Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

predateur

  • Le dossier loup avance

    Imprimer

    Sur ce dossier, le travail des élus paie :

    En effet, depuis vendredi, un arrêté stipule que "toute dérogation pour un tir de loup est désormais déléguée au préfet, sans décision préalable des ministères concernés", ce qui est une énorme avancée et permettra de réagir beaucoup plus rapidement (infos reprises ci-dessous dans un article du Dauphiné Libéré dimanche).

    DL du 1er juin 2009.jpg
  • Comité départemental loup à ANNECY

    Imprimer

    Réunion hier matin, en préfecture, du comité départemental loup.

    Le premier point débattu a concerné le prélèvement légal d'une louve effectué samedi matin :

    Ce prélèvement a été effectué suite à l'arrêté ministériel du 22 avril et au tir de prélèvement autorisé le 6 mai.

    Il fait suite à une opération ciblée sur le secteur du Petit-Bornand/Entremont, principal foyer d'attaque sur les troupeaux, lancée par les services de l'Etat.

    Le loup a été en visuel 6 nuits de suite. Après une première nuit où un tir à 130 mètres a échoué, puis une deuxième nuit où les conditions de tir n'étaient pas réunies, la troisième nuit a été la bonne grâce à la mise en place d'un affût : une louve a été tuée à une distance de 90 mètres, à l'intérieur d'un parc grillagé et protégé par un patou, parc contenant 200 brebis affolées. 

    Ce premier prélèvement sur le quotat national est un signal fort en direction des éleveurs : dorénavant, lorsqu'un prélèvement sera autorisé, il sera appliqué dans les meilleurs délais.

    Il pose également le problème de la pertinence des systèmes d'effarouchement : 6 nuits de suite les loups ont attaqué le même troupeau, défendu par des grillages et des chiens patous, et malgré un tir raté sont revenus dès le lendemain s'en prendre au même troupeau ...

    Le deuxième point concernait le résultat des analyses génétiques :

    Une campagne d'analyse génétique destinée a évaluer le nombre réel de loups, toujours sur le secteur Petit-Bornand/Entremont, a été menée recemment.

    Il en ressort que sur 22 échantillons d'excréments + 1 échantillon de sang (associé à des urines) + 1 échantillon de muscle (loup braconné) ==> 6 échantillons étaient illisibles, 3 étaient des excréments de renard et 15 des excréments de loups.

    Parmi les 15 excréments de loups, ont été identifiés :

    • 1 louve (identifiée sur 4 endroits) ==> celle abattue ?
    • 1 louve (identifiée sur 2 endroits, dont 1 sur la base de l'échantillon de sang)
    • 1 loup (identifié sur 2 endroits, dont 1 sur la base de l'échantillon de muscle) ==> il s'agit donc du loup braconné
    • 1 loup (identifié sur 2 endroits)
    • 4 loups (identifiés sur 1 endroit)

    Il y aurait donc approximativement 8 loups sur le massif des Bornes, dont deux ont été tués (1 braconné + 1 prelevé).

    Pour info, chaque louve donne naissance à 4 à 7 petits par an, dont 2 à 3 meurent rapidement.

    Les analyses vont se poursuivre. 

    La suite de la réunion a porté sur la présentation de l'arrêté national loup, qui est en cours de signature.

  • Une louve tuée cette nuit au PETIT-BORNAND

    Imprimer

    Les services de l'ONCFS et le lieutenant de louveterie Tissot Didier, qui avaient raté un tir il y a peu, ont cette fois-ci tué une louve cette nuit à 1 heure du matin, sur la commune du Petit-Bornand-les-Glières.

    A l'affût aux abord de la propriété Arcade, victime de plusieurs attaques ces derniers jours, la louve abattue était accompagnée de deux autres loups, à priori plus jeunes.

    Bravo aux services de l'Etat, tant décriés ces dernières semaines, qui ont su mettre en oeuvre les moyens nécessaires pour que le tir de prélèvement, autorisé il y a peu, soit effectf le plus rapidement possible.

  • Manifestation contre le loup à THONES

    Imprimer

    Plus de 4000 personnes se sont rassemblées à Thônes pour manifester contre la présence du loup dans les alpages.

    Tous les maires du canton de Thônes étaient présents, ainsi que deux parlementaires : Martial Saddier et votre serviteur.

    P1160972.JPG
    P1160971.JPG
    P11609911.JPG
    P1170028.JPG
    P1170030.JPG
    P1170034.JPG
    P1170063.JPG
  • Réunion du comité départemental sur la gestion du loup en Haute-Savoie

    Imprimer

    J’ai assisté hier après-midi, en Préfecture, à la réunion du comité départemental sur la gestion du dossier loup en Haute-Savoie.

     

    Une position commune sur ce dossier a été définie par l’ensemble des parties impliquées. Cette position sera défendue aujourd’hui à Paris, lors du comité national loup, par le député Martial Saddier (voir texte ci-dessous) :

    • Tous les éléments permettant de connaître au mieux les effectifs de loups et les secteurs de présence doivent être mis en commun, partagés et validés; Il est précisé qu'au 30 avril 2009, un point sera fait par le préfet sur le résultat des analyses génétiques et sur les conclusions que l'on peut en tirer. Une étude technique sera conduite avec l'appui de l'ONCFS et de la SEA avec échéances au 31 mai et au 31décembre et débattue au comité loup départemental pour déterminer le rapport supportable entre population de loups estimée scientifiquement et territoires pastoral et cynégétique représentant une entité géographique cohérente. Les moyens de suivi de l'espèce doivent être développés et étoffés par le renforcement du réseau d'observateurs et la mise en place de personnes-relais en nombre plus important sur les secteurs sensibles : une formation sera engagée courant avril – mai 2009 auprès des personnes volontaires qui s'inscrivent dans la démarche d'observation. La fédération des chasseurs s'engage à désigner 100 participants au dispositif. La FDSEA désignera 50 participants, la FRAPNA 30 participants, et l'ONF 15 participants. Une information sera diligentée auprès des maires des communes concernées. Un comité de suivi regroupant l'administration, la profession agricole, les environnementalistes et les chasseurs sera mis en place.
    • Demande unanimement des aides financières aux éleveurs suffisantes pour la mise en place de moyens de protection. Il est instamment demandé le maintien du niveau de prise en charge pour le gardiennage des petits troupeaux (équivalent aux forfaits éleveurs bergers).
    • Demande l'amélioration du dispositif d'indemnisations, notamment sur deux points :
      • la réévaluation du barême caprin,
      • la mise en place de modalités de compensation des animaux disparus sur troupeaux attaqués (sur la base des registres d'élevage).
    • Demande l'ouverture d'une réflexion en vue d'adaptations réglementaires concernant les responsabilités des éleveurs en matière d'attaques de promeneurs par des chiens de protection, et demande la poursuite des actions d'amélioration des caractéristiques de ces chiens par sélection (action en cours de développement).
    • Demande la mise en oeuvre immédiate d'opérations d'effarouchement et de tirs de défense dès la sortie des troupeaux, y compris avec tir à balle en fusil à canon lisse. A cet effet, la FDC pourra fournir les noms de chasseurs volontaires pour assurer les tirs de défense sous le contrôle de l'ONCFS ou d'un lieutenant de louveterie.
    • Demande que le préfet puisse déclencher des tirs de prélèvement en cas d'attaque, suivant les résultats de l'étude visée au premier alinéa et des prélèvements éventuellement effectués par tirs de défense, dans le cadre du quota national de prélèvements.
    • Demande une stricte application de la réglementation contre le braconnage et un renforcement de la réglementation contre l'empoisonnement, ainsi qu'un renforcement des moyens pour lutter contre les dits braconnages et empoisonnements.
    canis_lupus_02.jpg
  • SPAM de la FRAPNA Haute-Savoie sur les loups

    Imprimer

    De passage à mon bureau parisien ce matin, avant de me rendre au salon de l'Agriculture, je découvre que mes boîtes mails parisienne et annécienne sont truffées du même message concocté par la FRAPNA Haute-Savoie, et envoyé depuis hier soir par plus de 300 personnes.

     

    Messieurs, STOP, on ne va pas recommencer le même sketch que pour les OGM. Sachez chers adhérents de la FRAPNA Haute-Savoie, qu'en agissant ainsi vous exaspérez plus vos élus qu'autre chose ...

     

    En plus c'est à chaque fois le même texte (quelle originalité) :

     

    « Monsieur le Député,

     

    Depuis le début du mois de janvier une campagne médiatique prétend mobiliser l'opinion contre la présence du loup en Haute-Savoie. Un braconnier ayant volontairement abattu un loup la semaine dernière sur la commune du Petit Bornand les Glières, en Haute-Savoie, un comité de soutien s'est constitué qui prétend cautionner ce délit à l'encontre d'une espèce protégée par la législation française et la Convention de Berne.

     

    Le loup est un prédateur naturel qui a toute sa place au sommet de la pyramide alimentaire dans nos écosystèmes et les difficultés rencontrées par les éleveurs sont à prendre en compte de manière objective sans attribuer au loup la responsabilité de toutes les difficultés de l'élevage ovin.

     

    Nous vous demandons en tant que parlementaire de prendre vos responsabilités en mettant en oeuvre le principe que vous venez de voter dans la loi Grenelle : maintenir et développer la biodiversité.

     

    Les responsables politiques ont le devoir de défendre le droit et l'intérêt général face à ceux qui attisent des peurs irrationnelles et se placent dans l'illégalité. »

     

    La FRAPNA Haute-Savoie indique même la marche à suivre :

     

    From:frapna-haute-savoie@frapna.org

     
    Subject: LOUP !

    Etat d'urgence en Haute-Savoie ! Mobilisez-vous.

    Date: Wed, 25 Feb 2009 11:57:55 +0100

     

    Chers amis,

     

    Le braconnage du loup au Petit-Bornand a mis le feu aux poudres et la situation est grave. Le coup était bien préparé et nous avons été surpris par la violence et l'efficacité de l'attaque. Nous devons absolument inverser le rapport de force et MOBILISER TOUTES NOS ENERGIES pour ne pas laisser ceux qui poussent les citoyens à se haïr les uns les autres et usent de la désinformation comme une arme de propagande. Nous ne pouvons laisser violer la loi sans réagir car, au delà du loup, c'est tout le lien social que nous accepterions de voir détruire par ceux qui ne savent utiliser que la violence et la force. 

     

    Je compte sur vous pour prendre 30 secondes de votre temps et d'envoyer le message suivant aux deux députés impliqués dans cette affaire (Lionel Tardy et Martial Saddier) avec une copie à la FRAPNA 74 pour que nous puissions suivre l'efficacité de notre action. Pour cela rien de plus simple :

    1. un copié collé des 4 adresses életroniques ci-dessous

    2. un copié collé du message ci-dessous

    3. Cliquer sur "Envoyer le message"

     

    Je vous demande de diffuser au MAXIMUM ce message auprès de vos adhérents, votre famille, vos amis et vos relations. Nous avons très peu de temps pour réagir avec force. Jean-Louis Borloo doit venir en Haute-Savoie le 13 mars et si d'ici là nous n'avons pas réagi de manière forte et appropriée, nous perdrons.

     

    Eric FERAILLE

    Président de la FRAPNA Haute-Savoie

     

    Je vous propose donc en retour de SPAMER, avec des mails à votre convenance, la boite de la FRAPNA Haute-Savoie suivant le même principe : leur adresse mail frapna-haute-savoie@frapna.org

  • Hebdo des Savoie du 26 février 2009

    Imprimer

    02 - 26février09 hebdo.jpg
    02 - 26février09 hebdo1.jpg

  • Essor du 26 février 2009

    Imprimer

    02 - 26février09 Essor3.jpg

  • Essor du 19 février 2009

    Imprimer

    02 - 19février09 DL7.jpg
    02 - 19février09 DL8.jpg

  • Dauphiné Libéré du 18 février 2009

    Imprimer

    02 - 18février09 DL1 002.jpg

  • Réunion de crise sur les loups

    Imprimer

    Cette réunion organisée hier soir en mairie de Bonneville par Martial Saddier, faisait suite à l'abattage d'un loup par un chasseur au Petit Bornand les Glières.

    De nombreux maires étaient présents autour du sous-préfet, des parlementaires (Saddier, Carle, Tardy), ainsi que des représentants de la FDSEA, des agriculteurs et des chasseurs ...

    Après avoir précisé que nous, parlementaires, ne pouvions cautionner un tel acte, contraire à la loi, la discussion s'est engagée sur la volonté d'apaisement voulue par tous.

    Tout d'abord, tout a été fait pour que le chasseur ne passe pas en comparution immédiate, de façon à ce que l'on puisse analyser les charges retenues contre lui à froid, et éviter ainsi des incidents plus graves.

    Ensuite, nous avons reprécisé les conditions d'un tir de prélèvement, telles que rédigées dans l'arrêté loup du 23 mai 2008, valable pour la période 2008-2009, et qui interdit tout prélèvement en période hivernale. 

    Puis nous avons remis en perspective les dernières actions des parlementaires et du Préfet concernant le dossier loup :

    • Le Préfet a reçu la Fédération départementale des Chasseurs le 13 janvier et leur a demandé un rapport complet sur ce sujet.
    • Dès réception de ce rapport, le Préfet a envoyé le 6 février un courrier au ministère de l'agriculture et de l'Ecologie, demandant expréssement, et à titre expérimental, la possibilité d'organiser un tir de prélèvement avant même la fin de cet hiver.

    Donc, conscients de la recrudescence des attaques, nous avons agit et attendons la réponse des ministères.

    Jean-Louis Borloo, ministre d'Etat, ministre de l'Ecologie, de l'energie, du Développement Durable et de l'Aménagement du Territoire, devant venir le 13 mars sur ma circonscription, je souhaite mettre à l'ordre du jour une réunion privée à ce sujet, avec les principaux acteurs du dossier.

    Tous les acteurs s'accordent à dire que pour qu'un tir de prélèvement soit effectif, il doit se dérouler en période hivernale, seule solution pour pister le loup : il faut donc une autorisation avant le 15 avril. 

    Conclusion de la réunion :

    1. Militer pour une décentralisation des décisions de tirs de prélèvements (descendre des ministères vers préfecture de région ou préfecture départementale)
    2. Tout mettre en oeuvre pour arriver a une autorisation de tir sur le massif des Bornes avant la montée des agriculteurs en alpage (c'est à dire cet hiver)
    3. Inscrire dans la renégociation à venir de l'arrêté loup, pour la période 2010-2011, la possibilité de tirs de prélèvements en période hivernale, seule vrai solution pour arriver à des prélèvements effectifs.
    loup1.JPG
  • Dauphiné Libéré du 1er février 2009

    Imprimer

    02 - DL 01fev09.jpg

  • Conférence "les prédateurs en montagne" au GRAND-BORNAND

    Imprimer

    Arrivé de Paris à 21 heures 15, j'ai malheureusement pris en cours le débat "animé" entre Jean Lassalle, député des Pyrénées Atlantiques et le public ...

    P11401401.JPG
  • Les loups s'installent ... première meute signalée

    Imprimer

    L'opération de hurlements provoqués, organisée par l'ONCFS le 20 août au soir, avec la participation de la DDAF, de la DSV, de la DIREN, et de l'ONF, sur les Aravis et sur les Bornes, a donné les résultats suivants :

    • Aravis : Aucune réponse.
    • Plateau des Bornes (communes du Petit-Bornand et Entremont) : Plusieurs réponses avec confirmation de la présence d'au moins 2 adultes (peut-être 3) et de 2 louveteaux au moins (indiscernables auditivement si davantage).

    Il s'agit donc du premier constat de reproduction dans le département, et donc de la formation d'une meute à court terme.

    Pour votre information, le berger de Mr Crosset-Perrotin, dont le troupeau de moutons est au col de la Buffaz (communes de Thônes et Entremont) a signalé dernièrement avoir retrouvé 3 bêtes qui ont été victimes de prédation.

    Emmanuel Tochon, dont le troupeau un temps protégé, puisque regroupé avec celui du col de la Colombière, a ramené ce troupeau sur son alpage de l'Aiguille Verte, ou il avait déjà subi 5 attaques faisant plus de 50 victimes. Il vient de retrouver de nouvelles victimes (9 en tout), dont certaines semblent remonter à plusieurs jours. Depuis, il a redéplacé son troupeau, qui a rejoint celui du col des Aravis, qui est protégé.

    Dans les 2 cas, des constats ont été établis par l'ONCFS.

    Ces informations confirment que le loup ne doit plus être regardé comme une espèce en danger, mais plutôt comme une espèce en bonne santé et en forte expansion, comme je l'avais souligné, a juste titre, lors de mon intervention dans l'hémicycle, en juin, auprès de Nathalie Kosciusko-Morizet, Secrétaire d'Etat chargée de l'Ecologie.

    Je confirme que l'Etat n'a pas pris suffisamment la mesure du problème et qu'il devient urgent de déclasser le loup, afin de mettre en place un plan de prélèvement réellement efficace.

    canis_lupus_02.jpg
  • Question Orale Sans débat (QOSD) sur les loups

    Imprimer

    Question sur les loups posée à Nathalie Kosciusko-Morizet, Secrétaire d'Etat chargée de l'Ecologie. 

  • Hebdo des Savoie du 31 août 2007

    Imprimer

    3adddeb1df5e5d79677149cf85e3feaa.jpg