Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Assemblée nationale : les 4 colonnes numériques

Imprimer

Ce matin, j'ai "live-tweeté" la réunion du groupe UMP, comme je le fais depuis plusieurs semaines.

Le contexte aidant (première réunion du groupe UMP après les régionales), les médias s'en sont fait un large écho et quelques dents ont grincé à l'Assemblée nationale. Il est vrai que l'exercice est nouveau. Du moins en apparence, car avant cela, les journalistes avaient un compte rendu quasi intégral dès la fin de la réunion. La confidentialité n'a jamais été de mise lors des réunions de groupe, mais cela restait au sein du petit cercle des initiés. Twitter, et plus globalement internet, permettent de diffuser plus largement ces informations.

Et c'est sans doute celà qui dérange : l'information sort des milieux autorisés, passe les filtres ordinaires. C'est exactement la même chose quand une personnalité politique se retrouve brutalement sur le devant la scène à cause d'une vidéo où il tient des propos "qui passent mal". Une réalité qui existait déjà, mais dont le public ne connaissait rien ou presque, se retrouve aujourd'hui largement médiatisée, ce qui change complètement la donne.

Internet, c'est plus de transparence. Il va falloir s'y faire et modifier nos comportements. Le huis clos, le secret dans ce type de réunion n'existe pas, tous les députés le savent. Tout est susceptible de sortir en quelques minutes sur la place publique. Le niveau d'exigence des électeurs en matière de transparence ira croissant. Ils accepteront de moins en moins que des réunions importantes se passent à huis clos, que des documents ne soient pas accessibles. C'est un mouvement inéluctable.

Dans ces conditions, mieux vaut prendre les choses en mains et organiser nous-même la transparence. Cela évitera que d'autres le fassent à notre place, de manière plus ou moins agréable pour nous et hors de notre contrôle. Il faut plus de transparence, mais pas forcement une transparence totale, car des informations doivent rester confidentielles. Je fais d'ailleurs très attention à ce que je mets sur Twitter. Quand la Commission des Affaires économiques auditionne Henri Proglio le 28 octobre 2009, sur sa stratégie pour EDF, rien ne doit filtrer (ce qui frustre les journalistes).

Une véritable réflexion est nécessaire sur nos pratiques, sur la transparence de l'information sur notre travail. Nous ne sommes que des représentants, nos électeurs ont le droit de savoir ce que nous faisons.

Aujourd'hui, nous avons été trois à "live-tweeter" la réunion de groupe : moi, Yannick Favennec et Charles-Ange Ginesy. Nous serons de plus en plus nombreux à le faire, c'est pourquoi je pense qu'il serait bon, dès maintenant, qu'une réflexion de fond se mette en place au sein du groupe UMP sur cette question. Je suis à la disposition de Jean-François Copé pour l'animer. La question ne se résume pas aux compte-rendus des réunions de groupe, mais c'est aussi toute la question de la publicité des travaux parlementaires et au delà, de la communication sur internet du groupe UMP.

P10909911.jpg

Commentaires

  • Merci de faire progresser la transparence politique.

    C'est avec un grand interêt que je suis vos live-tweets depuis que vous êtes sur twitter.

  • Bonne analyse.

    Merci de continuer ces séances de tweet, c'est bon pour la démocratie !

  • Bonjour,

    J'ai participé en tant que dessinateur humoristique "en direct" aux 14es Rencontres d'Autrans, en janvier dernier, auxquelles vous êtes intervenus via une vidéo.

    Depuis, via Twitter, je suis vos interventions. Je suis convaincu qu'elles participent à la transparence nécessaire d'une réelle démocratie.

    Avoir un "envoyé spécial" en direct d'une réunion parlementaire permet davantage de démocratie participative.

    Les hommes politiques ont trop l'habitude de parler de démocratie avant les élections, et d'oublier après !

    Je ne partage pas forcément vos idées, mais je vous remercie de nous offrir vos commentaires sur ces réunions.

    Et en suivant vos tweets, on se rend également compte de la charge de travail que cela représente. Les députés ne sont pas tous à somnoler sur les bancs de l'Assemblée !

    Bravo également pour ce blog très complet.

    Cordialement.

  • Je viens de tomber sur le sujet au détours d'un blog et j'approuve beaucoup votre analyse de la relation du monde numérique et du monde politique.

    Merci

Les commentaires sont fermés.