Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Question Ecrite à l'attention de Monsieur le Ministre de la Culture et de la Communication

Imprimer

M. Lionel TARDY attire l'attention de Monsieur le Ministre de la Culture et de la Communication sur la reprise, par des particuliers, du nom de domaine internet « jaimelesartistes.fr » qui était retombé dans le domaine public, faute d'avoir été renouvelé à temps par ses services. Il souhaite connaître les raisons qui ont motivé cette décision de ne pas conserver ce nom de domaine, et de mettre ainsi fin à l’existence du site qui était hébergé sous ce nom de domaine. Il souhaite savoir pourquoi, à tout le moins, ce nom de domaine n’a pas été renouvelé, ne serait-ce que pour empêcher son détournement. Il souhaite également connaitre le coût exact pour l'Etat de la conception, de la mise en place et de la maintenance de ce site. Il souhaite enfin connaître, suite à la fermeture du site « jaimelesartistes.fr », et alors que la loi Hadopi n’est pas encore entrée en vigueur, quelles initiatives son ministère compte mettre en oeuvre pour informer les internautes sur la mise en application des lois « diffusion et protection de la création sur internet » et « protection pénale de la propriété littéraire et artistique sur internet ».

Commentaires

  • Questions un peu décevantes. Etre un membre de la "majorité PARLEMENTAIRE" devrait vous inciter à exiger plus de ceux que vous soutenez (Président, Gouvernement) non excuser leurs erreurs, fautes, préjudiciables à la France.

    1. Vous interpellez le Ministre sur la reprise du nom de domaine par les particuliers, et mettez en cause ses "services".

    Mais à aucun moment vous ne lui demandez des explications sur le discrédit que sa conduite jette sur l'Etat.

    Dans le premier cas, pour vous contenter, le Ministre vous donnera une tête...Dans le deuxième cas, il aurait dû vous expliquer pourquoi il fait preuve de tant de nonchalance dans l'exercice de son mandat. Un Ministre est responsable de la crédibilité de son Ministère. S'il se fait avoir comme un bleu, comment le Ministre pourrait il prétendre à la moindre autorité ? Tant sur ses services que sur la Société ?

    2. Vous demandez aussi "le coût exact pour l'Etat de la conception, de la mise en place et de la maintenance de ce site."

    Pourquoi ne pas avoir envoyé votre assistant parlementaire ou vous être rendu sur place, pour consulter les contrats relatifs à cette conception et gestion de site ?

    Autre chose. Pourquoi ne pas avoir demandé au Ministre comment il a réussi l'exploit de gérer un site à 50 000 euros ! (Sans la maintenance assurée, ni le renouvellement du nom de domaine !) Alors qu'il suffit de taper "conception de site" pour trouver des PME qui vous propose des sites pour 1000 euros ! (Fourchette large) et si vous creusez un peu pour 140 euros ! + 20 euros pour renouveller le nom de domaine !

    Il y a quelque chose d'incompréhensible dans cette manière de se moquer un tantinet qu'on jette ainsi l'argent public ! par la fenêtre ! Si tous les Ministères gèrent des sites à ces coûts astronomiques, je comprends que la France ait un budget aussi mauvais !

    Nous avons été nombreux sur ce blog à faire remarquer que le site a été acheté à un tarif prohibitif ! Il serait donc bon que vous posiez la question, à M. BESSON...En fait le plus simple serait sans doute d'interroger MATIGNON (M. FILLON insiste sur son "écoute" de la "majorité") sur le coût des sites gouvernementaux, les questeurs des Assemblées sur les leurs, et le chef de cabinet de l'Elysée sur ceux de la presidence et de Mme SARKOZY.

    C'est très important ! Imaginez vous un peu tout l'argent jeté par la fenêtre si tout le monde a acheté un site prohibitif ?

    Je m'en tiens aux seuls Ministres et secrétaires d'Etat pour l'instant.
    Partons du principe qu'ils ont tous un site.

    Il y a disons 30 Ministres : 30 fois 50 000 = 150 000 euros. 30 fois 2000 = 60 000. Bref 110 000 euros jetés par la fenêtre...Au moins !

    Si le Gouvernement avait des sites à des prix normaux, on trouverait une très forte économie. 30 fois 140 = 4200 euros.

    150 000 - 4200 = 145 800

    Et voilà 145 800 qui aurait pu être investi ailleurs !

    Je m'arrête là...Mais voilà des économies faciles !

  • Reponse à Seb : 140 euros ce n'est pas un prix normal pour un site web.

    Vous pouvew ajouter un zero et multiplier par deux... au moins.

  • Simple, efficace, que des questions censées.

    D'aucuns seraient tentés de dire qu'une fois la loi votée, il n'y a plus lieu d'aimer les artistes, mais ce serait pousser le bouchon au delà des limites du capitalistiquement correct ;)

  • Tout d'abord monsieur le Député, un grand bravo pour votre indépendance d'esprit dans une majorité quelque peu soumise aux désirs d'une unique personne.

    Vous faites preuve d'un grand professionnalisme en mettant de bons coups de pieds dans la fourmilière quand ça ne va pas.

    Votre lettre est très intéressante mais comme le signale le premier commentaire, pourquoi ne pas avoir demandé plus d'informations sur le financement de ce site.

    En tant que contribuable, je suis profondément choqué que l'Etat dépense plus de 50 000 euros dans un site qui a une durée de vie d'à peine 1 an ! Sachant que d'après l'agence, ils ne s'en occupent plus depuis le printemps !

    Le premier commentaire signale qu'en effet en cherchant un peu on peut trouver des prestations identiques à tarif beaucoup moins élevés.

    De là à dire pour 140€ n'exagérons pas mais je pense qu'un site comme ça n'aurait pas dû coûté plus de 15 000 euros. Travaillant moi-même dans le webmastering, je peux vous assurer qu'à ce prix là les prestations sont déjà conséquentes.

    Pourquoi, alors qu'on est en situation de crise, que toute la journée les journaux nous rabâchent que la France est endettée, qu'elle doit faire un grand emprunt, etc... l'Etat ne négocie-t-il pas mieux ses contrats ?

    Aussi, il aurait été intéressant d'insister sur les raisons de maintenir un site comme celui-ci. La loi est votée mais quid de l'explication du financement aux citoyens ?

    Les français subissent, eux-aussi, la crise. N'ont-ils pas, plus que jamais, le droit de savoir PRÉCISÉMENT ce qu'on fait de leurs impôts ?

    Bonne continuation et bon courage.

    Continuez d'agir comme un élu et non comme un pantin.

  • J'attends les réponses avec impatience ;)

  • Très respectueusement Mr le député, il me semble que l'on pourrait ajouter la question de savoir quel était le but recherché par la création du site ?
    et quels critères ont amené à la cessation de sa parution en ligne ?
    Puis effectivement, comme vous en posez la question à la fin quel aura été pour l'état le sens et l'efficacité de la création de ce site à la lumière de son retrait rapide.

  • Partant du postulat que le cout de ce site web est anormalement élevé la question pertinente qu'il convient de se poser est la suivante: l'État gère-t-il de façon déplorable ses dépenses ? (mauvaise négociation de contrat comme précédemment évoqué). Où l'État, dans le contexte de crise économique que nous connaissons tous, investit il sous couvert d'une hypothétique volonté de relance économique ?

    Il faut rappeler que la dépense publique si elle engendre une création de richesse suffisante est un facteur de croissance.

    Du reste encore faut il qu'une gestion maladroite comme en l'espèce ne vienne pas annihiler un effort de relance.

    Dès lors la lettre adressée à Monsieur le Ministre de la Culture et de la Communication ne semble pas assez insister sur un point. En effet "la crise" étant sur toutes les lèvres, et le gouvernement ne cessant de rappeler aux français de faire des efforts sur le plan financier, votre courrier Monsieur le Député parait un peu fade même s'il montre néanmoins un embryon d'autonomie vis à vis de votre majorité.

    In fine plus que des chiffres (le mal étant fait) c'est d'avantage des explications sur la mauvaise gestion du ministère qui doit faire l'objet de toute notre attention.

  • Cela me fait penser au film Independance Day ... à un moment, le père du héros, désabusé, réplique "Vous ne croyez tout de même pas que l'on achète des marteaux à 45000 $ et des couvercles de toilettes à, etc ..." pour justifier des dépenses officielles délirantes qui masquent en fait, dans le film, le financement de la zone 51.

    Pareil ici, qu'est-ce qui peut bien justifier 50.000 € pour un site WEB, même pas marchand ????

    Allez Monsieur le Député, continuez c'est parfait !

  • Sincèrement, un grand coup de ménage s'impose...! Tant pour le Ministère de la Culture que les autres.

    Ex : qui décide de ce qui est bon pour nos armées ?

    De toute évidence...Des lobbies ! C'est en tout cas ce qu'on peut lire sur le blog de Jean-Dominique Merchet à propos de l'acquisition future de missiles américains Javelin par l'armée de terre française :

    " (...) l'armée de terre va percevoir des missiles antichar américains de type Javelin pour ses troupes engagées en Afghanistan (...) Or, selon nos informations, ce n'est pas du tout l'engin que l'armée de terre souhaitait. Elle préferait nettement son concurrent, l'israélien Spike ER fabriqué par Rafael.

    Des spécialistes français ont participé à des essais en Israël, à plusieurs reprises, et semblent avoir été convaincus par les capacitiés de l'engin... dont le coût serait moitié moindre que celui du concurrent américain (environ 30 millions contre 70 millions d'euros) (...)

    Les souhaits de l'armée de terre ont été bloqués par la Direction générale de l'armement (DGA) et le cabinet du ministre de la Défense, qui préfèrent le Javelin américain. L'affaire s'est finalement conclue, sans appel d'offres, directement avec Lockheed-Martin/Raytheon. Certains y voient la main d'un ancien général de l'armée de l'air, qui défend en France les intérêts de l'industriel américain."

    Oui...Vous avez bien lu !
    --aucun appel d'offre
    --matériel moins performant
    --matériel plus cher
    --matériel qui ne satisfait pas notre armée

    Bon...Combien donne t on à Hervé Morin pour défendre le parti de l'étranger ? Au lieu de celui de la France ?

    Je sais bien que l'aspect commercial n'est pas forcément très ancré dans les négociations Etats entreprises, mais il serait tout de même bien qu'on m'explique pourquoi M. Morin a préféré choisir le moins bon, et le plus cher...Alors qu'il aurait dû en principe rechercher le meilleur rapport qualité/prix !

    Sincèrement, si l'on jette comme çà l'argent par la fenêtre, pas besoin de chercher loin l'endettement de la France, et à comprendre le rapport (qui n'existe nul part ailleurs) : plus de dettes et plus d'impôts !

    Ne pourrait on pas mettre, dans chaque Ministère, un ACHETEUR COMPETENT. Et demander quelques explications au Ministre, qui de toute évidence, ne comprend rien à son job ?

    Autre vérification à faire : M. MORIN a t il véritable eu son diplôme de droit public ? Il semble que la notion "d'appel d'offres" lui échappe !

  • La question n'a pas encore été publiée au journal officiel, si ?

    On ne la retrouve en tout cas pas sur le site de l'Assemblée Nationale (et donc pas non plus sur NosDeputes.fr) http://recherche2.assemblee-nationale.fr/questions/questions.jsp

  • Ca y est depuis ce matin! C'est retrouvable et commentable ici: http://www.nosdeputes.fr/question/64040

Les commentaires sont fermés.