Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jo 2018 - Page 7

  • Epreuves de relais de la Coupe du monde de ski de fond à LA CLUSAZ

    Imprimer

    Après les épreuves individuelles d'hier, disputées dans des conditions de neige dantesques, place aujourd'hui aux relais.

    Le relais hommes s'est particulièrement distingué en prenant la 3ème place, derrière la Norvège (emmenée dans le dernier relais par Peter Northug, vainqueur du 30 kms libre de samedi) et la Suède.

    Résultats du 4 x 10 kms messieurs :

    1. Norvège (Hetland/Johnrud Sundby/Gjerdalen/Northug) en 1 h 39 mn 01 secondes
    2. Suède (Rickardsson/Olsson/Soedergren/Hellner) à 2,2 secondes
    3. France (Gaillard/Vittoz/Manificat/Jonnier) à 6,6 secondes

    Moins de chance pour le relais feminin qui a pris la 8ème place, à plus de 3 mn de la Finlande.

    Résultats du 4 x 5 kms dames :

    1. Finlande en 1 h 46 secondes
    2. Suède en 1 h 1 mn 19 secondes
    3. Norvège en 1 h 1 mn 20 secondes

    Superbe ambiance lors de ces relais sur le plateau des Confins, devant plus de 10 000 personnes.

    Toutes les photos sur ma fiche FACEBOOK

    P1120061.JPG
    P11200681.JPG
    P1120070.JPG
    P1120104.JPG
    P1120143.JPG
    P1120175.JPG
    P1120195.JPG
    P1120210.JPG
    P11202211.JPG
    P1120209.JPG
  • Contre parade anti-olympique à GRENOBLE

    Imprimer

    Communiqué reçu du CAO 38 (Comité Anti-Olympique 38) :

    A toutes les organisations, associations, groupes et collectifs isérois,

     

    A tous leurs membres et sympathisants,

     

    Appel à la contre-parade anti-olympique, vendredi 5 décembre à 17h30, Place Félix Poulat (Grenoble)

     

    Bonjour,

     

    En mars 2009, le Comité National Olympique du Sport français doit statuer sur la candidature de Grenoble, d'Annecy, de Nice, ou de Pelvoux, à l'organisation des Jeux Olympiques d'hiver de 2018.

     

    Afin de promouvoir sa candidature, la Ville de Grenoble transforme le centre ville en prétendue station de ski à grand renfort de neige artificielle et d'argent public (1,8 M€) et organise trois jours de foire les 4, 5 et 6 décembre, intitulés "Jeux de Neige". Pour l'occasion et pour séduire le Comité Olympique français, elle embrigade les enfants dans une parade monumentale censée manifester l'adhésion de toute la population.

     

    Nous vous appelons tous à une contre-parade vendredi 5 décembre à 17h30, autour de la fanfare et des clowns anti-olympiques. Venez avec vos banderoles et pancartes, vos déguisements, masques et maquillages, vos sifflets, tambours et trompettes, vos casseroles et cornes de brume.

     

    La candidature grenobloise, manigancée depuis 2002 dans une quasi-clandestinité par le maire Michel Destot, se déploie maintenant en une campagne éclair pour s'imposer à la population et prendre de court toute opposition. Destot est d'autant moins légitime pour s'offrir ses caprices qu'il n'a obtenu que 20959 voix sur un collège de 127 551 Grenoblois en âge de voter au deuxième tour des municipales de 2008. Un Grenoblois sur 7 seulement. Rappelons à titre de comparaison que pour sa troisième élection, en mars 1977, son prédécesseur Hubert Dubedout avait obtenu 31 500 voix sur un collège de 121 805 Grenoblois en âge de voter – soit un Grenoblois sur 4 (Nous ne mentionnons ces chiffres que pour ceux qui considèrent l'élection comme une sorte de carte blanche. En ce qui nous concerne, Comité Anti-Olympique, nous refuserions les Jeux Olympiques, ici ou ailleurs, même si Destot avait remporté 100 % des suffrages exprimés.)

     

    Les J.O, ici ou ailleurs, serviront de bulldozer et de véhicule à de multiples malfaisances :

    • Construction de la Rocade Nord, percement du tunnel sous la Bastille, achèvement de l'autoroute A 51, élargissement de l'A 480, projet GIANT avec ses gratte-ciel, urbanisation high-tech, construction d'un nouveau quartier sur l'Esplanade, en bordure d'autoroute ;
    • Pillage des Grenoblois et des fonds publics au profit de la Chambre de Commerce et d'Industrie, de ses entreprises qui constituent le Comité de Promotion des J.O, et au profit du Comité International Olympique ;
    • Nouvelle éviction des couches populaires au profit des plus aisées, renchérissement du coût du logement et de la vie (voir le rapport sur les évictions forcées de populations pauvres lors des J.O : "Fair Play for Housing Rights : Mega-Events, Olympic Games and Housing Rights", 2007 ; résumé disponible sur notre site) ;
    • Saccage d'un environnement déjà supplicié par l'industrie, le bétonnage et le tourisme, alors que fondent les glaciers et que s'assèchent les lacs ;
    • Durcissement de l'emprise policière, sous la surveillance high-tech des caméras, des puces RFID et des dispositifs biométriques, pour un plan Vigipirate superlatif ;
    • Enfin, pas plus que nous n'accepterions une campagne raciste, mysogine ou écosuicidaire, n'acceptons-nous de propagande pour le darwinisme social, la lutte de tous contre tous pour la réussite et la loi du plus fort que constituent les J.O, avec leurs trainées d'affairisme, de triche, de dopage et de chauvinisme.

    Après la publication de textes critiques depuis janvier 2008, et en l'absence d'autre opposition constituée, le Comité Anti-Olympique fait campagne depuis le 6 octobre 2008 : pétitions, cartes postales, réunions publiques, perturbation des évènements officiels, tracts, affiches, interventions médiatiques, lien avec les opposants des autres villes candidates. Si la CCI, le Daubé, la mairie disposent des moyens administratifs et financiers de susciter mécaniquement des évènements de masse, et une apparence factice d'adhésion à leurs projets, nous rencontrons sur les marchés et nos lieux de diffusion une colère plus ou moins résignée face au rouleau-compresseur. C'est à cette colère qu'il s'agit de donner corps et nous ne prétendons pas y arriver seuls. De plus en plus de Grenoblois, de tous les quartiers et de tous les âges, refusent ces "Jeux". Même les services techniques de la mairie traînent des pieds. Le PS et la "minorité" Verte sont divisés sur le sujet. La LCR appelle à la contre-parade. La Brico-Fanfare ouvrira le cortège.

     

    C'est maintenant qu'il faut manifester. Vous aussi, parlez-en à vos adhérents, membres, réseaux, amis, proches, et joignez-vous à la contre-parade anti-olympique du 5 décembre.

     

    Rendez-vous place Félix Poulat à 17h30.

     

    Moins vite, moins haut, moins fort.

     

    Le CAO

    http://cao38.eu.org

     

    Pour toute correspondance :

    CAO

    c/o Les Bas-Côtés

    59 rue Nicolas Chorier

    38000 Grenoble

     

    logogre14581[1].jpg[700x-1].JPG
  • Coupe du monde de ski de fond à LA CLUSAZ

    Imprimer

    Pendant que certaines villes candidates aux JO d'Hiver de 2018 en sont réduites à simuler des épreuves de Coupe du monde, sur de la neige artificielle, Annecy rentre dans le vif du sujet en soutenant l'organisation de la VRAI Coupe du monde de ski de fond, ce week-end à LA CLUSAZ.

    Il s'agit de la seule étape de Coupe du monde de ski de fond à se dérouler en France.

    Celà prouve une fois de plus que la candidature d'Annecy, dont l'ensemble des sites olympiques ont été dévoilés dès hier, est la plus aboutie sur le plan technique.

    Si Annecy est retenue comme ville organisatrice pour les JO d'Hiver de 2018, c'est à LA CLUSAZ que se dérouleront les épreuves de :

    • ski de fond
    • saut à ski
    • combiné nordique
    • ski acrobatique

    Et pas besoin de neige artificielle ... il y a déjà un mètre de neige.

    Le programme de la Coupe du monde de ski de fond de ce week-end :

    • samedi matin : 30 kms libre hommes (à 10 H 30)
    • samedi après-midi : 15 kms libre dames (à 13 H 30)
    • dimanche matin : relais 4 x 10 kms hommes (à 10 H 45)
    • dimanche après-midi : relais 4 x  kms dames (à 12 H 45)

    .... à oui j'oubliais, une nouvelle ambassadrice de charme vient de rejoindre la candidature d'Annecy 2018 ... il s'agit de Tessa Worley, du club du Grand-Bornand, victorieuse de la Coupe du Monde de géant, ce week-end à Aspen (Colorado) ... et un vainqueur de Coupe du monde supplémentaire en Haute-Savoie.

    Je vous donne rendez-vous samedi matin ... sur les pistes.

    La Clusaz.jpg
  • Dauphiné Libéré du 2 décembre 2008

    Imprimer

    12 - 02déc08DL.jpg
    12 - 02déc08DL1.jpg
    12 - 02déc08DL2.jpg
    12 - 02déc08DL6.jpg

  • Lancement de la candidature ANNECY 2018

    Imprimer

    Lancement officiel ce matin de la candidature d'Annecy/Haute-Savoie/Mont-Blanc pour les Jeux Olympiques d'Hiver 2018.

    Tout le monde sportif, politique, économique et associatif était réuni au Château d'Annecy, pour la conférence de presse de présentation de la candidature, des différents pôles olympiques et la présentation officielle du logo support retenu.

    Les 18 atouts de la candidature d'ANNECY pour 2018 :

    1)     Le berceau historique des J.O. d’hiver et des sports d’hiver français.

    2)     La beauté d’Annecy, « Venise des Alpes » bordée par le lac le plus pur d’Europe.

    3)     Un cadre naturel unique dominé par le Mont-Blanc (un des meilleurs enneigements au monde).

    4)     Au cœur de la première destination mondiale de sports d’hiver.

    5)     Un vivier naturel de champions : 17 médaillés olympiques et 8 paralympiques.

    6)     Une expertise reconnue pour les grandes compétitions internationales.

    7)     Un niveau élevé d’infrastructures existantes permettant l’organisation de jeux à des coûts maîtrisés et respectueux de l’environnement.

    8)     Une répartition optimale des sites des épreuves, pour la performance des athlètes et la fluidité des trajets entre les sites.

    9)     Véritable carrefour européen, un territoire frontalier de la Suisse et de l’Italie.

    10)  Un accès aisé aux sites des épreuves grâce à un réseau de transports de qualité.

    11)  4 aéroports dont 2 internationaux à proximité (Genève à 30 mn).

    12)  La vitalité du milieu sportif local : 111 497 licenciés et 81 disciplines pratiquées en Haute-Savoie.

    13)  Un mouvement associatif dynamique (20 000 bénévoles en Haute-Savoie).

    14)  Un département historiquement tourné vers le respect de la nature.

    15)  Un bassin économique performant mêlant industries et hautes technologies.

    16)  Une capacité d’hébergement de 1 million de lits en Pays de Savoie, avec un parc étendu d’hôtels 3 et 4 étoiles.

    17)  Une forte tradition gastronomique, à la fois conviviale et haut de gamme.

    18)  Une terre authentique, attachée à ses traditions et aux valeurs montagnardes.

    Le site officiel de la candidature :

    www.annecy-2018.fr

    P11109681.JPG
    Logo annecy 2018 droit.jpg
  • JO d'hiver 2018 : comparatif ANNECY et NICE

    Imprimer

    Comme vous le savez tous, Annecy (et la Haute-Savoie) est candidate aux JO d'hiver de 2018, de même que Grenoble et Nice.

    Profitant de la tenue des journées parlementaires UMP à Antibes/Juan-les-Pins les 2 et 3 octobre, Christian Estrosi, maire de Nice, en a profité pour faire paraître, jeudi 2 octobre, une double page sur la candidature de Nice/Côte d'azur JO 2018 dans le quotidien régional NICE-MATIN (voir contenu ci-dessous).

    Que retenir de cette double page :

    • Nice place sa candidature dans le cadre du développement durable (tout comme Annecy)
    • Nice vante la qualité de son enneigement artificiel (nous n'avons pas ce problème)
    • Nice va organiser les championnats de France de ski alpin cette année (Val d'Isère et la Savoie, qui soutiennent Annecy, organisent les championnats du Monde cette année)
    • Nice n'a organisé aucune épreuve de coupe du Monde de ski (contairement à La Clusaz, Les Houches, Megève, Chamonix ...)
    • Nice dispose du deuxième aéroport de France en terme de traffic (nous avons l'aéroport internatioanl de Genève à 20 minutes)
    • Nice dispose d'un palais des sports de 5000 places, capable d'accueillir les épreuves de patinage
    • Nice disposera en 2016 d'un grand stade destiné à accueillir des matchs de l'Euro 2016 ... et éventuellement la cérémonie d'ouverture des JO de 2018

    Bref, rien d'insurmontable en l'état actuel.

    En revenant de Nice ce vendredi soir et au gré de mes déplacements de ce week-end dans ma circonscription, j'ai pû constater que nos sommets étaient déjà recouverts de neige (voir photo ci-dessous) ... et je me faisais la réflexion suivante : finalement dans tout ça, le principal atout d'Annecy n'est-il pas d'offrir de VRAIS jo d'hiver, avec des stations d'altitudes, une VRAI culture en matière de sports d'hiver et un VRAI climat alpin (il faisait 28° à Nice mercredi après-midi). 

    De véritables atouts que n'aura jamais Nice. A vous de juger.

    P1100645.JPG
    10 - 02octobre08 Essor7.jpg
    10 - 02octobre08 Essor3.jpg
    10 - 02octobre08 Essor10.jpg
    10 - 02octobre08 Essor8.jpg
    10 - 02octobre08 Essor9.jpg
  • Point sur la candidature d'ANNECY aux JO de 2018

    Imprimer

    J'ai rencontré ce matin Bernard Laporte, Secrétaire d'Etat chargé des Sports, sur l'état d'avancement d'une candidature de la France pour les Jeux Olympiques d'Hiver de 2018.

    Le calendrier est maintenant clairement établi.

    Aucune décision concernant une candidature française ne sera prise en septembre, comme prévu initialement.

    Le CNOSF (Comité National Olympique et Sportif Français) va établir un cahier des charges, dès la fin septembre, à l'attention des villes candidates.

    Les villes candidates devront respecter ce cahier des charges et remettre leur dossier complet pour mars 2009.

    C'est à ce moment là que se feront, simultanément, les deux choix :

    • celui d'une candidature française ou non aux JO d'Hiver de 2018
    • le nom de la ville française retenue, en cas de candidature

    Le travail de lobbying se poursuit donc avec, pour prochaine étape, une réunion avec le Président du Conseil Général ce vendredi matin.

    Le maire d'Annecy rencontrera a son tour Bernard Laporte la semaine prochaine.

    cnosf-mention-133.gif
  • Participation aux 10 kms d'ANNECY

    Imprimer

    Plus de 800 participants pour cette épreuve de 10 kms qui se déroulait sur 2 boucles de 5 kms, autour du stade d'Annecy.

    Victoire remportée par un kenyan, qui a pulvérisé le record de l'épreuve en un peu plus de 28 minutes ...

    Pour ma part, j'ai fini en 54 minutes, un peu moins bien que ce qui était prévu, mais vu mon entraînement c'est déjà pas si mal.

    Merci à tous ceux qui m'ont soutenu tout au long du parcours (et qui ont souligné qu'ils souhaiteraient voir davantage d'élus mouiller le maillot, avis aux amateurs !) : le maillot aux couleurs de la candidature d'Annecy aux Jeux Olympiques d'Hiver de 2018 a eu du succès.

    Rendez-vous l'année prochaine, avec un vrai entraînement cette fois-ci.

    P10907271.JPG
    P1090732.JPG
    P1090738.JPG
    P1090748.JPG
    P1090758.JPG
  • Entraînement pour les 10 kms d'ANNECY

    Imprimer

    Que ne ferais-je pas pour soutenir la candidature d'Annecy aux Jeux Olympiques d'Hiver de 2018 ...

    Et comme en politique, quand on soutient un dossier, il faut toujours savoir joindre le geste à la parole, je me suis donc préparé pour participer aux 10 kms d'Annecy de ce samedi 7 septembre.

    Après 6 séances de décrassage et un test grandeur nature ce matin, sur la piste du stade d'Annecy, j'ai bouclé les 10 kms en ... 49 minutes.

    Je suis loin du temps du vainqueur de cette épreuve l'an passé, qui a réalisé un temps de 32 minutes ... mais je fais mieux que le dernier, qui a réalisé un temps de 1 heure 13 minutes ! 

    L'essentiel est de participer ... et je vous invite à porter à cette occasion le tee-shirt de soutien à la candidature ANNECY 2018 édité par Olympliquons-Nous et disponible au magasin 42km195 - 5, rue Président Favre - 74000 ANNECY - Tel : 04 50 45 55 26

    Plus d'infos sur la candidature d'Annecy aux JO d'Hiver 2018 :

    P10905631.JPG
  • Pourquoi je ne suis pas allé aux JO de Pékin

    Imprimer

    Interrogé par de nombreux internautes sur ma non présence aux JO de Pékin, je tenais à apporter les précisions suivantes.

    Membre du groupe d'amitié FRANCE-CHINE à l'Assemblée nationale, j'ai été invité par un grand equipementier international à passer deux jours à Pékin dans le cadre des Jeux Olympiques (du 15 au 18 août).

    Pourquoi je ne suis pas allé à Pékin ?

    Tout simplement parce qu'au-delà de l'aspect politique, primordial, et sur lequel il y aurait beaucoup de choses à dire (nous avons rencontré l'ambassadeur de Chine en France à ce sujet et je vais probablement me rendre demain à Paris pour rencontrer le dalaï-lama avec mes collègues parlementaires), c'est avant tout l'aspect sportif qui me gêne.

    Dès l'attribution des Jeux Olympiques à Pékin, les autorités chinoises ont tout mis en oeuvre pour faire de ces Jeux, sur le plan sportif, un outil de propagande, comme au bon vieux temps de la RDA.

    Après la puissance économique, la puissance militaire ... la puissance sportive (avec un mélange des genres pas très heureux lors de la cérémonie d'ouverture ou des enfants chinois ont remis le drapeau chinois à des militaires qui, au pas cadencé, se sont chargés de la montée des couleurs ... stupéfiant ... ou encore l'altérophile chinois Hui Liao qui, aujourd'hui, après sa victoire sur le français Vencelas Dabaya-Tientcheu, reviens au devant de la foule en délire ... pour faire un salut militaire).

    Des armées d'enfants chinois sont préformatées, dès l'âge de 4 ans, dans des usines à champions ... pour la gloire nationale.

    Les enfants sélectionnés ne choisissent jamais leur discipline, ils servent l'Etat. Père de six enfants, je trouve celà choquant.

    Nous sommes a des années lumières des Jeux Olympiques à échelle humaine, voulus dans le cadre de la candidature d'Annecy aux JO d'Hivers de 2018 (c'est une vrai question).

    Ce n'est pas du tout ma conception du sport (lire le très bon article de l'Express de cette semaine, à ce sujet).

    Et quitte à choisir, je préfère une Laure Manaudou déchue, parce quelle ne supportait plus le rythme de ses entraînements ... mais qui reste maître de sa vie, de ses choix, plutôt que des sportifs chinois automates sans aucune émotion.

    Pour le reste, honnêtement, je ne voyais pas trop l'intérêt d'un si long voyage (et du décalage horaire) pour passer deux jours sur place.

    A part faire le beau au Club France au milieu des VIP (j'ai testé aux JO d'Hiver de Turin), aucun intérêt.

    Ce n'est pas dans un tel contexte, que nous les élus, pourrons faire avancer la candidature d'Annecy aux JO de 2018.

    C'est au niveau national (franco-français), au niveau politique, que tout se joue pour l'instant (donc à Paris).

    C'est un travail de longue haleine, semaine après semaine.

    Si nous sommes retenus au niveau national, nous aurons tout lieu de faire, par la suite, du lobbying auprès des membres du CIO (qui ont d'autres chats à fouetter durant ces Jeux).

    logo.gif
  • Jeux Oympiques d'Hiver à ANNECY en 2018

    Imprimer

    Entretien à l'Assemblée nationale, avec Jean-François Lamour, sur la candidature d'ANNECY aux JO de 2018. 

    Ancien ministre de la Jeunesse et des Sports de mai 2002 à mai 2007, Jean-François Lamour a été l'un des piliers de la candidature de PARIS aux JO de 2012, malheureusement décrochés par Londres.

    A ma première question sur la pertinence d'une candidature française aux JO d'hiver de 2018, il m'a répondu qu'il ne croyait pas, cette fois ci, a une concurrence avec l'éventuelle candidature de PARIS aux JO de 2024.

    Il soutient donc une telle initiative et la juge très pertinente.

    Pour lui, PARIS a raté le coche et d'ici 2024, les emprises disponibles ne le seront plus et le Stade de France ne sera plus aux normes pour un tel évènement. Et d'un point de vue politique, les déclarations envers le CIO de Bertrand Delanoé, maire de Paris, ont laissé des traces que seules un changement de maire pourront apaiser.

    Pour lui, les prochaines candidatures aux JO d'été seront plutôt l'oeuvre de villes comme Lyon ou Marseille.

    Sur la candidature de Grenoble, il m'a confirmé que Michel Destot, maire de Grenoble, faisait un gros lobbying, notamment auprès de Jean-Claude Killy, membre du CIO.

    Sur la candidature d'ANNECY ... il était peut optimiste (par rapport à Grenoble), jusqu'à ce que je lui explique que l'ouverture de l'A41 Nord, en fin d'année, allait mettre Genève (et son aéroport) à 15 minutes d'Annecy.

    Le reste de l'entretien sur les tenants et aboutissants d'une candidature aux JO entre pouvoir sportif et politique est confidentiel.

    Ma prochaine rencontre se fera avec Guy Drut, qui a toutes les chances de devenir prochainement le nouveau président du CNOSF, qui est l'organisme qui décidera des candidatures françaises.

    lamour.jpg