Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La situation de l'emploi

Imprimer

LES CHIFFRES :

  • - 0,2 point : c’est la baisse du chômage au 2ème trimestre 2010.
  • - 14 400 : c’est le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A en moins au mois de juillet.
  • + 35 000 : c’est le nombre de créations nettes d’emplois marchands au second trimestre 2010.

L’ESSENTIEL :

  • La France vient d’enregistrer une baisse du chômage pour le 2ème trimestre consécutif (-0,2 point après -0,1 point au 1er trimestre) après 21 mois de hausse consécutive. Ce qui confirme que le marché de l’emploi se stabilise depuis le début de l’année.
  • Cette amélioration fait suite à une série de signaux encourageants sur le front de l’activité économique : +0,6% de croissance au 2ème trimestre, + 35 000 créations nettes d’emplois au 2ème trimestre et -50% de plans sociaux entre le 1er semestre 2009 et le 1er semestre 2010. 
  • Ces résultats sont le fruit de la politique de l’emploi portée par Christine LAGARDE et Laurent WAUQUIEZ, qui ont cherché, dès le début de la crise, à prévenir et accompagner les restructurations tout en anticipant la reprise de l’emploi. 
  • Pour autant, la situation de l’emploi reste fragile, c’est pourquoi le Gouvernement reste pleinement mobilisé et poursuivra son action en ciblant notamment les publics fragiles.

EMPLOI, OÙ EN EST-ON AUJOURD’HUI ?

  • Durant la crise, la France avait mieux résisté que ses principaux partenaires : le nombre de chômeurs avait augmenté de +23 % dans notre pays entre mai 2007 et fin 2009 alors que, sur la même période, il avait crû de +50 % au Royaume-Uni et de +129% aux Etats-Unis !
  • Depuis le début de l’année, le marché de l’emploi se stabilise :
    • La France vient d’enregistrer une baisse du chômage de -0,2 point au 2ème trimestre pour s’établir à 9,3% en métropole et 9,7% avec les DOM. Après 21 mois de hausse, c’est le 2ème trimestre consécutif de baisse (rappel : - 0,1point au 1er trimestre) et la baisse la plus significative depuis le début de la crise. En juillet, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A a baissé de -0,5% (-14 400 chômeurs), soit le meilleur chiffre depuis février 2008.
    • Sur le front de l’emploi des jeunes, le nombre de demandeurs d’emploi de moins de 25 ans baisse à nouveau en juillet de -2,8%, accélérant la décrue enregistrée le mois précédent et orientant le chômage des jeunes à la baisse sur un an à -1,8%.
    • Concernant l’emploi des seniors, le taux de chômage des plus de 50 ans en métropole diminue, passant de 6,6% au 1er trimestre à 6,1% au 2ème trimestre.

DANS QUEL CONTEXTE S’INSCRIT CETTE AMÉLIORATION ?

  • Ces bons chiffres de l’emploi font suite à une série de signaux très encourageants sur le front de l’activité économique : 
    • Les bons chiffres de la croissance : +0,2% au 1er trimestre 2010 et +0,6% au 2ème trimestre 2010
    • La baisse du nombre de plans sociaux de près de moitié au 1er semestre 2010 par rapport au 1er semestre 2009 (674 contre 1311)
    • La création nette de +35 000 emplois marchands au 2ème trimestre 2010. Au total, ce sont +59 000 emplois qui ont été créés depuis le début de l’année !
    • La poursuite de la reprise de l’intérim (+0,5% au 2ème trimestre 2010)
    • L’augmentation du volume des heures supplémentaires qui s’est poursuivie au 2ème trimestre.

LA POLITIQUE ENGAGÉE PAR LE GOUVERNEMENT PORTE DONC SES FRUITS ?

  • Absolument ! Ces bons résultats sont le fruit de la mobilisation constante du Gouvernement depuis le début de la crise.
  • Notre politique de l’emploi a consisté à anticiper plutôt que subir, en prenant avec les partenaires sociaux des mesures pragmatiques en faveur du retour et du maintien dans l’emploi :
    • Le dispositif « zéro charge » a aidé à recruter 1 million de personnes dans les TPE, dont 41,5% en CDI.
    • L’activité partielle a bénéficié à 400 000 salariés en 2009. Grâce à ce dispositif, les salariés ont été mieux indemnisés et ont reçu des formations qui ont sécurisé leurs parcours professionnels et musclé les compétences de nos entreprises en prévision de la reprise.
    • Pour mieux accompagner les reconversions professionnelles, 125 000 conventions de reclassement personnalisé (CRP) et 15 000 contrats de transition professionnelle (CTP) ont été conclus en 2009.
    • Les contrats en alternance (contrats d’apprentissage et de professionnalisation), priorité du plan d’urgence pour l’emploi des jeunes, ont augmenté de +20% en juin-juillet 2010 par rapport à juin-juillet 2009.
  • Parallèlement à ces mesures qui ont permis d’amortir le choc de la crise, le Gouvernement a poursuivi la mise en oeuvre de réformes structurelles  :
    • La modernisation du service public de l’emploi : Pôle emploi, issu de la fusion ANPE-ASSEDIC, a été créé en janvier 2009 pour indemniser les chômeurs et faciliter leur recherche d’emploi. En 18 mois, la création de Pôle emploi a permis de simplifier les démarches, d’effectuer des gains de temps considérables et d’améliorer la couverture des territoires. Aujourd’hui, 98% des demandeurs d’emploi ont un site à moins de 30 km de chez eux !
    • Des mesures ciblées sur des populations en situation structurelle de sous-emploi, notamment les jeunes (alternance, RSA jeune) ou les seniors (obligation pour les entreprises de plus de 50 salariés d’être couvertes par un accord/plan d’actions sur l’emploi des seniors).

DOIT-ON POUR AUTANT RELÂCHER NOS EFFORTS ?

  • Non, car la situation de l’emploi reste fragile. L’objectif reste de stopper la hausse du chômage d’ici fin 2010 et de le faire baisser durablement en 2011.
  • Pour cela, le Gouvernement est pleinement mobilisé et a décidé de poursuivre une politique de l’emploi ciblée sur les publics fragiles :
    • 1/ Les jeunes : parallèlement à une réflexion en cours sur la modernisation et le développement de l’alternance, le Gouvernement a décidé de maintenir jusqu’à la fin de l’année les trois mesures d’incitations à l’alternance : dispositif « zéro charge » apprenti, prime à l’embauche d’un apprenti et aide à l’embauche en contrat de professionnalisation.
    • 2/ Les seniors : le Gouvernement a proposé, dans le cadre de la réforme des retraites, de mettre en place une aide à l’embauche des demandeurs d’emploi de plus de 55 ans. Cette mesure s’appliquera à toutes les entreprises, pour des recrutements en CDI et en CDD de plus de 6 mois.
    • 3/ Les chômeurs de longue durée : le Gouvernement a souhaité renforcer la reconversion des salariés qui ont perdu leur emploi pendant la crise. Les chômeurs de longue durée seront les bénéficiaires directs du plan « Rebond pour l’emploi », désormais opérationnel.
  • Enfin concernant le service public de l’emploi, Pôle emploi, qui a su faire face à la hausse des demandeurs d’emploi en 2009, continuera de travailler sur son offre vers les entreprises pour accompagner l’augmentation du nombre d’offres d’emploi, dans le prolongement de ce qui a été fait avec le « 39-95 » et les forces de prospection, mais aussi pour continuer à améliorer le service fourni aux demandeurs d’emploi. C’est ainsi qu’une grande consultation, annoncée cet été, sera lancée début septembre.

Commentaires

  • Il y a trois sortes de mensonges, le mensonge, le fieffé mensonge et les statistiques ! Entre les chambres consulaires et pôle emploi, il faudra bien un jour choisir et éviter les strates superfétatoires !

    Comme pour le logement supprimez les offices et foncières diverses et les logements apparaitront !!

  • Cher Monsieur TARDY (« Cher Lionel »...)

    Je comprends votre désir infini de servir les intérêts du Gouvernement. Mais franchement, est ce vraiment respectueux des électeurs ? Des Français en général ?

    Madame LAGARDE nous affirme que "deux mois, ça commence à devenir du tendanciel". Je ne sais pas si ce sont les ors de la République ou une incompétence passée, qui lui font tenir un discours aussi optimiste – M. RAFFARIN aurait il converti « CHRISTINE » a la « positive attitude » chère à LORIE ? – mais aucun cadre, dans notre pays, n'oserait parler de « tendance » pour qualifier un regain de croissance, qui était à prévoir.

    Notre beau pays – toujours première destination touristique – a bénéficié du reflux des Français partis à la Coupe du Monde en Afrique du Sud...Et qui ont rapidement fait l'aller retour. Et de la...Crise. Les citoyens des pays limitrophes venant passer leurs vacances chez nous, notamment les Allemands. Sans parler d'une conséquence...Positive de ladite « crise » : la baisse de l'euro. Ce qui a largement profité à notre beau pays...Qui a ainsi vu nombre de citoyens « étrangers » venir dépenser leurs dollars, yen et autres...Chez nous !

    Le tourisme est plus qu'un métier, c'est une véritable industrie chez nous. Génératrice d'emplois – temporaires – sur les deux mois de « vacances » des profs. Vous pouvez déjà prévenir Mme LAGARDE qu'une petite hausse de l'emploi temporaire – intérim/CDD – va se poursuivre, puisque nous allons bientôt avoir les vendanges qui vont arriver ! Lesquelles génèrent aussi l'utilisation de bras.

    On pourra parler de « tendance » si ces « bons chiffres » (il faut relativiser M. TARDY) se poursuivent sur une période de six mois...Au moins. Mme LAGARDE, qui a été à la tête d'entreprise puissante, devrait savoir qu'on ne peut se montrer à ce point enthousiaste, quand on a de si maigres repères...Même si je comprends qu'il lui soit plus aisé de convaincre des parlementaires...Que des actionnaires, qui eux ne se contenteraient pas des « bons chiffres » énoncés...On peut même être sur qu'ils s'interrogeraient sur l'éventuelle éviction de ce « cadre » peu attaché à leur rapporter quelques dividendes.

    Paradoxalement...Ce qui "tire" une croissance "molle" et un taux de l'emploi encore peu poussif...C'est la "crise" et ses conséquences...Sans parler du coup de pouce de nos "joueurs" de foot !

    Ces trois éléments - reliés à l'attrait de notre pays, qui n'a besoin de personne pour vanter sa beauté - sont donc plus les causes des chiffres annoncées qu'autre chose.

    Nos entreprises ayant une devise, par ailleurs, moins forte, ont mieux vendu les produits et services. Preuve que l'euro est la première cause des "bons chiffres"...Ou plutôt la "chute de l'euro" est une excellente nouvelle pour la France. Doit on donner la légion d'honneur à MADOFF pour ce grand service rendu au pays ? A se demander...!

  • Les habitants de la france sont censés faire confiance à un gouverne-(ne)-ment dont ils ne connaissaient même pas la ministre de l'économie (Lagarde) avant 2007.

    Bien loin de se douter de qu'est ce que le CFR et les relations qu'entretien Madame Lagarde avec cet organisme sans oublier que madame Lagarde avant d'occuper son poste travaillait aux Etats-Unis contre les intérêts même de la France et de l'Europe en général.

    Pas étonnant que de vulgaires internautes soient au courant bien avant elle (du moins ce qu'elle veut bien laisser croire) dès début 2007 de la crise mondiale qui allaient survenir avec tous les mécanismes détaillés.

    Enfin si comme Xavier Darcos elle a quelque problèmes avec l’arithmétique, elle devrait laisser sa fonction à une personne autrement plus compétente. Elle, comme son gouvernement n'ont pas bien l'air de comprendre l'impact des intérêts sur la dette de l'état de puis 1973.

Les commentaires sont fermés.