Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Poursuite de l'examen du PLFSS 2010 dans l'hémicycle

Imprimer

Le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2010 est examiné dans l’hémicycle depuis mardi.

 

Dans un contexte de crise économique sans précédent, le Gouvernement a fait le choix de ne pas augmenter les prélèvements obligatoires qui pourrait retarder le retour de la croissance, et de ne pas diminuer les prestations des Français, ce qui pèserait sur leur pouvoir d’achat. La sécurité sociale continuera donc de jouer son rôle d’amortisseur social.  

 

Dans ce cadre, le PLFSS 2010, qui comprend 54 articles, poursuit la réforme de la sécurité sociale en maîtrisant les dépenses d'assurance maladie, élargissant le financement de la protection sociale pour qu'il pèse moins sur le travail et en luttant contre les fraudes.  

 

A noter que la hausse du déficit de la sécurité sociale en 2009 s’explique par une forte baisse des recettes due à la crise (recul de la masse salariale (pour la première fois depuis la seconde guerre mondiale, la croissance de la masse salariale sera négative en 2010), effets de la crise financière et chute des transactions immobilières) et non à un dérapage des dépenses en particulier d’assurance maladie, avec un ONDAM qui a été presque respecté.   

 

Le déficit de crise lié à la chute des recettes représente 65 % du déficit de 2009 et près de 75 % du déficit de 2010. En 2010, l’ACOSS continuera de porter ce déficit et aucun transfert à la CADES n’est prévu afin de ne pas augmenter les prélèvements et notamment la CRDS.

 

Le PLFSS 2010 prévoit des mesures de redressement à hauteur de 3 milliards d’euros :

  • il approfondit la politique de réduction des niches sociales afin de consolider les ressources de la sécurité sociale, en soumettant aux prélèvements sociaux certains revenus du capital aujourd’hui exonérés pour un montant de 800 millions d’euros environ. Le forfait journalier hospitalier, qui représente la participation des patients aux frais d’hébergement à l’hôpital, sera augmenté de 16 à 18 euros en 2010 par arrêté (recette escomptée : 160 millions d’euros).
  • il poursuit la politique de maîtrise des dépenses d’assurance maladie avec un ONDAM en progression de 3 % par rapport à 2009 (dont 2,8 % pour les dépenses de soins de ville, 2,8 % pour les dépenses hospitalières et 5,8 % pour les dépenses du secteur médico-social) avec, à la clé, un plan d’économies de 2,2 Mds€ qui s’appuie sur les propositions de la CNAM de juillet 2009 (déremboursement de médicaments au service médical rendu insuffisant, baisse des prix de médicaments, baisse des tarifs de radiologie et de la biologie, etc.).
  • Enfin, et attendant le rendez-vous 2010 sur les retraites, le PLFSS 2010 vise à sécuriser les droits à retraite des mères de famille par un aménagement du dispositif de la majoration de durée d’assurance (MDA). A noter que le Fonds de solidarité vieillesse (FSV) se dégrade très sensiblement avec l’augmentation du chômage : +0,8 Md€ en 2008, - 3 Mds€ en 2009 et  – 4,5 Mds€ en 2010.

La politique de lutte contre la fraude sociale, qui a permis de détecter des fraudes pour un montant de 365 millions d’euros en 2008, sera poursuivie et amplifiée en 2010.

 

Comme chaque année, le budget de la sécurité sociale porte sur des montants supérieurs au budget de l'Etat : 404,2 milliards d'euros de recettes pour l’ensemble des régimes obligatoires de base en 2010 dont 288,1 milliard d’euros pour le seul régime général. 

Commentaires

  • A. avant propos :

    pb informatique ?

    On ne peut accéder à l'un de vos posts sur la PLFSS que via le cache. Pb informatique ou autre ?

    http://209.85.229.132/search?q=cache:2oWvELvnDx8J:www.lioneltardy.org/archive/2009/10/27/le-projet-de-loi-de-financement-de-la-securite-sociale-plfss.html+PLFSS+tardy&cd=2&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

    B. PLFSS

    "Dans un contexte de crise économique sans précédent, le Gouvernement a fait le choix de ne pas augmenter les prélèvements obligatoires qui pourrait retarder le retour de la croissance, et de ne pas diminuer les prestations des Français, ce qui pèserait sur leur pouvoir d’achat. La sécurité sociale continuera donc de jouer son rôle d’amortisseur social."

    a) On notera aussi que le Gouvernement, toujours favorable à l'axe "culpabilisons le patient, chouchoutons le médecin" poursuit le patient dans les fraudes...Alors que celui ci n'y est pour rien ! Ou si peu, comparé aux fraudes des médecins ou des pharmaciens !

    Qui fait les ordonnances médicales ? Les médecins. Et c'est le patient qu'on taxe ! Où est la justice là dedans ?

    b) Le Gouvernement ferait mieux de rembourser ses dettes à l'égard de la Sécurité Sociale !
    http://www.lefigaro.fr/economie/2008/05/07/04001-20080507ARTFIG00594--le-trou-de-la-secun-existe-pas-.php

    c) Il est faux de dire que les prestations resteront les mêmes puisque la PLFSS déremboursera certains médicaments. C'est donc le patient qui sera fragilisé ! En revanche, aucun parlementaire n'a eu l'idée allemande, qui consiste à ne donner au patient que ce qui suffit à son usage. Aujourd'hui, les Français achètent des boites de médicaments...Quand il leur faux peut être trois "doses" sur trente. Mais il est vrai que Mme Bachelot roule pour l'industrie pharmaceutique...On le voit bien avec la négociation du soit disant vaccin contre le H1N1 !

    La Sécu est créancière de l'Etat...Non le contraire ! Il est donc indigne que ce soit au patient de faire des efforts...Alors que l'Etat, lui, ne fait aucune économie !

    "il poursuit la politique de maîtrise des dépenses d’assurance maladie avec un ONDAM en progression de 3 % par rapport à 2009"

    C'est bien, mais il faudrait épurer les comptes, en remboursant à la Sécu ce que lui doit l'Etat !

Les commentaires sont fermés.