Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Conférence/débat à ANNECY : quel avenir pour l'agriculture en Europe ?

Imprimer

J’ai assisté ce midi, au Conseil général, et dans le cadre des « midis du Parlement européen », à la Conférence/débat sur le thème « quel avenir pour l’agriculture en Europe ? »

 

La Conférence/débat était animée par :

  • Michel DANTIN, député européen pour la circonscription du Sud-est, membre de la commission parlementaire pour l'Agriculture
  • Gérard DUCREY, président de la Chambre d'Agriculture de la Haute-Savoie

 Parmi les nombreux sujets abordés :

  •  Comment l'Union européenne envisage-t-elle l'agriculture de demain ?

  • Comment la Politique Agricole Commune va-t-elle évoluer ?

  • Quelles seront les conséquences pour les agriculteurs et les consommateurs des produits agricoles de qualité ?

  • Comment mieux protéger l'environnement et assurer des produits agricoles de qualité ?

Je me suis déjà exprimé sur le sujet sur mon blog

 

Une réunion s'est également tenue à l'Assemblée nationale sur l'avenir de la PAC, le 3 novembre 2010, dans le cadre de la commission des affaires européennes.

 

Qu’est-ce qui va changer :

 

Après 2013, la Politique Agricole Commune de l'Union européenne va changer.

 

Les critères pour les subventions reçues par les agriculteurs seront davantage basés sur le respect de l'environnement, le bien-être des animaux et la qualité des produits.

 

Les aides ne seront plus versées en fonction des seuls volumes de production, mais viseront à encourager une meilleure adaptation des agriculteurs aux véritables besoins du marché.

 

Une politique de développement des zones rurales européennes, plus respectueuse de l'environnement, sera financée grâce à la réduction des paiements directs aux grandes exploitations agricoles.

Dans son intervention, Michel Dantin a rappelé qu’à l’origine de la PC (années 60), les pays européens ne produisaient que 80% de leur consommation. Le rapport s’est inversé au début des années 80, avec cette fois-ci une surproduction à gérer.

 

Les négociations actuelles (période 2014-2020) devront tenir compte de l’envol du prix des matières premières et des prix à la consommation.

 

Il faudra également imposer le même degré de contrôle pour les produits importés hors Europe que pour ceux fabriqués en Europe.

 

… de nombreux tableaux nous ont été présentés, que je vous laisse découvrir ci-dessous :

 

Le futur de la PAC : éléments pour le débat après 2013

 

P1110537.JPG

Commentaires

  • Dès 10 ans derrière le cul des vaches, j'ai connu la culture agricole et malheureusement la M.S.A comme commis principal de scierie
    Avec mon beau-père, j'ai connu l'agriculture de montagne ou 3 ha de brôves nourrissaient en autarcie 6 personnes au pays du Beaufort

    Il y a deux graves problèmes à l'agriculture et celle-ci sera condamnée alors qu'elle devrait être la base de l'environnement :
    a/ En France et en Europe, seuls les bureaucrates ont droit à la parole et peuvent tout détruire
    b/ LA FNSEA représentant des tueurs de l'agriculture, pesticides, engrais etc.

    La terre, en France appartient à des fonds souverains ou à des têtes couronnées qui accaparent les subventions et font que notre pays est un trop gros contributeur à l'Europe

    C'est ce qui se passe en Afrique où les terres sont achetées par les Chinois et exploitées par eux et la main-d'oeuvre locale, en France, ces "colons" touchent les subventions et importent de la main-d'oeuvre sans aucun respect de l'identité nationale

    J'ai connu l'époque où le tiers des emplois de notre pays étaient agricole contre 2 % maintenant et le respect de la nature, comme la santé, n'ont pas de prix mais des coûts à maitriser et ce n'est pas des fonctionnaires qui savent et peuvent le faire

Les commentaires sont fermés.