Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

economie - Page 3

  • Mes premières interventions sur la loi Macron (partie transports)

    Les deux premiers jours de débat sur la loi Macron ont été consacrés au chapitre 2, sur les transports.

    Je me suis impliqué sur cette partie dont on parle peu dans les médias, mais qui mérite d'être débattue.

    L'ouverture du transport par autocar entre les grandes villes est une avancée, et offrira des solutions parfois plus intéressantes que celles proposées par les TER.

    C'est d'ailleurs l'un des seuls points vraiment générateur de croissance et d'emploi dans ce projet de loi.

    Mon intervention sur l'article 2 :



    A l'occasion de cette discussion, j'ai également déposé deux amendements qui ont été adoptés concernant les horaires de transports : les entreprises de transports en commun devront mettre leur données sur Internet en open data, avec en plus des informations sur l'accessibilité aux personnes handicapés.

    Défense de mes sous-amendements :



    Enfin, à défaut de réussir à introduire certaines mesures permettant de donner un peu d'air à l'économie, j'essaye de m'assurer de la bonne rédaction du texte... afin d'éviter les idées qui paraissent bonnes pour les technocrates, mais qui ne le seront pas forcément dans la réalité.

    L'article 8 sur les taxis, par exemple, m'a permis de soulever une incompréhension qui a nécessité une explication du Ministre hors séance et des recherches de sa part.

    Mon intervention et la réaction d'E. Macron :


    Sur l'ensemble du texte, j'ai déposé plus de 150 amendements, sur quasiment toutes les parties du texte.

    (Ils peuvent être consultés sur le site de l'Assemblée)

  • Soutien aux activités saisonnières / Loi Macron : un amendement important de Martial Saddier, Virginie Duby-Muller et Lionel Tardy adopté à l'unanimité

    Communiqué de presse conjoint de Martial SADDIER, Virginie DUBY-MULLER et Lionel TARDY :

    saisonniers,ski,hiver,macron,economieie,saddier,duby-muller,tardy

    Amendement adopté à l'unanimité :

    saisonniers,ski,hiver,macron,economieie,saddier,duby-muller,tardy

  • Mes questions écrites de la semaine

    QE développement apprentissage .jpeg

    QE rapport Lemoine incitations fiscales grands groupes starts-up (Economie) .jpeg

    QE rapport Lemoine commande publique start-ups (Simplification) .jpeg

    QE rapport Lemoine Bison futé transports publics (Transports) .jpeg

    QE rapport Lemoine big data énergie (Ecologie) .jpeg

  • Mes questions écrites de la semaine

    QE Remboursement Sécurité Sociale.jpeg

    QE Supplément familial.jpeg

    QE Formation moniteurs ski.jpeg

  • Mes questions écrites de la semaine

    QE 19nov14 (1).jpeg

    QE 19nov14 (5).jpeg

    QE 19nov14 (6).jpeg

    QE 19nov14 (7).jpeg

    QE 19nov14 (8).jpeg

  • Point sur l'activité économique en Haute-Savoie au 3ème trimestre 2014

    Activité Economique et Financier 3ème trimestre 2014 (1).jpeg

    Activité Economique et Financier 3ème trimestre 2014 (1).jpeg.jpeg

    Activité Economique et Financier 3ème trimestre 2014 (1).jpeg.jpeg.jpeg

    Activité Economique et Financier 3ème trimestre 2014 (1).jpeg.jpeg.jpeg.jpeg

    Activité Economique et Financier 3ème trimestre 2014 (1).jpeg.jpeg.jpeg.jpeg.jpeg

    Activité Economique et Financier 3ème trimestre 2014 (1).jpeg.jpeg.jpeg.jpeg.jpeg.jpeg

  • Première partie du budget 2015 (recettes) : j'ai voté CONTRE

    Les chiffres :

    Déficit public : le Gouvernement a revu à la baisse ses objectifs de déficits publics pour les années 2014 à 2017, marquant ainsi un coup d’arrêt à l’amélioration progressive des comptes depuis 2010. Le déficit public est prévu à 4,3 % du PIB en 2015, 2,8 % en 2017, et le retour à zéro est décalé à 2019.

    Dépenses publiques : En 2014, les dépenses publiques françaises représentent   57,7 % du PIB (environ 1200Md€), en hausse de 1,0 point par rapport à 2012. Elles ont atteint leur niveau le plus élevé, rapporté au PIB, depuis plus de 50 ans. Cette situation rend impossible toute diminution de nos déficits publics et, par conséquent, de notre dette.

    Dette publique : pour la première fois, la dette publique de la France a dépassé le cap symbolique des 2 000 milliards d’euros. Rapportée à la richesse nationale, elle se monte à 95,1 % du PIB. Désormais, c’est le seuil d’une dette dépassant les 100 % de PIB qui se profile.

    Economies prévues : le Gouvernement prévoit de réaliser 21 milliards d’économies l’année prochaine, et 50 milliards d’ici à 2017. Toutefois, ces économies ne sont toujours qu’une moindre progression de la dépense puisque sans cet effort de 50 milliards, la dépense publique augmenterait de 105 milliards d’ici 2017.

    A noter : les collectivités locales subiront un nouveau tour de vis avec une baisse des dotations pour 3,7 milliards.

    Prélèvements obligatoires : le taux sera quasi stable en 2016 et 2017, à 44,5 % et 44,4 % du PIB. Malgré la suppression de la première tranche du barème de l’IR, le taux de prélèvements obligatoires ne sera pas favorable pour les ménages. En effet, ce que le Premier ministre donne d’une main, Bercy le reprend de l’autre par les nombreuses mesures qui viennent contrebalancer l’annonce de la suppression de la première tranche de l'impôt sur le revenu.

    Les principales mesures :

    Fondé sur une prévision de croissance jugée « optimiste » par le HCFP (1,0 % du PIB), le présent PLF contient plusieurs mesures fiscales notables :

    • Suppression de la première tranche du barème de l’impôt sur le revenu : cette mesure a pour effet de diminuer sensiblement le nombre de ménages qui acquittent effectivement l’impôt sur le revenu (17 millions, soit environ 45 %) et de renforcer considérablement la charge fiscale qui pèse sur ces derniers, alors même que l’impôt sur le revenu se distingue en France par son hyper-concentration. Cette mesure induite aura un coût de 500 M€ pour 460 000 contribuables perdants à la réforme (qui ne correspondent pas, pour partie, aux 700 000 « gagnants »). Son coût (3,2 milliards), n'est pas financé.              
    • Prélèvements divers sur les opérateurs de l’Etat : ces diverses dispositions, qui se manifestent soit par des prélèvements ponctuels sur les opérateurs publics (CCI pour 500M€, agences de l’eau pour 175 M€…), soit par un renforcement du plafonnement de leurs taxes affectées, démontrent l’incapacité de l’Etat à opérer une réforme d’envergure du périmètre de son action.

    • Mise en place de dépenses fiscales nouvelles ou majorées : alors que la précédente Loi de programmation des finances publiques prévoyait une stabilisation des dépenses fiscales hors CICE, le Gouvernement fait le choix de recourir à de nouvelles dépenses fiscales qui, comme le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) aurait un impact de l’ordre de 700 M€ en année pleine sur les recettes fiscales de l’Etat.

    • Relèvement de la TICPE en faveur des infrastructures de transport : cette mesure est destinée à compenser le manque à gagner lié à la mise en place du « péage transit poids lourds » en lieu et place de l’écotaxe. Malgré l’impérieuse nécessité du financement de nos infrastructures de transports, n’en reste pas moins qu’il s’agit là d’une mesure de transfert fiscal des entreprises vers les ménages.

    Compte tenu de ces éléments, j'ai voté CONTRE la première partie du projet de loi de finances pour 2015.

    Résultat du vote : POUR 266 / CONTRE 245 / Abstentions : 56. Soit seulement 10 voix de majorité pour un texte d'une telle ampleur...

    budget,plf,finances,economie

  • Rencontre ce lundi avec des gestionnaires de fonds souverains

    L'Élysée déroule le tapis rouge aux grands investisseurs internationaux.

    Ce lundi soir, François Hollande doit recevoir à dîner plusieurs représentants des grands fonds souverains, dont Adia, le premier des Émirats arabes unis, et l'un des plus gros au monde, assis sur un trésor de guerre de 626 milliards d'euros, le China Investment Corporation (CIC), ou encore Temasek de Singapour.

    Une opération séduction importante pour la France, en mal de compétitivité et engluée dans ses déficits publics.

    À eux seuls, les fonds souverains représentent une manne de quelque 4700 milliards d'euros, issus surtout des ressources pétrolières.

    L'événement s'inscrit dans la séquence sur l'attractivité et l'inauguration à Paris du siège de l'IIR, un club d'investisseurs internationaux, lancé en 2011 sur une initiative canadienne. Soit, précisément, dix institutions mondiales - Australie, Chine, États-Unis, Russie… et la France, avec la Caisse des dépôts et consignations (CDC) -, fonds souverains ou de pension privés, qui pèsent au total 1750 milliards d'euros en actifs de gestion.

    A journée exceptionnelle, planning exceptionnel.

    Depuis ce matin, j’en ai profité pour rencontrer, avec quelques collègues députés, différents gestionnaires de fonds souverains.

    qatar,fonds souverain,economie

    Puis j’ai déjeuné avec son Excellence M. Ahmad Mohamed Al Sayed, président exécutif du fond souverain QIA (Qatar Investment Autority).

    qatar,fonds souverain,economie

    QIA, fonds souverain fondé en 2005 est le dixième fond souverain du monde, avec des actifs estimés entre 200 et 250 milliards de dollars.

    L’objectif de QIA est de financer la totalité du budget de l’Etat du Qatar, hors hydrocarbures (qui constituent 91% des ressources), d’ici 2020 … on aimerait avoir les mêmes problèmes !

    Depuis un an, la Caisse des dépôts a mis sur pied un plan d'attaque visant à attirer les capitaux des fonds souverains pour être investis dans l'économie française.

    CDC international capital, véritable fonds d'investissement créé en décembre 2013, membre de l'Association française des investisseurs en capital (Afic), en est le bras armé.

    Il s'appuie sur une équipe de 20 personnes, rompues aux marchés et grandes banques d'affaires internationales, dirigée par Laurent Vigier.

    À ce jour, l'entité compte trois partenariats opérationnels, avec le Qatar, les Émirats arabes unis et la Russie, pour une capacité totale d'investissement de 900 millions d'euros.

    Un premier fonds a été signé en février avec le Qatar, doté de 300 millions, dont 150 apportés par les Qatariens et 150 par la CDC, dédié aux PME pour des opérations de 20 à 60 millions. Un premier financement a été bouclé en juin avec une entreprise familiale.

    Jusqu'à présent, le Qatar plaçait ses pétrodollars dans les grandes entreprises du CAC 40 et l'immobilier.

  • Point sur l'activité économique en Haute-Savoie au premier trimestre 2014

    annecy,dgfip,haute-savoie,economie,finance,insee,directte,urssaf,entreprise,chomage,marche immobilier

    annecy,dgfip,haute-savoie,economie,finance,insee,directte,urssaf,entreprise,chomage,marche immobilier

    annecy,dgfip,haute-savoie,economie,finance,insee,directte,urssaf,entreprise,chomage,marche immobilier

    annecy,dgfip,haute-savoie,economie,finance,insee,directte,urssaf,entreprise,chomage,marche immobilier

    annecy,dgfip,haute-savoie,economie,finance,insee,directte,urssaf,entreprise,chomage,marche immobilier

    annecy,dgfip,haute-savoie,economie,finance,insee,directte,urssaf,entreprise,chomage,marche immobilier

  • Economie sociale et solidaire : défense de mes amendements

    Le travail parlementaire des députés UMP se poursuit sur les textes de loi qui défilent à l'Assemblée.

    Entre mardi et jeudi, je suis intervenu et j'ai défendu 25 amendements sur le projet de loi relatif à l'économie sociale et solidaire.

    La reconnaissance et le renforcement des coopératives, mutuelles et associations est une nécessité. L'intention est donc bonne. Malheureusement, le projet de loi accumule les défauts et relègue cet objectif au second plan.

    Ainsi, le texte est particulièrement riche en création de diverses commissions et autres instances, ce qui aboutit à une complexification dont les acteurs de l'économie sociale et solidaire se passeraient volontiers.

    Pour ne prendre qu'un exemple parmi d'autres, il contient la recréation du "Conseil supérieur de la coopération", sur laquelle je suis intervenu :



    Il y a également un gros point noir sur les articles 11 et 12, relatifs à la cession d'entreprise ... ces articles sont inappropriés, pour ne pas dire dangereux.

    J'ai expliqué pourquoi dans l’hémicycle :

    Ce projet de loi aurait pu faire l'unanimité s'il était centré sur son objectif de départ ... c'est finalement loin d'être le cas et je le regrette.

  • Evolution trimestrielle des indicateurs de suivi de la conjoncture économique en Haute-Savoie

    12 - 13dec13  DCFE 0001.jpg

    12 - 13dec13  DCFE 0002.jpg

    12 - 13dec13  DCFE 0003.jpg

    12 - 13dec13  DCFE 0004.jpg

    12 - 13dec13  DCFE 0005.jpg

    12 - 13dec13  DCFE 0006.jpg

    12 - 13dec13  DCFE 0007.jpg

    12 - 13dec13  DCFE 0008.jpg

  • Point sur l'activité économique en Haute-Savoie au 3ème trimestre 2013

    11 -18nov13  Economie 740001.jpg

    11 -18nov13  Economie 74 10001.jpg

    11 -18nov13  Economie 740002.jpg

    11 -18nov13  Economie 74 10002.jpg

    11 -18nov13  Economie 740003.jpg11 -18nov13  Economie 74 10003.jpg

  • Commissions élargies pour le budget 2014 : mes interventions de la semaine

    Les examens des missions budgétaires s'achèvent cette semaine en commissions élargies.

    Au cours de ces réunions, où les ministres sont auditionnés, je ne m'interdis aucun sujet.

    Cette semaine, je suis ainsi intervenu lors de 4 commissions élargies.

    Mission "Immigration, asile et intégration" (audition de Manuel Valls) :


    Mission "Médias, livre et industries culturelles" (audition d'Aurélie Filippetti) :



    Mission "Economie" (audition de Fleur Pellerin) :


    Mission "Agriculture, alimentation, forêt et affaires rurales" (audition de Stéphane Le Foll) :



  • Après-conseil européen : audition du ministre Thierry Repentin

    Le contrôle de l'action du gouvernement, y compris au niveau européen, fait partie des missions des députés.

    Le Conseil européen, qui a eu lieu les 24 et 25 octobre dernier, en est un bel exemple.

    En amont, j'avais posé une Question au Gouvernement concernant l'ordre du jour de ce Conseil sur les questions d'économie numérique.

    En aval, je suis intervenu ce mardi ors de l'audition de Thierry Repentin, ministre délégué aux Affaires européennes, pour en savoir plus sur les conclusions de ce Conseil européen, ainsi que sur les prochaines échéances.

     

  • Evolution mensuelle de la conjoncture économique en Haute-Savoie

    09 - 24sept13 CDFE 2.jpg

    09 - 24sept13 CDFE 3.jpg

    09 - 24sept13 CDFE 4.jpg

    09 - 24sept13 CDFE 5.jpg

    09 - 24sept13 CDFE 6 .jpg

  • Tableau de bord économique et financier de la Haute-Savoie au 2ème trimestre 2013

    Tableau de bord économique et financier 2ème trimestre 2013.jpeg

    Tableau de bord économique et financier 2ème trimestre 2013-2.jpeg

    Tableau de bord économique et financier 2ème trimestre 2013-3.jpeg

    Tableau de bord économique et financier 2ème trimestre 2013-4.jpeg

    Tableau de bord économique et financier 2ème trimestre 2013-5.jpeg

    Tableau de bord économique et financier 2ème trimestre 2013-6.jpeg

  • Le Gouvernement augmente les prélèvements sur les entreprises françaises

    Valeurs actuelles du 11 juillet :

     07 - 11juil13 Valeurs actuelles LT .jpg

  • le Marché de l'Emploi et de la Main d'Oeuvre en Haute-Savoie en mai 2013

    07 - 2juil13 DL Pole emploi1.jpg

    07 - 2juil13 DL Pole emploi2.jpg07 - 2juil13 DL Pole emploi3.jpg07 - 2juil13 DL Pole emploi4.jpg

    07 - 2juil13 DL Pole emploi5.jpg07 - 2juil13 DL Pole emploi6.jpg07 - 2juil13 DL Pole emploi7.jpg

  • Point sur l'économie en Haute-Savoie au 4ème trimestre 2012 : chiffres URSSAF

    Note de conjoncture Urssaf

    06 - 27juin13 URSSAF .jpg

    06 - 27juin13 URSSAF 1 .jpg

  • Le Data est-il la nouvelle poule aux oeufs d'or pour les caisses des Etats ?

    Abécédaire des institutions mai 2013 :

    data,caisse,etat,economie,benefice,europe,open data,france,tardy,annecy

    Le Data 2.jpeg

    data,caisse,etat,economie,benefice,europe,open data,france,tardy,annecy