Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Interview sur France 3

Imprimer

Je suis intervenu en direct sur France 3 de 12 heures 12 à 12 heures 20, dans le cadre du journal 12/13 édition Rhône-Alpes/Auvergne.

Sujet de l'intervention : la loi Hadopi (Création et Internet).

Cliquez sur ce lien pour accéder à la vidéo

(Aller directement à la 13ème minute)

P11609261.JPG
France 3.JPG

Commentaires

  • Je n'ai pas vu votre intervention d'aujourd'hui, mais en tout cas, les internautes vous remercient d'avoir voter contre ce texte idiot dont vous deviez parler a l'antenne.

    Merci également de représenter notre profession à l'UMP.

    Un informaticien.

  • Mon interview, c'est demain.

  • C'est un vrai plaisir de vous entendre "recadrer" les choses.

    Merci.

  • Bonsoir,

    Impossible d'accéder à la vidéo, du moins elle ne démarre pas, je précise que je suis sur Linux, peut-être le pourquoi du comment ! Dommage. :/

  • Effectivement...

    Bon maintenant, je l'ai vu et c'est fidèle à vous même, donc merci encore.

    Vous n'imaginez pas à quel point ce texte peut inquiéter les informaticiens qui comme moi travaillent beaucoup à domicile.

    Des erreurs, il y en aura (probablement beaucoup), et je n'ose imaginer la catastrophe que ça serait pour mon boulot si j'en étais victime.

    Il y a de plus en plus de gens qui travaillent comme ça, et ce texte peut leur porter de très graves préjudices, qu'ils soient pirate où non.

    Privé quelqu'un de ses droits avant même qu'il n'ai pu se défendre, je trouve qu'on touche le fond là.

    J'espère sincèrement que vous serez mieux entendu quand les débats reprendront.

  • Vous cautionné la version du texte qui propose une amende à la place de la coupure internet mais n'est-ce pas tout autant discriminatoire.

    C'est une loi inapplicable sans faute et tout le monde le sait. Ce n'est pas comme les radars automatiques et pourtant même dans ce cas plus de 40% des recours en justice obtiennent réduction de peine.

    Je vois déjà les gros titre "ne télécharger pas votre feuille d'imposition sous peine de coupure internet" parce que le hashage résultant sera le même que celui du mp3 réencodé du dernier artiste de chez Vivendi.

    Cela ne fera que booster la mise en place des protocoles plus sécurisé (comme https ou le F2F) ce qui rendra infiniment plus difficile le traçage des vrais ennemis. Si elle est appliqué, je donne un an à cette lois avant d'être complètement obsolète.

    Je vous écrit d'ailleurs d'un sous réseau. Un simple prestataire local fournissant internet à tout les occupant de ma résidence. Simplement intraçable.

  • Je dis que l'amende serait un moindre mal ...

    Tout le monde sait que les procédures de sanction vont être lancées sur la base de l'adresse IP de l'abonné, qui n'est pas une donnée irréfutable, loin de là.

    Sachant que l'envoi de mail d'alerte et du recommandé n'est qu'une option et pas une obligation, vous ne pourrez vous bien souvent vous défendre qu'une fois la suspension de l'abonnement prononcée.

    Et là, pour prouver votre bonne fois, il faudra du temps ... et pendant ce temps là, plus d'internet. Imaginez les dégats pour une entreprise par exemple si son accès est coupé à tort. Et si elle prouve son innocence, qui paie les dommages et intérêts : sur tous ces sujets, aucune réponse.

    C'est pour celà que l'amende serait mieux car elle permet de conserver la connexion à internet, tout en engageant un recours. Elle évite de gaspiller 100 millions dans une plateforme technique permettant la mise en place de la suspension (c'est des impôts en moins). Elle évite le problème de la double peine, etc.

    Par contre, je confirme que l'amende n'est pas la solution à tout, car pour le reste, ce texte est parsemé de non sens, d'approximations et de zones d'ombres ... donc je voterai contre, même avec l'aende.

  • Que de temps et d'énergies perdus, que de millions d'euros qui vont s'envoler ...

    ... Heureusement qu'il n'y a pas mieux à faire en ce moment, n'est-ce pas ?

  • D'accord avec vous cher Gillesc.

    Même le Président de l'Assemblée nationale trouve tout celà très précipité ...

Les commentaires sont fermés.