Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rencontre/débat à THONES

Imprimer

Le grand emprunt national annoncé par le président Nicolas Sarkozy à Versailles sera lancé en 2010. Il permettra de financer les dépenses des « grands projets d'avenir » identifiés comme prioritaires par le gouvernement :

  • la santé
  • le développement durable
  • l'innovation
  • la recherche scientifique
  • l’enseignement supérieur ...

Afin de faire le point sur ce sujet et répondre à vos questions, le député Lionel Tardy et le sénateur Pierre Hérisson vous invitent lors de la prochaine rencontre / débat :

 

Comment investir

pour préparer

l'avenir ?

investir avenir.jpg

 

le vendredi 2 octobre

à 20 heures

 

Salle des Fêtes,

Place Avet

THONES

 

Cette réunion est ouverte à tous

 

Animée par :

Lionel TARDY, Député,

Pierre HERISSON, Sénateur,

en présence de

Jean-Bernard CHALLAMEL, Maire

Commentaires

  • Pourquoi n'y a t il pas de débat ... sur la nécessité même, de ce grand emprunt ?

    Je sais, je vais encore me faire renvoyer...Mais :

    a) il ne vous aura sans doute pas échappé que depuis 2000, la France met en place ce qu'on appelle "la stratégie de Lisbonne". Laquelle avait pour ambition, justement, de faire de l'UE - et donc de la France - l'espace le plus compétitif au monde.

    Pourquoi n'y a t il aucun rapport parlementaire sur le sujet ? Que sont devenus les milliards investis à cette fin ? Et quels résultats peut on en tirer ?

    b) Pourquoi réfléchir à un "grand emprunt" national ? En 2010, je cite M. Sarkozy "nous reverrons de fond en comble la stratégie de Lisbonne".

    Est ce que nous ne devrions pas "attendre" janvier 2010, voire mars 2010, pour que se mette en place la nouvelle commission européenne, qui aura à se préoccuper de mettre en place cette version modifiée de la dite stratégie ?

    Au lieu de faire tout seul ce qu'on pourrait faire à 27 - l'union fait la force, oui ou non ? - pourquoi ne pas "synchroniser" nos actions, avec celles de nos partenaires, histoire d'éviter l'échec en bout de parcours ?

    c) Pourquoi recourir à l'emprunt ?

    Je me suis déjà exprimé sur la question, sur ce blog. Peut on m'expliquer pourquoi les élus font si peu preuve de créativité lorsqu'il s'agit de définir comment investir et financer cet investissement ? Il n'y a pas que l'emprunt et les impôts !

    J'ai déjà donné nombre de possibilités pour financer - sans s'endetter, et endetter nos enfants - les investissements souhaités par M. Sarkozy.

    d) A quoi sert la commission présidée par M. Juppé et M. Rocard...Si l'on sait déjà où investir ?

    Je cite :
    --"la santé
    --le développement durable
    --l'innovation
    --la recherche scientifique
    --l’enseignement supérieur ..."

    Je pense que si c'est çà les "priorités" du Gouvernement, il a tout faux. Parce que ce sont ces domaines là, aussi, qui étaient déjà privilégié en 93, en 95, puis en 2000. Et au bout du compte on a un échec de la "stratégie de Lisbonne".

    Voilà, dans quoi, je pense, nous devrions "investir" :

    a) "le capitalisme humain" : lire "l'entreprise réconciliée". Où comment deux auteurs prônent un capitalisme basé sur la satisfaction des employés et ouvriers, qui mène à la satisfaction des clients, et in fine des actionnaires eux mêmes. A mettre dans toutes les poches. 20 euros chez decitre. Bref, un "capitalisme moral" et "durable", aux intérêts aussi bien économiques, financiers, que sociaux, et ethiques.

    b) les hautes technologies : le progrès technique, c'est çà qui fait durer une Societé.

    c) Le travail entre cinquante et soixante dix ans : augmentation de l'espérance oblige, nous devrons tôt ou tard augmenter l'âge de la retraite. Mais pour le faire, les responsables politiques, aidés des représentants des patrons (CGPME : pourquoi systématiquement privilégié le MEDEF ?) et de ceux des salariés, mais aussi des citoyens eux mêmes, doivent définir l'emploi à cet âge là. On ne peut pas demander aux Français d'étirer l'âge de la retraite, et fermer les yeux sur la réalité de la situation de notre beau pays, où à partir de cinquante ans, il est tout simplement impossible de continuer à travailler, parce qu'on vous pousse vers la porte, et qu'après inutile de se présenter à l'ANPE, il n'y aura pas de travail pour vous ! (Sauf évidemment si l'on fait une carrière politique. Là, les placards dorés sont légions)

    d) La science de la planète : ce n'est pas une "croissance verte" qu'il convient de mettre en oeuvre mais bien d'adapter l'Homme aux changements climatiques, sur lesquels il ne peut presque rien, puisqu'il ne contribue à leur changement qu'à 15%...Et qu'accessoirement le CO2 n'y est pour rien.

    Nous ne savons rien de notre Terre, ni sur les étoiles, le systéme solaire, voire tout simplement ce que fera l'humanité après la disparition pure et simple du soleil. Pourra t on trouver une nouvelle étoile pour sauvegarder la vie ? Pourra t on quitter la Terre vers une nouvelle destination ? Dans une autre galaxie ?

    e) Le social : sans lui, aucune société ne peut exister.

    Autres idées pour plus tard. Un peu sommeil. A demain.

  • INVESTIR POUR L'AVENIR.

    Mais qu'avons nous fait depuis 20 ans avec l'argent des français, alors que nous avons un taux de pression fiscale exhorbitant ?

    Si c'est pour nous dire que jusqu'à maintenant cet argent a été dépensé en coûts de fonctionnement de l'etat et des collectivités locales, ce n'est vraiment pas sérieux.

    Et en quoi, tout à coup en 2010, tous ces hauts fonctionnaires qui nous gouvernent deviendraient vertueux et bon gestionnaire ?

    De grâce Monsieur Tardy et Monsieur Hérisson ne rentrez pas dans cette nouvelle supercherie nommé "grand emprunt".

    Faites nous plutôt le point sur les économies décidées pour rembourser la dette.

    Vous aviez animé des réunions sur le sujet il y a quelques mois.

    Qu'en est-il?

  • Allez, c'est bon...J'ai compris. Le Président en a rien a tapé de la France. Ce qui lui importe (et sans doute à la majorité UMP) c'est de gagner les élections en 2012.

    Vous souvient il, M. Tardy que notre pays est "en faillite" (Fillon) ? Que "nous devons faire des efforts, car la crise a réduit conséquemment les recettes de l'Etat" (Woerth) et que bien sur, "le déficit de la Sécurité Sociale demande des efforts de la part des Français" (Mme Bachelot...Laquelle, au passage, a dépensé allègrement le coût de 94 millions de doses (nous sommes 62 millions d'habitants (sic!)) pour traiter une grippe, qui dans quelques mois aura vu son virus muté, ce qui rendra le vaccin inopérant !)

    Et bien, de toute évidence, la France doit encore être extrêmement riche !

    le gouvernement a lancé lundi une grande campagne de promotion du plan de relance de l'économie française présentant les différents chantiers lancés depuis sa mise en oeuvre, a annoncé le ministre chargé du plan, Patrick Devedjian !!!!!

    En période de crise...Surtout n'oublions pas d'aider les agences de comm ! Après les sondages achetés aux frais des contribuables, pour faire de la propagande pro UMP, pardon pro Président Sarkozy, voici le nouveau plan comm !!!!

    Oui, vous avez bien compris M. Tardy. Le Gouvernement va faire la promotion des "bonnes idées" à venir qui sont suspendues ... au grand emprunt. Ou comme l'écrit l'express "la relance de la relance" !!!

    Et dire qu'on reprochait à Marie Antoinette d'utiliser le Trianon...Là, on en a 39 + les conseillers de l'Elysée de MARIE ANTOINETTE !!!!

    " Déclinée par départements sous le slogan "la relance est en marche", la campagne expose par voie d'affichage et dans la presse les détails de certains des 700 projets déjà lancés sur le millier prévu par le gouvernement. Son coût est de ... 1,3 million d'euros, a affirmé le directeur du Service d'information du gouvernement (SIG), Thierry Saussez" - Source AFP/Google

    Comment, 1,3 millions pour nous expliquer la "brillante" réussite passée et à venir du ministre Devedjian ?

    Et oui : "Une campagne déclinée dans 84 départements, sur 9 000 panneaux, et dans la presse quotidienne régionale (200 parutions prévues): voilà comment, à partir du 21 septembre, Patrick Devedjian, ministre de la Relance, compte sensibiliser les Français aux travaux initiés par son ministère pour soutenir l'économie face à la crise. Grâce à un site Internet, chacun pourra connaître les programmes proches de son domicile... / ... " - Source L'Express

    Néanmoins, cet "enfumage" ne pourra pourtant pas cacher l'essentiel. Car, que ce soit au ministère de la relance ou celui de l'industrie, où, on se flatte d'avoir "sauvé" 60 emplois, alors que la réalité est la suivante : "Selon cet accord, HIG doit reprendre immédiatement 15 à 20 salariés, puis progressivement arriver à 60 à 70 personnes. "Je veux une montée en puissance de 200 à 300 dans les trois ans qui viennent", a déclaré Christian Estrosi" - Source Nouvel Obs

    On sait parfaitement que la catastrophe est imminente et que n'importe quelle entreprise peut "rouler dans la farine" n'importe quel élu, ministre ou même Président de la République !

    Car, lorsqu'on prend connaissance de l'actualité boursière, on peut lire :

    Molex : L'action du spécialiste de la connectique automobile gagnait 4,57% à 21,31 dollars sur le Nasdaq vers 14h35 GMT.

    Molex précise dans un communiqué que l'accord conclu récemment sur la fermeture de son usine française de Villemur-sur-Tarn lui permettra de comptabiliser plus rapidement certains coûts de restructuration. ... / ... Pour le premier trimestre de son exercice fiscal, Molex prévoit un bénéfice par action de 12 à 16 cents hors éléments exceptionnels, alors qu'il ne tablait jusqu'à présent que sur quatre à dix cents. Son chiffre d'affaires trimestriel devrait se situer entre 650 et 665 millions de dollars, contre 590 à 630 millions prévus auparavant. - Source Reuters/Yahoo

    Donc, toutes nos félicitations à Christian Estrosi !!!

    Toutefois, n'accablons pas celui que le canard enchaîné appelle le "motodidacte" et grand libéral économique devant l'éternel, puisqu'une récente affaire vient le toucher au plus profond de ses convictions de ministre et d'élu local.

    Comme tout le monde le sait, les élus de l'UMP n'ont jamais rien trouvé à dire lorsque les sociétés françaises d'électronique ou d'informatique ont délesté leurs effectifs français pour mieux s'épanouir en Afrique du Nord, Chine et surtout en Inde. Il fallait s'adapter nous disaient-ils !

    En effet : "En 2008, les prestations de services informatiques en France réalisées en « offshore » (Espagne, Afrique du Nord, Europe de l'Est, Amérique du Sud, Canada, Asie-Pacifique) ont représenté, selon le cabinet Pierre Audouin Consultants (PAC), un volume d'affaires de 1,2 milliard d'euros, soit 5 % du marché des services informatiques.

    Le cabinet estime que « durant les dernières années, le modèle indien sur la France s'est illustré par des investissements importants de sociétés françaises en Inde », citant Capgemini, Steria et Atos Origin, et « la présence de plus en plus significative des acteur indiens » comme Wipro, Tata Consultancy Services (TCS), Infosys, et HCL. - Source Zdnet

    Or, Christian Estrosi ne semble plus être d'accord avec cette théorie de l'adaptabilité, surtout lorsqu'elle s'applique à son fief des Alpes Maritimes

    "Le ministre de l'Industrie a convoqué cette semaine la direction européenne de Wipro. Christian Estrosi se dit indigné que 5 millions d'euros d'aide publique aient été perçus par la SSII indienne le 8 juin, soit trois jours avant l'annonce du risque de fermeture de Wipro NewLogic en France. .. / ... En juin 2009, le groupe (5 milliards de dollars de chiffres d'affaires en 2008 et un bénéfice de 678 millions) a annoncé son intention de fermer début octobre le site. Une douche froide pour les salariés, qui ne s'y attendaient pas, d'autant que Wipro venait de toucher, dans le cadre du plan de relance, les 5 millions d'euros de crédit impôt recherche.

    Et oui, "pas de ça lisette" puisque, déjà :

    "Au printemps 2009, Texas Instruments a confirmé la suppression de plus de 300 emplois à Villeneuve-Loubet. Hewlett-Packard et Alcatel-Lucent prévoient aussi des plans sociaux. HP devrait supprimer 134 postes à Sophia-Antipolis dans les services de la R&D. Chez Alcatel-Lucent, l'avenir du site sophipolitain (32 per­­son­nes) est compromis avec le transfert, craignent les salariés, de l'activité en Inde"

    Et que : "Selon l'observatoire économique consulaire Sirius, le secteur des TIC sur la Côte d'Azur (1.260 établissements, 20.390 emplois et un chiffre d'affaires de 4,2 milliards d'euros) a enregistré au premier semestre 2009 une baisse de 11 % de son chiffre d'affaires (- 13 % à l'export) et les perspectives sont mauvaises ... / ... Egalement maire de Nice, Christian Estrosi entend créer un « comité stratégique » afin de préserver les emplois de ce site installé à Sophia-Antipolis. Spécialisé dans le domaine du sans-fil (Wi-Fi, Bluetooth…), Wipro NewLogic conçoit des circuits intégrés.- Source AFP/Yahoo

    Et pourtant, comme on pouvait le lire en Avril 2008 : "Azim Premji (Wipro)compte sur « Nicolas Sarkozy pour mener les réformes ». Sur ses sites de la Défense, Sophia Antipolis et Clermont-Ferrand, Wipro emploie déjà quelque 169 salariés dont une majorité d'autochtones "

    Alors que dans le même temps, Jean-François Rambicur, président de la commission économie-marchés de Syntec informatique s'extasiait sur l'inverse : "... / ... L'offshore a doublé entre 2005 et 2007, il est passé de 2 à 4 % du marché français et pourrait atteindre entre 8 et 10 % à horizon 2010-2012 ... / ... " - Source 01informatique

    Alors, de quoi Christian Estrosi peut-il s'étonner ?

    En effet, doit-on penser que comme beaucoup de français, il n'avait pas lu le programme de l'UMP pour les présidentielles de 2007, en ce qui concernait le chapitre "Emploi informatique - offshore" : " La question n'est pas spécifique au secteur informatique, les réponses font partie du socle du programme de l'UMP. Il n'y a pas de solution miracle, il faut créer des conditions qui facilitent le travail en France, en favorisant les initiatives individuelles et les micro-projets et en rendant le marché du travail moins rigide" - Source Monde Informatique

    Ou pris connaissance des idées et propositions du Club89, (dont Jacques Toubon est le président) qui indiquait dans sa "Contribution au programme législatif de l'UMP"

    " ... / ... La mondialisation n’est pas une idéologie anglo-saxonne comme essaient de le faire croire une partie de la gauche et les altermondialistes. C’est un état de fait résultant des progrès technologiques qui au cours des 50 dernières années ont modifié les échelles d’espace et de temps ... / ... Au lieu de chercher à ériger des lignes Maginot illusoires, posons-nous les bonnes questions : pourquoi la France actuelle recule en Europe : PIB, chômage, dette ? ... / ... " - Source Club89

    Seulement, lorsqu'on est dans l'incapacité de gérer ses contradictions et obligé de "jouer au pompier" avant les prochaines élections régionales, il ne reste plus qu'à mettre en application la célèbre phrase de Michel Audiard : "C'est pas parce qu'on a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule" ...

    .....

    Je vous rassure néanmoins M. Tardy. Pour les prochaines élections, le "magicien" a déjà trouvé sa parade : le chèque électoral.

    Selon Le Monde, le chef de l'Etat aurait tout bonnement déclaré : "Les Français recevront un chèque en février, un mois avant d'aller aux urnes". Il parlait alors du "chèque vert", que certains Français toucheront pour compenser le poids de la taxe carbone. (Précision : lesdits Français devant payer l'impôt sur le revenu...Vous pouvez déjà enlever 56% des Français, les "pauvres" qui devront donc encore plus morfler, sans parler de la "classe moyenne". Mais il est vrai que l'électorat de M. Sarkozy c'est les CSP ++++++++)

    Il est vrai que le brave Président ne fait plus dans la dentelle. Maintenant, on achète les électeurs...Et mieux encore, avec leur propre argent ! Je suppose que c'est une "dépense d'avenir" ?

    Mais il est vrai que le coup avait déjà été tenté, en pleine crise (une fois de plus bravo...Mais ne nous dites pas que les Français doivent faire des efforts pour la sécu. Je vois où part mon argent : investissements d'avenir pour financer la prochaine campagne présidentielle de M. Sarkozy, et acheter les électeurs "rétifs")

    Entre février et avril 2008, une rafale de mesures exceptionnelles ou anticipées était décrétée :

    --Une prime de 500 euros destinée à 240 000 travailleurs précaires (finalement versée qu'à un peu plus de 2000 chômeurs)
    --La prime de solidarité active de 200 euros destinée à 3.8 millions de foyers
    --Une prime de 150 euros pour 3 millions de foyers modestes
    --200 euros de bons d'achats de services à la personne pour près de 1.3 million de foyers
    --L'augmentation rétroactive de 6.9% du minimum vieillesse, soit 50 euros par mois pour 400 000 personnes
    --L'augmentation de 4.4% de l'allocation adulte handicapé, soit 30 euros par mois pour 810 000 personnes

    Pour un montant total dépassant les 3 milliards d'euros... quelques semaines avant les élections régionales ! Sans oublier, bien sûr, les 2,5 milliards d'euros offerts aux cafetiers. Toutes ces mesures étaient d'ailleurs reprises, détaillées et illustrées dans un document vantant les bienfaits de la politique sociale de Nicolas Sarkozy, signé de la main de Brice Hortefeux, alors ministre du Travail, et destiné aux députés de la majorité.

    Un chèque ça va, c'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes... Serge Dassault en sait quelque chose, qui s'est fait destituer de son trône de Corbeil-Essonnes et déclarer inéligible pour quelques malheureuses liasses de billets... D'aucuns s'autorisent d'ailleurs à penser, dans les milieux autorisés, que plus les sondages seront défavorables à l'UMP, plus le montant des chèques pré-électoraux seront élevés...C'est vrai ?

    En tout cas, merci de bien vouloir demander à M. Fillon d'arrêter avec son couplet sur l'Etat en faillite. Quand on est en faillite, on ne dilapide pas ainsi le Trésor.

    Mais bon...M. Sarkozy se prend pour le Duc de Bourgogne vraisembablement, plutôt que pour Jacques Coeur. Pas sur que la majorité des citoyens apprécieront, néanmoins, de financer l'achat des voix à grandes échelles, qui plus est avec leur argent....

    Pour finir, si le grand manitou de l'Elysée veut bien (un tout petit peu) s'occuper du pays, une fois tous les beaux chèques "verts" envoyés aux contribuables (ce qui bien sur ne sera pas coûteux au niveau financier comme au niveau écolo) merci de lui demander de faire quelque chose pour la Sécu.

    Il serait peut être temps de vraiment chercher à résoudre le problème, plutôt que de poser une "compresse" via un coup sur le portefeuille des contribuables (une fois de plus !) qui n'y peuvent rien si à gauche comme à droite, tous les élus ont raté leur examen en comptabilité publique !!!!!!

    Le plus gros du trou de la Sécu (branche assurance maladie) est dû au vieillissement de la population, à l'augmentation du nombre d'affections de longue durée et à la consommation excessive et irraisonnée de médicaments. Que fait le Gouvernement ? Rien...Si pardon, il prend un peu plus d'argent aux Français, qui sont là pour servir d'éponge à son inimitable "gestion" !!!

    Il ne faudrait pourtant pas grand chose. Des choses de, pardon de le dire, bon sens !

    On sait que chaque Français a absorbé en 2006 pour 504 € de médicaments, soit 40% de plus que ses voisins européens. Un record. Réponse à ce problème préoccupant du Gouvernement ? Il libéralise toujours plus le secteur du médicament !

    Une grande nouveauté ne devrait d'ailleurs plus tarder à faire son apparition : la publicité pharmaceutique, dont l'autorisation est en cours de négociation à Bruxelles. En plus de cela, il faut compter avec l'absence totale de "déconditionnement" qui ferait perdre plusieurs milliards d'euros tous les ans, tant en remboursement qu'en dépollution. Et tout le monde s'en moque... sauf les labos, qui continuent de refourguer des boites grand format pour tout et n'importe quoi !!!! Chez notre voisin, l'Allemagne, le Parlement a lui décidé, depuis belle lurette, que les Allemands consommeraient en médicament ce que leur médecin leur prescrit. Ni plus, ni moins. La conséquence c'est que les Allemands achètent les médicaments à l'unité (et non en boite de 10,20, 30, 40, 50, 70) et s'en portent bien...Et que l'Allemagne tient beaucoup mieux que notre France les cordons de la bourse. En France, peut être en raison du lobby pharmaceutique, représenté par ailleurs par Mme Bachelot, pharmacienne si je ne m'abuse, on a toujours pas cette possibilité ! Mieux ! On encourage cette "drogue" des médicaments...Tout en s'insurgeant contre le trou de la Sécu, qui grossit, qui grossit, qui grossit. Qui a dit que notre France était le pays de Descartes ? La cohérence gouvermentale et législative est loin d'être probante !

    Reste que le problème de fond se situe ailleurs. Si pendant longtemps, la maladie était considérée comme une fatalité, ce n'est plus vraiment le cas. Une enquête Eurostat vient de montrer qu'en 2007, 8,6% des travailleurs – soit 20 millions de personnes – avaient eu un problème de santé lié au travail durant l'année précédente. D'autre part, 41 % des travailleurs de l'Union Européenne - soit 81 millions de personnes - sont exposés à des facteurs qui peuvent affecter leur santé physique, tandis que 28% travaillent dans des conditions qui peuvent affecter leur bien-être mental.

    Le coût de la pollution atmosphérique est évalué en France à 63,4 milliards d'euros par le Ministère des transports, et à 140 milliards d'euros par l'Organisation mondiale de la santé. La pollution aux microparticules fait 348 000 décès prématurés en Europe tous les ans, selon un rapport de l'Union Européenne. Et combien de malades ?

    La dioxine, les PCB, les pesticides, l'amiante, les métaux lourds, les colorants alimentaires, les nanoparticules, les moquettes... il existe aujourd'hui plus de 39 000 molécules chimiques largement utilisées dont on ignore totalement les effets à moyen et long terme (voir lecourrier.ch).

    Cette analyse est confirmée par l'augmentation constante du nombre de cancers infantiles, de 1 à 2% tous les ans depuis 30 ans. Ce qui dénote d'un réel problème sociétal, et pas simplement d'un phénomène de vieillissement généralisé.

    Les pouvoirs publics commencent seulement à s'intéresser au lien entre environnement et santé. Pas trop tôt... mais en attendant, la question n'a toujours pas été posée : Qu'est-ce qui justifie de faire payer à la population le coût des maladies provoquées par la pollution de l'environnement et le climat de travail ?

    Réponse : rien, mais tant que la question n'est pas abordée... Continuons de taper sur les quelques faux-malades qui grugent la sécu... ça ne coûte rien n'est ce pas ?

    Personnellement, je préfèrerais (le budget c'est pour bientôt n'est ce pas ?) que le Gouvernement "invente" une "taxe maladie du travail" qui viendrait en remplacement de la taxe professionnelle.

    Les entreprises seraient ainsi encouragés à favoriser le bien être de leurs salariés, ce qui serait bénéf pour les recettes de l'Etat, pour le salarié, et même pour l'entreprise, qui pourrait, de cette manière, montrer son engagement "citoyen" et promouvoir ses produits en vantant sa politique "sociale".

    Cette taxe servirait à combler le trou de la secu en grande partie, et après le décès des baby boomers, elle pourrait être utilisée pour financer une grande, et belle, politique familiale.

    Personnellement, je ne comprends pas pourquoi l'Etat donne autant d'argent pour l'avortement...Alors qu'il n'est pas difficile de voir que nombreuses sont les familles françaises, en quête d'adoption !!!

    Pourquoi, au lieu de dépenser des fortunes, et souiller le corps des jeunes filles - l'avortement provoque parfois des séquelles, qui empêchent la jeune fille de donner la vie, de manière consentante, et réfléchie, lorsqu'elle se sent prête - ne pas plutôt proposer à ces jeunes filles un choix plus humain (sait on combien de femmes sont après l'avortement très profondément marqués ?) : l'avortement OU la possibilité de faire adopter son bébé, après avoir choisi elle même les heureux parents ?

    Il ne s'agit pas d'une "régression". Il n'est pas question de revenir à la loi veil. Il ne s'agit pas non plus d'instaurer un trafic de bébé. Uniquement de donner une alternative aux jeunes filles qui sont confrontés à l'enfantement, ne peuvent l'assumer, et sont donc obligés d'avorter, alors que beaucoup de couples Français voudraient avoir un enfant, et sont contraints de faire des démarches périlleuses pour en adopter dans des pays lointains.

  • En faite qui dit emprunt, dit remboursement + intérêts.

    les Français sont encore des vaches à lait et pour quels résultats ??

Les commentaires sont fermés.