Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

guerre - Page 4

  • Un représentant américain présent à HIROSHIMA

    Imprimer

    Source www.lesoir.be :

     

    Un représentant du gouvernement américain a pour la première fois assisté ce matin aux cérémonies marquant la destruction, il y a 65 ans, de la ville d’Hiroshima, par une bombe atomique américaine qui a fait au moins 140 000 morts.

     

    Des représentants de plus de 70 nations étaient présents aux côtés de plusieurs dizaines de milliers de personnes venues assister à l'émouvante cérémonie au Mémorial de la Paix, sous un ciel d'azur semblable à celui qui régnait le matin du 6 août 1945 au-dessus de la ville de Hiroshima avant qu'elle ne se transforme en enfer.

     

    La France et la Grande-Bretagne, alliés des Etats-Unis pendant la Deuxième Guerre mondiale, avaient également dépêché des diplomates dans la ville martyre pour la première fois depuis la capitulation du Japon en août 1945, en geste de soutien au mouvement en faveur du désarmement nucléaire mondial.

     

    Le Japon, seul pays à avoir été la cible de deux attaques nucléaires -- le 6 août à Hiroshima et le 9 août à Nagasaki -- réclame depuis longtemps l'abolition de toutes les armes de destruction massive.

     

    Les Etats-Unis, qui ont toujours affirmé que ces bombardements étaient nécessaires pour mettre fin à la guerre, n'ont jamais accepté de présenter des excuses pour les quelque 210.000 victimes, pour la plupart civiles, qui ont péri sur le coup ou des suites des radiations et des brûlures dans ces deux villes.

     

    « La race humaine ne doit pas répéter l'horreur et les souffrances causées par les armes atomiques », a déclaré le Premier ministre japonais Naoto Kan dans un discours.  

     

    « Le Japon, en tant que seule et unique nation ayant été victime de bombardements atomiques en temps de guerre, a une responsabilité morale de mener le combat pour construire un monde sans armes nucléaires », a-t-il ajouté.

     

    Les Etats-Unis étaient représentés par leur ambassadeur au Japon, John Roos, qui a déposé une gerbe à la mémoire « de toutes les victimes de la Deuxième Guerre mondiale », une présence reflétant le soutien apporté par le président américain Barack Obama en faveur de la dénucléarisation.

     

    « Pour le bien des générations futures, nous devons continuer à oeuvrer ensemble en vue de réaliser un monde sans armes nucléaires », a dit M. Roos dans un communiqué.

     

    Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, était également présent, pour la première fois à la cérémonie organisée chaque année à Hiroshima.

     

    « Pour beaucoup d'entre vous, ce jour reste aussi vivace que l'éclair blanc qui a incendié le ciel, et aussi sombre que la pluie noire qui a suivi », a-t-il dit.

     

    « Tant que les armes nucléaires continueront d'exister, nous vivrons dans l'ombre nucléaire », a-t-il ajouté.

     

    Une minute de silence a été observée à 08H15 (jeudi 23H15 GMT), instant précis où la bombe a explosé au-dessus de la ville. Elle a été suivie d'un discours du maire de Hiroshima, Tadatoshi Akiba, et par le lâcher de 1.000 colombes dans un geste symbolique de paix.

     

    « Nous saluons ce 6 août avec la détermination renforcée que personne d'autre ne devra à l'avenir endurer de telles horreurs », a dit M. Akiba.

     

    « Little Boy », surnom donné par les soldats américains à la bombe à uranium de quatre tonnes larguée sur Hiroshima, a explosé à plusieurs dizaines de mètres du sol dans une lumière aveuglante, dégageant un souffle et une chaleur de plusieurs milliers de degrés qui ont réduit les êtres humains à l'état de cendres dans un rayon de plusieurs centaines de mètres.

     

    On estime à 140.000 le nombre de personnes mortes instantanément ou des suites des brûlures atroces et des radiations à Hiroshima, et à plus de 70.000 le nombre de victimes de la bombe au plutonium larguée trois jours plus tard sur Nagasaki, à 300 km plus à l'ouest.

    Hiroshima AVANT et APRES le bombaredement du 6 août 1945

    Atomic.jpg
    Atomic1.jpg
  • 66ème anniversaire des bombardements de THONES

    Imprimer

    Le 65ème anniversaire des bombardemenst de Thônes, en août 2009, avait été l'occasion de dévoiler une plaque commémorative dans le vieux cimetière.

    Cette année, en compagnie des familles, des élus et des habitants de la vallée de Thônes nous nous sommes à nouveau recueillis, lors d'une messe, d'une cérémonie au monument aux morts et devant la plaque commémorative sur le côté de l'église, les bombardements tragiques des 3 et 4 août 1944.

    Lors de ces bombardements, 12 habitants de Thônes perdirent la vie.

    P1020229.JPG
  • Entrée en vigueur de la Convention d'OSLO sur les armes à sous-munitions

    Imprimer

    Le projet de loi autorisant la ratification de la Convention d’Oslo sur les armes à sous-munitions a été adopté à l’unanimité le 20 juillet 2009 à l’Assemblée nationale et le 17 septembre 2009 devant le Sénat réuni en session extraordinaire.

     

    Cette Convention avait été signée par Bernard Kouchner, au nom de la France, à Oslo, le 3 décembre 2008.

     

    Grâce à ces votes, et à tout le travail qui a précédé, la France avait donc rejoint dès 2008 les 17 états (107 états à ce jour), qui avaient déjà ratifié la convention d’Oslo.

     

    Cette ratification était essentielle, puisqu'il avait été convenu que cette Convention entrerait en vigueur dans les six mois suivant la 30ème ratification.

     

    Ce 1er août 2010 marque donc une date symbolique : celle de l’entrée en vigueur de la Convention d’Oslo.

     

    La France, fidèle à son engagement des premiers jours, pays pionnier et moteur des négociations qui ont été menées, a ainsi apporter une nouvelle fois sa contribution aux progrès du droit humanitaire et du désarmement.

     

    Cette Convention marque en effet une grande avancée : elle interdit l’utilisation, la production, le transfert et le stockage des armes à sous-munitions. Elle représente un espoir formidable pour les civils qui, dans plus de trente pays encore affectés par ce fléau, vivent dans l’angoisse d’être mutilés ou tués par ces armes.

     

    Je tiens à saluer ceux qui ont contribué à ouvrir le chemin vers l’éradication complète de ces armes, au premier rang desquels la société civile et tout particulièrement Handicap International, avec qui nous avons travaillé très étroitement.

     

    Je me réjouis de pouvoir constater que le droit international humanitaire, comme le désarmement, lorsqu’ils sont accompagnés d’une véritable volonté politique des états, sont à même d’avancer vite et loin pour aboutir à un texte fort.

     

    Machines de mort, mode d’emploi : (source : TF1 News) 

    Les bombes à sous-munitions concentrent depuis des années les critiques de nombreuses ONG. Elles sont un compromis terriblement efficace entre les bombardements et les champs de mines antipersonnel - ces petites machines de mort calibrées précisément pour éventrer ou arracher un membre, mais sans nécessairement tuer, car un blessé immobilise un ou plusieurs autres combattants qui doivent lui porter secours.

    Larguées par voie aérienne ou tirées par voie terrestre, les bombes à sous-munitions sont stockées dans un conteneur qui s'ouvre dans les airs et les éjecte en plein ciel. Ces explosifs de la taille d'une balle de tennis se dispersent alors sur de larges zones. De 5 à 40% des sous-munitions n'explosent pas au contact du sol et peuvent rester actives pendant des années durant lesquelles elles peuvent tuer ou blesser des civils, dont des enfants, plus vulnérables car ils sont tentés de les ramasser.

    Ces armes ont été notamment utilisées durant la guerre du Vietnam, dans les Balkans ainsi qu'au Liban sud en 2006, et continuent de faire des victimes. Au Laos, qui accueillera en novembre la première réunion de suivi de la Convention, 300 personnes en moyenne sont encore tuées ou blessées chaque année par des sous-munitions larguées durant la guerre du Vietnam, selon la Coalition contre ces armes.

    La Coalition contre les armes à sous-munitions estime le stock mondial à plus d'un milliard de bombes, mais de grandes puissances militaires comme la Chine, la Russie, les Etats-Unis et Israël, qui en possèdent la plus grande partie, ont jusqu'à ce jour refusé de signer la Convention d'Oslo. Les Etats-Unis à eux seuls disposeraient de stocks d'armes contenant environ 800 millions de sous-munitions, selon la Coalition contre les bombes à sous-munitions, citant des documents du Congrès américain.

    Vingt-deux des 29 Etats membres de l'Otan ont signé le texte, dont le Royaume Uni, l'Allemagne et la France qui possèdent chacun des stocks estimés à 50 millions de sous-munitions.

    schemas-basm-1023x862.jpg
    bombe_a_sous_munitions_600_petites_bombes-2.jpg
  • Dauphiné Libéré du 24 juin 2010

    Imprimer

    06 -24juin10 Essor.jpg

  • 70ème anniversaire de l'Appel du 18 juin à FAVERGES

    Imprimer

    La mairie de Faverges avait invité la population à se réunir, ce vendredi soir, place Charles de Gaulle, pour commémorer le 70ème anniversaire de l'Appel du 18 juin 1940.

    A l'issue de la cérémonie, Anne-Emmanulle Senechal, adjointe au maire, a remis les diplômes d'honneur aux anciens combattants de la seconde guerre mondiale.

    P1020903.JPG
    P10209191.jpg
    P1020935.JPG
  • Nicolas Sarkozy en Haute-Savoie le jeudi 8 avril

    Imprimer

    Il se rendra à Nécropole nationale de Morette, puis au Monument des Glières et enfin déjeûnera en compagnie des élus au Petit-Bornand-les-Glières.

    Pour ceux qui désirent être présents à la Nécropole nationale de Morette pour la cérémonie à 10 h 30, nous vous proposons des invitations transmises par la Préfecture, que vous pourrez obtenir en les retirant à la Permanence Départementale UMP à Annecy (59 avenue de Genève).

    Ces invitations ainsi qu'une pièce d'identité seront indispensables pour accéder à la Nécropole.

    Par ailleurs, comme chaque année depuis son élection, Nicolas SARKOZY se rendra au Petit-Bornand-les-Glières (Place de la Mairie) à 13 heures pour y déjeûner.

    Comme celà a toujours été le cas, nous nous devons d'être nombreux pour l'accueillir et lui manifester notre soutien.

    Entouré de nos parlementaires, des conseillers régionaux et généraux, des maires, des élus UMP, nous toutes et nous tous militants seront heureux de partager ce moment avec notre Président de la République.

  • Commémoration de l'Armistice de 1918

    Imprimer

    Journée du 11 novembre très chargée :

    • 8 h 15 : cérmonie au monument aux morts de Balmont
    • 8 h 45 : cérémonie au monument aux morts de Vieugy
    • 9 h 15 : cérémonie devant la Poste d'Annecy
    • 10 h 15 : cérémonie au cimetière de Loverchy (Annecy)
    • 11 h 15 : cérémonie place du Souvenir (Annecy)
    • 12 h 30 : déjeûner avec les anciens combattants du Grand-Bornnand
    P10502351.JPG
    P10502391.JPG
  • Décès d'Alphonse Métral, Président fondateur de l'Association des Glières

    Imprimer

    Tous les élus et anciens résistants ont appris avec tristesse le décès d'Alphonse Métral.

    Son oeuvre est immense et sa silouhette familière, lors des cérémonies aux monuments aux morts, va nous manquer.

    Le Dauphiné Libéré de ce jour retrace son parcours.

    Né après guerre, je n'ai pas connu toute cette époque tourmentée où certains hommes ont pris des risques pour s'opposer à l'Allemagne nazie. 

    Toujours est-il que j'avais trouvé particulièrement choquant qu'Alphonse Métral ne soit décoré de la Légion d'Honneur que le 10 octobre 2008, quand certains people ou sportifs sont décorés sur le champ : décidemment toutes les Legions d'Honneur n'ont pas la même valeur ...

    Alphonse Métral était :

    • Président fondateur de l'Association des Glières
    • Président des Médaillés de la Résistance de la Haute-Savoie
    • Chevallier de la Légion d'Honneur
    • Médaillé de la Résistance
    • Croix de Guerre 39-45

    Les obsèques se dérouleront le mardi 6 octobre à 15 heures, en l'église Saint Louis de Novel à Annecy.

    Toutes mes pensées vont à ses fils, belles-filles, petits-enfants, parents, alliés et amis en ce douloureux instant.

    Je serais malheureusement retenu à Paris ce mardi, mais mon esprit sera avec vous lors de l"ouverture de la séance des Questions au Gouvernement, ce mardi à 15 heures, à l'Assemblée nationale.

     
    09 - 03oct09 DL2.jpg
  • Dauphiné Libéré du 7 août 2009

    Imprimer

    08 - 07août09 DL.jpg

  • Dauphiné Libéré du 6 août 2009

    Imprimer

    08 - 06août09 DL 001.jpg

  • 65ème anniversaire du bombardement des VILLARDS-SUR-THONES

    Imprimer

    Petit retour en arrière sur un épisode peu connu de la 2ème guerre mondiale en Haute-Savoie.

    Le mardi 1er août 1944 a lieu un parachutage massif d’armes et de matériel pour le plateau des Glières à 13 heures 30.

    72 bombardiers de la Royal Air Force, escortés par 63 chasseurs, en six vagues de 12 appareils, survolent Thorens et larguent 162,5 tonnes de matériel en contenairs.

    Pour protéger ce parachutage massif EN PLEIN JOUR, pas moins de 3 500 maquisards et 150 camions ont investi le plateau des Glières.

    Un général allemand, venu spécialement de Lyon pour une cérémonie de remise de médailles à Annecy, impressionné par ce largage aérien en plein jour, quitte précipitamment la ville pour retourner à Lyon…

    En représaille au parachutage du 1er août sur le Plateau des Glières, les allemands décident de bombarder les villages autour du Plateau qui servent de base arrière aux résistants.

    Ce fut le cas de Thônes le 3 août 1944 à 18 heures, puis le 4 août, 3 avions allemands survolent le village des Villards-sur-Thônes et larguent leur bombes tuant ainsi deux personnes (une femme de 35 ans et sa fille d'1 an).

    En redescendant la vallée, ils bombardent à nouveau Thônes, où au total 12 personnes périssent entre le 3 et le 4 août.

    Puis ils regagnent leur aéroport de départ (Lyon Bron) qui fort heureusement fût détruit dès le lendemain par les forces alliées.

    15 jours plus tard ... Annecy était libérée.

    P1260222.JPG
    P1260224.JPG
    P1260227.JPG
  • 65ème anniversaire des bombardements de THONES

    Imprimer

    Inauguration en fin d'après-midi du monument commémoratif des bombardements des 3 et 4 août 1944 à Thônes, dans le Vieux Cimetière.

    P12601721.JPG
    Numériser0001.jpg
  • Dauphiné Libéré du 23 juin 2009

    Imprimer

    05 - 23juin09 DL1.jpg

  • Cérémonie commémorative de l'appel du 18 juin 1940 aux Glières

    Imprimer

    Beaucoup de personnes ont assisté à la cérémonie départementale de commémoration de l'Appel du 18 juin 1940, qui se déroulait sur le plateau des Glières.

    Cette cérémonie se tient dans l'esprit de l'appel à la Résistance lancé par le Général De Gaulle, et afin de perpétuer auprès des jeunes générations le souvenir des sacrifices de eux qui ont résisté et combattu pour restaurer notre liberté.

    Celà a été également l'occasion d'inaugurer le tout nouvel espace d'accueil qui fait face au monument.

    P1200599.JPG
    P1200598.JPG
    P1200588.JPG
    P1200638.JPG
  • Cérémonie anniversaire de la Victoire du 8 mai 1945

    Imprimer

    Présence à la cérémonie de SEYNOD (Balmont), puis à la cérémonie de repose des 2 stèles des Anciens Combattants et Victimes de Guerre des PTT à ANNECY (rue de la Poste).

    La matinée s'est achevée par la cérémonie au monument aux combattant d'ANNECY (place du Souvenir).

    P1170888.JPG
    P11708891.JPG
    P1170891.JPG
    P11709011.JPG
    P1170906.JPG
    P11709201.JPG
  • Hommage à Maurice Druon

    Imprimer

    Maurice Druon, écrivain et homme politique, membre de l'Académie française et co-auteur du "Chant des partisans" nous a quitté hier.

    Parmi toutes les interprétations du "Chant des partisans" diffusées lors des cérémonies aux monuments aux Morts, voici sans auncun doute la plus émouvante. 

    La cérémonie de mardi prochain à Morette, en présence du Président de la République, n'en aura encore que plus de relief.


  • Point sur la crise au Proche Orient

    Imprimer

    Pour la troisième semaine consécutive, l’intervention israélienne dans la bande de Gaza se poursuit : le premier ministre israélien Ehud OLMERT  a annoncé dimanche lors du Conseil des Ministres «  qu’Israël se rapproche des ces objectifs ».

     

    Rappel des faits :

     

    Mi-décembre : fin de la trêve conclue sous l’égide de l’Egypte entre Israël et le Hamas, avec une reprise immédiate des tirs de roquettes à partir de Gaza sur le territoire israélien. Ces tirs n’ont jamais totalement cessé y compris pendant la trêve mais ont repris avec une forte intensité et surtout une portée plus importante : jusqu’à 40 km sur le sol israélien.

     

    27 décembre : Israël lance une offensive aérienne sur Gaza : l’opération « Plomb durci » dont l’objectif principal est de mettre fin aux tirs de roquettes.

     

    3 janvier : les troupes israéliennes pénètrent dans le territoire de Gaza. Dans le même temps se met en place une intense activité diplomatique : troïka européenne (France, République tchèque et Suède) déplacement du Président de la République, médiation turque, russe, chinoise, déplacement de Tony Blair pour le Quartette.

     

    6 janvier : l’Egypte et la France proposent un plan de sortie de crise qui prévoit l’arrêt des combats, la sécurisation des frontières de la bande de Gaza et le contrôle sur les trafics d’armes à destination du Hamas. L’idée d’une trêve quotidienne de trois heures par jour est acceptée par les différentes parties : elle est globalement respectée depuis.

     

    8 janvier : tirs de roquettes sur Israël à partir du sud Liban. Le gouvernement libanais (dont le Hezbollah est membre) les condamne, Israël réplique par des tirs d’obus ... pas d’ouverture d’un second front à ce jour.

     

    La résolution 1860 du Conseil de Sécurité de l’ONU appelle « à un cessez-le-feu immédiat, durable et pleinement respecté, menant au retrait complet des forces israéliennes de Gaza ». 14 des 15 membres du Conseil de Sécurité ont voté pour les Etats-Unis se sont abstenus permettant ainsi son adoption.

     

    Le cabinet de sécurité israélien décide de la poursuite de l’offensive.

     

    11 janvier : l’avancée des troupes israéliennes se poursuit dans le territoire : combats violents entres les activistes palestiniens et les chars israéliens dans la périphérie de Gaza-Ville.

     

    12 janvier : Débat en Israël sur la poursuite de l’opération à Gaza : l’Etat major demande la mise en œuvre de la troisième phase de l’opération et l’appel aux réservistes : il s’agit pour l’armée israélienne de poursuivre son offensive dans un contexte de guérilla urbaine difficile.

     

    Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU adopte, après 5 jours de débats tendus, une résolution « condamnant vigoureusement l’opération israélienne ». Le texte a été adopté par 33 pays, le Canada a voté contre et les Européens et la Suisse se sont abstenus. Ce texte jugé déséquilibré dans sa condamnation n’a pu faire l’objet d’un consensus comme c’est généralement le cas sur de tels sujets.

     

    Les roquettes du Hamas continuent à s’abattre sur le sol israélien : 24 pour la journée de dimanche et plus de 20 pour la seule matinée de lundi. Près de 700 roquettes se sont abattues en Israël depuis le début de l’offensive le 27 décembre.

     

    La présidence tchèque de l’UE annonce sa volonté d’organiser une conférence des donateurs pour répondre aux besoins humanitaires des populations de Gaza.

      

    Un processus diplomatique intense :

     

    La situation critique du Proche-Orient donne lieu depuis la fin décembre a une très intense activité diplomatique : l’Egypte qui avait déjà négocié le précédent accord tacite entre Israël et le Hamas est au cœur du processus diplomatique et tente depuis 10 jours maintenant d’obtenir un cessez-le-feu pour mettre fin à la guerre de Gaza.

     

    Les principaux éléments pour un accord de cessez-le-feu sont posés, mais il reste à en définir les détails de la mise en œuvre. Les représentants du Hamas étaient au Caire dimanche 11 janvier, tandis que le négociateur israélien y est attendu mardi 13.

     

    Les principaux points d’un éventuel accord reprennent les  grandes lignes définies le 6 janvier par la proposition franco-égyptienne : arrêt immédiat des combats, fin des tirs de roquettes sur le sol israélien, sécurisation des frontières du territoire de Gaza (destructions des tunnels, lutte contre le trafic d’armes à destination des milices Hamas), fin du blocus du territoire palestinien….

     

    La résolution 1860 adoptée par le Conseil de Sécurité soulignant «  que la bande de Gaza fait partie intégrante du territoire palestinien occupé depuis 1967 et fera partie de l’Etat palestinien », se déclarant « gravement préoccupé par la détérioration de situation en particulier les lourdes pertes en vies humaines parmi la population civile et soulignant que les populations civiles palestinienne et israélienne doivent être protégées », se déclarant également «gravement préoccupé par l’aggravation de la situation humanitaire à Gaza » souligne qu’il « est urgent d’instaurer immédiatement un cessez-le-feu durable et pleinement respecté menant au retrait total des forces israéliennes de Gaza ».