Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

afghanistan

  • Ministère de la Défense ... la politique de la crêpe

    Imprimer

    La marque de produits laitiers "paysan breton" vient de balancer que le ministre de la Défense passerait le réveillon avec les soldats en Afghanistan.

    Il s'agit d'une information ultra-secrète, car elle peut permettre à des terroristes bien informés (malheureusement, ils le sont souvent) de préparer une "surprise" pour le ministre en question sous forme d'attaques ou d'attentats. En plus, comme nos troupes sont très localisées en Afghanistan, on peut assez facilement, en "ciblant" deux ou trois lieux, avoir une chance de tomber sur le ministre de la Défense.

    Cette gaffe révèle un comportement absolument sidérant de la part d'un ministre socialiste, qui confine à l'amateurisme, à l'irresponsabilité, et à l'instrumentalisation de ses fonctions pour sa comm' personnelle. Si cette information a été révélée par l'entreprise, c'est qu'elle participait à une opération de communication publicitaire. Elle devait fournir 8000 crêpes pour les soldats français, afin d'agrémenter leur réveillon.

    Sympa comme initiative, mais avant de faire plaisir aux soldats français, elle sert à faire parler dans les médias.

    Elle est donc au bénéfice de l'entreprise, et du livreur, le ministre, ce qui lui permet de médiatiser davantage ce que est devenu un rituel, la visite de réveillon du ministre aux soldats. Un peu d'inattendu et de "décalé" permet de faire un peu de buzz.

    Mais voilà, les plans comm' ne sont pas toujours compatible avec les règles de sécurité.

    Pour le Paysan breton, une bonne comm' nécessite de faire partir les communiqués de presse un peu avant le déplacement, pour que les journalistes sachent quoi dire en recopiant les éléments de langage, comme à leur habitude.

    La fenêtre de tir médiatique est très courte, puisque la visite de ministre, c'est quelques heures, et que tous les articles et autres passages médias se feront le jour même, pas le lendemain (on sera passé à autre chose). Il y a du y avoir un cafouillage et le communiqué a été publié trop tôt ...

    Cela pose question sur l'attitude du Ministre !

    D'abord, il utilise ses fonctions pour faire sa comm'. Normal me direz-vous. Oui, jusqu'à un certain point. Jusqu'au faut-il aller pour faire buzzer et arriver à intéresser les médias ? L'opération de distribution de crêpes semble sympathique, mais ça aurait pu être autre chose de plus limite.

    La pente glissante est là, et un jour, un ministre se prendra un gadin pour avoir voulu trop en faire pour passer à la télévision. En politique, le ridicule peut tuer, surtout quand on mélange les genres. Il suffit de voir les réactions à propos de la marinière de Montebourg, opération pourtant bien anodine, puisqu'il ne s'agissait pas de faire la promotion d'une marque précise de marinière, qui aurait payé (en argent ou en produits) pour cela. Au passage, cela rabaisse l'action publique.

    Si c'est effectivement le job du ministre de la Défense que d'aller voir les soldats français en opérations extérieures, cela doit-il être instrumentalisée pour la comm', au point d'en faire la raison de cette visite. Sur cette affaire, c'est très limite et presque gênant.

    Là où ça devient franchement gênant, c'est qu'un ministre se prête ainsi à une opération de comm' d'une entreprise privée.

    On a eu Montebourg et sa marinière, maintenant, on descend d'un cran avec Le Drian qui montre que les ministres de la République savent faire les hommes sandwich pour les marques. Cela me dérange profondément que l'on puisse faire ainsi du marketing et la promotion assumée de marques commerciales par le biais d'un ministre dans l'exercice de ses fonctions.

    A quand le placement produit lors des interviews télévisées de François Hollande ? Après tout, c'est la même logique, et on nous dira que ça paye les frais de l'interview.

    Si l’État n'a plus les moyens de payer des crêpes à ses soldats, c'est qu'on est mal ...

    ministre,defense,crepe,afghanistan

  • Cérémonie de départ des chasseurs alpins à ANNECY

    Imprimer

     presse,dauphine,annecy,chasseur alpin,armee,guerre,afghanistanpresse,dauphine,annecy,chasseur alpin,armee,guerre,afghanistanpresse,dauphine,annecy,chasseur alpin,armee,guerre,afghanistanpresse,dauphine,annecy,chasseur alpin,armee,guerre,afghanistan

    Essor Savoyard du 13 octobre 2011

    presse,dauphine,annecy,chasseur alpin,armee,guerre,afghanistan

    Dauphiné Libéré du 13 octobre 2011

    Copie de 10 - 13oct11 DL 001.jpg

    Essor Savoyard du 20 octobre 2011

    presse,dauphine,annecy,chasseur alpin,armee,guerre,afghanistan

  • L'armée française ... se dote enfin de VHM

    Imprimer

    Ce n'est pas faute d'avoir insisté ..... et c'est enfin confirmé : l'armée française a passé commande de 53 VHM (Véhicules à Haute Mobilité).

     

    J'avais eu l'info par l'ambassadeur de Suède (pays fabricant desdits VHM et dont je suis vice-président du groupe d'amitié) il y a quelques semaines lors d'un déjeuner/débat à l'Assemblée nationale sur la présidence suédoise de l'Union Européenne ... mais elle était encore confidentielle.

     

    Petit retour en arrière :

     

    Dès l'annonce de l'engagement des chasseurs alpins du 27ème BCA en Afghanistan, j'avais souligné la nécessité de moderniser les matériels mis à disposition de nos chasseurs et notamment sur la nécessité de les doter de VHM lors de l'audition à huis clos du CEMA à l'Assemblée natioanle le 18 septembre 2008, dont voici un extrait :

     

    " Lionel Tardy : ... Enfin, le bataillon Kapissa est doté de VAB et d’AMX 10 RC. Or ces véhicules sont peu adaptés au terrain en dehors des pistes principales. Le véhicule le plus adapté est le VHM (Véhicule à Haute Mobilité) dont seuls les chasseurs alpins sont dotés. Or sur 11 VHM diponibles au sein de l’armée de Terre, seuls 8 vont être déployés sur site (4 par base). C’est insuffisant, surtout qu’en saison d’hiver (ce qui sera le cas dès l’arrivée sur place des chasseurs alpins), ce sont les seuls véhicules utilisables car équipés de chenillettes (c’est dans un VHM que Nicolas Sarkozy s’est rendu au plateau des Glières ce printemps, son hélicoptère étant cloué au sol du fait des conditions météo) ..."

     

    J'avais insisté à nouveau lors de la visite du Ministre de la Défense à SEYNOD le 14 octobre 2008 : Hervé Morin, m'avait que confirmé que l'achat de 130 VHM était programmé dans le cadre de la loi de programmation militaire.
     

    Bref, après la confirmation d'un premier redéploiement le 2 juillet 2009, la validation de cet achat de 53 VHM, sur une tranche prévue de 129 VHM et une bonne chose que je tiens à saluer : c'est l'ensemble des l'Armée de Terre qui profitera ainsi de ce matériel précieux sur des terrains difficiles ... et tout particulièrement nos chasseurs alpins.

     

    Pour plus de détails, rendez-vous sur le site Secret Défense qui détaille cette information :

     

    " ... Le montant total du contrat concernant les 129 VHM sera de 220 millions d'euros et comprend le soutien de ces engins. Le coût unitaire d'un VHM est donc de 1,7 millions d'euros. Les livraisons s'échelonneront de 2011 à 2014.

     

    Le ministrère de la Défense précise les caractéristiques de cet engin : "Véhicule blindé chenillé de 7,60 m de long, le VHM est constitué de 2 parties articulées entre elles par un système d’assemblage lui permettant de s’affranchir des irrégularités du terrain. Il dispose d’une capacité d’emport dépassant 5 tonnes. Le VHM sera décliné en 3 versions : « transport de troupes », « poste de commandement » et « logistique ». La version « transport de troupes » pourra embarquer jusqu’à 12 combattants, dont 11 fantassins équipés FELIN, avec leur armement individuel et collectif (incluant missiles, roquettes et mortiers), les radios et les systèmes d’information opérationnels en service dans les forces. Chaque VHM sera doté, selon les versions, d’un armement d’appui de 12,7 mm ou d’autodéfense de 7,62 mm. Les VHM offrent aux soldats embarqués une protection vis-à-vis d’un vaste éventail de menaces, notamment contre les munitions de petit calibre, les roquettes d’infanterie (RPG), les mines et les engins explosifs improvisés."

     

    Le VHM est spécialement conçu pour intervenir en terrain difficile (zone montagneuse, accidentée, boisée, …) ou sur sol très peu porteur (neige, sable, marécages…), ainsi qu’en milieu aquatique (capacité amphibie). Sa mobilité exceptionnelle lui permet notamment de contourner des itinéraires routiers potentiellement piégés et d’acheminer des unités dans des zones inaccessibles pour des véhicules à roues.

     

    A terme, sera créé un groupement tactique interarmes (GTIA) complet, à dominante « terrain difficile »."

     

    haglund.jpg
  • Le 27ème BCA défile sur les Champs Elysées

    Imprimer

    J'ai assisté ce matin au défilé du 14 juillet sur les Champs Elysées.

    Les troupes du 27ème BCA, de retour de leur mission de 6 mois en Afghanistan, au sein de la Task Force Tiger, ont été à l'honneur puisqu'elles ont défilé en tête des troupes de l'armée de terre, juste après la garde républicaine.

    Toutes les photos sont sur ma fiche FACEBOOK.

    P1050097.JPG
    P12208971.JPG
    P1220900.JPG
    P1040953.JPG
    P1220935.JPG
    P1220939.JPG
    P12209431.JPG
    P1220946.JPG
  • Hebdo des Savoies du 9 juillet 2009

    Imprimer

    06 - 09juillet09 Hebdo des Savoie.jpg
    06 - 09juillet09 Hebdo des Savoie1.jpg

  • Dauphiné Libéré du 8 juillet 2009

    Imprimer

    06 - 08juillet09 DL.jpg
    06 - 08juillet09 DL1.jpg

  • Cérémonie de dissolution du groupement interarmes Tiger à CRAN-GEVRIER

    Imprimer

    La cérémonie s'est déroulée en présence d'Hervé Morin, Ministre de la Défense et du général Irastorza, chef d'Etat major de l'armée de terre.

    Qu'est-ce que le Groupement Tactique InterArmes (GTIA) Tiger ? :

    Tout d'abord, ce GTIA (equivalent des Task Force américaines) se nomme Tiger en hommage à l'insigne du 27ème BCA.

    Il s'agit d'un groupement tactique interarmes dont l'ossature est fournie par le 27ème Bataillon de chasseurs alpins d'Annecy, constitué d'un état-major, d'une unité de commandement et de logistique et de deux sous-groupements tactiques interarmes ainsi que de moyens dédiés de niveau bataillon.

    Ce GTIA a été engagé du 19 novembre 2008 au 20 juin 2009 dans la province de Kapisa, en Afghanistan, et déployé sur deux Forward Operating Base (FOB) : celles de NIJRAB et de TAGAB.

    Forte de près de 650 hommes et femmes, cette "Task force" était composée des éléments suivants :

    • 402 soldats du 27ème BCA (Annecy)
    • 72 soldats du 2ème REG (Saint Christol)
    • 48 soldats du 93ème RAM (Varces)
    • 26 soldats du 4ème RCh (Gap)
    • 20 soldats du 54ème RT (Haguenau)
    • 20 soldats du 13ème RDP (Dieuze)
    • 14 soldats du 28ème RT (Issoire)
    • ainsi que plusieurs petits détachements dont quatre aviateurs et un marin.

    Retour sur Paris à 21 heures pour assister, en séance de nuit, à la poursuite de l'examen du projet de loi sur l'ouverture du dimanche (ou plus précisément sur les dérogations au repos dominical).

    P12202221.JPG
    P1220243.JPG
    P12202521.JPG
  • Ca bouge en Afghanistan ...

    Imprimer

    Sur les moyens français déployés en Afghanistan (et comme pour la loi Hadopi), il est toujours satisfaisant, même après coup, d'avoir eu raison envers et contre tous, et surtout d'avoir défendu fermement ses convictions.

    Dans l'avion me ramenant à Annecy, j'ai pris connaissance d'un article du Figaro traitant du redéploiement du dispositif français en Afghanistan.

    Ce redéploiement reprend en tout point les arguments que j'avais exposé au Chef d'Etat Major des Armées, le général Georgelin, lors de son audition à huis clos à l'Assemblée nationale le 18 septembre 2008 :

    • commandement unique entre Surobi et vallée de Kapisa
    • ajout d'une compagnie
    • renforts en hélicoptères Tigre
    • mise en place de canons Caesar

    ... Bref la totale, mais au moins j'ai été entendu ... avec 10 mois de retard ... mieux vaut tard que jamais.

    Ce redéploiement ne profitera pas aux chasseurs du 27ème BCA, fraichement rentrés d'Afghanistan et dont on fêtait ce soir à Menthon-Saint-Bernard la passation de commandement de la 1ère compagnie, dirigée par le capitaine Ivan Morel, en présence du colonel Le Nen, chef de corps du 27ème BCA.

    Tous deux seront mutés à Paris, d'ici fin juillet pour le capitaine Morel et fin août pour le colonel Le Nen, et je tiens à les féliciter pour le travail accompli et l'image qu'ils ont donné du 27ème BCA ... celà valait bien une petite photo souvenir.

    06 - 02juillet09 Le Figaro.jpg
    P1210278.JPG
  • Le 27ème BCA ce soir sur M6

    Imprimer

    Le 27ème BCA sera à l'honneur ce soir sur M6, dans le cadre de l'émission "Zone Interdite".

    Le reporter Géraud Burin des Roziers (ancien lieutenant du 27eme BCA) et son équipe, ont suivi durant 10 mois nos chasseurs alpins, entre Annecy et l'Afghanistan.

    Sollicité, en tant que député de la circonscription, pour organiser dès leur retour une exposition photo, je profite de cette soirée exceptionnelle pour partager avec vous, en avant première, quelques superbes clichés exclusifs de nos chasseurs alpins, pris par un photographe qui les a suivi plusieurs semaines sur le terrain.

    REPRODUCTION et DIFFUSION INTERDITES

    en dehors de ce blog

    (images protégées par copyright)

    19G4.jpg
    22C3.jpg
    23C1.jpg
    30C3.jpg
    31F4.jpg
    41_14.jpg
  • Cérémonie en l'honneur du chasseur Belda à CRAN-GEVRIER

    Imprimer

    La sélection d'Annecy/Haute-Savoie comme ville requérante française, pour les JO d'hiver de 2018, ne doit pas passer sous silence la cérémonie émouvante qui s'est déroulée hier après-midi à Cran-Gevrier, au quartier Tom Morel, en mémoire du chasseur alpin tué ce week-end en Afghanistan. 

    Les plus hautes autorités politiques et militaires françaises étaient présentes, dont Hervé Morin, ministre de la Défense et Elrik Irastorza, Chef d'état-major de l'armée de terre, pour rendre un dernier hommage au caporal chef Nicolas Belda.

    Entre deux évènements majeurs et complètement opposés, la joie d'un côté et les pleurs de l'autre, j'ai fait mon choix. C'est donc en descendant de l'avion pour me rendre à la cérémonie que j'ai appris la victoire d'Annecy/Haute-savoie 2018 et la frustration de n'avoir pu assister à la proclamation en direct des résultats, ni à Paris, ni à Annecy, a très vite été balayée par l'émotion de cette cérémonie, l'unité des chasseurs alpins et le courage de la famille.

    P1150765.JPG
    P11507691.JPG
    P11507831.JPG
    03 - 19mars09 Essor6.jpg
    03 - 19mars09 Hebdo.jpg
  • Un caporal du 27ème BCA tué en Afghanistan

    Imprimer

    Dépêche AFP :

     

    Un soldat français a trouvé la mort samedi en Afghanistan, lors d'un accrochage avec des Insurgés.

     

    Selon l'état-major des armées, le caporal "a été victime d'une roquette tirée contre son véhicule blindé au cours d'une opération d'ampleur menée depuis ce matin dans la vallée de Kapisa", au nord-est de Kaboul.

     

    La victime appartenait au 27ème bataillon des chasseurs alpins d'Annecy (Haute-Savoie).

     

    Il s'agit du 26ème soldat français tué en Afganistan, où la France a déployé environ 2.800 soldats.

     

    L'opération de samedi était "conduite par les Afghans, appuyés par 400 militaires français et des moyens aériens de la coalition" et son but était "d'aller déloger les insurgés d'une zone refuge qui a été identifiée", a précisé un porte-parole de l'état-major français des armées.


    Plusieurs accrochages ont lieu toute la journée au cours desquels une demi-douzaine de soldats afghans on été blessés. Un militaire français a également été très légèrement blessé, a-t-on ajouté de même source. "Nous pensons avoir infligé des pertes sévères aux insurgés", a déclaré le porte-parole.

     

    Dans un communiqué, le président Nicolas Sarkozy fait part de sa "vive émotion" à l'annonce de ce décès. Le chef de l'Etat, qui transmet ses condoléances à la famille et aux compagnons du soldat défunt, réaffirme aussi "la détermination de la France à continuer d'oeuvrer au rétablissement de la paix en Afghanistan".

  • Projet de loi de Finances pour 2009 : mission "Défense"

    Imprimer

    Poursuite cette semaine, de l’examen de toutes les missions liées au projet de loi de Finances pour 2009. 

    En ce qui concerne la mission « Défense », la priorité va pour cette année à l’équipement de nos forces.

     

    Les récents évènements dramatiques survenus durant l’été sur le théâtre afghan ont de nouveau suscité un débat et un début de polémique sur l’équipement de nos forces armées et ce en dépit des efforts déjà accomplis les années précédentes : les objectifs de la loi de programmation 2003-2008 ont été respectés. 

     

    Ce débat récurent depuis maintenant des années concerne aussi bien l’équipement individuel des hommes sur le terrain que les équipements lourds d’autant que certains programmes connaissent des retards (hélicoptère de transport NH-90 ou l’avion de transport A400M, ce programme compte à ce jour un an de retard) qui nécessitent le maintien en activité de matériel déjà anciens.

     

    Le programme 146 de la mission Défense a pour principal objectif de mettre à la disposition des armées les moyens matériels nécessaires à l’accomplissement de leur mission.

     

    Ce programme sera doté pour 2009 de 12,214 Mds d’€ de CP en hausse de 7,7% par rapport à 2008 et surtout d’une hausse spectaculaire des autorisations d’engagement (+ 94,5%). Une telle augmentation permet d’envisager auprès des industriels des commandes groupées sur la durée de la loi de programmation 2009-2014. La programmation triennale permet de constater que le niveau des autorisations d’engagement reviendra à des niveaux plus habituels à partir de 2010.

     

    Point sur les principales livraisons prévues en 2009 :

     

    Dans le cadre de l’urgence opérationnelle seront livrés dès le premier semestre 2009, 60 tourelleaux téléopérés pour véhicules de l’avant blindés (appui feu depuis l’intérieur du véhicule). Afin d’assurer la sécurité des convois logistiques 50 cabines blindées pour camions de transports seront livrées ainsi que des moyens de lutte contre les engins explosifs (brouilleurs…).  C’est la réponse immédiate aux difficultés constatées sur le terrain par nos troupes engagées en Afghanistan.

     

    Commandement et maîtrise de l’information :

    • 2 aéronefs C160 Gabriel (recueil du renseignement électromagnétique)
    • 7 pods aéroportés de reconnaissance nouvelle génération
    • 153 stations de communication par satellite SYRACUSE III
    • 1 600 postes radio tactiques de 4ème génération.
    • 45 systèmes d’information et de commandement de la marine (SIC2I)
    • 56 systèmes d’information règlementaires de l’armée de terre (SIR)

    Engagement de combat :

    • 8 hélicoptères d’appui protection Tigre
    • 14 avions Rafale
    • 96 véhicules blindés de combat VBCI
    • 44 véhicules blindés légers (VBL)
    • 34 canons d’artillerie automoteurs (Caesar)
    • 352 armements air-sol modulaires (AASM)
    • 75 torpilles MU90
    • 2749 équipements de fantassin Félin

    Projection mobilité soutien :

    • 132 petits véhicules protégés (PVP)

    Protection sauvegarde :

    • Deuxième frégate antiaérienne Horizon (Chevalier Paul)
    • 3 systèmes sol-air moyenne portée terrestre
    • 128 missiles antiaériens ASTER 15 et 30
    • 30 missiles air-air MICA
  • Le financement des opérations extérieures : un surcoût mieux pris en charge

    Imprimer

    Les principales zones dans lesquelles interviennent nos forces armées sont les suivantes : Balkans (Kosovo, Bosnie), Moyen-Orient (sud-Liban), Afrique (Côte d’Ivoire, Tchad) et Afghanistan où la France participe sous l’égide de l’OTAN à la FIAS (Force internationale d’assistance et de sécurité). Au total près de 12 500  militaires français sont engagés dans le cadre des OPEX.

     

    Les OPEX entraînent systématiquement des surcoûts.

     

    Ces surcoûts sont essentiellement dus à l’imprévisibilité de ces opérations. Si cette justification est vrai et réelle pour une opération qui survient en cours d’année budgétaire (les crises internationales nécessitant une intervention éventuelle ne sont évidement pas toutes prévisibles : Cf : crise géorgienne, ou crise humanitaire au Congo…), elle l’est beaucoup moins pour des opérations ancrées dans le temps et en cours.

     

    Depuis 2005, la loi de finance prévoit une dotation pour les OPEX de 100 millions d’€ en 2005 (pour 528 millions dépensés) elle connaît une augmentation régulière et elle atteindra 510 millions d’ € pour 2009 soit plus de 60% de la dépense engagée en 2008 (+ de 800 millions d’€).

     

    Il faut noter également le rôle accru du Parlement puisque la loi constitutionnelle du 23 juillet 2008 prévoit, dans la cadre d’une OPEX qui dure plus de quatre mois, que « le Gouvernement soumet sa prolongation à l’autorisation du Parlement ». Il convient d’aborder la question de l’information des Parlementaires sur les opérations que nous menons à l’étranger et cela en dehors du travail important fourni par la Commission de la Défense.

  • Compte-rendu mission d'information en Afghanistan

    Imprimer

    Sous la présidence de Guy Teissier, Président de la commission de la défense nationale, j'ai assisté en fin d'après-midi à la réunion portant compte-rendu du déplacement en Afghanistan des députés Pierre Lellouche et François Lamy, dans le cadre de leur mission d'information.

    Bien que membre de la commission des affaires économiques, je peux participer aux réunions de la commission de la défense nationale, mais sans droit de vote.

    Guy Teissier a souligné que cette mission en appellera d'autres dans les mois à venir.

    Il a également souligné que le drame du 18 août s'était traduit par :

    • un renforcement des moyens d'écoute
    • la mise à disposition de drônes
    • un 3ème Caracal
    • le mise à disposition d'hélicoptère d'appui Gazelle (mais pas du Tigre) ...

    Intervention de Pierre Lellouche :

    Il a réaffirmé que l'Afghanistan était une OPEX très spéciale, comme la France en a peu connu. et que sa mission s'inscrivait parfaitement dans le cadre de la révision constitutionnelle du 21 juillet : l'article 35 rend les députés co-décisionnaires et co-responsables.

    Leur mission s'est déroulée sur 5 jours du 26 septembre au 2 octobre avec 4 jours consacrés au militaire et 1 jour au politique.

    Après un long récapitulatif sur l'histoire de l'Afghanistan où il a souligné qu'avril 2008 était la date charnière de l'engagement de la France, il a notamment déploré que ce soit une "guerre" à la carte :

    • il y a ceux qui se battent
    • il y a ceux qui ne se battent pas
    • il y ceux qui font semblant

    Il a souligné la dégradation de la situation sécuritaire : de 1500 morts en 2005, on est passé à 6000 morts en 2007 (plus qu'en Irak).

    Depuis l'attaque de l'ambassade indienne, on assiste a une bunkérisation des forces de l'OTAN, avec de moins en moins de patrouilles et donc un lien perdu avec la population afghane (défiance de la population).

    Dans tous les cas, pour Pierre Lellouche, tout est fait pour empêcher que Kaboul soit reprise, mais en aucun cas nous ne réduisons le nombre d'insurgés. Bien au contraire, ils ont de plus en plus l'initiative.

    Pour lui, la solution passe notamment par :

    • le règlement du problème de la drogue et de son trafic, mais également par l'aide économique, dossier non traité (véto du président Karzai et de l'OTAN).
    • par le règlement du problème des zones tribales entre Pakistan et Afghanistan ou plus de 25 millions de pachtouns naviguent.
    • par le dialogue politique avec les talibans modérés et non membres d'Al Qaida.
    • par la reconstruction économique

    Sur la question militaire, il a réaffirmé que seul le commandement central américain avait une vision globale des opérations en Afghanistan.

    Il pense que la zone de Surobi ne bénéficie pas du même environnement technique que la zone Kapissa et a réaffirmé que si nous partons en l'état, dans 3 mois les talibans reprennent Kaboul.

    Intervention de François Lamy :

    Il a confirmé qu'il y a eu plus de 9000 incidents identifiés en 2007 (25 par jour).

    Que les 25000 insurgés ne peuvent pas gagner, mais nous non plus.

    Il s'interroge sur la capacité de l'OTAN à diriger une opération militaire !!!!

    Et enfin que pour les afghans, tous les dommages collatéraux, notamment liées aux opérations Enduring Freedom, déteignent sur leur vision de l'action menée par l'OTAN dans le cadre de la FIAS.

    Il souhaiterait également que l'on soit capable de mieux identifier l'ennemi en analysant davantage les raisons de son engagement : religion, lutte contre l'Occident, traffic de drogue, soutien à Al Qaida ...

    Ont suivi de nombreuses questions des députés, au cours desquelles, à la lumière de l'incident d'il y a 15 jours, j'ai réitéré ma demande d'envoi d'une compagnie supplémentaire en région Kapissa.

    Pierre Lellouche et Guy Teissier sont conscients que ce serait une bonne solution, mais que la saison hivernale arrivant, les accrochages vont se réduire du fait de la rigueur du climat et des difficultés de déplacement sous la neige, et que donc la question de l'envoi d'une compagnie supplémentaire se posera beaucoup plus pour l'été prochain ...

    Le reste de ce compte-rendu a huis clos est confidentiel.

    P11103431.JPG
  • Dauphiné Libéré du 22 octobre 2008

    Imprimer

    10 - 22oct08DL.jpg

  • Dauphiné Libéré du 20 octobre 2008

    Imprimer

    10 - 20oct08DL1.jpg
    10 - 20oct08DL.jpg