Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le scandale Luc Ferry ...

Imprimer

Luc Ferry vient d'être pris la main dans le pot de confiture.

Jusqu'en septembre 2010, Luc Ferry était "mis en disposition" par l'université Paris VII.

Il bénéficiat d'une décharge de service et n'avait donc pas de cours a dispenser. Cette décharge est possible suite a une demande de l'intéressé, transférée au président de l'université et acceptée à l'époque par le ministère de l'Enseignement supérieur,  pour une durée de 3 ans.

Alors qu'il n'enseigne plus (et pourtant, 4 heures de cours par semaine, ce n'est pas le bout du monde) Luc Ferry continue à toucher, depuis septembre 2010, son salaire de professeur d'université : 4500 euros par mois.

Hors depuis la mise en application de la loi réformant l'autonomie des universités, les règles on changé : chaque établissement gère désormais sa propre masse salariale et les décisions sont prises par les présidents d'universités ... une excellente réforme !

Le président de l'université Paris-Diderot, lui a donc demandé de régulariser sa situation et donc d'exercer les cours pour lesquels il est rémunéré !

Réponse : on nous dit que Luc Ferry est en fait occupé par d'autres activités, ce qui justifie que le budget du Premier Ministre prenne en charge le remboursement de ses salaires induement versés.

Du statut de "mis en disposition", Luc Ferry est ainsi passé au statut de "détaché".

Ses activités, ce serait principalement la présidence du Conseil d'Analyse de la Société, un comité théodule à l'activité assez peu remarquée, qui publie ses travaux chez un éditeur (il faut donc que le citoyen paie pour accéder aux rapports écrits par un comité qui fonctionne sur fonds publics ...) et qui ne parait pas avoir une influence déterminante sur le cours des affaires de l'Etat ... et dont les coûts de fonctionnement laissent perplexe (voir tableau joint).

Et surtout, Luc Ferry est déjà payé pour cette présidence de comité théodule, à un niveau bien suffisant vu la charge de travail.

Ce que je constate, c'est que Monsieur Luc Ferry passe beaucoup de temps dans les médias, dans des émissions où il n'est pas question du Conseil d'Analyse de la Société. Il est même quasiment un invité permanent pour talk-show, où il lui arrive de déraper.

Il écrit également beaucoup de livres de philosophie, qui eux n'ont plus, n'ont pas grand chose à voir avec les services du Premier Ministre... et se fait rémunérer pour ses interventions lors de réunions privées.

J'ai donc beaucoup de mal à comprendre pourquoi l'université Paris VII sera remboursée sur fonds publics et pas sur les deniers personnels de Luc Ferry.

Les explications fournies jusqu'ici ne m'ont absolument pas convaincu !

Tout cela est particulièrement choquant.

J'interviendrai sur le sujet des détachements, demain de 11 heures 40 à 12 heures, sur iTélé (interviewé par Audrey Pulvar) : rediffusion à 16 heures 10.

Page 7 du jaune budgétaire 2011 (comités Théodule) relatant l'activité du Conseil d'analyse de la société 

ferry,comite theodule,assistanatferry,comite theodule,assistanat

Commentaires

  • Faudra aussi s'occuper du scandale du lobby des "créateurs" (sic) au service duquel le gouvernement travaille :

    "Cinéma ou musique, les FAI bientôt cibles de nouvelles taxes" - http://www.pcinpact.com/actu/news/64104-taxe-sacem-cosip-snep-upfi.htm

    Ils ne s'arrêteront donc jamais ?

    Je propose une taxe assise sur le chiffre d'affaires des majors qui abondera un fonds de soutien à la création informatique pour réparer le préjudice que les majors ont causé au secteur de l'informatique français. Vous présenteriez une proposition de loi en ce sens ? :)

  • Le Conseil économique et social n'est-il pas précisément conseiller le gouvernement sur les enjeux de société ? À quoi servent tout ces comités qui font double emploi avec cette assemblée ?

  • Les ouvrages du CAS paraissent chez Odile Jacob à un prix autour de 10 à 20 €.

    J'ai posé une question, ce week end, sur le site du CAS pour savoir pourquoi les rapports n'étaient pas disponibles gratuitement pour les citoyens au format pdf.

    J'attends la réponse.

    On peut comprendre que l'état ne prenne pas à sa charge l'impression, la distribution de livres papier mais au format pdf téléchargeable sur le site ça serait normal.

    www.citoyenlambda.fr

Les commentaires sont fermés.