Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Projet de Loi de Finances pour 2012 : les chiffres clés

Imprimer

1 - Projet de Loi de Finances 2012.jpg

2 - Projet de Loi de Finances 2012 001.jpg

3 - Projet de Loi de Finances 2012 003.jpg

5 - Projet de Loi de Finances 2012 002.jpg

4 - Projet de Loi de Finances 2012 002.jpg

5 - Projet de Loi de Finances 2012 002.jpg

6 - Projet de Loi de Finances 2012 003.jpg

7 - Projet de Loi de Finances 2012 001.jpg

8 - Projet de Loi de Finances 2012.jpg

Commentaires

  • Encore 80 milliards de déficit SUPPLEMENTAIRE prévus au budget de l’État pour 2012!!!

    Depuis 2007, les déficits auront été augmentés de 480 milliards.

    C'est le quinquennat de la DESILLUSION!

    Mais qu'ont donc fait nos élites ?

    Aucune réforme de fond pour supprimer les dépenses inutiles et redondantes.

    Aucune réforme de fond pour simplifier le fonctionnement de l'Etat et des collectivités territoriales.

    Ce "millefeuille" qui génère et entretient une pléthore de "machins Théodule".

  • En Annexe au Projet de Loi de Finances, une liste de 118 (cent dix huit !!!) pages énumère plus de 800 (huit cent !!!) "Commissions et Instances Consultatives ou Délibératives Placées auprès du Premier Ministre ou des Ministres" (sic).

    Hallucinant !!!!
    Plus de 10 000 conseillers pour sortir un budget avec encore un déficit supplémentaire de 800 milliards !
    Totalement inefficaces !

    C’est indécent de la part de nos elites et cela caractérise leur manque total de RESPECT vis-à-vis des citoyens que nous sommes !

    Alors, Monsieur le Député, pas de quartier dans la discussion de cette Loi des Finances!
    Feu à volonté !

    Il faut tailler dans la masse de toutes ces élites « théodule » incompétentes et couteuses qui ne savent pas comment on redresse un budget!

    Elles ne nous servent vraiment à rien!
    Et puis, il n’y a pas de petites économies en bonne gestion! Toutes, sont bonnes à saisir.

  • Une fois de plus, nous avons, avec ce budget, la confirmation que :

    --le Gouvernement se croit en vacances : le Ministre de la Culture va faire des petits plats sur M6, celui de l'Education chez Ruquier, et quelques autres vont se balader sur des plateaux télé en incriminant les "dépositaires de Karachi" tout en jurant ne pas vouloir "intervenir dans le processus judiciaire" !

    --Aucun membre du Gouvernement - et des cabinets ministériels - ne connaît le mot C.R.E.D.I.B.I.L.I.T.E qui va de paire (pourtant) avec un terme qui fait des miracles en économies ou dans la vente (notamment) : la C.O.N.F.I.A.N.C.E.

    --La "majorité" (à l'Assemblée Nationale) ne sait pas que le pays va mal et que c'est peut être bien pour çà qu'il se révolte contre les "allumés" qui font banquet (aux frais de la princesse bien sur) en "haut" !

    Comment expliquer, sinon, que les parlementaires consentent à examiner un tel texte ? Qui est indigne de porter le nom de "projet de loi".

    Comment expliquer, même, que M. FILLON, qui se prend pour le sauveur de l'humanité et s'autoproclame fourmi parmi les cigales (n'hésitant pas à faire la leçon aux dirigeants Grecs qui (les méchants !) n'arrivent pas à faire rendre gorge à leur peuple sans récrimination) puisse vouloir présenter à l'attention des représentants de la Nation, pareil brouillon ?

    Non mais...Franchement ! Je sais bien que cela ne doit guère arriver souvent à vos collègues, M. TARDY, qui du fait de leur mandat se voit octroyer des prêts les yeux fermés, idem pour les membres du Gouvernement qui peuvent se prévaloir du crédit de la République.

    Mais vous, un chef d'entreprise ?

    Imaginez que j'aille voir mon banquier avec le "business plan" du Gouvernement. Il va regarder tranquillement, puis écarquiller les yeux. J'entends déjà la conversation :

    "M. CERALLI, je comprends vos besoins de financement. Mais sincèrement, comment voulez vous que je vous accorde ma CONFIANCE si vous questionnez mon intelligence ? Si votre plan n'est pas CREDIBLE comment voulez vous que je vous accorde ma CONFIANCE ?"

    "Mais, qu'est ce qui ne va pas" ?

    "Et bien, pour commencer, votre prévision de croissance. Vous avez fumé ou quoi ! 1,75% ! Un taux que votre société n'a jamais réussi à avoir depuis 10 ans ! Déjà les années précédentes, vous aviez formulé des hypothèses relevant de la foi...Mais là ! Alors qu'on craint, dans certains milieux, un effrondrement économique..."

    "Oui, bon, la croissance..."

    "Ha ! Mais s'il n'y avait que çà ! Devant les journalistes, vous défendez la règle "un euro dépensé, un euro à trouver pour compenser" mais dès qu'on parle chiffres, c'est une toute autre histoire. D'un coté, vous cherchez désespérément 10 milliards d'économie...De l'autre, vous faites de la solidarité payante et inconstitutionnelle (violation du traité de Lisbonne) pour financer un plan européen qui ne peut qu'échouer et à cela vous rajoutez 80 milliards de déficits ! Où sont les 70 milliards "de compensation" ? Où sont les 40 milliards pour compenser votre solidarité illégale ?"

    "Mais, mais..."

    "Pas de mais...M. CERALLI. Revenez me voir quand vous prendrez au sérieux la situation. En attendant, je préfère confier mes prêts à d'autres clients, qui ne me prennent pas pour un demeuré".

    Vous changez mon banquier par une agence de notation, et aux vues du plan je ne serais guère étonné que le pays subisse une nouvelle dégradation de sa note (AAA...CC-)

    M. FILLON peut remercier le ciel de lui avoir confié un pays où les habitants, eux, gèrent bien leur portefeuille ! Ce qui explique notre AAA !

    http://www.francesoir.fr/actualite/economie/budget-2012-il-manque-14-milliards-142250.html

    http://www.challenges.fr/actualite/economie/20110928.CHA4833/pourquoi-le-budget-2012-est-deja-caduc.html

    M. FILLON, au lieu de s'auto congratuler (M. SARKOZY l'aurait il "contaminer" ou cachait il mieux son auto satisfaction par le passé...A moins qu'il ne s'agisse de méthode coué ?)...

    Ferait bien d'échanger ses habits noirs de Jean Sans Peur...Pour la bure de Charles V qui, lui, a 18 ans, ne racontait pas des bétises à qui voulaient encore le croire...Mais faisait, au contraire, son possible pour gérer, dans le même temps :

    une guerre civile sur fond de querelle dynastique, une guerre avec les Anglais, la famine et l'absence totale de croissance ! Sans parler de la rançon de Jean le Bon ! (Car oui, à l'époque, il y avait déjà des créanciers)

    Au cas où on l'ignorerait "en haut", les citoyens, les investisseurs, et même les membres des agences de notation, lisent les médias ! Et sont capables, dans le même temps, de se faire une idée simple : si j'ajoute 10 milliards et que j'en retire 120...Je m'endette de 110 ! Donc je n'écomise pas, je m'appauvris ! CQFD !

    Mme PECRESSE, M. BAROIN, M. FILLON, feraient mieux de moins critiquer les propositions socialistes. Quand on est incapable de présenter un budget sérieux, on "ferme sa gueule" et on retourne dans les comptes. Ou alors on a la délicatesse de démissionner pour laisser aux compétents la place ! D'ailleurs, çà ne ferait pas de mal. Pour ma part je ne pleurerai pas leur départ.

    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/economie/20110928.OBS1268/budget-la-crise-a-bon-dos.html

    Bref..."l'esprit de responsabilité" invoqué par Mme PECRESSE à l'attention des socialistes (pour qu'il vote un projet à ce point délirant !) ferait bien de venir se projeter contre elle ! Est elle "responsable" quand elle met la France en difficulté sur le plan financier ? Est elle "responsable" quand elle défend un projet qui ne vaut pas trois clous ?

    En fait, le vrai problème de ce budget, c'est que la miss PECRESSE et M. BAROIN cherchent à faire plaisir à M. SARKOZY, en présentant un budget fictif qui concorde avec des objectifs européens sur le plan théorique...

    ...Alors que les "marchés" ainsi que les citoyens, eux, veulent des résultats concrets, qui ne peuvent être possibles que si l'on comprend "en haut" que toute chose vient de la C.O.N.F.I.A.N.C.E laquelle ne saurait exister sans C.R.E.D.I.B.I.L.I.T.E !

    Cela, un certain FOUQUET l'a très bien compris, lui ! En mettant sa fortune personnelle au service du roi...Il avait forcément le soutien des "banquiers" et des "investisseurs" qui pouvaient décemment penser qu'un Ministre ne mettrait pas des billes personnelles sans raison !

    Le brave NECKER, à son niveau, inspirait aussi la confiance. Les "banquiers" ne l'aimaient pas beaucoup mais il affichait une REELLE volonté de réformer le pays, avait pour ce faire le soutien des sujets du roi...Et tout cela, en dépit des difficultés financières du pays, permettait à Louis XVI et cie de "travailler" grobablement sans trop de souci.

    Charles V, lui, n'avait pas de "Ministre" des "Finances". Mais il savait gérer ses comptes...Lui ! Résultat ? Sa REPUTATION d'homme avisé lui permettra, dès son accession au pouvoir (en tant que Régent) de solliciter une aide financière des créanciers, ce que son père n'aurait pu obtenir, du fait de sa "générosité" trop expressive !

    Sa VOLONTE POLITIQUE qui était COHERENTE avec ses ACTES...Va lui permettre, par la suite, de remettre le pays en ordre ! A la fin de son règne, les coffres sont pleins et les Français, reconnaissants, lui ont donné le nom de "Sage".

    La seule question qui demeure est la suivante : contre le Peuple - qui a bien compris qu'on se moquait de lui - contre les "experts" - qui considèrent dès à présent ce budget délirant - contre les médias - qui sont lus par les principaux détenteurs d'actifs français - la majorité à l'Assemblée va t elle choisir "le cirage de pompe"...Ou bien aura t elle le courage d'exiger qu'on la respecte ?

    http://finance.blog.lemonde.fr/2011/08/19/sans-un-budget-2012-credible-nous-neviterons-pas-la-culbute/

    Si la deuxième option était - rêvons ! - retenue (le Parlement se décide à être un pouvoir et pas une chandelle)...Des mesures simples mais efficaces pourraient déjà être prises.

    Celles qu'un VRAI MINISTRE...Présenteraient :

    --la garantie ministérielle : le Gouvernement s'engage personnellement sur le budget de l'Etat. Comme jadis le fit (pour ex) FOUQUET pour le roi. Ou le Ministre de Napoléon, qui a rétablit les comptes en l'espace de...Deux ans ! (1799 à 1801 !)

    Une telle garantie serait de nature à créer un climat très positif : si des Ministres mettent en jeu leur propre denier...On peut donc faire confiance au pays !

    --la garantie parlementaire : les traités européens interdisent à la BCE ou la Banque Nationale de prêter, sans intérêt, à l'Etat. (La mesure a été violée récemment par la BCE mais mieux vaut ne pas prendre de risques juridiques)

    Mais rien n'interdit, à ce que je sache, que par SOLIDARITE ENVERS LE PAYS, les parlementaires s'engagent, personnellement, à prêter à ce dernier...Sans intérêt.

    Un tel geste manifesterait la confiance des parlementaires envers le pays, serait extrêmement bien perçu par les Français - de quoi redorer la classe politique très "navrée" par les enquêtes en ce moment - et surtout "rassureraient" citoyens, entreprises, investisseurs...Inscrivant ainsi le pays dans un cercle vertueux de croissance !

    N'est ce pas par un geste symbolique - un dépot à la banque de France -que Napoléon Bonaparte a promu l'argent papier au détriment de l'or ? Les Français pensant, logiquement, que si l'Empereur le fait...Eux aussi !

    N'est ce pas un autre geste symbolique - l'arrivée d'une Jeanne exaltée - qui fit gagner les "Tourelles" inscrivant ainsi une défaite chez les Anglais qui allaient tourner à l'avantage "psychologique" de la France ?

    N'est ce pas un geste extrêmement symbolique - l'apport personnel du Général à la "Reconstruction" - qui décidera les Français à investir dans des succès d'aujourd'hui : le TGV, le nucléaire, etc. ?

    Si les parlementaires "croient" en la France, "croient" qu'elle peut surmonter la situation actuelle, et "croient" enfin dans les propositions gouvernementales...Et le montrent en investissant leur fortune dans un prêt à taux zéro pour le pays...Alors tout le monde le fera ! Et la note AAA du pays sera préservée ! Que "l'investissement" en la matière soit modique...Ou pas. L'important, c'est le geste !

    --donner aux citoyens et entreprises, la possibilité de faire un don pour "désendetter le pays" : actuellement, c'est loin d'être simple...Et il n'existe pas vraiment de garantie que l'argent soit réellement dévolu à ce remboursement.

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2010/05/28/04016-20100528ARTFIG00414-comment-donner-pour-financer-la-dette-publique.php

    Il me semble pourtant que l'idée serait bonne. Par le passé - par ex, en 1870, lors de la Libération, au temps de Charles V, Charles VII, Louis IX, etc. - les Français ont été des plus généreux pour répondre à des oeuvres considérées comme importantes : le patrimoine, la guerre, les croisades, etc.

    Un tel investissement des Français ne pourra se faire, bien sur, que si "en haut" on se décide à un minimum d'exemplarité (un député "gagne" environ 5000 euros d'indemnités de base nettes par mois : pourquoi chaque député ne donnerait il pas "pour la France" (ou ne preterait il pas, à taux zéro) disons 6000 euros par an ? Soit 3462000 euros pour le desendettement du pays ?

    Si je prends les Ministres (une trentaine) j'obtiens, pour 10% de leur salaire mensuelle : 654912 euros. 78000 pour les Secrétaires d'Etat (cinq je crois) 2058000 pour les sénateurs.

    De son coté, le Président pourrait donner 50% de son indemnité de base, idem pour le Premier Ministre : ils sont nourris, blanchis, etc. Soit 126 000 chaque.

    Bon, c'est symbolique...Mais c'est tout de même très important ! N'est ce pas ainsi que Thiers a réussi à convaincre les Français de payer la rançon pour évacuer les troupes prussiennes ?

    Sait on jamais, enfin...Une telle initiative serait peut être à même de "remettre en selle" M. SARKOZY ! Pour un salaire donné...Peut être sera t il en capacité de retrouver le coeur de la France.

    --pas d'hypothèse de croissance (trop imprévible et toujours fausse) : une croissance automatiquement mise à zéro comme point de départ du budget

    --pas de déficits supplémentaires : zéro déficit.

    --la recherche D'ECONOMIES parmi les GASPILLAGES actuels

    --une baisse générale (et normal) des rémunérations des nommés et élus à hauteur de 5%. Peut on exiger d'autrui des efforts alors qu'on préserve son salaire, ses indemnités ?

    --une demande, au niveau européen, pour que les Commissaires européens et les parlementaires européens soient, eux aussi, soumis à la rigueur qu'ils exigent des citoyens (notamment Grecs) en pure perte

    --une aide à la Grèce - et autres pays - GRATUITE (pour être en conformité avec le traité de Lisbonne) puisque la solidarité européenne n'est pas censée être payante...Ou pas "d'aide" à la Grèce (et cie) là encore pour être dans la légalité des traités.

    --la fusion de l'IR et de la CSG assortie d'une baisse de la TVA sur les produits de première nécessité et les légumes/fruits.

Les commentaires sont fermés.