Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

SPAM de la FRAPNA Haute-Savoie sur les loups

Imprimer

De passage à mon bureau parisien ce matin, avant de me rendre au salon de l'Agriculture, je découvre que mes boîtes mails parisienne et annécienne sont truffées du même message concocté par la FRAPNA Haute-Savoie, et envoyé depuis hier soir par plus de 300 personnes.

 

Messieurs, STOP, on ne va pas recommencer le même sketch que pour les OGM. Sachez chers adhérents de la FRAPNA Haute-Savoie, qu'en agissant ainsi vous exaspérez plus vos élus qu'autre chose ...

 

En plus c'est à chaque fois le même texte (quelle originalité) :

 

« Monsieur le Député,

 

Depuis le début du mois de janvier une campagne médiatique prétend mobiliser l'opinion contre la présence du loup en Haute-Savoie. Un braconnier ayant volontairement abattu un loup la semaine dernière sur la commune du Petit Bornand les Glières, en Haute-Savoie, un comité de soutien s'est constitué qui prétend cautionner ce délit à l'encontre d'une espèce protégée par la législation française et la Convention de Berne.

 

Le loup est un prédateur naturel qui a toute sa place au sommet de la pyramide alimentaire dans nos écosystèmes et les difficultés rencontrées par les éleveurs sont à prendre en compte de manière objective sans attribuer au loup la responsabilité de toutes les difficultés de l'élevage ovin.

 

Nous vous demandons en tant que parlementaire de prendre vos responsabilités en mettant en oeuvre le principe que vous venez de voter dans la loi Grenelle : maintenir et développer la biodiversité.

 

Les responsables politiques ont le devoir de défendre le droit et l'intérêt général face à ceux qui attisent des peurs irrationnelles et se placent dans l'illégalité. »

 

La FRAPNA Haute-Savoie indique même la marche à suivre :

 

From:frapna-haute-savoie@frapna.org

 
Subject: LOUP !

Etat d'urgence en Haute-Savoie ! Mobilisez-vous.

Date: Wed, 25 Feb 2009 11:57:55 +0100

 

Chers amis,

 

Le braconnage du loup au Petit-Bornand a mis le feu aux poudres et la situation est grave. Le coup était bien préparé et nous avons été surpris par la violence et l'efficacité de l'attaque. Nous devons absolument inverser le rapport de force et MOBILISER TOUTES NOS ENERGIES pour ne pas laisser ceux qui poussent les citoyens à se haïr les uns les autres et usent de la désinformation comme une arme de propagande. Nous ne pouvons laisser violer la loi sans réagir car, au delà du loup, c'est tout le lien social que nous accepterions de voir détruire par ceux qui ne savent utiliser que la violence et la force. 

 

Je compte sur vous pour prendre 30 secondes de votre temps et d'envoyer le message suivant aux deux députés impliqués dans cette affaire (Lionel Tardy et Martial Saddier) avec une copie à la FRAPNA 74 pour que nous puissions suivre l'efficacité de notre action. Pour cela rien de plus simple :

1. un copié collé des 4 adresses életroniques ci-dessous

2. un copié collé du message ci-dessous

3. Cliquer sur "Envoyer le message"

 

Je vous demande de diffuser au MAXIMUM ce message auprès de vos adhérents, votre famille, vos amis et vos relations. Nous avons très peu de temps pour réagir avec force. Jean-Louis Borloo doit venir en Haute-Savoie le 13 mars et si d'ici là nous n'avons pas réagi de manière forte et appropriée, nous perdrons.

 

Eric FERAILLE

Président de la FRAPNA Haute-Savoie

 

Je vous propose donc en retour de SPAMER, avec des mails à votre convenance, la boite de la FRAPNA Haute-Savoie suivant le même principe : leur adresse mail frapna-haute-savoie@frapna.org

Commentaires

  • Monsieur le Député,
    C'est un journaliste de la presse nature spécialisée qui vous répond. Votre réaction concernant la FRAPNA et l'affaire du loup déshonore votre fonction d'élu de la Nation. Je ne manquerai pas de répercuter l'ensemble de cette histoire (à laquelle vous avez choisi d'apporter une réponse inappropriée) dans les organes de presse écrite auxquels je participe (revues Terre Sauvage, le Courrier de la Nature, Forêts Magazine, Alpes Magazine).
    Avec mes salutations atristées,
    Yves THONNERIEUX

  • Et allez.., les grands mots, "déshonore", "je ne manquerais pas de"... Il ne manque plus que le fameux "quand je vous lis j'ai honte d'être français" :
    as-t-on encore le droit d'avoir un avis et une position ?! fussent-ils différents des votres ?
    Monsieur que vous ne soyez pas d'accord avec cette position est votre droit le plus strict mais de là à utiliser des méthodes aussi lamentable (digne d'une cour de récréation, "je vais aller tout y dire")...
    Pour un journaliste...
    Philippe CHAMOSSET

Les commentaires sont fermés.