Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Réunion avec Laurent Wauquiez, secrétaire d'Etat à l'Emploi, ce vendredi à BONNEVILLE

Imprimer

L'Etat, sous l'impulsion de vos parlementaires, a été partciculièrement réactif dès le début de la crise, afin de soutenir et de maintenir l'industrie et la sous traitance en Haute-Savoie.

 

Un an après, la CGPME Haute-Savoie souhaite faire un bilan de actions menées auprès des entreprises et vous propose de poser vos questions et de faire part de vos remarques sur les mesures mises en place concernant les problèmes locaux : trésorerie, financement, développement, médiateur du crédit, dispositif de formation ...

 

La CGPME Haute-Savoie essaiera d’apporter des réponses concrètes à vos questions lors des Trophées des Entreprises qui se dérouleront le vendredi 27 novembre à Bonneville, en présence de Laurent Wauquiez, secrétaire d’Etat à l’Emploi.

 

Cette réunion se tiendra sous forme de tables rondes et d’échanges avec les adhérents de la CGPME.

 

Table ronde : les soutiens locaux (accompagnement en trésorerie, en développement)

 

Intervenants :

  • Laurent de Jekhowsky, TPG
  • Gérard Favray, Banque de France
  • Lionel Tardy, Député
  • Cyril Gouttenoire, OSEO
  • Guy Huguet, Zig Zag
  • Serge Briée, LCO Protomoules

Témoignages, échanges, remise de trophées.

Conclusion par Guy Metral, Président CCI Haute-Savoie.

Afin d’enrichir le débat, faites part de vos questions sur ce thème à local@cgpme74.org 

 

Table Ronde : la revitalisation du tissu économique

 

Intervenants :

  • Pierre Hérisson, Sénateur
  • Martial Saddier, Député-Maire de Bonneville
  • Gérard Cascino, Commissaire à la réindustrialisation
  • Lionel Baud, Président SNDEC
  • Etienne Piot, Président Arve Industrie
  • Emile Allamand, Savoy Moulage 

Témoignages, échanges, remise de trophées.

Conclusion par Christian Monteil, Président du Conseil Général de Haute-Savoie.

Afin d’enrichir le débat, faites part de vos questions sur ce thème à revitalisation@cgpme74.org

 

Table Ronde : la formation (former plutôt que licencier)

 
Intervenants :

  • Jean-Claude Carle, Sénateur
  • Thierry Guillermin, Directeur du CTDEC
  • Pierre Vachal, co-président Agefos
  • Serge Geri, Directeur Agefos
  • Philippe Dumont, DDTEFP
  • Julie Gnuva, DGIN

Témoignages, échanges, remise de trophées.

Conclusion par Nicolas Jimenez, co-président Agefos.

Afin d’enrichir le débat, faites part de vos questions sur ce thème à formation@cgpme74.org

 

Présence aux trois tables rondes de :

  • Laurent Wauquiez, Secrétaire d’Etat à l’Emploi
  • Bernard Accoyer, Président de l'Assemblée nationale
  • Jean-François Roubaud, Président national de la CGPME
  • François Turcas, Président régional CGPME Rhône-Alpes
  • Jean-Marie Gomila, Président CGPME 74  

Inscriptions : info@cgpme74.org

 

cgpme74.jpg

Commentaires

  • M. WAUQUIEZ : peu mieux faire

    1. Le logo de pôle emploi a coûté 500 000 euros aux contribuables.

    Dans le même genre, le logo de la présidence française a coûté bonbon...On ne peut pas dire, pourtant, que P. Stark se soit beaucoup foulé ! D'autant qu'il était recommandé que le logo ne comporte pas...Le drapeau français ni le drapeau européen. Beau respect des consignes !

    On a donc tant d'argent pour le répandre si allègrement en futilités ? S'il fallait absolument donner un nom...Pourquoi ne pas avoir fait un post sur "ump.fr" : "vos idées pour le nom de la société ? On aurait eu, ainsi, au moins 100 propositions...Voire 50 similaires...Pour 0 euros !

    2. Autoentrepreneurs fantômes : Hervé Novelli, a reconnu récemment que nombre d'autoentrepreneurs ne travaillent pas.

    Depuis le lancement du dispositif, le Gouvernement confond (volontairement ?) le nombre d'auto-entrepreneurs déclarés avec les créations d'emplois. (C'est un peu comme le calcul des "cas avérés" de grippes A. En faisant quelques recherches, on s'aperçoit que l'OMS et la France ne les comptent plus depuis juilllet ! Que seuls 4% des "cas avérés" sont dus réellement à la grippe A. Et que très souvent, on ne peut parler de "cas avérés" parce qu'il faut, pour cela, procéder à des tests à 200 euros l'unité !)

    On compte ainsi 242 000 inscrits, mais seuls 40% des concernés déclarent une activité réelle. Hervé Novelli a indiqué que le chiffre d'affaires moyen déclaré, pour ceux-là, atteint "autour de 4.000 euros par trimestre", soit "autour de 1.400 euros par mois".

    3. Public plus fort que le privé ?
    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5g3VmSOGzXeiyqhtstWhQP0KzzOKQ

    4. Soutien de l'Etat ?

    La fusion de l'ANPE et des ASSEDIC, décidée quand la crise démarre, en septembre 2008, devait faciliter le traitement des demandeurs d'emplois, et favoriser la constitution de guichets uniques. Faute de moyens et à cause de l'envolée du chômage, le système est engorgé. Actuellement, chaque conseiller suit en moyenne plus de 94 chômeurs, alors que le gouvernement tablait sur une fourchette comprise entre 30 et 60. Un conseiller de Pôle Emploi sur cinq s'occupe de plus de 130 demandeurs d'emploi.

    M. SARKOZY a eu des jolies paroles, mais où sont les financements ? Le personnel ? Pour les banques on a sorti le grand jeu...Pour les victimes de la négligence desdites banques, c'est peanuts.

    5. Travail illégal ?

    Xavier Darcos, ministre du travail, puis Eric Besson, ministre de l'identité nationale, ont lancé une charge contre le travail illégal. Besson a promis une nouvelle loi. (Il est Ministre du travail maintenant ?)

    Avant de faire une eunième loi - respecter les actuelles çà serait bien ! Valider aussi une directive européenne sur le sujet, aussi ! - peut être M. WAUQUIEZ pourrait il faire en sorte que l'Etat soit un employeur exemplaire ? (Dans la lutte contre le travail illégal...Non en tête de pont du travail illégal : çà, c'est déjà le cas)

    On en est très, très loin. Cf "ministère amer".

    Des sans-papiers manifestent régulièrement contre leurs conditions de travail. Près de 1500 d'entre eux sont en grève depuis 5 mois dans 1 800 entreprises. Des cas honteux, chez des prestataires de la RATP, de la SNCF, dans des restaurants luxueux, voire sur un chantier présidentiel, en 2008, à la résidence de La Lanterne, ou à Paris, au centre Kléber, ont été régulièrement mis à jour.

    A quand un peu...D'exemplarité ? On ne peut pas demander aux restaurateurs ou au BTP de ne pas engager des sans papiers...Puisque l'Etat est le premier à le faire !

    6. Timidité gouvernementale

    Xavier Darcos a refusé de se prononcer sur ces demandes de régularisation : « Ma mission n'est pas d'intervenir dans la question de la régularisation, mais de combattre le travail illégal sous toutes ses formes. »

    Le ministre a dit qu'il lançerait un plan d'ensemble contre le travail au noir. Le dispositif prévoira la possibilité de fermeture administrative des établissements employant des étrangers en situation irrégulière, une décision attribuée aux préfets ; la suspension des exonérations de charges sociales chez les « donneurs d'ordre ».

    Cool...Sauf que c'est une tartufferie ! «S'il est avéré que l'activité de l'entreprise est construite autour du travail illégal ou de l'emploi de travailleurs étrangers sans titre de travail, on pourra fermer administrativement cette entreprise ».

    Ok...Fermez le banc !

    De son coté, Eric Besson, le traitre, a montré qu'il était plus actif contre les sans-papiers (les victimes) que leurs employeurs. (Ceux qui violent la loi)

    En 8 mois de présence à son ministère de l'immigration, M. Besson n'a pu relever que 1 500 contrôles d'entreprise !

    Aux deux sanctions proposées par son collègue Darcos, il ajoute «l'inéligibilité à tout appel d'offres public ou privé de toute entreprise qui aurait employé» des sans-papiers, une majoration des amendes à l'égard des entreprises fautives et le «remboursement des aides publiques ».

    Belles déclarations...Sauf qu'au même moment :

    M. BESSON pondait une nouvelle circulaire pour donner au préfet des consignes de régularisation pour les étrangers hors la loi qui n’avaient pas été régularisés par la précédente circulaire.

    Officiellement, le ministre parle de “1000″ régularisations supplémentaires pour ne pas faire mentir la communication électorale du président qui se clame partout qu’il n’y aura pas de régularisations massives.

    Officieusement, l’article L 622-1 du Code de l’entrée et du séjour des étrangers, qui rend passible de cinq ans de prison ceux qui apportent assistance à un étranger clandestin ne sera plus appliqué !

    Dans les faits, il ne l’était déjà pas, aucune condamnation n’étant prononcée par les juges.

    Concrètement, cette circulaire va désormais empêcher non seulement les condamnations mais même les poursuites pour aide au séjour irrégulier.

    7. Mesures contre le chômage

    M. WAUQUIEZ : "nous avons déjoué toutes les prévisions !"

    M. WAUQUIEZ, il y a un an, était le promoteur du dispositif d'offre raisonnable d'emploi ; en février, il défendait la distribution de chèques emploi services aux ménages modestes, un dispositif que le gouvernement limita finalement à une poignée de chômeurs ; en mai dernier il soutient l'assouplissement des règles de prêts de salariés, ce qui permet de contourner les droits des salariés ; en juillet dernier, il a faisait financer par le pôle emploi le permis de conduire de 0,006% des chômeurs ; récemment il a été contraint d'avouer que le nouveau dispositif gouvernemental d'activité partielle de longue durée qui augmente l'indemnisation des salariés en chômage partiel ne concerne que 15% des 319 000 salariés affectés.

    Sincèrement...Peu mieux faire !

Les commentaires sont fermés.