Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Hadopi 3, on prend les mêmes et on recommence

Imprimer

La loi Hadopi 2 n'est pas encore votée qu'Hadopi 3 est déjà en route. Le Ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, a confié une mission au président de la maison de disque Naïve, Patrick Zelnik, une mission "pour améliorer l'offre légale en musique et en films sur internet".

C'est là un aveu d'échec éclatant de tout le processus Hadopi, qui devait, à coté du volet sanctions, prendre des mesures destinées à favoriser l'offre légale. Et finalement, après deux moutures du texte, le ministre ressent le besoin de créer une commission pour trouver des moyens d'augmenter l'offre légale sur internet. Celà veut donc dire que Hadopi 1 et 2 n'ont strictement pas permis d'avancer sur le sujet.

D'un côté on reproche aux internautes de pirater et de l'autre, on reconnait que l'offre légale est insuffisante : il aurait peut-être mieux valu inverser les choses, c'est à dire mettre en place une véritable offre légale (et non pas seulement quelques titres) avant de sanctionner ...

Commentaires

  • Mieux vaut tard que jamais.

    Mais vu les personnalités chargées par M Mitterrand de lui présenter des propositions, on se doute du tournant que les choses vont prendre; on va essentiellement avoir droit à une série de mesures fiscales favorisant les distributeurs en ligne.

    Ce dont ont besoin les consommateurs pour adopté une offre commercial, c'est qu'elle soit facilement accessible, complète, disponible chez tous les acteurs a un prix adapté et lisible

    Pour obtenir cela il faut tout d'abord séparer le métier de la production de celui de la distribution, et donc bloquer toute exclusivité. Les ayant droits doivent définir les conditions contractuelles et tarifaires de la disponibilité de leur catalogue de manière public et accorder cet accès à tout acteur dès lors que les conditions définies sont respectées

    Il faut ensuite que l'offre soit techniquement compatible avec les produits déjà présent chez les consommateur. Tout lecteur DVD vendu aujourd'hui peut lire un divx, mais aucun ne permet d'accéder aux offres commerciales de VOD, ce qui fait qu'aujourd'hui, mis a part les offres de FAI triple play, personne ne peut regarder de la VOD sur téléviseur ou presque.

    Les condition technique des offres doivent être clairement affichées. elle consitutent les caractéristiques principales des offres comemrciales, mais il est aujourd'hui impossible ou difficile de connaitre la qualité d'encodage d'une video ou d'une chanson, les restriction d'usage qui pèse sur elle ... etc La presence d'un ancien directeur de la DGCCRF va peut etre faire pencher la balance dans cette direction, mais je ne sais pas pourquoi j'ai des doutes.

    Les conditions économiques des offres commerciales actuelles sont ubuesque. Vous croyez dans l'economie de marché, j'y crois aussi. Un des principe de base c'est que si le marché fonctionne le prix est un équilibre entre l'offre et la demande. Dans ces condition, tout changement qui réduit l'attrait du produit et qui réduit les cout d'exploitation dit entrainer une baisse du prix.
    Les offre commerciales dematerialisées sont moins attractives que les offres physiques car elles font peser plus de contrainte sur le consommateur. La structure de cout des offre dematerialisée entraine un cout marginal nul pour le distributeur, le cout des offres dematerialisées devrait donc etre tres sensiblement inferieur aux offres physiques.

    Sauf que aujourd'hui il est plus cher d'acheter un album en mp3 qu'en CD physique. Il est plus onéreux d'acheter un film en VOD qu'un DVD et il est plus onéreux de louer un film en VOD que chez le loueur du coin. On s'étonne ensuite que les offres ne rencontre pas de succès !

    Mais ces point seront ils abordés par nos trois missionnés ? je n'y crois pas une seconde, malgré toute l'estime que je porte a M Toubon

  • "D'un côté on reproche aux internautes de pirater et de l'autre, on reconnait que l'offre légale est insuffisante : il aurait peut-être mieux valu inverser les choses, c'est à dire mettre en place une véritable offre légale (et non pas seulement quelques titres) avant de sanctionner ..."

    Voila encore un exemple de l'incompétence et du manque de sens pratique des hauts fonctionnaires, qui préparent les lois et conseillent les ministres.

    Ces hauts fonctionnaires ne servent à rien, si ce n'est compliquer les choses.

    Ce sont des "fonctionnaires Théodule".

    A l'instar des "comités Théodule", il faut les supprimer et les remplacer par des personnes qui ont le sens des réalités!

    Comités Théodule ou fonctionnaires Théodule : c'est le même combat!

    Nous comptons sur vous.

  • "Hadopi 3, on prend les mêmes et on recommence"

    L'opiniâtreté et la pugnacité peut être une qualité.

    Mais pas quand c'est au service d'une obsession cacochyme, dirigée par des lobbies!

    Toujours faire la même erreur et dire les mêmes mensonges, n'en feront pas des vérités à force d'obstinations !

    ""Le Ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, a confié une mission au président de la maison de disque Naïve, Patrick Zelnik, une mission "pour améliorer l'offre légale en musique et en films sur internet.""

    Ca ne sent que très légèrement le conflit d'intérêt, car ce ne sont que des consultants, et ce ne sera qu'un rapport !

    Quand on connait la propension de l'exécutif, et du législateur par force des choses, à faire transcrire de simples rapports en lois, et les faire voter, ca fait frémir la constitution.

    Et le prochaine "mission", ce sera quoi ??

    Demander au MEDEF de faire un rapport sur la réforme du code du travail ?!

    ""D'un côté on reproche aux internautes de pirater et de l'autre, on reconnait que l'offre légale est insuffisante : il aurait peut-être mieux valu inverser les choses, c'est à dire mettre en place une véritable offre légale (et non pas seulement quelques titres) avant de sanctionner ...""

    Quoi de plus étonnant quand ce sont des lobbies (Les seuls à avoir un intérêt dans tout celà) qui demandent et font voter des lois, à grand renfort de chiffres invérifiables (venant des lobbies eux même), et d'études d'impacts et de marcher (fiables et indépendantes) inexistantes.

    La loi ainsi votée est forcément objective, d'intérêt général, acceptée par tous et constitutionnelle !

    Pour la question de l'offre légale, il est évident qu'elle doit se diversifier et s'accroitre. Mais est ce au législateur de le faire, adapter le marcher pour certains, lever des taxes supplémentaires pour aider quelques industriels en manque d'innovations ou de volontés ?...

    Le législateur ne serait il pas là pour obliger les industriels à faire le pourquoi ils existent. Et pourquoi pas, obliger ces même industriels, producteurs et autres distributeurs à redistribuer plus à ceux par qui ils vivent grassement : Les artistes, auteurs, compositeurs,... et en réformant le Droit d'auteur, pour qu'il redevienne le protecteur des artistes face aux producteurs, surtout à l'air du numérique et des plates formes légales si peu présentes mais déjà, par contrat (cf contrat Universal par ex.), très peu rémunératrices pour les artistes ?

    Pardon, ce n'est pas à l'ordre du jour: C'est une mission pour: "améliorer l'offre légale en musique et en films sur internet", pas pour penser à la rémunération de la création sur Internet. Ce sera peut être HADOPI 4. (On voit bien les priorités gouvernementales)

    Alors oui, HADOPI 3 "pour améliorer l'offre légale en musique et en films sur internet" est encore une gabegie, pour faire croire à des lanternes, qu'Internet ne doit être qu'un vaste marcher que l'on amène sur un plateau d'argent à ceux qui n'ont pas daigner le reconnaitre et le rejeter d'un revers de main il y a plus de quinze ans.
    (Pour ma part, aucune lois n'a été votée, ni même étudiée pour facilité la création de mon activité commerciale, sa diffusion sur le marcher existant ou la création d'un nouveau marcher rien que pour ma petite entreprise ! (Mince, serait la jalousie qui me fait dire celà, ou le sentiment d'une profonde injustice ? Le gout de sarcasme peut être?))

    Mais HADOPI 3 (et on devine aisément le contenu du futur pas encore nouveau rapport, et nul besoin d'être devin) ne trompera personne, encore une fois.

    Pour le coup, je ne doute pas de l'efficacité d'HADOPI 3, car finalement, ce sont les artistes et surtout le consommateur, l'internaute et citoyen, qui vont financer/payer (contribuer, gabelliser serait plus juste) ce succès, encore une fois.
    Hadopi 3 n'est pas encore là, et pourtant, ca sent déjà fort mauvais.

    Aujourd'hui, on verrouille tout!

    On verrouille les marchés, les artistes, les consommateurs, les financements, Internet et la neutralité des réseaux (et tout ce que cela implique dans les différentes libertés), les citoyens,.... On verrouille même les députés, même si le président de l'AN donne un peu d'espoir .

    Monsieur le député Tardy,

    Je vous souhaite bien du courage dans vos fonctions, vos croyances et vos valeurs, et souhaite que vous puissiez encore les faire entendre longtemps.

    Quelque soit ses tendances politiques, je soutiendrais tout élu ayant un minimum de bon sens et d'intégrité sur ce projet plus que sensible, et vous semblez posséder ce minimum.

Les commentaires sont fermés.