Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Débat sur les nouvelles propositions en matière de sécurité routière ... votre avis ?

Imprimer

A la demande des députés de la majorité, lors de la réunion du groupe d'hier matin, un débat sera organisé ce midi autour des principales propositions annoncées le 11 mai, concernant la prévention routière.

 

Je compte sur vos contributions !

 

Ou en es t’on aujourd’hui ?

 

Pourquoi avoir réuni en urgence un Comité interministériel ?

  • Depuis 2002, le nombre de tués sur les routes de France n'a cessé de baisser pour atteindre un chiffre historique de moins de 4000 morts en 2010. Ces chiffres parlent d'euxmêmes : en huit ans, ce sont près de 23 000 vies qui ont été épargnées, dont 13 500 grâce au comportement des automobilistes en matière de vitesse et à la politique déterminée du Gouvernement contre les délinquants de la route.
  • Cependant, l'attention ne doit pas faiblir car rien n'est jamais acquis. En effet, le Gouvernement a constaté, depuis le mois de janvier 2011, un relâchement dans le comportement des automobilistes et une forte augmentation du nombre de morts.
  • Au regard de ces chiffres inquiétants, le Premier ministre a décidé de réagir immédiatement, afin de mettre un terme à cette nouvelle hausse, en convoquant mercredi 11mai un Comité interministériel de la sécurité routière, qui a fait une série de propositionsconcrètes. Il n'y a pas de fatalité ! Chaque Français doit pouvoir se déplacer à pied, en deux rouesou en voiture en toute sécurité.

Les principales propositions du Comité interministériel :

  • Les propositions du Comité interministériel de la sécurité routière s'articulent autour de cinq axes stratégiques. D'abord, dissuader la vitesse excessive et lutter contre la conduite en état d'ébriété ou sous l'emprise de stupéfiants, qui sont les causes majeures des drames de la route. Ensuite, sécuriser l'usage du deux-roues motorisé et renforcer la vigilance des automobilistes au volant pour responsabiliser les usagers de la route. Enfin, donner plus de place aux citoyens dans la politique de sécurité routière.

Un renforcement des dispositifs de lutte contre la vitesse :

  • Pour en finir avec les comportements irresponsables de certains automobilistes, les excès de vitesse de plus de 50km/h seront désormais qualifiés juridiquement de délit dès la première infraction. Les avertisseurs de radars seront interdits, les panneaux indiquant les radars fixes seront supprimés et les cartes les localisant ne seront plus rendues publiques. Enfin, 1000 nouveaux radars seront déployés d'ici la fin de l'année 2012.

Un durcissement de la lutte contre l'alcool au volant :

  • La conduite sous l'emprise de l'alcool, particulièrement chez les jeunes, est la première cause de mortalité au volant. 30% des tués sur la route le sont dans un accident en présence d'un taux d'alcool supérieur au taux légal.
  • Le Gouvernement a donc décidé de durcir la lutte contre l'alcool, c'est une question de responsabilité. Toute alcoolémie supérieure à 0.8g/l conduira au retrait de 8 points de permis, contre 6 actuellement. L'usage d'un éthylotest anti-démarrage sera rendu obligatoire sans délai pour l'ensemble des transports en commun de personnes équipé de ces éthylotests.

Une attention particulière pour les utilisateurs de deux-roues qui représentent 24% des tués sur les routes :

  • Plus de sécurité passe par plus de visibilité. Afin de rendre les contrôles plus opérants, les plaques d'immatriculation des deux-roues seront désormais de plus grande taille. Les conducteurs de motos de plus de 125cm3 devront porter un équipement rétro-réflechissant. Un stage pratique sera rendu obligatoire pour les conducteurs qui ont interrrompu la conduite d’une moto depuis plus de 5 ans.

Conduire nécessite une vigilance de tous les instants :

  • La baisse de la vigilance au volant, notamment due à l'utilisation du téléphone portable, est à l'origine de nombreux accidents et de drames. C'est pourquoi téléphoner en conduisant sera sanctionné plus sévèrement, par une contravention de 4è classe (135 euros) et le retrait de 3 points de permis. Des solutions techniques seront également développées avec les opérateurs de téléphonie pour limiter l'usage du téléphone au volant.
  • La circulation sur la bande d'arrêt d'urgence sera sanctionnée d'une amende de 135 euros et du retrait de 3 points.

Une place plus importante donnée aux citoyens :

  • La mobilisation citoyenne autour de la sécurité routière doit se poursuivre. Elle a permis de réaliser des progrès considérables ces dernières années. Les actions entreprises, pour être comprises, devront être concertées, expliquées et évaluées. Chaque citoyen, à son échelle, doit se sentir concerné par la lutte contre l'insécurité routière.
  • L'éducation routière est un enjeu majeur à tous les âges de la vie. Les jeunes doivent être des publics prioritaires. L'expérimentation menée dans 80 lycées de sept académies a porté ses fruits. Fort de ce résultat, le Gouvernement a décidé de poursuivre la sensibilisation des élèves en l'étendant progressivement à partir de la rentrée 2011.
  • Le Conseil national de la sécurité routière, instance de débat et de réflexion, sera réuni dans une configuration nouvelle, à la composition élargie. Les associations de collectivités territoriales gestionnaires d'infrastructure et les spécialistes des questions médicales seront désormais membres du Conseil national.

Quand les mesures annoncées seront-elles effectives ?

  • Certaines mesures, comme le retrait des panneaux indiquant la présence des radars, sont immédiates. D’autres nécessitent des mesures réglementaires, que le Gouvernement prendra dans les prochains mois. Quelques-unes feront l’objet d’un projet de loi que le Gouvernement présentera à la rentrée.
  • Cependant, sans attendre la mise en oeuvre de ces mesures, François FILLON a demandé au ministre de l'Intérieur, de l'Outre-mer, des Collectivités territoriales et de l'Immigration de mettre en place immédiatement des contrôles renforcés sur les routes, et tout particulièrement au cours des week-ends prolongés du mois de juin.

Commentaires

  • Bonjour,

    Ma recommandation est très simple, facile à mettre en oeuvre et peu onéreuse.

    Si la dégradation des statistiques vient de l'aménagement législatif apporté dans le cadre de LOPPSI 2, comme le disent haut et fort les lobbyistes de tous poils, alors supprimons simplement ces aménagements et revenons à la situation antérieure de 2010.

    On verra bien si les statistiques se remettent d'équerre en quelques mois...

    Et si, comme je le pense ce n'est pas le cas, au moins on aura avancé et supprimé un postulat de départ qui consiste, au lieu d'analyser en profondeur une situation, à racketter l'automobiliste moyen (mon budget PV en 2010 s'est monté à 700 €uros pour une famille de 6 personnes avec 3 voitures et des bonus assurance de 50%, 50% et 35%).

    Il serait plus intéressant avant de légiférer dans l'émotion et la précipitation, d'analyser vraiment et finement les statistiques, au lieu de globaliser systématiquement. Bref, de réfléchir avant d'agir et de faire preuve d'un minimum de bon sens.

    Mais soyez sûr qu'en 2012, on n'oubliera pas...

  • Si la plupart des mesures évoquées me semblent les bienvenues pour renforcer la sécurité sur les routes, et en particulier celles relatives à l'éducation routière, l'hallali sur les panneaux indiquant les radars me laisse perplexe.

    Je suis en effet curieux de connaître l'argumentaire qui désigne ces panneaux comme cause du non respect de la vitesse limite. Jusqu'à fin 2010, le principe de la prévention portait ses fruits, et tout à coup ces panneaux deviendraient les complices des délits routiers ? Un tel revirement d'appréciation n'est pas sérieux du tout.

    Je remarque également, que sur la route je passe à présent presque plus de temps à regarder mon compteur qu'à regarder la route elle-même. Est-ce réellement un progrès ? Car tous les véhicules à moteurs sont loin d'offrir un limitateur de vitesse. Le gouvernement prévoit-il de le rendre obligatoire sur tous les nouveaux véhicules, et d'en financer le surcoût avec les amendes collectées aux radars ? Ca permettrait pour une fois de prendre en compte de manière explicite le côté du conducteur, comportement plus responsable de la part de l'Etat plus coutumier de la complaisance passive devant toutes les infractions routières dangereuses et presque toujours impunies (franchissements de lignes blanches, refus de priorité, absence de clignottants,...) par absence de présence physique sur les routes.

    Petite question annexe: qui paie pour le retrait de ces panneaux ? L'état avec les amendes récoltées ou les collectivités locales avec leurs fonds de tiroirs ? Quelle est la valeur cumulée de ces panneaux qui vont être mis à la casse? Si je me rappelle, le coût d'un panneau de circulation est loin d'être négligeable.

    Pour finir, l'interdiction des avertisseurs de radars est illusoire. On reste là encore dans la logique d'arrière garde de repression heureusement infaisable, façon Hadopi ou filtrage Internet anti-pédophiles. Tout ça a bien du mal à rentrer, et ça ne changera probablement pas tant qu'il n'y aura pas plus de sang neuf dans nos institutions.

  • Monsieur le député bonsoir,

    Tout va de plus en plus vite dans nos sociétés (information, modes de vie,...). Cette accélération du temps n'épargne pas la Politique, bien au contraire.

    Depuis le début de ce quinquennat, nous pouvons que constater :
    - à chaque fait divers, son texte de loi,
    - une multiplication de texte de lois qui sont quelque fois inapplicables (cf. HADOPI),
    - des mesures prises et défaites dans le même quinquennat (cf. loi TEPA, assouplissement permis à points versus mesures sur sécurité routières en cours).

    Bref, beaucoup d'agitations, de gesticulations qui n’honore pas la Politique.

    Ces nouvelles propositions en matière de sécurité routière n’échappent pas à la règle.

    Que voulons-nous ? Diminuer le nombre de victimes de la route ou faire une politique du chiffre ? Il est indéniable que les radars, placés sur des sites réputés dangereux et accidentogènes, annoncés bien en amont ont permis de réduire la vitesse des automobilistes et par la même réduire le nombre d'accidents. Le radar est alors pédagogique, une sorte de piqûre de rappel.

    En supprimer les panneaux annonçant ces radars, le radar va juste devenir une « pompe à frics » et permettra d'améliorer par la même les chiffres du Ministère de l'Intérieur. Allons-nous également interdire les GPS et autres Smart Phones ? Force est de constater que nous prônons encore une France à deux vitesses : ceux qui ont et ceux qui n'ont pas accès à l'information.

    Mettons-nous autant « d'efficacité » pour améliorer durablement la sécurité routière par des aménagements urbains (traversées de villages, pistes cyclables,...), par le recensement des sites considérés comme dangereux (audit et réunion des acteurs locaux et nationaux pour tenter d'apporter des réponses pragmatiques souvent simples), par l'amélioration à l'accès aux transports en commun notamment à la sortie des boites de nuit, par un meilleur accès aux autoroutes qui sont devenues hors de prix pour de nombreux français (mise en place de carte annuelle du type vignettes autoroutière Suisse)... ?

    Une couleuvre de plus à avaler ?

    Faire de la Politique, c'est faire des choix de société et ne pas penser qu'à 2012. Un peu de hauteur ne ferait pas de mal ces temps-ci !

    Bien cordialement.

  • Ou en es t’on aujourd’hui ?

  • Les décisions prises de façon unilatérale par ce gouvernement sont inadmissibles.

    Les français que je cotoie et qui sont de toute tendance politique sont fatigués et à bout de nerf face à ces décisions absurdes qui ne visent qu'à chercher à rentabiliser un système de radars qui rapporte de moins en moins, grâce au comportement exemplaire des français sur la route (l'Etat pris à son propre piège!).

    Depuis le début des années 2000, les français ont fourni un effort considérable au volant pour réduire les accidents.

    Aujourd'hui, alors que nous sommes arrivés à des niveaux extrèmement bas et qu'il sera impossible de réduire encore, le gouvernement ne trouve rien de mieux que d'amplifier le harcèlement des automobilistes par une répression qui n'a désormais plus de limite.

    Votre politique court-termiste et sans vision vous mène droit dans le mur!

    J'ai voté pour cette majorité en 2007 et bien qu'elle ne compte pas sur ma voix en 2012.

  • Comment être d' accord avec des mesures aussi répressives?
    C est sur je vais voter autre chose
    Et je ferais parti du mouvement blocage des routes le 2 jun.....

  • Bonjour

    Je ne comprend pas cette politique de l'empressement et de l'effet d'annonce. Le gouvernement de donne "bonne conscience" et ne traite pas les problèmes sur le fond. Ex : les 2 roues motorisés représentent 25 % des tues sur les routes. Quel mesure : mettez un dispositif réfléchissant sur vous. C'est vrai qu'en cas de chute cela protège mieux Qu'un polo et un jean ou une siple paire de basket mais cela n'est pas grave car vous aviez vote gilet et un casque et que vous roulez a 129 km /h précis vous êtes un petit gars bien... Sur le fond rien pourquoi ne pas plutôt rendre obligatoire une vraie tenue moto digne de ce nom ? Ah pardon c'est vrai les motards de la gendarmerie n'en n'ont pas eux... Ils roulent a 180 en chemisette et une petite paire de gants !!! Quelle classe !!! Pour le reste des mesures cela est du même tonneau... De l'agitation et des effets de manche. Mesures stupides voir burlesQues. Pour finaliser le pompon il n y a pus qu a brider les voitures, mettre une boite noire des la voiture avec un mouchard pour vérifier les reps de conduites et les vitesses moyennes sur le parcour façon poids lourd aussi ! Vous savez au rythme ou cela va le mot liberté devrait être suprimé sur les façades des mairies... Regardez est ce que en temps qu'elu du peuple on vous a demandé votre avis ? En tous cas en 2012 lorsque l'on viendra me cirer les chaussures je m'en souviendrais !

    Bien respectueusement,
    Votre bien dévouée vache a lait

  • Je possède une Xantia de 13 ans, 180 000km, sans air bags ni régulateur de vitesse...
    Récemment, le compteur de vitesse s'est mis à donner des indications folkloriques telles que 30km/h au compteur alors que le véhicule est arreté au feu rouge ! La panne nécessiterait le changement du tableau de bord qui ne se fait plus !
    J'ai donc acheté un GPS bas de gamme qui indique la vitesse et rappelle les limitations de vitesse et la présence des radars fixes. J'ai ainsi constaté que dans certaines zones limitées à 90km/h (légère cote suivie d'une légère descente) j'ai tendance à rouler systématiquement en léger excès de vitesse : mon GPS me rappelle à l'ordre. J'estime que ce GPS est une aide pour respecter la limitation de vitesse : faut-il que je m'en sépare ?
    Lorsque la vitesse est limitée à 30km/h, je suis systématiquement en excès de vitesse, et lorsque cela est possible, je suis doublé par quantité de véhicules, dont ceux de la police ou de la gendarmerie.
    Peu à dire sur l'alcool au volant sinon que nous ne buvons plus que de l'eau lorsque nous mangeons au restaurant.

  • SECURITE ROUTIERE : Même élu il faut savoir réfléchir... Plutôt que de mettre en place des mesures drastiques et démesurées, mieux vaut reconnaître ses erreurs et revenir à la situation antérieure (2010),( sans s'enliser dans de nouvelles mesures répressives inadaptées pour faire bonne figure) qui avait eu le mérite de faire chuter le nombre de morts sur nos routes!Merci de votre engagement.L'erreur est humaine, encore faut t'il la reconnaître, ce n'est pas facile pour l'égo politique...mais c'est le citoyen électeur qui trinque!Comptant sur votre action. Cordialement.

  • Si le Gouvernement était "intelligent" il saurait que les Français payent des sommes astronomiques en matière d'assurance ! On peut même perdre son bonus si on a un accident qui n'est pas causé par nous !

    Le Gouvernement a une politique à la "Duc de Bourgogne" : j'agis et je pense après...Et même, je ne pense pas du tout.

    Résultat ? On n'a pas de "politique" mais uniquement de la gesticulation, et cela dans tous les domaines. Si bien que l'ensemble des Ministères trafiquent leurs stats, parce qu'il semble que M. FILLON (qui au reste prend l'avion pour se rendre "chez lui" ! Il y a pourtant une gare...Nous sommes en "faillite" c'est çà ?) n'ait pas compris la différence entre "chiffre" et "résultat".

    Ex très simple :
    -j'envois 1000 CV par jour. Je fais une politique du chiffre
    -j'envois 50 CV par jour, et obtient une réponse positive (un entretien) dans 50% des cas : j'ai un résultat.

    Ce Gouvernement ne comprend pas non plus qu'il faut du temps...Et de la COHERENCE pour avoir des RESULTATS !

    Je ne sais pas si vous avez eu, à l'adolescence, des problèmes de peau. Moi...Oui. Alors "bêtement" au départ, j'essayais un peu de tout. Evidemment, çà ne marchait pas. Et un jour je me suis dis "donne à ce produit six mois de chance"...Et depuis je n'ai plus que quelques boutons ici ou là, dans le mois !

    Et bien, la politique c'est la même chose ! Pourquoi avoir mis des panneaux pendant cinq ans...Pour les retirer (sans raison) maintenant ?

    Va t on retirer à M. FILLON son avion, au prétexte que c'est le moyen de transport le plus meurtrier...En terme d'effectif ?

    Au passage, un peu d'exemplarité serait bienvenue. M. FILLON aime beaucoup la formule "faites ce que je dis, pas ce que je fais" (dans tous les domaines) mais il ferait mieux de prendre ex sur un "chef de Gouvernement" bien meilleur et plus "sage" : Charles de France, 18 ans, régent de France...Et accessoirement sauveur du pays, dans le cadre de la guerre de cent ans !

    A quand la réalité du principe : pour les fonctions publiques, des Hommes vertueux, capables et compétents ? Actuellement, on a tout le contraire, non vertueux (DSJ), incapables (Lagarde au FMI !), incompétent (Draghi à la BCE : c'est le mec qui a truqué les chiffres de la Grèce !)

  • J'aimais conduire vite, et c'est toujours le cas.

    Mais la loi nous impose des restrictions donc je m'y conforme. La vigilance sur la vitesse a de bonne conséquence sur les accidents il faut le reconnaître.
    Sur une ex nationale en face de ma résidence devenue départementale on comptait de 3 à 5 morts par an. Il n'y en a eu qu'un seul depuis cinq ans. Donc le résultat est la.

    Je pense par contre que la vitesse de 130 km sur les autoroutes quand ce n'est pas 110 pourrait être revue à la hausse. 150 ne me parait pas anormal. Je vais en Allemagne et je me fais plaisir sur les autoroutes sans prendre plus de risque qu'en France, et lorsque je quitte le réseau autoroutier je réduits ma vitesse comme en France.

    Par contre téléphoner au volant me semble être un risque important. Dans les propositions faites la perte d'un point de plus et une amende majorée ne me semble pas assez dissuasif. Mais cela sera difficile à appliquer.

    En ce qui concerne le "racket" dont certains se plaignent un remède simple : respecter la loi et vous n'en serez pas victime.

    Le Français est contestataire il demande toujours plus mais ne veut pas que cela s'applique à lui lorsque cela le concerne. Dur de vouloir changer les choses Monsieur le Député même si c'est pour le bien de certain ou certaine.

    Courage

  • La politique des radars fixes, annoncés, prévisibles, a eu un effet bénéfique et modérateur sur les vitesses pratiquées par les automobilistes dans un premier temps. Malheureusement cette politique a induit l'idée perverse que les limitations de vitesse ne sont d'application que là où elles sont contrôlées. En vérité elles sont une norme toujours et partout en vigueur. Cette norme a pour but d'assurer une marge de sécurité, afin de contrer la fatalité, tout en permettant de profiter largement des avantages du transport automobile. Parallèlement la politique des radars fixes a développé l'ingéniérie de l'évitement des contrôles de vitesse.

    Il faut rompre avec cette politique pour donner aux contrôles de vitesse toute leur efficacité. Ceux-ci doivent être craints n'importe où et à n'importe quel moment pour avoir un impact réel et durable en termes de sécurité routière.

    Contrairement à ce que beaucoup d'automobilistes prétendent, il est parfaitement possible de respecter les limitations de vitesses. Rester dans la norme de vitesse n'empêche pas de se déplacer en automobile avec un rendement satisfaisant. C'est seulement en sensations grisantes que l'on y perd. Ce sacrifice est sans commune mesure avec celui des accidents de la route.

    Les français devraient garder à l'esprit que la politique volontariste de leurs gouvernements en matière de sécurité routière a fait faire des progrès remarquables à leur pays dans ce domaine. En tant que citoyen belge je peux apprécier la différence avec mon pays, qui s'est montré beaucoup plus timide en la matière, notamment en se montrant incapable de mettre en place un permis à points.

    Quand on partage l'indignation d'une majorité de gens face au drame des accidents de la route, comment ne pas être prêt à faire un effort personnel pour appliquer au mieux les normes de sécurité. Qu'il s'agisse de la vitesse, des distances entre véhicules, de l'état du véhicule ou de l'état du conducteur, ces normes servent à nous protéger contre la fatalité.

    Jacques Delhaye
    Bruxelles

  • Bravo Mr Tardy
    il faut en effet continuer la lutte contre l'insécurité routiere
    encore trop de morts sur les routes
    et en tant que cycliste je serre parfois les f..
    des progres ont été faits bien sur
    il ne faut pas relâcher la pression
    je reviens d’Espagne à vélo , et je trouve que les espagnols roulaient moins vite que les français
    pas difficiles a comprendre, des radars partout
    je sais que ca fait râler de se faire coller pour +1 km
    (moi qui roule pepere ca m'est arrivé) parfois ca fait mêm hurler
    on a vraiment l'impression par moments de se faire piéger, c'est très vrai
    mais c'est bien connu le mauvais conducteur c'est toujours l'autre !
    mon père est mort a Marlens, le rond point demandé est arrivé 35 ans après !
    quand aux cyclistes, ils grillent les feux me diriez vous
    .. oui c'est vrai, remarquez à Geneve ou Barcelone c'est encore pire
    j'ai faillit me faire shooter deux fois, par ... un cycliste
    quelles mesures adopter ?
    1- l’alcool bien sur
    2- la vitesse limitée dans les zones à risque
    3- la ceinture
    (tiens une anectode, une mai est morte a dungt voici un mois, a 30 lkm-h elle ne voulait jamais mettre la ceinture

    claudio de la faverge

  • La politique des radars fixes, annoncés, prévisibles, a eu un effet bénéfique et modérateur sur les vitesses pratiquées par les automobilistes dans un premier temps.

    Malheureusement cette politique a induit l'idée perverse que les limitations de vitesse ne sont d'application que là où elles sont contrôlées.

    En vérité elles sont une norme toujours et partout en vigueur. Cette norme a pour but d'assurer une marge de sécurité, afin de contrer la fatalité, tout en permettant de profiter largement des avantages du transport automobile.

    Parallèlement la politique des radars fixes a développé l'ingéniérie de l'évitement des contrôles de vitesse.

    Il faut rompre avec cette politique pour donner aux contrôles de vitesse toute leur efficacité. Ceux-ci doivent être craints n'importe où et à n'importe quel moment pour avoir un impact réel et durable en termes de sécurité routière.

    Contrairement à ce que beaucoup d'automobilistes prétendent, il est parfaitement possible de respecter les limitations de vitesses. Rester dans la norme de vitesse n'empêche pas de se déplacer en automobile avec un rendement satisfaisant. C'est seulement en sensations grisantes que l'on y perd. Ce sacrifice est sans commune mesure avec celui des accidents de la route.

    Les français devraient garder à l'esprit que la politique volontariste de leurs gouvernements en matière de sécurité routière a fait faire des progrès remarquables à leur pays dans ce domaine. En tant que citoyen belge je peux apprécier la différence avec mon pays, qui s'est montré beaucoup plus timide en la matière, notamment en se montrant incapable de mettre en place un permis à points.

    Quand on partage l'indignation d'une majorité de gens face au drame des accidents de la route, comment ne pas être prêt à faire un effort personnel pour appliquer au mieux les normes de sécurité. Qu'il s'agisse de la vitesse, des distances entre véhicules, de l'état du véhicule ou de l'état du conducteur, ces normes servent à nous protéger contre la fatalité.

Les commentaires sont fermés.