Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Projet de loi de Modernisation de l'Agriculture et de la pêche (LMA)

Imprimer

J’ai participé ce mardi et ce mercredi, dans le cadre de la commission des Affaires Economiques, à l’audition d’un grand nombres d’acteurs concernant le projet de Loi de Modernisation de l’Agriculture et de la pêche (LMA).

 

Ce projet de loi sera examiné en commission dès la semaine prochaine … donc si vous avez des remarques ou des amendements à proposer, c’est maintenant.

 

L’agriculture et la pêche constituent des secteurs stratégiques. La sécurité alimentaire représente en effet un défi majeur tant pour les pays développés que pour les pays en voie de développement.

 

Plus d’un milliard de personnes souffrent aujourd’hui de la faim dans le monde. Afin de nourrir les 9 milliards d’habitants que comptera la planète en 2050, il sera notamment nécessaire d’augmenter la production agricole de 70% dans les pays développés.

 

Au niveau européen, la France participe en tant que première puissance agricole et agroalimentaire de l’Union européenne (UE) à la sécurité des approvisionnements en produits agricoles pour les 500 millions de consommateurs européens.

 

Enfin, l’accès à une alimentation suffisante constitue toujours un enjeu central en France, notamment pour les populations défavorisées.

 

Afin de répondre à ce défi alimentaire, la France doit conserver une agriculture productive. Le projet de loi vise ainsi à permettre aux exploitations agricoles, aux entreprises de pêche et à leur filières de s’adapter aux contraintes d’un marché devenu plus instable, en respectant la qualité des produits et l’environnement, caractéristiques essentielles du modèle agricole français et européen.

 

Ce projet de loi s’articule autour de six titres dont les priorités sont les suivantes :

  • définir et mettre en œuvre une politique publique de l’alimentation 
  •  renforcer la compétitivité de l’agriculture française
  •  faciliter l’installation des agriculteurs
  •  inscrire l’agriculture et la forêt dans un développement durable des territoires 
  • moderniser la gouvernance de la pêche et de l’aquaculture 
  • établir des dispositions spécifiques à l’outre-mer.

Composé de 24 articles dans sa version initiale, le projet de loi issu du Sénat compte 64 articles.

Commentaires

  • Monsieur Le Député,

    Un agriculteur du Languedoc-Rousillon ne traite plus ses arbres (environ 1'500 Abricotiers, pêchers, etc...) et ses cultures en général.

    Il obtient des résultats BIEN meilleurs en rendement et en longévité qu'avec l'utilisation des pesticides.

    A ma connaissance, il serait parti du principe que, vu leur grand âge, les plantes disposeraient d'un système immunitaire, et, à partir de là, il a mis au point un moyen de les "vacciner" qui lui prend un peu de temps mais ne lui coûte rien.

    L'avantage qu'on peut y voir est qu'il répond tout à fait "au défi alimentaire" mentionné ci-dessus "en respectant la qualité des produits et l’environnement, caractéristiques essentielles du modèle agricole français et européen".
    Vingt années de pratique et de recherche lui permettent d'affirmer, au vu de ses résultats, que cela pourrait entraîner une formidable relance de l'économie par la création de fermes d'élevage de plants, de graines, d'insectes.

    Je vous communique son N° de portable, 06 81 42 01 33 Il détient un dossier comportant des analyses de laboratoires spécialisés et je pense qu'il pourra vous les communiquer.

    Espérant que vous donnerez suite à cette information à même de stimuler l'agriculture en France et peut être partout ailleurs, je vous prie d'agréer, Monsieur Le Député, l'assurance de ma haute considération.

    Guy TOURADE

Les commentaires sont fermés.