Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rebondissement à la présidence de l'UMP ... 26 voix d'avance pour François Fillon

Imprimer

L’UMP ne doit pas être la première et la seule victime du succès de la première consultation démocratique organisée en son sein.

C’est en effet la volonté même des adhérents de placer à des niveaux parfaitement comparable Jean-François Copé et François Fillon ... qui explique l’étroitesse des résultats.

 

Dès lors tous les aspects de procédure et d’organisation revêtent une acuité extraordinaire qui, en d’autres circonstances, n’auraient pas soulevé l’attention.

 

Lundi, dans la nuit, l’acceptation de la décision de la COCOE marquait une volonté de tous de revenir à une paix interne. Et de ne pas se jeter des griefs réciproques inutiles et blessants.

 

Pour autant, la découverte aujourd’hui même d’une erreur matérielle reconnue par le président de la COCOE liée à la stricte comptabilité des résultats acceptés ne peut pas être écartée à cet instant.

 

Lundi, François Fillon a eu l’élégance de reconnaître un résultat qui lui était légèrement défavorable.

 

Ce mercredi, il serait élégant que Jean François Copé tienne aussi compte d’un résultat qui lui serait légèrement défavorable ... à son tour ... en raison d’une erreur matérielle parfaitement identifiée ... et qui n’est désobligeante pour personne ... si ce n’est pour l’organisation même du scrutin et de son dépouillement.

 

Devant une telle situation, l’un et l’autre doivent reconnaitre que l'UMP n'est plus gouvernable en l'état et confier la gestion provisoire de l’UMP a une autorité morale ... seul moyen  de rassurer les deux moitiés de l’UMP sur la coexistence pacifique de leur deux principaux courants.  

 

Cette période pourrait être courte puisqu’à l’annonce des résultats de la COCOE aucun des candidats n’a cru nécessaire de remettre en cause la validité des votes dans les bureaux. Seule une erreur matérielle de la part de la COCOE est en cause à cet instant.

 

Sans cette sagesse des blessures profondes pourraient affaiblir notre formation.

 

Une transition s’impose donc et je souhaite quelle soit acceptée par les deux candidats.

 

Une de mes interventions sur BFM TV :

 

 

Intervention sur iTélé (juste après Estrosi et Wauquiez) :

 


 230708.JPG

Commentaires

  • Du moment que l'on lie la présidence d'un parti à la candidature à l'élection présidentielle, on arrive toujours à ce genre de problème quand il ya un candidat qui ne se détache pas très nettement.
    A mon avis le problème se situe à ce niveau.

  • Je suis actuellement, hors du microcosme Français, aux antipodes.

    J'ai donc la tête à l'envers :) :).

    Je prends connaissance de l'actualité de l'UMP au travers de votre blog et des médias en ligne.

    Je suis atterré par les problèmes de toute nature que peuvent poser le déroulement d'une petite et simple élection entre 2 postulants et à peine 200 000 votants.

    Mais ce qui m'attriste le plus, c'est le manque de professionnalisme pour y remédier !

    Chacun y va de sa « petite phrase » sur twitter !

    Je réalise maintenant pourquoi nous ne sommes pas arrivés à réaliser les grandes réformes qui étaient nécessaires et vitales pour notre pays durant les 10 dernières années au pouvoir de l'UMP!

    Nous avions un gouvernement et des élus qui ont eu, certes, une activité débordante en communication mais qui n'ont accouché que de « réformettes » pendant toute une décennie.

    Avions nous les personnes « à la hauteur » (comme François Fillon notamment) pour mener les réformes indispensables au pays.

    Ouf ! La « patate chaude » a été transmise aux socialos pour 5 ans !

    laruaz

Les commentaires sont fermés.