamais transmis d'homme à homme, si ce n'est au cours de manipulations de laboratoire !

    L'OMS confirmait peu après...Ce qui n'empêcha pas, pour autant, le Gouvernement américain et français d'acheter, au cours des deux années – 2005-2006 – des vaccins supposés aptes à combattre un virus qui ne se transmet pas à l'Homme !

    Conclusion logique...Et là encore confirmée par la revue « Sciences informations »...Mais bien entendu surtout pas médiatisé : un vaccin vraiment efficace ne pourrait être préparé qu'en faisant muter ce virus, et en provoquant justement ce que le monde craint le plus !

    Explication : pour fabriquer un vaccin spécifique contre un virus mutant H5N1 transmissible à l'Homme, il faut tout d'abord que ce virus de la grippe aviaire transmissible à l'homme existe. Or, ce virus n'existant pas, en 2005, excepté peut-être dans quelques laboratoires du complexe militaro-médico-pharmaceutique, il fallait provoquer la mutation du virus. Et dans des conditions optimales.

    En effet, pour produire un virus transmissible à l'homme, il faut cultiver le virus de la grippe aviaire pendant assez longtemps, en le mélangeant à des cultures de cellules humaines. Il faut ensuite l'injecter à des singes, puis à des êtres humains, pour vérifier si ces sujets attrapent ce nouveau virus fabriqué en laboratoire.

    Et...Comme par hasard, voici que quelques années après le H5N1, arrive dans le monde une version mutante du H5N1 – qui était mortel mais peu contagieux – à savoir le H1N1, qui lui est très contagieux mais généralement pas mortel ! Drôle de coïncidence tout de même non ? On a besoin d'un virus H5N1 mutant...Et quatre ans après l'arrivée de la grippe aviaire, une version mutante, juste comme il faut, tombe sur le monde !

    Autant dire qu'il y a de grandes chances que le fameux H1N1 dont on nous bombarde les oreilles a été soit fabriqué dans des laboratoires financés par des industriels puissamment motivés à laisser "accidentellement" se répandre ce virus...Soit a été fabriqué dans ces laboratoires, pour profiter de la panique mondiale actuelle, en prévision des énormes profits qui seront dégagés par la lutte contre ce virus ! Soit les deux !

    2.La vaccination : une panacée ?

    Aujourd'hui, quand nous lisons un livre sur Louis XIV, ou que nous rions des comédies de MOLIERE, nous compatissons souvent devant l'ignorance ou l'entêtement des « médecins » du 18 ème siècle, plus aptes à enterrer leurs patients qu'à les sauver. Ces fameux médecins avaient deux remèdes miracles...Qui en dépit de leurs faiblesses et de leurs impacts sur les patients...Etaient toujours présentés comme la panacée : la saignée et les sangsues. Mais peut être nos descendants – s'ils existent – se riront ils aussi de nos propres méthodes. Et notamment de la religion, en France, qu'est la vaccination.

    Il faut savoir qu'un vaccin, pour être réellement efficace contre un virus, a besoin d'être spécifique. Si certaines autorités avaient à cœur de lutter contre le virus humain de la grippe aviaire H5N1 – qui est aujourd'hui communément appelé grippe A – elles n'auraient aucune garantie sérieuse que le vaccin produit en parallèle de la propagation du virus soit efficace à cette même échéance, compte tenu des mutations virales possibles. En effet, la rapidité des mutations virales dépend de la nouveauté du virus. Les nouveaux virus fabriqués par l'homme et créés en laboratoire, comme ceux qui sont fabriqués pour préparer un vaccin, sont beaucoup moins stables que ceux qui ont naturellement évolué au cours des millénaires.

    C'est pour cette raison que tous les efforts actuels pour préparer un vaccin ne sont que de la poudre jetée aux yeux. Acheter un vaccin, soit disant miraculeux, pour lutter contre le H1N1 est donc particulièrement infantile, dispendieux, irresponsable.

  • Il faut aussi savoir que l'efficacité d'un vaccin exige des années, ou du moins des mois de contrôles et de vérifications au sein de la population visée.

    Pendant cette période, on doit soigneusement réunir toutes les informations sur les effets secondaires ou les accidents thérapeutiques provoqués par ce vaccin, afin de s'assurer qu'il ne tue pas, ou ne rende pas malades, plus de personnes que celles qu'il prétend sauver !

    Pouvez-vous sérieusement croire que le Gouvernement, ou l'industrie pharmaceutique, pourront réunir toutes ces garanties, au milieu de l'hystérie provoquée par cette "pandémie" ?

    La réaction désastreuse des autorités américaines face à l'ouragan Katrina sera avantageusement comparée au désastre sanitaire et humanitaire certain provoqué par un vaccin mal testé et des mesures de santé publique inadaptées !

    Du coté français, on peut citer le scandale de l'hépatite B, le sang contaminé, et autres « accidents » sanitaires !

    Je parle de désastre certain, parce que nous disposons de précédents. La liste est longue de vaccins préparés à la hâte, qui ont entraîné, une fois mis sur le marché, des conséquences humaines horribles.

    On peut citer le premier vaccin contre la peste porcine, les vaccins contre la polio, le vaccin contre la variole, le vaccin contre l'anthrax, le vaccin contre l'hépatite B et, plus récemment, le vaccin contre la maladie de Lyme, qui a handicapé près de 750.000 personnes en quelques mois, avant d'être retiré du marché par les autorités !

    La plupart des gens - citoyens et élus - ignorent que tous les vaccins comportent toute une série d'ingrédients qui sont potentiellement nuisibles pour la santé, et même mortels.

    On peut citer, parmi ces ingrédients, des produits chimiques toxiques comme le mercure, l'aluminium, le formaldéhyde et le formol (employés pour conserver les cadavres), des produits génétiques étrangers à l'homme, des protéines à haut risque issues de certaines espèces de bactéries, de virus ou d'animaux, et qui ont été scientifiquement associés au déclenchement de certaines maladies du système immunitaire ou de certains cancers.

    Nous disposons de plus en plus de faits scientifiques qui tendent à démontrer que les vaccins sont en grande partie responsables de nombreuses maladies, comme l'autisme, la fatigue chronique, la fibromyalgie, le lupus, la sclérose en plaques, l'arthrite rhumatoïde, l'asthme, le rhume des foins, les infections chroniques de l'oreille, le diabète de type 1, et bien d'autres maladies encore.

    Ces maladies chroniques et débilitantes nécessitent des traitements à long terme, qui eux-mêmes entraînent de nombreux effets secondaires.

    Cela signifie que les vaccins, comme bien d'autres inventions de l'industrie pharmaceutique, handicapent et tuent littéralement des millions de personnes, sans que ni le Gouvernement – qui a intérêt à trouver de telles « pandémies » : elles cachent adroitement des textes de loi controversés, elles permettent la soumission de la Société, elles instaurent une priorité à la solidarité nationale incompatible avec un droit de regard sur le vaccin, certains hommes et femmes politiques ont des actions dans les groupes pharmaceutiques ou en sont proches – ni l'industrie – qui grâce à ces formidables maladies fait de fructueux dividendes – n'interviennent pour arrêter ce fléau.

    Business Week pense que l'accumulation de vaccins par les gouvernements ne peut que profiter aux sociétés pharmaceutiques, comme Sanofi-Pasteur, Sanofi-Aventis ou Chiron. On considère que le TAMIFLU, un antiviral fabriqué par Roche, serait efficace contre la grippe aviaire. Mais il suffit de lire une simple revue scientifique pour constater que l'efficacité et l'innocuité du TAMIFLU n'ont pas été prouvées pour ce qui concerne les populations souffrant de maladies chroniques, ce qui est le cas d'une bonne partie de la population américaine et européenne !

    Il faut aussi noter que ce médicament provoque de nombreux effets secondaires : nausées, vomissements, diarrhées, bronchite, douleurs gastriques, étourdissements, mots de tête, etc.

    En 1999, les Laboratoires Roche (Hoffman-LaRoche) ont été reconnus coupables de malversations en ce qui concerne la fourniture de vitamines sur le marché mondial. Peut on, dès lors, faire aveuglément confiance à ces laboratoires plus tournés vers le profit que vers la santé des patients ?

    Il serait donc bon que vous vous posiez les questions intelligentes suivantes, et que vous y apportiez une réponse :

    Pourquoi les hauts responsables américains et européens font ils autant de publicité à la prétendue vulnérabilité des USA, de l'UE, de la France...En matière de terrorisme bactériologique ? N'est-ce pas une forme de haute trahison à l'égard de leur pays respectif que de dévoiler dans la presse des "secrets défense" aussi importants, qui pouvaient être exploités par les ennemis potentiels de notre pays ?

    Pourquoi les principaux médias continuent-ils à prédire l'arrivée d'une pandémie mondiale causée par un virus grippal humain, qui provoquera des millions de morts, comme la "grippe espagnole" en 1918-1919 ?

    Pourquoi ces mêmes médias ne parlent-ils pas des faits indubitables concernant les individus, les organisations ou les laboratoires qui travaillent à produire ces agents de destruction massive ? On a même tout fait pour "déterrer" le virus de la grippe espagnole, soi-disant pour l'étudier et, éventuellement, le répandre à nouveau !

    Pourquoi dit-on que le virus de la grippe espagnole est apparu au TIBET en 1917, d'après les données historiques officielles ?

    On a raconté que les journaux espagnols avaient été les seuls à publier des articles concernant cette grande épidémie, en raison de leur neutralité au cours de la première guerre mondiale. Toutefois, les relations entre l'Espagne et les USA à l'époque, n'étaient pas meilleures que les relations entre la Chine communiste et les USA aujourd'hui.

    On avait décidé de baptiser cette épidémie "grippe espagnole", suite à deux décennies de disputes entre l'Amérique et l'Espagne, à propos de la colonisation des Caraïbes, de Hawaï et des Philippines, après la guerre hispano-américaine, qui s'était terminée en 1902 aux Philippines. En fait, la grippe espagnole avait commencé dans des camps militaires des USA.

    Au cours des années 60 et 70, des laboratoires militaires étroitement associés à l'industrie pharmaceutique ont fabriqué des virus mutants de la grippe, et les ont combinés avec des virus de la leucémie aiguë. En d'autres termes, ils ont amassé des quantités considérables de virus de la leucémie, aussi contagieux que celui de la grippe.

    Emma Ross, journaliste à l'Associated Press, avait publié des articles sur la manière dont l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) avait lancé son "plan de crise pour éradiquer l'épidémie de pneumonie atypique". Vous savez sans doute que l'OMS est l'une des organisations qui dépendent de l'ONU, et qu'elle a été accusée de répandre le SIDA en Afrique, sous couvert de campagnes de vaccination contre l'hépatite B et la poliomyélite.

    Il existe un certain nombre de faits précis qui étayent cette accusation. Il est troublant de savoir que les Nations Unies sont très fortement influencées par certains membres de la famille ROCKEFELLER, qui possèdent des intérêts dans les industries pétrochimique et pharmaceutique. On sait que le siège des Nations Unies à NEW YORK a été construit grâce à la fortune des ROCKEFELLER.

    Aujourd'hui, la famille ROCKEFELLER, la Fondation ROCKEFELLER, les Nations Unies et l'OMS sont responsables de "programmes démographiques" visant à réduire la population mondiale à un niveau jugé plus "acceptable". Comme l'a écrit "Foreign Affairs", un périodique politique prestigieux publié par le CFR (Council on Foreign Relations), dirigé par David ROCKEFELLER, l'objectif serait de réduire la population des Etats-Unis de 50 %.

    Et voilà qu'une pandémie nous guette ? Coincidence...Vous avez dit coincidence ?

    Le Docteur Klaus Stohr, virologue de l'OMS en charge de la coordination internationale des laboratoires, avait ajouté : "C'est la première fois qu'un réseau mondial de laboratoires échange ainsi des informations, des échantillons, des prélèvements sanguins et des images. Il n'y a plus de secrets, plus de jalousie, ni de compétition, face à une telle urgence sanitaire mondiale. C'est un réseau phénoménal !" .

    Ces réseaux de surveillance des maladies infectieuses sont encore contrôlés par les ROCKEFELLER !

    Sans tomber dans la paranoia, je vous invite à lire, ou à rencontrer, le Docteur Leonard Horowitz qui est un expert international en matière de santé publique, de sciences du comportement, de maladies nouvelles et de terrorisme bactériologique.

    Diplômé de Harvard, il est membre de l’équipe de chercheurs de cette université. Il est connu pour plusieurs livres à succès, dont un best-seller : "Emerging Viruses : AIDS & Ebola - Nature, Accident or Intentional ?" (Les virus émergents, SIDA et Ebola - Naturels, accidentels ou intentionnels ?) Ce livre a permis l’ouverture d’une enquête officielle aux Etats-Unis pour vérifier les hypothèses avancées par le Dr Horowitz.

    Les travaux du Dr Horowitz concernant les risques associés aux vaccinations ont poussé au moins trois pays du Tiers-Monde de modifier leurs politiques en matière de vaccination. Le Dr Horowitz a eu l’occasion de donner un témoignage retentissant devant le Sénat des Etats-Unis.

    Une semaine avant les attentats à l’anthrax, le Dr Horowitz avait officiellement averti le FBI de cette menace précise, mais il n’avait pas été écouté.

    Trois mois avant les attaques du 11 septembre, le Dr Horowitz avait publié son treizième livre, intitulé, d’une manière plutôt prophétique : "Death in the Air : Globalism, Terrorism and Toxic Warfare" (Mort dans l’air : Mondialisation, Terrorisme et Guerre bactériologique). Dans ce livre, le Dr Horowitz s’en prend au "cartel pétrolier et pharmaceutique," qu’il accuse de préparer un nouveau génocide programmé.

    N'est on pas aussi un peu naif en Europe sur les vertus du TAMIFLU ? Savez vous qui est derrière le TAMIFLU ? DONALD RUMSFELD !

    Lors des préparations des manifestations mondiaux anti-américain contre les guerres en moyen-orient...Comme par hasard...Une grippe atypique apparaissait toujours au moment opportun pour les USA !

    Pure hasard, là aussi, l'anthrax qui arrive justement pour conforter la politique américaine en matière de terrorisme ! Des savants ont pourtant prouvé depuis que l'industrie pharmaceutique était à l'initiative de ces envois chimiques !

    N'y a t il donc personne en Europe, ou ailleurs, pour se demander si, par hasard, il n'y aurait pas dans certains milieux - politiques économiques sociaux, etc. - une volonté de, comment dire, atteindre des Gouvernements via une épidémie fort opportune ? M. ATTALI ne disait il pas lui même sur son blog que...Une épidémie est le moyen le plus efficace pour imposer un "nouvel ordre mondial" ? N'est ce pas le Président lui même - mieux informé que je ne le suis sans doute - qui disait que "personne ne pourra s'y opposer" (au nouvel ordre mondial) ?

    Après tout, je crois que l'Histoire nous apprend que la destabilisation d'un pays, d'une population, etc. N'est pas une nouveauté ! Croit on que l'ère "moderne" aurait fait renoncer les forces agissantes dans le monde, a de telles pratiques ? Hier utilisés prioritairement par les Gouvernements ? Aujourd'hui très usités par les multi nationales ? Ou les lobbies ? N'est il pas étrange que, mais que de coincidences ! La grippe A arrive pile au moment où M. SARKOZY se rend au Mexique, pour y signer...Un contrat pour permettre à Roche et cie, de s'attribuer le marché juteux des vaccinations saisonnières...Et pandémiques ? Etrange concours de circonstances non ? N'est il pas tout aussi étrange que, comme par hasard, M. BARNIER soit lié plus ou moins directement à la Société Roche ? Et bien sur, comme par hasard, Mme BACHELOT, qui est dans la profession, ne reçoit pour "l'informer" que des lobbystes, dont la partialité n'est en aucun cas manifeste comme chacun sait ! Lesquels lobbystes s'empressent, avec le consentement du Gouvernement, qui bien entendu ne cherche aucunement à faire paniquer les citoyens, de monopoliser la tribune publique ! Qui entend, en revanche, le député UMP qui parle d'une "grippette" (et c'est un médecin), et le sénateur centriste qui dénonce le gaspillage éhonté d'argent public et l'amateurisme gouvernemental ?

    Alors oui, je me pose la question : ne sommes nous pas victimes d'une destabilisation par certains pays, ou lobbies, ou "dicteurs d'opinion" ? Pourquoi le Gouvernement français prend il un malin plaisir à offrir notre France comme cible privilégiée à tous les amateurs de terrorisme ? Pourquoi aucune étude sur les rapports liant l'industrie pharmaceutique et les dirigeants de l'OMS, de l'ONU, des Etats eux mêmes ?

    Que fait l'Etat pour aider la France ?

    Se préoccupe t on de savoir s'il y a une corrélation entre les vaccinations contre la grippe humaine et la diminution du nombre de décès par cette maladie ? Non. L'industrie pharmaceutique considère que cela va de soi...Mais cette approche est trop simpliste. Car une maladie n’est jamais simple et elle n’est jamais le fait d’une seule cause ; elle est toujours multifactorielle.

    De nombreux éléments entrent en jeu pour mener au dysfonctionnement qui se traduit par des symptômes cliniques. Si le germe était le seul responsable, tous les individus en contact avec ce germe tomberaient malades. Or il n’en est rien et le principe « un germe, une maladie, un vaccin » est trop réductionniste pour être vrai. Le vaccin ou le TAMIFLU n’auront donc aucun impact en matière de prévention contre la propagation du virus transmis l’animal, en l’occurrence les porcs infectés. Si, par ailleurs, les vaccins contre les virus étaient si efficaces, comment se fait-il qu’il n’existe toujours pas de vaccin contre le virus du sida ? a vaccination n’est pas la panacée universelle, elle est tout au plus une solution de facilité et un dogme sécurisant. Car ce n’est pas le microbe qui génère la maladie, c’est l’inverse qui est vrai.

    Les vaccinations multiples entraînent un épuisement du système immunitaire ouvrant ainsi la voie à de nombreuses maladies infectieuses : la sclérose en plaques, les allergies, les cancers, les maladies auto-immunes et peut-être le sida. Les vaccinations perturbent le métabolisme et bouleverse le terrain ; les infections locales ou générales étant le résultat du dérèglement des mécanismes de l’immunité.

    C’est le système immunitaire qui préserve notre identité biologique, notre Moi. L’immunité est notre capacité à résister aux maladies, résultat de l’activité de notre système immunitaire. C’est notre système immunitaire qui décide de l’issue du combat entre notre organisme et les agents extérieurs(virus, bactéries, parasites) et les cellules modifiées de l’organisme(infectées par un virus ou des tumeurs). Quand l’organisme est agressé par une substance ou un corps étranger, il fabrique des anticorps pour les neutraliser. Les vaccinations sont des pseudo solutions ou des solutions dérisoires, car nos vrais moyens de défense, ce sont nos défenses immunitaires.

    Se préoccupe t on de lutter...A la source ?

    C’est la dégradation des conditions de vie de l’animal d’élevage qui a entraîné l’empoisonnement de la nourriture animale. Le lobby agro-alimentaire est trop puissant pour parler des animaux d’élevage et de leurs conditions de vie et de reproduction. La maladie de la vache folle est due à la violation des principes de fonctionnement de la physiologie animale.

    Une vache est un ruminant et il faut la nourrir avec de l’herbe. Mais il n’y a plus hélas beaucoup de bovins qui mangent de l’herbe dans des élevages industriels d’engraissement. Les bovins sont devenus monogastriques, car ils ne reçoivent que des aliments concentrés pour cochon : ensilage, tourteaux de soja, farines.

    Ce déséquilibre alimentaire entraîne une perturbation de fonction digestive, un ralentissement de la rumination et un bouleversement de la microflore intestinale. Le résultat ne se fait pas attendre : les bêtes sont malades et ce qui explique l’odeur pestilentielle qui témoigne de l’état pathologique des animaux. Les résultats se voient à l’abattoir : plus de 90% des bovins industriels sont cirrhotiques et c’est cette viande qui atterrit sur les étals des supermarchés et des boucheries.

    Les volailles et les porcs sont des omnivores, ils doivent donc recevoir une alimentation variée contenant des graines, des féculents, de la viande et des graisses. Le granulé unique est insuffisant pour maintenir l’animal en bonne santé. La course à la rentabilité et au profit entraîne des déséquilibres nutritionnels d’où le recours massif aux antibiotiques  et autres médicaments. Car une bête dans les élevages modernes est une usine à viande et à lait.

    On élimine certes les bêtes malades mais le système productiviste est toujours en place. Après l’élimination des animaux malades ou suspects, l’agriculteur recommence le lendemain à donner de la nourriture empoisonnée aux animaux restant dans le cheptel. Qu’aurons-nous gagné au change ? Rien, puisque les bêtes continuent à être nourris avec une alimentation déséquilibrée et empoisonnée.

    Pendant ce temps là, les bactéries envahissent les bêtes dégénérées maintenues artificiellement avec des médicaments dont les variétés et les doses augmentent d’année en année.

    L’emploi des produits phytosanitaires est destiné à tuer des micro-organismes vivants nécessaires à l’équilibre écologique.

    Tout cet environnement toxique affaiblit le système immunitaire et contribue à la propagation de l’épidémie voire la pandémie du cancer et des maladies infectieuses et contagieuses.

    Alors...Pourquoi s'étonner, après coup, du fait que les épidémies s'intensifient si...Dès le départ, nous affaiblissons notre organisme et ses défenses (et boire de l'ACTIMEL ne résoudra rien) et empoisonnons ce qui plus tard terminera dans nos assiettes ?

    Que fait le Gouvernement ? Rien. Ha si...Pardon...Il réfléchit à une taxe pour les méchants productivistes ?

  • Merci Mr Seb pour votre intervention sur le sujet H1N1;

    J'espère que Mr Tardy acceptera cette vérité que nous sommes bons nombres à connaître par notre curiosité et notre désir de bonnes informations.

    Ce n'est malheureusement pas possible pour certains tellement l'ère du médiatique lessive, distille, noie les vraies infos, mais c'est pour mieux faire tout gober on le sait, voire même les détourner et les manipuler et les transformer en moutons de Panurge ... voir et aller dans la même direction.

    Il faut le dire le Nouvel Ordre Mondial est en marche sous la pression et les complots des Bildelberg, les Illuminatis, les IG Farben, les Rockfeller, les Rotschild, la franc maçonnerie.

    Espèrons qu'un jour et vite ce monde et notre socièté soit plus humaine au détriment des interêts de certains,la vie est tellement belle que l'on a pas le droit de jouer avec ....

  • Je vais laisser M. Tardy se faire sa propre opinion sur le sujet.

    Il y a beaucoup de médecins dans notre France, et à "l'étranger" qui seront en capacité de l'éclairer sur un sujet que moi même j'ai découvert quelques temps seulement après mon mariage.

    J'ai, en effet, eu la chance de tomber sur un médecin qui nous a tout de suite mis en garde...Ma femme et moi, et depuis il est le médecin de la famille...Au sens large.

    Il est très important que les élus capables de faire fonctionner leur cervelle - et M. Tardy fait partie de ces élus, peu nombreux, et dès lors précieux - réfléchissent, posent des questions, s'interrogent. Il est facile d'asséner des vérités...Il est plus difficile d'argumenter pour prouver ses dires. C'est d'ailleurs pourquoi je renvoie M. TARDY au spécialiste que j'ai cité, qui mieux que moi saura lui expliquer la nocivité du "remède miracle" brandit par les Gouvernements et l'OMS.

    Néanmoins, je vais vous donner quelques éléments, aisément vérifiables (il suffit de quelques clics) qui, je pense, vous feront quelque peu sourciller...Et peut être réfléchir au caractère nuisible d'une mesure gouvernementale visant à faire vacciner la population française, embryons compris.

    1. Les USA se couvrent contre le risque de poursuite judiciaire.

    La secrétaire d’Etat U.S. à la santé, Kathleen Sebelius, vient de signer un décret conférant une totale immunité aux fabricants de vaccins contre la grippe H1N1, en cas de poursuite judiciaire !

    Rappelons que c'est le Gouvernement de M. Obama qui assure à toute la planète, à commencer par l'OMS, laquelle s'empresse de reprendre l'info, que...Le TAMIFLU est un remède miracle, qui permettra de lutter contre la "grippe nord américaine" connue en France sous le nom de "grippe A" ou "grippe H1N1" (nom de la mutation du virus de la grippe Aviaire (d'où le A))

    Imaginez qu'une entreprise obtienne de la Commission Européenne le droit de vendre, sur le territoire français, des OGM...Car l'APSA a démontré (on ne sait comment, mais bon) que ces derniers ne sont pas nocifs pour la santé des citoyens européens, et particulièrement Français. Dans le même temps...Vous apprenez que le commissaire à la Justice a donné aux entreprises commercialisant des OGM en Europe une totale amnistie sur les produits que les citoyens pourront dès lors consommer. Ne trouveriez vous pas le procédé, comment dire, assez louche ? Sinon choquant ? Et n'en concluriez vous pas, au final, qu'il y a anguille sous roche, et qu'il est fort probable que les OGM ont des effets néfastes sur l'organisme, tout simplement parce qu'ils sont génétiquement modifiés, ce qui affecte forcément les gènes d'un individu ?

    Moi, un Gouvernement (américain en l'occurence) qui dit d'un coté "le vaccin est le remède magique" et de l'autre "protégeons nous de toute poursuite judiciaire, et les entreprises qui commercialisent ce dernier, avec nous"...Il me parait aussi crédible qu'une Ministre de l'Economie qui affirme, en pleine crise économique, que le Gouvernement prévoit une croissance de 2,5% alors qu'en période "molle" la France atteignait, déjà, difficilement les 1% !

    Alors je sais bien que la logique "citoyen lambda" et "élu" n'est pas vraiment la même : pour le premier c'est "dans le doute abstiens toi"(de consommer des produits avec des OGM, de tenir compte des prévisions fantaisistes pour ne pas dire utopiques du Gouvernement, de te faire vacciner)...Pour les élus c'est très souvent (on vient encore de le voir avec la loi HADOPI et le travail dominical...Heureusement qu'il y a le Conseil Constitutionnel pour rattraper tout çà !) "advienne que pourra", "la France en a vu d'autres".

    Il ne me reste plus qu'à espérer que les élus feront primer, cette fois ci le "dans le doute abstiens toi" c'est à dire le principe de précaution, lequel n'a jamais été "on vaccine tout le monde au cas où...Et on prie pour que le vaccin ne s'avère pas plus néfaste que le virus".

    A défaut de se préoccuper de la santé des Français, peut être la "majorité" UMP/NC aura t elle à coeur de ne pas envoyer dans l'autre monde (pas avant 2010 (régionales), pas avant 2012 (présidentielles), pas avant 2013 (législatives)) leur plus grand soutien : les personnes âgées. Si les partis envoient leurs électeurs au cimetière, où va t on ?!

    Peut être M. Tardy aurez vous à coeur de vous renseigner pour savoir la raison de cette amnistie américaine ? Laquelle amnistie pourrait aussi être validée par la Commission Européenne. N'est il pas surprenant que les dirigeants d'entreprises de l'industrie pharmaceutiques, qui assurent sur toutes les chaînes du monde la fiabilité de leur vaccin, s'empressent de demander aux Gouvernements du monde totale immunité en cas de poursuite judiciaire ? Et extrêmement choquant que lesdits Gouvernements la leur accorde ? En vertu de quel principe ? Le droit à exterminer tranquillement l'humanité, dans le but d'expérimenter sur des cobayes humains, non consentants (vaccination obligatoire), leurs nouveautés ?

    Donc si je comprends bien, je peux poursuivre un député ou un sénateur lorsque celui ci commet des actes que la loi réprouve. Je peux faire de même à l'égard du Président de la République, une fois son mandat terminé : l'immunité ne durant que le temps du mandat. Mais poursuivre une entreprise pharmaceutique qui aurait, volontairement, et consciemment, inoculé dans le corps de milliers d'individus une substance appelé "vaccin" aux effets néfastes, elle, bénéficiera d'une immunité totale en matière de poursuite judiciaire ! Et tout le monde trouve cela normal ? Personne pour s'étonner de cette demande d'immunité ? Personne pour s'interroger sur la validation d'une telle demande ? Et in fine...Sur l'efficacité et les effets indésirables du vaccin présenté comme "remède providentiel" ?

    Vous n'êtes peut être pas au courant, mais aux USA des milliers d'Américains contestent la vaccination obligatoire à laquelle on souhaite les soumettre...Comme vous pouvez le constater dans des conditions optimales !

    Vous trouverez ci dessous le lien vers la plainte de la journaliste d'investigation Jane Burgermeister, auprès du FBI.
    http://www.scribd.com/doc/17044769/Evidence-of-the-Use-of-Pandemic-Flu-to-Depopulate-USA

    Voici aussi son mail (lui écrire en allemand : cf google translation ou mon préféré babel fish) pour prendre éventuellement contact avec elle :
    jmburgermeister@gmail.com.

    2. Un vaccin d'origine naturel a l'efficacité prouvée ?

    Pour commencer, ni l’OMS ni le CDC ni aucune instance scientifique n’a produit de preuve quant à l’existence de ce nouveau virus H1N1, virus qui devrait être isolé, caractérisé et photographié par un microscope électronique en vertu des procédures scientifiques habituelles lorsqu’il existe un danger de pandémie.

    L'OMS parle de "pandémie" mais elle n'a rien qui vient l'affirmer...Et surtout rien ne justifie la panique et la dramatisation mise sur la grippe A. L'argument de l'OMS c'est...Le précédent historique ! Comme il y a eu une "grippe espagnole" (on l'a dit fabriquée par l'homme en labo)...Il doit y avoir une pandémie similaire. Mais ce serait croire que les virus ont "le sens de l'Histoire" ! Or...Il n'en est rien.

    Un virus est une mutation d'un corps parasité, dont la seule vocation est de toujours se diviser pour lutter contre les protections d'un organisme douillet, où le virus se verrait bien prospérer. Il ne "pense" pas...Et n'a aucune logique historique. Il n'est pas "éduqué". Il n'a donc aucun "marqueur" comportemental, comme peut en avoir, par ex, une famille, une Nation, etc.

    Les Hommes sont amenés à toujours reproduire leurs erreurs, car nous sommes des êtres pensants, mais soumis dans le même temps à nos passions, à l'influence de ceux qui nous entourent, mais aussi conditionnés par une histoire, une éducation.

    Un virus, lui, ne pense pas. Son seul "but" dans la vie, c'est de trouver un foyer accueillant, où il pourra tranquillement grandir, jusqu'à ce qu'on l'en chasse, ou jusqu'à ce que l'organisme se meurt. Dès lors, le virus devra reprendre sa quête. Il ne se "dit" pas qu'il mutera comme ci ou comme çà, parce que la mutation d'un virus est un hasard, un aléa, une rencontre...On ne peut donc pas déterminer si une mutation s'averera plus grave ou plus bénigne que ce qu'on redoutait.

    Comme les Hommes connaissent le principe de la mutation du virus, ils n'ont pas mis longtemps à faire faire des "rencontres arrangées" dans le but louable au départ de ne faire rencontrer aux virus que de bénignes "partenaires"...Mais la quête du profit aidant, l'humain se transforme parfois en apprenti sorcier, et ce n'est pas la douce et innoffensive partenaire que rencontre le virus, mais la pétillante et dangereuse vamp du quartier.

    Récemment, on a appris - sur Internet, et par les médias anglais et américains, il ne faut pas compter sur les français ! - que le laboratoire de Baxter en Autriche, l’un des laboratoires de biosécurité, supposés être les plus sûres au monde, n’a pas pris les précautions les plus essentielles et les plus élémentaires pour sécuriser 72 kilos d’un agent pathogène classé comme arme biologique, et pour le séparer de toutes les autres substances conformément à la réglementation stricte du niveau de biosécurité ! (Et pas un mot bien sur de l'OMS, de la Commission Européenne, ou du Gouvernement français pour s'en inquiéter !)

    Au contraire, elle l’a mélangé avec le virus ordinaire de la grippe humaine et expédié à partir de ses installations de Orth dans le Danube ! Que l'on se sent rassuré par, comment dire, le professionnalisme de cette société ! Un virus contagieux et mortel se balade dans la nature...Tout va bien Mme la Marquise ! On comprend mieux qu'après une telle "bourde" l'industrie pharmaceutique ait demandé une immunité pour éviter toute poursuite judiciaire !

    Selon les sources du journaliste américain Wayne Madsen (un journaliste de Mexico City et un autre de Jakarta qui ont travaillé aux Nations Unies avec des spécialistes de maladies telles que la grippe aviaire, l'ébola et le SIDA) le virus de la grippe A H1N1 serait d'origine humaine. C'est à dire fabriqué en labo. Hum...Voyons voir, à qui profite le crime ? Et qui est en mesure d'avoir un ou des labos à sa disposition ? Mise à part l'armée et l'industrie pharmaceutique, je ne vois guère !

    Selon ces journalistes la forme de ce virus est "très inhabituelle" et semble être le résultat de techniques de manipulation génétique. Le virus de cette grippe contient des éléments de grippe aviaire, de 2 formes de grippe humaine et différentes formes de grippe A H1N1. Selon les scientifiques, ceci ne se produit pas naturellement, ce qui impliquerait évidemment la nécessité d'une intervention humaine.

    Bon...Maintenant que vous avez une petite idée de comment ce virus est apparu...Et de la fiabilité du vaccin lui correspondant, peut être aimeriez vous, M. Tardy savoir quelle "fiabilité" et "efficacité" peut avoir un vaccin préparé à la va vite, aux tests cliniques nécessairement insuffisants, et facteurs de troubles néfastes pour l'organisme ?

    Dans les années 80, le Dr Salisbury a été sévèrement critiqué pour avoir mené une campagne massive de vaccination des enfants avec le vaccin ROR (rougeole-oréillon-rubéole) fabriqué par le prédécesseur de GlaxoSmithKline.

    Ce vaccin fut retiré du marché japonais après que des effets secondaires aient été constatés chez de nombreux enfants vaccinés. Le Gouvernement japonais a été obligé de payer d’importantes indemnités aux victimes. En Suède, le vaccin ROR de GlaxoSmithKline fut retiré de la circulation après que des scientifiques aient établi le liens entre le vaccin et la maladie de Crohn. Apparemment ces éléments n’ont guère perturbé le directeur du groupe SAGE de l’OMS, le Dr Salisbury ! Faudra t il déplorer, après coup, les conséquences négatives d'une vaccination ? Ou bien aura t on le courage de ne pas procéder à celle ci...Du moins tant que rien ne vient démontrer la vraie efficacité du vaccin, et que les USA ne retirent pas, mili militari, l'immunité qu'ils viennent d'accorder à l'industrie pharmaceutique.

    Les rapports faits à la suite de cette tragédie, disent très clairement (je vous invite à prendre contact avec les parlementaires britanniques) que Smith-Kline & French, devenue Smith-Kline-Beecham et qui à l’époque étaient impliqués dans la production anglaise, étaient préoccupés par les questions de sécurité et hésitaient à demander une licence britannique pour leur vaccins contenant la souche Urabe.

    Leurs préoccupations concernant les possibles préjudices d’un de leurs produits sur les enfants, les conduisit à demander au Gouvernement britannique de les garantir contre toute action en justice résultant d’un dommage lié au vaccin. Sur les conseils du Dr Salisbury et des représentants du ministère de la santé, le gouvernement britannique, enthousiaste à l’idée d’obtenir des vaccins bon marché, donna son accord.

    Aujourd’hui, le même Dr Salisbury promeut l’usage du vaccin, non testé, H1N1 également produit par la même entreprise qui s’appelle maintenant, GlaxoSmithKline ! Et comme le hasard fait bien les choses, le TAMIFLU fut retenu par les 27, comme remède miracle après que Roche ait - leçon royale de marketing ! - inondé l'OMS et l'UE de vaccins...Généreusement offerts par la société Roche, qui, coincidence là encore ? Avait jusqu'ici bien du mal à écouler ses stocks de TAMIFLU, en raison des critiques formulées à l'encontre de ce dernier. Mais comme en 1980, il faut croire que les Gouvernements, tous heureux d'obtenir des vaccins à bons marchés, gratuitement même, se tamponnent complètement de l'efficacité réelle du vaccin, et tant pis pour les conséquences !

    En 1976, le Gouvernement des USA fut confronté à un nouveau virus de grippe porcine. Il y eut une campagne nationale de vaccination à la suite de laquelle des milliers de personnes ont demandé des dommages et intérêts alléguant qu’elles avaient subi des effets secondaire dus à la vaccination. On comprend mieux la demande d'immunité ! Il serait tout de même horrible que tous ces cobayes forcés puissent émettre une quelconque réserve, et même poursuivre l'industrie pharmaceutique, sans parler des gouvernants eux mêmes, n'est ce pas ?

    La FDA ( Food and Drug Administration ) américaine et les autorités sanitaires au Royaume-Uni ont décidé de laisser l’industrie pharmaceutique introduire sur le marché les vaccins sans que leurs possibles effets secondaires ne soient évalués. Les premières doses de vaccins seront délivrées au public avant que leur innocuité et leur efficacité ne soit avérées !

    Les vaccins non testé sont délivrés en deux doses. Une des marques de vaccin contiendrait un additif chimique – adjuvant – afin de renforcer l’effet, augmentant dramatiquement le potentiel d’effets secondaires !

    Les enfants seront en première ligne et pourraient être vaccinés un mois avant que les résultats des essais ne soient connus ! Et qu'envisage d'autre le Gouvernement français ? Le principe de précaution ce n'est pas faire vacciner tout le monde en urgence...Mais bien au contraire, ne vacciner personne tant que, au moins, les règles scientifiques soient respectées, le vaccin testé (et pas que sur une souris, et c'est terminé !) et les immunités supprimées !

    3. Baxter l'entreprise visionnaire ? Où à l'origine de la "pandémie" ?

    Un an avant que le premier cas de la prétendue grippe porcine ne soit décelé, la plus grande firme pharmaceutique Baxter, a déposé un brevet pour un vaccin contre le H1N1 : Brevet US 2009/0060950 A1 qui stipule « la composition ou vaccin composé de plus d’un antigène … comme la grippe A et B en particulier prélevé sur un ou plus des types humains de H1N1, H2N2, H3N2, H5N1, H7N7, H1N2, H9N2, H7N2, H7N3, H10N7, de grippe porcine H1N1, H1N2, H3N1 and H3N2 sous-type, de la grippe du chien ou du cheval H7N7, H3N8 sous-type ou de la grippe aviaire H5N1, H7N2, H1N7, H7N3, H13N6, H5N9, H11N6, H3N8, H9N2, H5N2, H4N8, H10N7, H2N2, H8N4, H14N5, H6N5, H12N5 sous-type.”

    La demande de brevet précise : « des adjuvants appropriés peuvent être choisis à partir de gels minéraux, d’hydroxyde d’aluminium, d’agents de surface, de lysolecithin, de pluronic polyols, de polyanions, ou d’émulsions d’eau et d’huile. Bien sûr la sélection de l’adjuvant dépend de l’utilisation. Par exemple la toxicité dépend de l’organisme auquel le produit est destiné et peut varier d’une toxicité nulle à une toxicité élevée. »

    Que Baxter puisse être très en avance, et que la proximité entre le dépôt de brevet et la "pandémie" H1N1 soit une "simple coincidence" je veux bien...Mais tout de même, est ce que cela ne mérite pas une petite enquête ?

    Et vue qu'on se dispose à vacciner tout le monde, est il bien normal qu'en l’absence de toute responsabilité juridique Baxter se prépare à vendre des millions de doses de vaccins contenant un adjuvant hautement toxique tel que l’hydroxyde d’aluminium ?

    Jouer ainsi à la roulette russe la santé de ses concitoyens ne me parait pas être un choix sérieux ! Ni très "responsable" ! La France est donc "prête" à acceuillir chez elle un vaccin hautement toxique, qui non non, bien sur, n'aura aucune incidence sur l'organisme des citoyens ! A inoculer, sans preuve aucune de l'efficacité du vaccin, ce dernier dans l'organisme des citoyens ! Et se féliciterait presque d'avoir vu ses dirigeants se faire honteusement acheter lors du sommet européen des Ministres de la Santé...Lesquels sont, mais que de coincidences là encore ! Tous liés plus ou moins à...L'industrie pharmaceutique !

    Il serait peut-être temps de demander à tous les responsables de l’OMS, du SAGE, du CDC et des membres de l’Administration Obama et autres, d’être les premiers à se faire inoculer la dose entière de vaccin H1N1 qui sera distribuée au public.

    La population n’a pas à servir de cobaye pour les essais d’un nouveau vaccin. Et puisque les élus et nommés assurent que le vaccin est fiable et nécessaire, qu'ils se l'inoculent dans les veines ! Ainsi, les citoyens pourrons observer les résultats.

    Le même principe doit s’appliquer à tous les Gouvernements et organismes de santé qui demandent à leurs citoyens d’expérimenter les vaccins H1N1 de GlaxoSmithKline ou de Baxter, afin de vérifier leur innocuité.

    4. La grenouille qui se voulait plus grosse que le boeuf

    Vous l'avez entendu ? La grippe A est, selon l'OMS, la pire pandémie du siècle ! Rien que çà !

    Or savez vous ce que vient d'annoncer l'OMS ? Elle vient juste de décider, elle qui est chargée de surveiller les foyers de ce que l’on nomme pandémies d’arrêter le suivi de l’évolution de la grippe porcine (ou de virus H1N1 comme on préfère l’appeler maintenant afin de ne pas froisser les producteur de porcs) !

    Dans une note d’information, postée sur son site web, l’Organisation Mondiale de la Santé indique qu’il n’est plus nécessaire de recenser les cas de H1N1. La dernière mise à jour de l’OMS, en date du 6 juillet, indique 94 512 cas confirmés dans 122 pays, dont 429 décès. Apparemment l’OMS affirme que le nombre de cas confirmés en laboratoire est insignifiant. La note précise que les pays continueront à notifier les premiers cas confirmés. il est également indiqué que les pays doivent suivre les groupes de cas graves ou mortels qui peuvent indiquer une mutation du virus vers une forme létale. Il est dit qu’il faut « être vigilant » en cas d’augmentation d’absentéisme scolaire ou d’augmentation du nombre de consultation dans les services d’urgences.

    Le « Centre de contrôle et de prévention des maladies »(CDC) d’Atlanta est d’accord avec l’OMS pour arrêter le décompte. Le Docteur Michael T. Osterholm, directeur du « Centre de recherche sur les maladie infectieuses de l’Université du Minnesota », admet que les tests existants pour confirmer le H1N1 sont empiriques et peu sûrs et affirme : « de mauvaises mesures sont pires que pas de mesures du tout ».

    Ainsi l’OMS a décidé de supprimer les tests qui de toutes façons ne permettent pas de déterminer scientifiquement qui est atteint du H1N1 et qui ne l’est pas. Et ainsi ils ont décidé de supprimer le décompte des résultats des tests, mais aussi des cas de grippe H1N1, avec pour tout commentaire : « nous présumons que presque tous les cas sont des cas de grippe porcine H1N1 ».

    La présomption remplace la preuve, en science ! Et les scientifiques ont l'audace de se moquer de la religion ! Mais je crois mille fois plus en l'existence du Christ, et en sa divinité, qu'aux délires de l'OMS qui exige quasi le remplacement de la preuve par la foi ! On a eu jadis la "loi des suspects" pour détecter les présumés de traitrises. Lesquels une fois "suspect" étaient aussitôt envoyé en direction de la Sainte Guillotine. On a eu la "loi des suspects" avec l'HADOPI. Et voici maintenant que toute pathologie sera attribuée à la grippe A...Sans preuve ?

    Et le Gouvernement français a l'audace de prétendre qu'il agit sérieusement ? Depuis quand la science repose t elle sur des dogmes et non la Raison ? Des "si" et non des preuves ? La foi en quelque chose...Et non des preuves matérielles ?

    On prétend tout coordonner, gérer. Mais c'est de l'amateurisme pur et simple, doublé d'une inconséquence grave (et voulue ?) qui est à l'oeuvre ! Ne serait ce que pour vos propres enfants...Ne pourriez vous demander, M. Tardy, le respect des citoyens ? Lesquels en ont sincèrement marre d'être pris pour des imbéciles qu'ils ne sont pas.

  • Je tiens à remercier également la personne nommée "Seb" a sa juste valeur qui a pris la peine de rédiger un commentaire autant étayé que pertinent.

    Il est évident que ceux qui n'auront pas été alerté par leur curiosité naturelle, n'ont pas conscience de tout ça et vont agir uniquement en bon exécutant du gouvernement.

    Autant pour la crise économique ils n'ont rien vu venir alors que dès juin 2007 n'importe quel individu doté d'une connexion internet et ayant un minimum de curiosité était informé de ce qui allait se produire... autant là ça fait un moment à la radio que des pseudo scientifiques nous bassinent avec une "pandémie inévitable".

    On arrive même à prévoir la période de propagation massive du virus (à la rentrée) alors que personne n'est capable d'annoncer publiquement la deuxième vague de chute économique lié aux LBO, aux défaillance sur les cartes de crédit, aux défaillance de remboursement sur les crédit de l'immobilier commercial.

  • D'autres questions qu'il me semble bon de se poser :

    1) Si l'on souhaite lutter contre une "pandémie" pourquoi autorise t on la totale liberté des transports depuis le Mexique ? N'aurait on pas dû mettre, au départ, le Mexique en quarantaine ? Ce qui aurait permis d'isoler le virus, ou tout au moins d'éviter sa propagation. Au moins, de cette manière, il n'y aurait eu des cas qu'au Mexique ! Pourquoi un tel choix n'a t il pas été retenu : seulement à cause des traités de libre échange ? Ou bien doit on cette lâcheté et cette irresponsabilité à autre chose de bien plus terrifiant : la volonté inavouée d'une propagation du virus, seule à même de modifier le comportement des individus ?

    Néanmoins, il n'est pas trop tard. Sachant que pour le moment tous les pays du monde ne sont pas touchés, ne convient il pas de mettre, pour une période x, tous les Etats qui ont des cas de grippe "A" en quarantaine ? Et d'interdire tout transport de marchandises et humain (touristes) pendant cette même période ? Histoire d'éviter que le virus ne continu à se propager comme il le fait ? Comment se fait il que l'ONU, c'est à dire les NATIONS UNIES, n'aient pas demandé que l'on "isole" pendant un temps les pays "contaminés" ? Va t on nous faire accroitre que cette absence de vigilance, pour ne pas dire cette incompétence manifeste, a été supplantée par le désir de sauver la saison touristique en France ? Si je comprends bien le principe de précaution ne vaut que pour la France ?

    On observe que tous les cas, la plupart, sauf quelques cas au Brésil et en Italie, proviennent soit des USA soit du Mexique. Ne serait il pas logique que l'on isole ces deux pays de "provenance" du virus ? Qui a eu l'imbécile idée de laisser les gens issus de ces pays "exportés" leur virus ? Sachant qu'on savait, alors, déjà, que le virus était particulièrement contagieux, même si non mortel en général ? Peut être serait il bon d'interroger les commissaires de l'UE, les membres de l'OMS, et bien sur M. Hortefeux, Ministre de l'Intérieur, qui n'a pas eu l'air de penser qu'en faisant rentrer le loup dans la bergerie, on risquait d'avoir des problèmes ! Monsieur Hortefeux est peut être généreux...Mais je me souviens qu'on m'a appris, dans le temps, que la peste noire a contaminé toute l'Europe parce qu'on n'a pas voulu isoler, mettre en quarantaine, une quinzaine de Genois...!

    2) On peut aussi s'interroger sur, comment dire cela de manière politiquement correcte ? L'inaptitude des agents de l'OMS à faire leur travail.

    Explications :

    a) VERATECH (organisme américain d'alerte) est prévenu, le 30 mars 2009, qu'une épidémie d'affections respiratoires aigues atypiques, touchant, dans une petite ville (la glauria) de veracruz, 1800 personnes sur 3000, sévissait au Mexique. Un cordon sanitaire y avait été établi et l'on s'était attaqué aux mouches, suspectées d'être le vecteur de la maladie. En effet, l'endroit était rempli de mouches...Venant elles mêmes d'une porcherie appartenant à une multinationale.

    Les fonctionnaires s'étaient attaqués à ces mouches, et à la porcherie dans le même temps, car plusieurs associations avaient dénoncé les activités de cette multinationale et les conséquences qui s'en suivaient : mouche à gogo, odeurs détestables, etc.

    Peu après, lesdits fonctionnaires lançaient une campagne de vaccination. Et cela bien que la grippe ait été écartée, par les médecins du secteur, comme cause de ces manifestations de problèmes respiratoires atypiques. Oui...Vous avez bien lu : une vaccination « préventive » en quelque sorte, contre une grippe non responsable des affections respiratoires atypiques constatées...Que se propose t on de faire aujourd'hui ? Sinon vacciner préventivement des citoyens fragilisés, mais on ne sait trop par quoi : grippe ordinaire, effets de vaccins précédents, grippe A...Tout est possible ! Un peu comme jadis on faisait des saignées et des lavements aux Souverains et aux courtisans – heureusement le Peuple avait le bon sens...Et pas suffisamment d'argent...Pour ne pas suivre ces très mauvais conseils – pour tout et n'importe quoi. Avec les résultats qu'on sait. Les « médecins » de Louis XIII l'ont certainement plus achevé que soigné ! Doté d'une constitution déjà fragile, le pauvre roi a multiplié au cours de sa vie les lavements et les saignées. Mal lui en a pris ! Et si Louis XIV a eu une vie bien plus longue que l'espérance de vie de l'époque, sans doute faut il qu'il en remercie sa mère, qui en Espagnole ne redoutait pas autant l'eau que son époux ! Et rendre grâce au ciel qu'une certaine Mme de MONTESPAN ait découvert les vertus des lotions des femmes aux plantes ! Quant au futur Louis XVI...Il doit sans doute sa vie à sa nourrice, puisque celle ci refusa les « soins » que les docteurs voulaient prodiguer à l'enfant royal, et qu'ils avaient prodigué à son frère « Bourgogne » !

    b) VERATECH diffuse donc l'information sur son site Internet. Le même jour – le 30 mars donc – le même système d'alerte américain avertissait, via son site, le cas d'un canadien de 47 ans, hospitalisé à OTTAWA le 22 mars, suite à un voyage...Au Mexique. Il n'y a pas eu de diagnostic fait à l'hôpital de OTTAWA et personne n'a vu de relation entre ce cas et ce qui s'était passé à LA GLORIA.

    c) Le 2 avril, le quotidien mexicain « à l'image du golf » constatait une augmentation de 15% des cas de personnes souffrant de maladies respiratoires...Dans les régions près de VERACRUZ, c'est à dire, vous l'aurez compris, à proximité de la petite ville de LA GLORIA, foyer d'origine des dites maladies respiratoires. Étrangement, ces augmentations de maladies respiratoires furent cette fois ci attribuées à des modifications climatiques saisonnières.

    d) le 16 avril, dans un hôpital proche, toujours de VERACRUZ, était signalé des cas de personnes touchées par d'atypiques maladies respiratoires...Et c'était, paraît il, bactérien !

    e) Le CDC (veille sanitaire aux USA) fut prévenu par VERATECH, qui à son tour a averti l'OMS. Laquelle était, par ailleurs, sollicitée, le 22 et 23 avril. Quelques jours après...L'OMS avertissait le monde...Sans préciser la provenance du virus.

    f) le 27 avril, la multinationale (SMITHFIELD Corporation) , d'origine américaine (qui détient le tiers du CA des porcs dans le monde), recevait la presse. (ASSOCIED PRESS) Preuve que des doutes sérieux existaient, et que les journalistes...Mais aussi des enquêteurs de l'ONU venus sur place, avaient clairement situé le foyer d'infection, avant même que l'OMS le révèle, et la cause du mal : transmission du virus par les porcs. Là encore, on peut s'étonner que l'OMS n'ait pas, comment dire, rassembler rapidement les représentants du secteur pour qu'ils prennent leur précaution en évitant notamment que les éleveurs de porcs soient en contact avec les porcs en question. Car ces éleveurs n'étant pas, à preuve du contraire, des ermites, il était évident que sauf à être mis en quarantaine, ils allaient naturellement contaminer les humains qu'ils rencontreraient, puisqu'ils seraient porteurs du virus !

    Je ne veux pas dire...Mais ce n'est pas de la négligence çà ? Et que dire de l'irresponsabilité totale de cette même OMS qui n'a pas jugé utile, sachant la vive propagation du virus, et ignorant la dangerosité pour l'Homme, de (conseiller de) consigner fortement au Mexique de fermer les frontières ! Ce qui aurait évité la propagation du virus, même si de toute évidence il y avait (du départ) un autre foyer aux USA. (Comme par hasard, vers une porcherie appartenant à la même multinationale que pour LA GLORIA !)

    3) On peut tout autant s'interroger sur l'intime conviction de l'OMS envers la vacccination. Pour l'OMS, il n'y a pas de doute. Seuls les vaccins et les anti viraux peuvent lutter contre une pandémie. Or...Rien n'est moins sur ! Dès 99, le comité de surveillance des anti viraux, qui dépend de la FDA américaine, avaient déjà recommandé, vainement, à une très large majorité, que le TAMIFLU et le ROLENZA ne soient pas approuvés par la FDA, en raison de leur faible efficacité et de leur coût très élevé. Le TAMIFLU a donc été commercialisé par un petit laboratoire américain, qui s'appelle GILEAD Science. Or...Savez vous comment s'appelait son PDG...Jusqu'en 2001 ? Un certain DONALD RUMSFELD ! Lequel n'a, comme chacun sait, pu faire aucune pression sur la FDA, de part sa position au Gouvernement BUSH...Et qui aujourd'hui encore détient un beau paquet d'actions sur le TAMIFLU ! En 99, GILEAD Science a revendu le TAMIFLU au laboratoire ROCHE. (Pour que celui ci le développe, car GILEAD n'avait pas les moyens de le faire)

    L'inefficacité du TAMIFLU ? Elle est prouvée ! Après l'opposition américaine ci dessus, c'est au tour de l'office canadien de coordination et de l'évaluation des technologies et de la santé (OCCETS), deux ans plus tard, de confirmer le diagnostic de leurs confrères américains en 99 ! Selon l'un des auteurs du rapport « pour un régime gouvernemental d'assurance maladie, il en coûterait plus cher pour distribuer les anti viraux à toute la population que les avantages qui en découlerait ».

    La newletter suisse, INFORMED PHARMATIC en arrive aux mêmes conclusions. Elle déclare que « sur la base des connaissances actuelles, il n'existe aucun groupe bien défini de malades de la grippe, auquel on puisse conseiller un traitement à base de TAMIFLU ».

    Bref, si l'on résume les choses, l'efficacité du TAMIFLU est hautement contestée par la communauté scientifique, des experts de l'économie médicale, et des experts internationalement reconnus ! Et pourtant...Le TAMIFLU est commercialisé...Au mépris de tous ces avis scientifiques, peut être un peu trop indépendants et impartiaux ? Légalement comment peut on laisser un tel produit si néfaste pour la santé, et onéreux pour les finances publiques, être commercialisé, et pire encore, être présenté comme remède miracle ? Peut être la très partiale Ministre de la Santé pourrait elle vous le dire...Elle qui, selon ses propres dires, se soucie (comme d'une guigne ?) de la santé de ses compatriotes.

    Mais peut être, pour être éclairé sur la question, convient il de pousser quelques portes, et de circuler dans quelques couloirs du pouvoir. Il est toujours intéressant de voir comment un bête anti viral inefficace et onéreux, peut devenir, en peu de temps, la panacée brandie par l'OMS.

    Revenons à l'entreprise ROCHE, qui donc a acquis en 99/2000 la licence pour commercialiser le TAMIFLU inventé par GILEAD. De 2000 à 2003, hormis au Japon, les ventes de TAMIFLU n'ont pas fait de bond spectaculaire, car les pays occidentaux et les USA – peut être alertés par les opinions défavorables des scientifiques ? - Étaient défavorables à l'utilisation du TAMIFLU. Les choses sont tellement mauvaises que ROCHE est sur le point de retirer, carrément, du marché, le fameux TAMIFLU. (En raison des mauvaises notes des scientifiques, ROCHE pouvait difficilement faire la pub de son anti viral)

    En janvier 2004, retournement de situation. ROCHE décide de faire associer son anti viral à la campagne lancée par l'OMS, dans la crainte d'une épidémie de grippe aviaire de type H5N1. (Pas très contagieuse mais mortelle) Commence alors les tests qui vont redorer l'image du TAMIFLU : 20 rats de laboratoires sont mis à contribution. On teste donc : contrairement à une étude scientifique en double aveugle, où l'on met d'un coté un placebo (pipi de chat) et de l'autre le principe actif, là on utilise deux anti viraux. Concrètement, on fait tester aux rats l'ancienne et la nouvelle génération de TAMIFLU. Alors que d'un coté, les 10 rats sont morts, avec la première version du TAMIFLU, parmi les 10 autres rats testés au TAMIFLU nouvelle version, 2 survivent.

    L'OMS va alors s'appuyer sur la toute relative efficacité du test – efficacité du TAMIFLU : deux rats sur 10 survivent – pour inciter les pays dits riches à stocker à prix d'or du TAMIFLU. « Le seul anti viral efficace » disait BERNARD ROUSSIN, le directeur général de la santé française en 2005...Qui est toujours à son poste en 2009. Constat facile à faire...Puisque aucune comparaison n'a été effectuée ! Sans concurrents, il est facile de dire qu'on est le meilleur ! Sans autres anti viraux en compétition – l'OMS ayant fait du TAMIFLU le remède miracle avant même les tests en laboratoire – il est très aisé d'en déduire que le TAMIFLU est le seul anti viral efficace...Fort relativement, puisqu'il protège 2 rats sur 10 ! Quelle efficacité redoutable ! Le virus H5N1 n'avait qu'à bien se tenir !

    Mais il reste encore quelques États – pas la France : le Gouvernement est rapidement tombé dans le panneau – réticents. ROCHE décide alors de jouer un coup marketing magistral. Il fait, très opportunément, un don de 3 millions de TAMIFLU, à l'OMS le 24 août 2005. Le 24 août 2005...Soit la veille de la réunion des services de santé des 27 ! (Qui sont alors 25) Et cette année, au mois d'avril 2009, rebelote ! Mais au fond, pourquoi se gêner quand la méthode a si bien marché ? Après tout, quand l'efficacité relative, curative, du TAMIFLU est proche de zéro, et que personne ne semble s'en soucier, que ce soit à l'OMS, ou dans les Gouvernements, pourquoi s'ennuyer à produire un produit sain pour la population, alors que ce veulent les instances chargées (en principe) de la santé de cette même population, ne cherchent qu'une chose : obtenir gratuitement quelques vaccins. Peu importe, par ailleurs, l'efficacité dudit vaccin...Et ses conséquences sur la santé des citoyens.

    Dès 2005, après administration de l'anti viral à une partie de la population japonaise, des études scientifiques japonaises mettent à jour des problèmes de résistance du TAMIFLU à la grippe H5N1. Concrètement, le TAMIFLU a favorisé la création, par l'organisme, d'anticorps...Mais ceux ci ne sont pas efficaces contre la grippe H5N1...Car la maladie injectée – rappelons qu'un vaccin n'est qu'un peu de maladie injectée sciemment dans le corps pour l'inciter à créer des anticorps capables de défendre l'organisme...Est trop éloignée de la maladie elle même.

    Autrement dit, la première étude qui a poussé l'OMS à exhorter les occidentaux à faire des stocks massifs de TAMIFLU, était bidon ! Car la réalité montre des résultats inverse ! Plus de morts avec la nouvelle version de TAMIFLU qu'avec l'ancienne ! Ou sans rien ! Et qui a fait les études ? Le...Laboratoire ROCHE, impartial comme chacun sait. Celui ci n'a, comme chacun sait, jamais eu de pression de la part de GILEAD, ou tout simplement du marché boursier. Tout le monde sait qu'une entreprise n'a pas pour vocation de faire du profit, mais de sauver l'humanité !

    De son coté, le docteur ANNE MOSCODA (université de NEW YORK) a publié dans le NEW ENGLAND JOURNAL OF MEDECINE les premiers cas de résistance au TAMIFLU (29 septembre 2005) par les personnes affectées par le H5N1, et traitées par le TAMIFLU. Déjà une étude néerlandaise concernant toujours la grippe aviaire, mais dans une mutation plus « douce » le H7N7 déclarait les tests avec le TAMIFLU non concluants.

    « Nous n'avons trouvé aucune preuve de l'efficacité du TAMIFLU et du ROLANZA sur la grippe aviaire et humaine (H5N1 mais aussi toutes les mutations étudiées H7N7, H3N2, H1N1, etc.) : (revue médicale internationale britannique : le LANCET.) L'étude du docteur MENNO DE JONG, membre de l'université de OXFORD, y est reprise. Celui ci y explique « semble démontrer que le virus développe une résistance au TAMIFLU, même quand l'anti viral est administré à un stade précoce de l'infection, conformément aux recommandations du fabricant (Un certain ROCHE, qui s'appuie sur les données fournies par GILEAD) et des autorités sanitaires ». Pendant ce temps là...Lesdites autorités sanitaires, que voient de plus en plus le TAMIFLU être discrédité par la communauté scientifique, et la réalité des faits...Continuent à avoir foi (il n'y a pas d'autre terme) envers le TAMIFLU ! Le porte parole de l'OMS (qui a participé activement à la promotion du TAMIFLU...Mais peut être est ce parce qu'il a été en contact étroit, pendant une période de sa vie, avec ROCHE ?) ira même jusqu'à dire (il s'agissait alors du docteur THOMSON) que « c'est frustrant (sic) mais c'est la situation dans laquelle nous sommes. Le virus a touché tellement peu de personne dans le monde (quelle horreur !) que nous n'avons pas de patients sur qui testé le TAMIFLU (pourtant il y en avait un tout trouvé : le docteur THOMSON ! Étrange qu'il ait refusé de s'y soumettre lui qui y croyait tellement ? Mais pas au point de se faire administrer la maladie puis le TAMIFLU !) » Il s'agit là d'un mensonge, puisque des dizaines de personnes ont été vaccinée au TAMIFLU ! Et plus de la moitié des dites personnes sont mortes...! Mais bon quand on ne veut pas voir, on ne voit pas...

    Et les autorités françaises n'ont pas plus vu et écouté...Puisque la France, pardon, le Gouvernement VILLEPIN (ou RAFFARIN...Je ne sais plus trop qui est l'auteur de la commande) a commandé pas moins de 35 MILLIONS DE DOSES à prix d'or ! Chose qui n'a pas vraiment améliorer le déficit de la SECU ! 7 MILLIONS DES DOSES ACHETEES étaient par ailleurs périmées dès le mois suivant...Et comme par hasard, on obtient aujourd'hui un scénario similaire : des dépenses inconsidérées pour acheter un anti viral coûteux et inefficace, voire qui aggrave même les choses (car pour se remettre d'un vaccin il faut environ un mois : autrement dit pendant ce mois là les défenses immunitaires sont très fragiles, de quoi favoriser l'exploration de l'organisme par toute sorte de maladies, qui ordinairement, ne passent pas les « frontières » érigées par les anticorps), une OMS parano qui affirme une efficacité toute relative du TAMIFLU, et un Gouvernement sourd à tous les signes qui lui sont envoyés, que ce soit des études scientifiques ou la réalité des faits ! Sans parler du fait que les tests sont encore, et toujours, réalisés par ROCHE, qui pourtant n'a pas fait montre, bien au contraire, de son souci d'apporter des résultats crédibles et impartiaux en 2004/5 ! Alors pourquoi ferait il mieux en 2009 ?

    Le 11 et 12 janvier 2006, lors d'une conférence de l'OMS, les autorités japonaises ont recensé les 77 cas de mutation du virus H5N1 chez l'homme. Comprenez vous ? Dès 2006...On savait que des personnes étaient contaminées par un certain virus moins mortel, mais très contagieux, en raison du franchissement de la barrière des espèces par commutation : n'est ce pas là la définition exacte de ce qu'on appelle le H1N1 ? Ce n'était pas tout a fait la grippe A que nous connaissons aujourd'hui, mais c'était très similaire. Le H5N2 étant une forme bénigne du virus H5N1.

    Avez vous compris ? Peut être pas complètement. Je reprends pour que vous puissiez vous représentez la chose.

    Imaginez que vous ayez une petite grippe ou que vous souhaitez préventivement vous soigner d'une grippe à venir. Elle n'est pas mortelle, mais peut être contagieuse – c'est la différence qui existe entre une grippe « ordinaire » peu ou pas contagieuse et le H1N1 qui est une grippe classique mais très contagieuse – mais pour plus de précaution vous allez chez votre médecin. Celui ci, suivant les prescriptions étatiques vous administre un anti viral appelé le TAMIFLU. Que se passe t il dans votre corps ? Le vaccin génère une construction rapide d'anticorps qui vont l'exterminer ou tout au moins l'affaiblir. Et dans le même temps, ce même vaccin va fragiliser, en raison des éléments qui le composent, une fragilité immunitaire pendant un bon mois.

    Mais voilà que vous décidez, vous qui ignorez tout de la science, de vous rendre à la campagne, où l'air est plus doux. A proximité du camping où vous résidez, se trouve une ferme ou une entreprise d'élevage de porcs ou de poulets. Ces porcs et ces poulets sont destinés à être consommés et par conséquent les éleveurs sont attentifs à les faire régulièrement vaccinés contre tout et n'importe quoi. Il s'avère que vous avez un contact avec ces derniers, via pourquoi pas, des mouches qui rodent à proximité de votre tente de camping, ou parce que, par inadvertance, vous gobez un ver qui traînait dans le coin.

    Pas de chance pour vous...Vous voilà atteint (sans le savoir) du virus H5N1 ou H5N2. Or, ce brave virus arrive dans votre corps, y cherche une place douillette, et trouve les restes calcinés du virus H1N1 que vos anticorps ont détruit car vous avez l'âge et l'énergie d'un homme mûr, qui dès lors bénéficie encore de tout son potentiel immunitaire, car chance pour vous, vos parents ont préféré vous donnez du lait, du chlorure de magnésium, de la vitamine C et D, au petit déjeuner, plutôt que vous emmener à la vaccination.

    Or...Voyez vous, la réaction typique d'un virus, c'est de « s'accoupler », de « fusionner » avec les restes calcinés du virus précédent – un peu comme un spermatozoïde en quête de l'ovule – pour former une entité nouvelle : disons H3N2.

    Le problème avec la vaccination, et les anti viraux, c'est que ces derniers permettent la sélection des meilleurs souches, des plus solides...Et donc des plus virulentes et mortelles. C'est un peu comme si vous donniez un GPS et les outils nécessaires à un spermatozoïde pour lui permettre d'arriver auprès de l'ovule non seulement le premier, mais dans les meilleurs conditions. Et de même que l'ovule sélectionne le spermatozoïde qui lui semble le plus à même de lui convenir, le TAMIFLU permet au virus aviaire de sélectionner chez le virus mort humain les souches les plus à même de résister à l'assaut des anticorps.

    Autrement dit, le TAMIFLU – les anti viraux et les vaccins en général – favorise les mutations des vaccins, et parce qu'il permet la sélection des meilleures souches, il génère la possibilité de la formation d'un virus bien plus agressif et contagieux que ce qu'on a connu jusqu'à là. On aurait donc une véritable épidémie, réalité du test réalisé chez BAXTER, et dont la dangerosité est confirmée, à l'échelle planétaire...Et contre laquelle on ne pourrait absolument rien.

    Toujours aussi formidable, dès lors, la vaccination ? Et les anti viraux ?

    D'ailleurs, pour s'en convaincre, il suffit de lire les conclusions officielles de l'OMS en 1971 sur l'échec de la vaccination contre la variole. Celles ci sont sans appel, au point que le docteur ANDERSON recommanda alors l'abandon du vaccin ! Ce qui de la part d'un membre du temple de la vaccination est très important !

    Va t on provoquer, par négligence, un génocide mondial ?

Les commentaires sont fermés.