Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sécheresse : mesures urgentes en faveur des agriculteurs

Imprimer

Le 31 mai, Bruno LE MAIRE a réuni le Conseil national de l’agriculture française, les représentants des producteurs, des industriels et des distributeurs des filières animales pour faire le point sur la sécheresse.

 

Le Ministre a annoncé une série de mesures urgentes pour venir en aide aux éleveurs en difficulté, notamment :

  • levée des obstacles administratifs et réglementaires afin de faciliter l'accès à l'alimentation animale(fauchage, utilisation des jachères) 
  • mise en place d’une cellule logistique de la SNCF pour mobiliser tous les moyens de transports ferroviaires disponibles 

La trésorerie des exploitations agricoles sera également soutenue, notamment grâce à l’effort des banques, notamment du Crédit Agricole :

  • mise à disposition des éleveurs de 700 millions d'euros de prêts de trésorerie à un taux préférentiel de 1,5 % pour les jeunes agriculteurs et de 2 % pour les autres agriculteurs 
  • aménagement de la dette des éleveursen leur permettant de reporter un certain nombre de remboursements : près de 20 % d'encours ont déjà été réexaminés.

Les assureurs sont également mis à contribution :

  • extension de la garantie en matière de responsabilité pour le transport, le stockage et la manipulation des pailles 
  • la Mutualitésociale agricole (MSA) a accepté de reporter l'appel à cotisation de juin pour tous les éleveurs. Un report de dépenses correspondant à 3 000 euros en moyenne pour le mois de juin, soit un effort de 80 millions de la MSA.

Bruno LE MAIRE a par ailleurs annoncé le lancement du processus d'indemnisation au titre du Fonds national de garantie des calamités agricoles. L'étude des dossiers sera lancée le 15 juin, lors de la réunion du Fonds de garantie. Les premiers arrêtés pourront être pris dès le 12 juillet et les premières indemnisations seront effectives aux alentours du
15 septembre.

 

Le Ministre a enfin annoncé que la Commission européenne avait donné son accord, à la demande de la France, pour la mise en place d'un groupe de haut niveau sur l'avenir de la filière bovine.

Commentaires

  • Une question tout d'abord : il me semblait que l'agriculture était une "compétence exclusive" de l'Union Européenne.

    Dès lors, pourquoi est ce au budget national de financer des aides ceci cela...Et non à l'européen ?

    Il me semble que je donne - entre autres au titre de la PAC - quelques milliers d'euros à l'UE, justement pour aider les agriculteurs ! Où se cache donc le commissaire européen à l'agriculture ? Et pourquoi n'est ce pas lui qui "concocte" un plan pour aider l'agriculture européenne frappée par la sécheresse (entre autres) puisque notre pays n'est pas le seul concerné par le problème ?

    Bref, est ce que je paye un "commissaire européen" qui est souvent peu contrôlé dans ses missions, par mes représentants légaux (en la circonstance vous M. TARDY) pour qu'il délègue ses "pouvoirs" (transmis par traités) quand la situation s'envenime ?

    Une autre question : y a t il (réellement) sécheresse ? Ou bien, faut il accroitre l'avis de certaines personnes, qui parlent sur sur "bourdin direct" en expliquant que les élus locaux font des restrictions d'eau pour les agriculteurs...Sans demander pareil effort pour leurs touristes ou résidents friqués ? (Peut être une conversation avec M. ESTROSI serait elle bienvenue !)

    Passons maintenant aux "aides" : j'aimerais savoir pourquoi on nous fait tout un cirque pour présenter quelques "trucs" qui vont, au mieux, rendre dépendants nos paysans (les "assister" comme dirait M. WAUQUIEZ qui est lui même "assistée" par la République depuis ses débuts en politique !)...Au pire les faire se suicider encore plus (quand l'UE va nous mettre sous tutelle du FMI) ?

    Toutes ces aides sont par ailleurs en décalage avec la situation. A problème urgent le Gouvernement répond...Dans un an ? Avec un peu de chance on n'aura pas à les inscrire au budget, c'est çà ?

    Sont elles légales, aussi, ces aides ? Parce que moi, il m'a bien semblé lire que toute aide déguisée pour faire face à la concurrence, est illégale...Et "jadis" nos agriculteurs ont fait les frais de ce genre de "souci juridique" !

    Enfin, pour ce qui est du groupe "stratégique" sur la viande bovine, c'est encore loin d'être fait. Un pays, et non des moindres, l'Allemagne, n'y est pas spécialement favorable ! Et l'Allemagne a beaucoup "d'amis" à Bruxelles. Un certain M. BARROSO par ex !

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/06/12/la-fnsea-demande-aux-agriculteurs-de-ne-pas-rembourser-les-aides-publiques_1535208_3234.html

    Je ne suis pas sur que "arroser" les agriculteurs, pour après (en plus) leur faire payer le coût de l'incompétence des Ministres (M. SARKOZY n'a t il donc que des "amis" incompétents à placer au Gouvernement : le Ministre "européen" ne connait pas Schengen ! Celui à l'éducation ignore la règle de trois ! Celui a la sécurité est si inapte qu'il dénonce une politique menée par lui en coulisse ! Celui a l'immigration semble ignorer les traités européens ! Celui a l'économie est payé pour rien faire (et en plus on lui paye sa campagne au FMI ! Tout le monde sait que Mme LAGARDE touche le SMIC !) et est donc aux abonnés absents depuis plus d'une semaine (en dépit des soucis rencontrés par le pays : qui a dit que c'était une Ministre régalienne ?A tout le moins, si elle postule pour le FMI, qu'elle démissionne. Que dirait on si le Ministre de l'Intérieur faisait campagne pour être président de l'ONU en étant absent en France durant des émeutes ? Le mot "régalien" n'a t il donc plus de sens pour le Président, parlementaires, Gouvernement ? S'ils ne sont pas "utiles" autant les virer)...Je ne crois pas que cela soit une chose très bonne !

Les commentaires sont fermés.