Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Reportage sur la loi HADOPI diffusé hier soir sur FRANCE 2 dans l'émission Envoyé Spécial

Imprimer

Retrouvez le reportage sur la loi Hadopi, en 3 parties, qui encore une fois démontre l'innaplicabilité ce texte.


.
.

Commentaires

  • Visiblement, il ne fallait pas bosser très longtemps pour se rendre compte que la loi était, au mieux inefficace, au pire totalement has been.

    Les députés ont préféré écouter les majors pour protéger le reste de marges encore disponibles.

    Mais rassurez-vous, avec ou sans HADOPI, le CD va mourir, et avec lui l'ensemble de l'industrie qui aura cru trop longtemps pouvoir adapter la demande à son offre, modifier le marché par la loi pour le faire entrer pile dans ce que proposent les majors et rien d'autres.

  • Où donc peut-on voir dans ce reportage ce qui a constitué certains des points essentiels de vos interventions dans les débats sur les lois Hadopi : le fait que les relevés d'adresses IP réalisés par les représentants des ayants droit ne constituent nullement une preuve de contrefaçon, la nécessité rappelée par le Conseil constitutionnel que ce soit l'autorité judiciaire qui tranchent les conflits entre des atteintes à des droits et libertés fondammentaux, etc. ?

    Ceci dit, la caricature des forces mise en place pour combattre les amateurs de culture pratiquant le partage d'œuvre hors-marché est telle que le propos peut rejoindre le vôtre.

    N'empêche, on a vu reflet plus fidèle :)

  • C'est encore trop consensuel, trop racoleur.

    Ca dit que l'industrie perd des sous et qu'ils sont vraiment tristes, et puis ça dit que la loi ne servira à rien, et puis ça dit l'inverse.

    Ça ressemble à un bourrage de crâne méthodique et paradoxal à l'encontre du tout public, mais surtout à l'attention des profanes, qui ne retiendront que la dangerosité du phénomène et le côté subversif des jeunes qui y apparaissent.

  • Ils ont oublié de dire que Internet et la gratuité tuent aussi le journalisme.

    Heureusement qu'Envoyé Spécial est encore là.

Les commentaires sont fermés.