Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vidéos Assemblée - Page 5

  • Une semaine d'interventions à l'Assemblée nationale ...

    En plus du projet de loi santé, discuté cette semaine dans l'hémicycle et contre lequel tout le groupe UMP est mobilisé, j'ai assisté et je suis intervenu au cours de 4 réunions de commissions cette semaine à l'Assemblée nationale.

    Mardi, la commission des Affaires économiques auditionnait Stéphane Richard, PDG d'Orange.

    Nous avons parlé de la vente de Dailymotion, du très haut débit, etc.

    Je suis intervenu sur l'avenir des cabines téléphoniques ... qui ne sont quasiment plus utilisées, coûtent et se délabrent souvent dans l'indifférence générale.

    Ma question au PDG d'Orange :


    Mardi également, la commission des Affaires culturelles recevait le président du Conseil supérieur de l'Audiovisuel sur son rapport annuel 2014.

    Je me suis concentré sur le sujet technique des vidéos à la demande sur Internet.

    Mais nous avons aussi évoqué la grève à Radio France ... dont le PDG Mathieu Gallet a été auditionné cette semaine aussi.

    Mercredi matin, nous avons voté une résolution sur l'agriculture biologique.

    L'Union européenne est en train de préparer un règlement sur l'étiquetage et l'aménagement des règles de production. Je souscris aux remarques qui ont été faites.

    Il faut trouver le juste équilibre entre les consommateurs, et éviter les contraintes inutiles aux producteurs.

    Mon intervention en commission :



    Enfin, nous avons auditionné les ministres chargés de la politique de la ville, l'occasion de faire le point sur les actions (bien maigres) du gouvernement en ce domaine.

    A chacune de ces réunions/auditions, j'essaie de trouver les questions les plus pertinentes et ne me contente pas d'être spectateurs.

    Toutes les vidéos de mes interventions sont disponibles sur ma page Dailymotion.

  • Vidéo de mon intervention de ce samedi sur FRANCE 3 Alpes dans l'émission "La voix est libre"

    J'étais ce samedi l'invité politique de l’émission « La voix est libre » sur France 3 Alpes (15 minutes).

    Les sujets abordés :

    • réaction à l’actualité nationale (partielle Montbéliard, réponse UMP au deuxième tour)
    • préparatifs des élections départementales UMP en Haute-Savoie
    • désignation de Laurent Wauquiez comme tête de liste Rhône-Alpes 

    france 3,interview,ump,regionales,departementales,wauquiez

    france 3,interview,ump,regionales,departementales,wauquiez

    Vidéo de mon intervention à partir de 8 mns 20 :

  • Proposition de loi des écologistes sur les ondes... suite et (triste) fin

    Voilà maintenant deux ans que le groupe écologiste essaye de faire passer une proposition de loi relative aux ondes électromagnétiques. Convaincu qu'il s'agissait d'une question sérieuse, nécessitant de la rigueur et le respect des analyses scientifiques, j'ai suivi ce sujet de près depuis le début.

    La première version était tellement mauvaise que les socialistes ont dû la rejeter.

    Puis, l'année dernière, à l'approche des élections municipales (!), les socialistes et les écologistes ont subitement trouvé un accord, quitte à détricoter le texte initial.

    La version qui nous est revenue à l'Assemblée ce jeudi est moins pire que ce qu'on pouvait craindre. Mais il restait énormément de problèmes à traiter : des incohérences dans la rédaction, un encadrement insuffisant des délais pour l'installation des antennes-relais, des règles de complexification que l'on impose aux entreprises et aux acteurs du numérique, etc.

    Bref, le résultat est un texte anxiogène qui ne répond pas aux inquiétudes que certains peuvent avoir sur les émissions d'ondes (et pour lesquelles le seul risque scientifiquement avéré concerne l'usage du téléphone portable contre la tête).

    Mon intervention en Discussion générale :


    En tant qu'orateur du groupe UMP, j'ai défendu 19 amendements... sur les 19 discutés. Ils ont tous été rejetés par la majorité qui voulait bâcler ce texte histoire de donner des gages à ses alliés - ou à ses ex-alliés, on ne comprend plus trop - écologistes.

    Cette proposition de loi a été adopté, mais le groupe UMP a voté CONTRE, notamment car elle va à l'encontre des objectifs de développement du numérique et de couverture réseau du territoire, que les Français réclament.

    Mon explication de vote au nom du groupe UMP :

  • Mes premières interventions sur la loi Macron (partie transports)

    Les deux premiers jours de débat sur la loi Macron ont été consacrés au chapitre 2, sur les transports.

    Je me suis impliqué sur cette partie dont on parle peu dans les médias, mais qui mérite d'être débattue.

    L'ouverture du transport par autocar entre les grandes villes est une avancée, et offrira des solutions parfois plus intéressantes que celles proposées par les TER.

    C'est d'ailleurs l'un des seuls points vraiment générateur de croissance et d'emploi dans ce projet de loi.

    Mon intervention sur l'article 2 :



    A l'occasion de cette discussion, j'ai également déposé deux amendements qui ont été adoptés concernant les horaires de transports : les entreprises de transports en commun devront mettre leur données sur Internet en open data, avec en plus des informations sur l'accessibilité aux personnes handicapés.

    Défense de mes sous-amendements :



    Enfin, à défaut de réussir à introduire certaines mesures permettant de donner un peu d'air à l'économie, j'essaye de m'assurer de la bonne rédaction du texte... afin d'éviter les idées qui paraissent bonnes pour les technocrates, mais qui ne le seront pas forcément dans la réalité.

    L'article 8 sur les taxis, par exemple, m'a permis de soulever une incompréhension qui a nécessité une explication du Ministre hors séance et des recherches de sa part.

    Mon intervention et la réaction d'E. Macron :


    Sur l'ensemble du texte, j'ai déposé plus de 150 amendements, sur quasiment toutes les parties du texte.

    (Ils peuvent être consultés sur le site de l'Assemblée)

  • Dépenses budgétaires : mes interventions de la semaine

    Nous poursuivions cette semaine l'examen des crédits (dépenses budgétaires), découpés en "missions".

    Dans l'hémicycle :

    Je suis intervenu, en tant que rapporteur pour avis, dans le cadre de mission Economie (crédits destinés aux entreprises).

    J'ai déposé plusieurs amendements, dont un s'opposant à la suppression de l'indemnité de départ pour les commerçants et artisans.

    J'en ai également défendu un concernant les stations-service de proximité :

    Jeudi matin, dans le cadre de la mission Agriculture, j'étais mobilisé pour maintenir l'exonération de charges salariales pour les emplois saisonniers de travaux agricoles, que le gouvernement a décidé de supprimer :


    Jeudi après-midi, je suis intervenu pour la mission Culture, après celle sur la Direction de l'action du gouvernement.

    C'est dans cette mission que se nichent les dépenses envers les commissions consultatives. Je me suis intéressé en particulier à la Commission nationale consulative des droits de l'Homme (CNCDH), ayant constaté une forte augmentation de ses crédits de personnels :

    En commission élargie :

    Mercredi, pour la mission Immigration, je suis intervenu pour interroger le ministre de l’Intérieur. Jeudi, pour la mission Ecologie, c'est à Ségolène Royal que j'ai posé deux questions précises.

    Ce ne sont que des exemples : pour chaque commission élargie (commission budgétaire) à laquelle j'assiste, j'étudie les documents annexés. J'interroge ensuite le gouvernement sur les points qui m'ont posé question.

    Au total, à ce jour, je suis intervenu dans 10 commissions élargies et à 4 reprises dans l'hémicycle ... j'ai donc pris part à l'examen de pas moins de 14 missions budgétaires sur les 28 au total !

    Toutes mes interventions sont visibles sur ma page Dailymotion.

  • Majoration de la taxe sur le foncier non-bâti (TFNB) : nous remettons le sujet sur la table

    Depuis plus d'an, avec Martial Saddier et Virginie Duby-Muller, nous nous battons pour aménager la majoration de la taxe sur le foncier non-bâti, qui va toucher directement 60 communes de la Haute-Savoie au 1er janvier 2015 (voir l'historique de nos actions).

    L'année dernière, nous avions obtenu le report d'un an et l'exonération des terrains agricoles.

    Cette année, nous sommes bien décidés à revenir à la charge.

    Nous avons rencontré et alerté la ministre Sylvia Pinel, afin de trouver une solution de compromis. Le compte à rebours est maintenant lancé et cette solution doit être trouvée dans les prochaines semaines, à l'occasion du vote du projet de loi de finances.

    Ce mercredi, lors de l'examen et le vote en commission élargie des crédits de la mission "égalité des territoires et logement" avec Martial Saddier, nous avons rappelé à la Ministre les attentes du terrain, et notre refus de voir cette taxe s'appliquer telle quelle.

    foncier,bâti,rural,tfnb,majoration,urbanisme,logement,pinel,taxe foncière

    Intervention de Martial Saddier :

    Mon intervention :


    En réponse, la Ministre a annoncé une révision du zonage.

    C'est un premier pas, mais cela reste insatisfaisant en l'état, comme l'a expliqué Martial Saddier.

    Affaire à suivre : nous proposerons des amendements.

     

    Communes concernées sur ma circonscription :

    Il semble déjà acquis que seules les communes en zonage A resteront concernées par l'application de la TFNB (application à définir), ce qui raye quelques communes :

    ANNECY

    CHAVANOD

    CHEVALINE

    CRAN-GEVRIER

    DOUSSARD

    DUINGT

    LATHUILE

    SAINT-JORIOZ

    SEVRIER

    SEYNOD

    Essor Savoyard du 5 février :

    foncier,bâti,rural,tfnb,majoration,urbanisme,logement,pinel,taxe foncière

  • Examen du projet de loi sur la transition énergétique

    Le projet de loi dit de transition énergétique pour une croissance verte, est examiné dans l'hémicycle cette semaine.

    Quels sont les enjeux ?

    Réduire les émissions de CO2 de 40% d’ici 2030 au moindre coût, protéger les emplois actuels, renforcer notre capacité d’exportation et notre compétitivité, augmenter notre sécurité énergétique et préserver le pouvoir d’achat de nos concitoyens.

    Sur la base de ces objectifs il s’agit de réfléchir à une stratégie énergétique à partir de notre mix énergétique actuel et non pas de fixer de seuils idéologiques de réduction de la consommation d’énergie ou des objectifs à priori qui reprennent des promesses de campagne électorale.

    On voit bien que la majorité et le gouvernement sont pris au piège entre les promesses de campagne de François Hollande et une partie du PS qui ne souhaite pas remettre en cause le nucléaire.

    Des objectifs idéologiques et antiéconomiques

    Outre la réitération de l’objectif européen de réduction de 40% des GES en 2030 par rapport à 1990 (qui est l’année de référence) quatre autres objectifs sont affichés :

    ● réduire la part du nucléaire à 50% de la production électrique (aujourd’hui 75%) en 2025 ;

    ● réduire de 30% la consommation d’énergies fossiles en 2030 ;

    ● porter la part d’ENR à 32% de l’énergie finale en 2030 (13% aujourd’hui) ;

    ● diviser par deux la consommation finale d’énergie de la France d’ici à 2050.

    Il s’agit pour le PS de fixer des objectifs a priori, en choisissant des seuils idéologiques, alors qu'il faudrait à partir de notre mix énergétique actuel, établir une politique énergétique qui réponde à deux objectifs essentiels : préserver le pouvoir d’achat de nos concitoyens et préserver la compétitivité de notre économie tout en respectant nos engagements environnementaux européens, à savoir une réduction de 30% et, si possible, 40% des émissions de GES en 2030 par rapport à 1990 qui est l’année de référence.

    Sur le nucléaire c’est une contradiction évidente : la loi ne fixe pas de trajectoire pour arriver à l’objectif énoncé de réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité à 50% d’ici 2025. Il se contente de plafonner à 63,2 mégawatts la capacité nucléaire de la France, ce qui correspond à la capacité actuelle. Une loi de programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) permettra de définir les trajectoires pour dix ans du mix électrique et EDF devra définir lui-même un plan stratégique pour s’y conformer, les représentants de l’état au sein du CA pouvant refuser un investissement qui ne correspondrait pas à la PPE.

    La contradiction est évidente entre l’objectif énoncé à l’article 1er qui correspond aux promesses électorales faites par François Hollande aux Verts et les divisions au sein du PS quant au sujet du nucléaire.

    L’étude d’impact qui déclare qu’il n’y a pas de coûts supplémentaires du fait de la fermeture de centrales nécessaires à réaliser l’objectif de -50% de nucléaire en 2025 est mensongère. On estime ce coût à plusieurs milliards d’euros du fait de la fermeture probable de 25 réacteurs !

     

    L’absence de financements :

     

    Selon les annonces de Ségolène Royal, au moment de la présentation en conseil des Ministres, au total, "10 milliards d'euros de financements seront mobilisés" pour la transition énergétique » dont 5 milliards correspondraient à la ligne de crédit débloquée par la Caisse des dépôts pour des prêts transition énergétique et croissance verte à 2 % pour les collectivités ; 1,5 milliard seraient mis à contribution dans le fonds pour les énergies renouvelables et 1,5 milliard représenteraient les allègements fiscaux déjà existants et futurs.


    Par ailleurs, un milliard serait mobilisé pour la rénovation énergétique des collèges, via une convention de prêt entre la Banque européenne d'investissement et deux banques françaises.

    S'ajouteraient à ces montants les 100 000 prêts bancaires à taux zéro pour la rénovation énergétique des logements, le tiers financement par les régions, de nouveaux prêts pour les TPE et PME ainsi que les différents appels à projets dans le domaine de la transition énergétique.

    Le projet de loi n’évoque pas les moyens financiers. Comment tout ceci serait financé ?

    J'ai déposé près de 200 amendements dans un objectif d'amélioration de la loi.

    Le premier d'entre eux, par exemple, portait sur le bavardage législatif et les concepts de communication qui encombrent malheureusement le texte de Ségolène Royal : 

  • Intervention sur la réforme ferroviaire

    Bien qu’elle soit au cœur de l’actualité, la réforme ferroviaire est sur le bureau de l’Assemblée depuis plusieurs mois. Et contrairement à ce que pensent les syndicats de cheminots, cette réforme ne change malheureusement pas grand-chose. Il suffit de bien lire le texte.

    En fait, ce projet de loi valide surtout le choix du gouvernement en termes d’organisation :  la future SNCF sera une structure intégrée avec un EPIC (Etablissement public à caractère industriel et commercial) de tête coiffant deux autres EPIC, le gestionnaire d’infrastructures unifié (GIU), SNCF Réseau (ex-RFF) et l’opérateur historique de transport, renommé SNCF Mobilité.

    Mais ce jeu de cartes ne répond pas à mes yeux aux deux enjeux majeurs du système ferroviaire français :

    • l’ouverture à la concurrence à l’horizon 2019, qui nécessite une équité de traitement entre tous les opérateurs sur le réseau
    • la dette colossale du système (plus de 40 milliards d’euros) qui doit être résorbée et pas seulement stabilisée.

    En résumé, cette réforme ne va pas assez loin.

    C’est ce que j’ai expliqué lors de mon intervention en Discussion Générale mardi soir :

  • Vidéos de mes interventions ce mardi sur Canal+, BFM et LCP

    J'interviendrai ce mardi midi, en direct sur CANAL+, de 12 h 30 à 12 h 45, dans le cadre de l'émission "La nouvelle édition" ...

    tele,television,interview,lionel,tardy,bfm,canal+,lcp,ump

    Vidéo de mon intervention à partir de 7'15 :

    ... puis en direct à de 18 h à 18 h 15 sur BFM TV, dans le cadre de l'émission "BFM Story" animée par Olivier Truchot ...

    tele,television,interview,lionel,tardy,bfm,canal+,lcp,ump

    Vidéo de mon intervention dur BFM TV :

    ... et enfin sur LCP, en direct de 19 h 45 à 20 h 30, dans le cadre de l'émission "Ca vous regarde".

    tele,television,interview,lionel,tardy,bfm,canal+,lcp,ump

    Vidéo de mon intervention sur LCP :

  • Invité de l'émission de Laurent Ruquier "on n'est pas couché" ce samedi soir sur France 2

    J'étais ce samedi soir l'invité politique de l'émission de Laurent Ruquier "On n'est pas couché" sur France 2.

    L'enregistrement de l'émission a eu lieu mercredi soir.

    Vidéo de mon intervention :

    Durant 50 minutes, les différents intervenants sont revenus sur :

    • mon parcours
    • mon entrée en politique
    • mon élection
    • mon travail parlementaire
    • mon franc parler
    • mes relations avec Copé et Fillon
    • la présidence de l'UMP
    • l'affaire UMP / Bygmalion / Copé
    • Le futur président de l'UMP
    • les primaires au sein de l'UMP
    • La ligne politique de l'UMP ...

    Une interview SANS  langue de bois.

    interview,television,tee,ruquier,cope,ump,presidence

     presse,dauphine,interview,television,tee,ruquier,cope,ump,presidence

     Dauphiné Libéré du 31 mai :

    interview,television,tee,ruquier,cope,ump,presidence

  • Intervention sur le projet d'accord de libre-échange Etats-Unis/Europe

    Beaucoup d'entre vous m'ont déjà interrogé, par courrier ou lors de mes déplacement, au sujet du projet de Partenariat Transatlantique de Commerce et d'Investissement (TTIP en anglais, anciennement TAFTA).

    Ce traité, source d'inquiétudes (et parfois de fantasmes) à l'approche des élections européennes, a été évoqué ce mardi en Commission des Affaires européennes.

    Sans surprise, les députés communistes défendent une approche défensive et de fermeture vis-à-vis de ce projet. Pour ma part, je suis favorable à un libre-échange entre les deux continents à condition qu'il soit parfaitement équilibré.

    Je souhaite cependant que nous ayons une approche vigilante, étant donné les affaires récentes et les défauts que contient ce projet à l'heure actuelle.

    Il faut bien garder à l'esprit que les négociations sont en cours.

    Rien n'est donc acté, et encore moins voté sur le contenu du traité.

    C'est donc maintenant que chacun doit avancer ses positions.

    Mon intervention en commission :


  • Intervention sur la proposition de loi "bornes électriques"

    Nous discutions mardi d'une proposition de loi liée aux voitures électriques et hybrides.

    Partant du constat qu'il n'y a pas assez de bornes de recharge sur le territoire, ce texte entend créer un opérateur spécifique au niveau national chargé de créer de gérer les infrastructures de recharge.

    Même si la volonté est bonne, je ne partage pas certains partis pris contenus dans cette proposition de loi.

    Mon intervention en Discussion Générale :

    Lors de l'examen en commission il y a trois semaines, je m'étais inquiété du choix de cet opérateur : le gouvernement (Arnaud Montebourg en tête) souhaitait à tout prix un opérateur public avec une mainmise de l'Etat.

    Cela posait quelques problèmes de concurrence, que le gouvernement a fini par prendre en compte.

    Mon amendement adopté par le gouvernement :

  • Mon intervention lors des Questions au Gouvernement de ce mercredi

    Je suis intervenu cet après-midi lors des Questions au Gouvernement concernant l'avenir des professions de chauffeurs de taxis et de voitures de tourisme avec chauffeur (VTC).

    Vidéo de mon intervention :


     La réponse d'Arnaud Montebourg :